Smartphones et arythmie cardiaque

Smartphones et arythmie cardiaque

La fibrillation atriale, appelée aussi fibrillation auriculaire ou encore arythmie cardiaque, est un trouble du rythme cardiaque qui n’est détecté qu’en procédant à un électrocardiogramme avant que les symptômes graves d’arythmie apparaissent. Je ne suis pas médecin et je n’en dirai pas plus. C’est en lisant un communiqué de la Société Européenne de Cardiologie que j’ai découvert que la plupart des smartphones étaient équipés d’un capteur d’inertie et d’un gyroscope. Qu’ils soient équipés d’un capteur d’inertie est facile à comprendre dans la mesure où en tournant le smartphone l’écran se met en position horizontale, la seule configuration qui me permet tant bien que mal et au prix de fortes transpirations à réussir à envoyer un whatsap de deux mots. Vous aurez compris que je hais mon téléphone portable et que je m’en sers au mieux 30 secondes par jours. La présence d’un gyroscope participe également à la détection par le smartphone du changement de position du smartphone. Les derniers modèles de téléphone portable sont également équipés de détecteurs du champ magnétique et du champ gravitationel terrestre et ces détecteurs sont d’une sensibilité tout à fait remarquable.

Ce communiqué de la Société Européenne de Cardiologie fait état d’une application pour smartphone capable de détecter la fibrillation atriale en utilisant ces composants du téléphone. Comme l’apparition de cette maladie est le plus souvent indétectable à moins de suivre en permanence, chez soi, l’activité cardiaque à l’aide d’un électro-cardiogramme portable, autant dire que l’utilisation d’un smartphone pour procéder à ce genre d’examen est un espoir pour un diagnostic précoce. L’application a été développé au Département de Biotechnologie de l’Université de Turku en Finlande et elle consiste en un algorithme de traitement de signaux qui détecte et analyse ceux du détecteur d’inertie et du gyroscope en appliquant le smartphone au niveau du coeur en position couchée. L’enregistrement des signaux est alors envoyé dans le centre de cardiologie (dans le cadre de cette étude, la faculté de médecine de la même université) pour y être analysé afin de déterminer la présence de fibrillation. Mais cette application doit ensuite fonctionner indépendamment d’un centre de retraitement et donner une réponse oui/non presque instantanément avec une certitude de plus de 95 %. L’application a été testée avec succès sur 16 patients souffrant de fibrillation atriale avérée en regard de 20 personnes saines.

Il est bon de rappeler qu’environ 2 % de la population souffre de fibrillation atriale qui provoque au final 7 millions d’accidents cardio-vasculaires chaque année.

Source : European Society of Cardiology

Pour les curieux l’équipement inclus dans les smartphones et connu sous le nom de LSM9DS0 miniaturisé ou module iNEMO incluant un accéléromètre, un gyroscope et un magnétomètre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s