Le virus Zika : une belle saloperie !

Capture d’écran 2016-10-01 à 16.52.29.png

Quand au mois de juin dernier il y eut le premier décès aux USA d’un homme de 73 ans qui fut en contact avec le virus Zika lors d’un voyage dans le sud-ouest du Mexique, les médecins de l’Université de l’Utah furent complètement dans le brouillard car il n’y avait eu jusqu’alors que 9 décès officiellement reconnus comme étant la conséquence de ce virus. En effet, ce virus reste rarement mortel et les conséquences les plus redoutables sont l’induction de malformations chez le foetus et la maladie de Guillain-Barré qui peut être franchement handicapante. Ces médecins ne disposaient pas encore à l’époque de tests de diagnostic précis mais la maladie qui emporta rapidement ce malade fut a posteriori confirmée comme étant due au virus en question. La charge virale constatée chez ce patient était extrêmement élevée, de l’ordre de 200 millions de particules virales par ml de sang et ses yeux étaient affectés d’une conjonctivite sérieuse.

Une personne de 38 ans vint le voir à l’hôpital universitaire et dut être hospitalisée une dizaine de jours plus tard (le premier patient était alors décédé) souffrant également de conjonctivite, de fièvre et de démangeaisons au niveau du visage. Cette personne fut également diagnostiquée comme porteuse du même virus alors qu’elle n’avait jamais mis les pieds au Chiapas (Mexique). Ce patient fit remarquer aux médecins qu’il avait aidé une infirmière à repositionner le premier malade dans son lit et qu’il avait essuyé son visage.

Les médecins en conclurent que le virus avait été transmis par les larmes ou la sueur. S’il s’agit encore d’un cas isolé il a conduit le CDC (Center for Disease Control) a émettre des directives strictes lors des soins apportés aux malades souffrant de la fièvre Zika comme porter des gants et un masque. Le même CDC vient d’émettre également une directive concernant les hommes porteurs du virus. Le temps durant lequel le virus est présent dans le sperme n’est pas encore parfaitement connu mais le CDC recommande aux hommes d’avoir des rapports sexuels protégés durant au moins 6 mois afin de ne pas exposer leur partenaire ou le foetus de leur futur enfant au virus en cas de grossesse s’ils ont voyagé dans des pays à risque, Amérique du Sud et Centrale, Caraïbes y compris Puerto-Rico et certaines îles du Pacifique comme les Fidji, les Samoa ou encore la Nouvelle-Calédonie. En cas de fièvre inexpliquée de retour de l’un de ces pays il est donc préférable de procéder à une analyse avant d’envisager de concevoir un enfant. Pire encore le virus est transmis également à l’homme par sa partenaire si celle-ci en est porteuse au cours d’une relation sexuelle.

Tout ça sans oublier que cette saloperie de virus peut aussi provoquer le syndrome de Guillain-Barré dont les effets vont d’une paralysie partielle à une fatigue persistante incurable. Tout pour plaire …

Sources : NEJM en accès libre, doi : 10.1056/NEJMc1610613 et NPR News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s