L’Anthropocène, une histoire qui va tourner court

800px-Castle_Romeo.jpg

C’est nouveau, ça vient de sortir, c’est tendance, l’humanité vient d’entrer dans l’Anthropocène avec un grand A car il s’agit d’une nouvelle ère géologique. Il n’en fallait pas plus pour faire la une des médias en état de coma intellectuel estival ! Le débat très agité concerne la date de l’apparition de cette nouvelle période dans l’âge de la Terre, considérablement importante, et je baise mes mots comme aurait dit Pierre Desproges. J’arrête tout de suite mes lecteurs qui croiraient que j’use de calembours malsains. Desproges aimait les mots et il les manipulait infiniment mieux que votre modeste serviteur, il les baisait littéralement.

Quand a débuté l’ère nouvelle dans laquelle nous vivons maintenant ? Certains avancent la construction des pyramides égyptiennes. Que nenni ! La Terre, à cette époque, était plate et le Soleil était une divinité, du moins dans le Pharaonistan de l’époque. En 1610 ? Pourquoi cette date précise : il s’agit de la découverte par Galileo Galilei, rendons-lui sa vraie identité, des 4 satellites de Jupiter, Io, Europa, Ganymede et Callisto, qui rendirent caduque l’idée que la Terre était au centre de l’Univers. Le pape de l’époque n’apprécia pas du tout et remit à une date ultérieure le premier jour de l’anthropocène. En 1781 ? L’année où James Watt inventa, ou plutôt améliora, la machine à vapeur originellement pensée par Thomas Newcomen sur une idée de Nicolas-Joseph Cugnot qui dès 1769 avait construit la première « automobile » à vapeur. J’en profite ici pour que la France revendique haut et fort l’avènement de l’ère industrielle et donc de l’Anthropocène depuis le sol hexagonal, rendons à la Gaule ce qui est à la Gaule …

D’autres théoriciens avancent la découverte de la pénicilline par Alexander Fleming le matin du vendredi 28 septembre 1928. Cette date a pour mérite d’être très précise car contrairement aux autres ères géologiques on se perd en peu dans les millions d’années …

Enfin les pros de l’Anthropocène considèrent que cette nouvelle période géologique a débuté avec les essais nucléaires atmosphériques et qu’on peut la dater de 1954, année au cours de laquelle le Département de la Défense américain procéda aux explosions spectaculaires (vues de loin) des essais dits « Operation Castle ». Au cours de ces essais la bombe Castle Bravo (illustration), dopée avec du lithium-7 dépassa de 150 % les prévisions des physiciens (l’équivalent de 15 millions de tonnes de TNT) et constitue encore aujourd’hui l’essai atomique le plus puissant que les Américains aient jamais effectué, d’ailleurs un peu par erreur.

Le souci fut l’énormité des retombées radioactives alentour et non pas seulement sur l’atoll de Bikini dues à la génération massive de calcium radioactif par bombardement neutronique intense des coraux se trouvant sur le site de l’explosion qui furent proprement vaporisés mais aussi sur de vastes étendues de l’Océan Pacifique. Mais qui s’en soucia à cette époque ? Personne naturellement. On peut donc en toute objectivité considérer que l’Homme, dans toute son ingéniosité, a changé le statut naturel de la planète en ce qui concerne la radioactivité naturelle de la croute terrestre ou d’origine cosmique de cette dernière avec les essais nucléaires atmosphériques.

Voilà où on en est dans la décision d’actualité, c’est évident, de la date d’apparition de l’Anthropocène. Les esprits sont préparés à cette nouvelle mascarade avec le rabâchage continuel du réchauffement climatique anthropogénique … c’était juste pour les préparer à accepter la culpabilité de tous les bipèdes de la terre de devoir se repentir dans toute cette affaire ! Il y a aussi l’empreinte carbone, une conséquence directe de l’invention de ce satané James Watt, une sordide histoire de gros sous, mais, bien pire, la population entière se reproduit trop rapidement, mange beaucoup trop de viande et de pommes de terre frites et est soumise à la propagande de ces technocrates qui ont décidé que la planète était entrée dans une nouvelle ère de par leur faute.

