Billet d’humeur politique : le déficit français

Billet d’humeur politique : le déficit français

La dernière trouvaille du capitaine de pédalo à 300 euros par jour de soins capillaires est, c’est promis-juré, de réduire le déficit en 2017 à 2,7 %. J’ai lu ça hier dans une dépêche d’agence que je n’ai pas pris la peine de mémoriser tant cette immense nouvelle me paraissait incongrue. Le « grand timonier du bateau France » (allusion à Mao) ne parle pas du déficit commercial récurrent qui a vidé les réserves de devises de la France, si tant est qu’il y en a eu un jour, mais bien du déficit de l’Etat. Est-ce bien raisonnable de faire une telle déclaration tonitruante reprise, bien naturellement, par les médias subventionnés par les contribuables … de qui se moque-t-on ?

Pour ce faire la France emprunte chaque semaine sur les marchés entre 5 et 9 milliards d’euros, je répète chaque semaine, suivez l’actualité financière, parfois à des taux négatifs, parfois sur des durées atteignant 50 ans : après moi le déluge (et le naufrage du pédalo) doit se dire l’énergumène ignare qui est à la tête du pays.

Le petit Macron, sous prétexte de créer un parti politique nouveau, a en réalité quitté le navire car il savait parfaitement qu’il prenait l’eau de toutes parts. C’est un malin ce Macron, il a bluffé tout le monde !

Reprenons donc les calculs. Avec une dette qui augmente presque exponentiellement il est certain que le déficit de la France va s’améliorer comme le PIB. Prenez un ménage qui emprunte pour acheter une automobile, une télévision à écran ultra-plat dernier cri ou un iPhone 7, son train de vie s’est amélioré. Au final ce ménage a l’illusion qu’il est plus riche et que sa situation économique s’est améliorée puisqu’il dispose de biens dont il peut jouir mais qui appartiennent à ses créanciers. Mais ce n’est qu’une illusion passagère car, comme pour l’Etat français et tous les autres Etats « cigales » du ClubMed, et bien sûr les ménages, il faudra un jour rembourser cette dette car les banquiers sont loin d’être des philanthropes, une autre illusion des politiciens.

Ce seront vous, chers lecteurs pas encore à la retraite, contrairement à votre serviteur, qui verrez la retraite que vous espérez percevoir, car on vous l’a promise, amputée d’un bon tiers voire plus, ce seront aussi vos enfants et vos petits-enfants qui paieront la mauvaise gestion du pays depuis la fin du règne du Roi Giscard Premier. Comme tout bon auvergnat il comptait les sous et tout compte fait, restons dans le domaine financier, l’état de l’économie française était plutôt satisfaisant durant son règne, en tous les cas la France était respectée par les pays étrangers. Ensuite ce fut la débandade totale, Mitterand, le pire de tous les présidents français, Chirac, pas vraiment mieux, on pourrait dire aisément pire car il se moquait de la France, Sarkozy, un coquin patenté qui ose se représenter devant les citoyens, il faut dire que les électeurs sont tellement des veaux dociles et stupides (comme disait De Gaulle) qu’ils pourraient encore le placer au trône du Château de l’Elysée, puis le Capitaine de pédalo, un ineffable incompétent … Un bilan tout simplement désolant et presque kafkaïen !

Si vos petits-enfants trouvent un emploi, ce qui n’est pas du tout certain, plus de la moitié de leur salaire partira en impôts pour rembourser cette dette étatique qui dépasse les 250 % du PIB en ajoutant les « hors-bilan » créés par Juppé que des millions de cons pourraient aussi élire comme le prochain président, encore que ce fut une décision subreptice et hautement vicieuse de Chirac.

Les fameux « hors-bilan » ne sont pas pris en compte dans le calcul de la dette de l’Etat français alors qu’un pays comme le Japon, la proie des critiques les plus acerbes des commentateurs économiques, y compris des Econoclastes, inclue dans sa dette l’ensemble des dettes des services et entreprises gérées par l’Etat. C’est loin d’être le cas en France à la suite de l’entourloupe comptable de Juppé (de Chirac) : la dette d’EDF (avec Hinkley Point C et la fermeture de Fessenheim ça va s’améliorer, c’est certain), la dette de la SNCF ou de la RATP, la dette colossale des caisses de retraite des fonctionnaires qui n’est toujours pas financée, la dette des hôpitaux publics et de la sécurité sociale, un gouffre sans fond, la dette des municipalités, des départements, des régions et j’en passe, on arrive à plus de 250 % du PIB, c’est-à-dire en gros au niveau peu enviable du Japon tant décrié par des spécialistes comme Olivier Delamarche que j’apprécie par ailleurs pour ses analyses économique pointues. Marisol Machin a déclaré hier que le « trou » de la Sécu allait disparaître. Ah bon ? Avec quoi va-t-il être bouché, devinez : avec encore plus de dette émise sur les marchés !

À moins que l’Etat ne fasse défaut ce qui sera alors bien pire … Il ne reste donc plus qu’une issue et si on relit l’histoire passée et celle-ci est bien réelle puisqu’elle fait partie justement du passé : pour faire tourner la machine économique qui s’est grippée il faudra se résigner à faire la guerre comme l’envisage très sérieusement Hitlerie Clinton. Quel bel avenir ! Comptez vous sous, peut-être que dans quelques mois il n’y aura plus rien dans votre poche ni dans la mienne d’ailleurs …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s