Je vais vous citer une anecdote vécue vraiment significative. Ma copine, fervente admiratrice de Podemos, un ramassis de gauchistes naturellement noyautés par les écologistes, me surprend chaque jour alors que je suis loin de partager ses idées politiques, un sujet que nous n’abordons plus pour préserver notre intimité. Quand, à mon âge, je souffre évidemment de douleurs cervicales ou dorsales, elle me déclare naïvement, mais elle le croit sans condition et sans un seul instant remettre en cause son jugement, que ces douleurs : c’est à cause du changement climatique ! Je n’invente rien …

Le changement climatique est donc par définition l’une des conséquences incontestables de l’Anthropocène et il va falloir faire avec puisque nous sommes tous, si l’on peut dire les choses ainsi, les auteurs de cette nouvelle invention qu’est cette nouvelle ère géologique, et cette fois-ci je mâche mes mots plutôt deux fois qu’une, on va retrouver dans pas très longtemps des sédiments chargés d’isotopes radioactifs, de résidus de matières plastiques et, comble de l’horreur, d’os de poulets. Mais c’est vrai ! Les os de poulets, la première nourriture carnée moderne des pays civilisés, vont joncher le fond des océans et former des couches sédimentaires incroyables que les géologues du futur découvriront avec un effarement indicible. Il y a vraiment de quoi se soucier de ce que l’humanité à peine naissante à l’échelle géologique va laisser comme traces pour les futurs géologues dans dix ans, cent mille ou un million d’années. On peut toujours rêver.

Pour les tenants de la nature, l’homme a été et est toujours un être destructeur. Pourtant des exemples remontant à plus de 13000 ans démontrent que l’occupation de l’homme le long des côtes de la Colombie Britannique au Canada a favorisé la croissance des arbres autour de leurs lieux d’habitation. C’est facile à comprendre : brûler des branchages avait pour conséquence un enrichissement en sels minéraux et les arbres alentour croissaient plus fermement. Mais plus curieusement, les habitudes alimentaires de ces premiers occupants du continent américain ont aussi contribué à cette croissance plus rapide des arbres. Ils se nourrissaient de coquillages et ces restes de leurs festins constituaient aussi un apport en sels minéraux vers le sol. Durant 500 générations, depuis 13000 ans, ces populations ont donc participé positivement au changement de l’environnement.

Alors, sur quoi ce concept d’Anthropocène repose-t-il ? Encore une fois sur du vent … Et pendant ce temps-là les moulins à vent continueront à tourner pour préserver l’Humanité du changement géologique qu’elle a provoqué.

De qui se moque-t-on ?

Illustration : explosion de la bombe thermonucléaire Castle Bravo

Confirmation : Hitlerie Clinton a déclaré devant les caméras de Fox News qu’elle allait, si elle était élue présidente des USA, faire la guerre à l’Iran, la Russie et la Chine, rien que ça ! L’ère Anthropocène a de beaux jours devant elle …

Source : adapté avec ironie d’un article de Counterpunch

2 réflexions au sujet de « L’Anthropocène, une histoire qui va tourner court »

  1. Bonjour Jacques,
    De quel Homme parle-t-on en fait ? Homo erectus, faber, neanderthalensis, sapiens sapiens ? Les dates ne sont plus les mêmes alors.
    Je suppose aussi que les créationnistes auront une toute autre réponse…
    Cdt

    • Vous avez parfaitement raison mais je ne voulais pas me lancer dans un discours d’anthropologie … Il est certain que les créationistes vont avoir du mal à intégrer cette notion d’anthropocène que je considère pour ma part comme totalement stupide !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s