Alzheimer (suite) : une intéressante découverte !

Capture d’écran 2016-07-08 à 23.24.35.png

À l’aide d’une lignée cellulaire établie à partir d’une tumeur cérébrale humaine qui permet d’étudier directement au laboratoire le comportement intime des neurones l’équipe du Docteur David Schubert du laboratoire de neurobiologie du Salk Institute à La Jolla en Californie a pu enfin ( ! ) apporter quelques éclaircissements précieux pour la compréhension du mécanisme d’apparition de la maladie d’Alzheimer. Dans un long article paru dans le périodique Aging and Mechanisms of Disease les remarquables travaux de cette équipe en pointe dans la recherche des causes premières de cette maladie redoutable (et que je redoute) précisent le mécanisme initiateur intime qui va déclencher une auto-amplification du processus de destruction des neurones au cours du développement de cette maladie.

Dans des conditions normales de culture de ces cellules neuronales il y a toujours une certaine accumulation intracellulaire de protéine amyloïde beta (Aβ) qui est prise en charge par des mécanismes appropriés pour être éliminée via les astrocytes vers la circulation sanguine. Cependant, dans des conditions de stress inflammatoire dû à l’âge avancé et très probablement à une déficience croissante avec cet âge du métabolisme énergétique (ce n’est pas écrit dans l’article du Docteur Schubert mais c’est une hypothèse toute personnelle) l’élimination du surplus de Aβ n’est plus correctement assurée. Il s’en suit une cascade d’évènements complexes conduisant à la mort des neurones. Brièvement et selon ces travaux de l’équipe de Schubert la protéine Aβ déclenche une sorte de cercle vicieux faisant intervenir des cytokines, des facteurs impliqués dans le processus inflammatoires, qui sont régulés partiellement par des molécules chimiques issues de l’acide arachidonique, un acide gras qui comme son nom l’indique est présent dans les cacahuettes mais pas seulement parce que cet acide gras particulier est aussi synthétisé par les cellules car il est aussi un précurseur de toute une famille de métabolites pseudo-hormonaux appellés prostaglandines.

Je sens que mes lecteurs vont décrocher car tenter d’exposer en termes simples et compréhensibles un processus biologique extrêmement complexe est difficile mais je vais m’y appliquer.

Donc cette accumulation de protéine amyloïde Aβ à l’intérieur des neurones induit une réaction inflammatoire. L’équipe du Docteur Schubert a disséqué étape par étape ce mécanisme en utilisant divers produits dont certains comme la fisétine, un proche parent du resvératrol, sont abondants dans certains légumes ou fruits communs comme les fraises ou les oignons. L’un des produits le plus efficace pour bloquer cet effet pervers de la protéine Aβ s’est trouvé être le tétra-hydro-cannabinol (THC), le constituant essentiel de la marijuana !

Capture d’écran 2016-07-01 à 18.20.35.png

Les neurones sont très riches en récepteurs de ce qu’on appelle des endo-cannabinoïdes, des dérivés de l’acide arachidonique, et le THC, que tous les fumeurs de joints connaissent, a un effet neurotrope directement ressenti. Le THC atteint donc les neurones et selon les travaux du Docteur Schubert ce composé est de toute évidence, du moins avec les résultats obtenus avec des neurones humains en culture in vitro, une molécule potentiellement capable de stopper la mort de ces neurones provoquée par l’accumulation de protéine Aβ bien avant que la maladie d’Alzheimer ne soit diagnostiquée médicalement.

J’en profite ici pour commenter mon précédent billet, un pâle commentaire d’une dépêche de Bloomberg. Tenter de bloquer la protéine amyloïde-beta à l’aide d’anticorps monoclonaux chimériques s’est révélé être un fiasco car cette protéine préexiste à l’intérieur des neurones avant qu’ils ne meurent. Faire de même avec la protéine tau conduira aux mêmes échecs. Ces approches ne peuvent pas être efficaces et sont vouées à un échec certain. Les travaux de l’équipe du Docteur Schubert sont là pour le prouver. Préconiser l’utilisation thérapeutique de la marijuana à titre préventif pourrait être une autre approche selon David Schubert … Il serait intéressant de réaliser une étude sur l’intégrité cérébrale de personnes déjà âgées ayant consommé ou consommant encore de la marijuana en suivant dans le liquide céphalo-rachidien la présence de protéine amyloïde, mais encore une fois ce n’est qu’un point de vue personnel.

Source : doi : 10.1038/npjamd.2016.12 en accès libre.

Note explicative de l’illustration. Aβ = protéine amyloïde-beta, AA = acide arachidonique, AEA = arachidonoyl-ethanolamide, 5HETE = acide 5-hydroxyicosatetraenoïque, un acide gras polyinsaturé dont le rôle est de signaler et amplifier les mécanismes inflammatoires, PG = prostaglandines, peut être remplacé ici par le THC (tétra-hydro-cannabinol, résultat central de cette étude), CASP3 = un enzyme induisant l’apparition de la Aβ à partir de son précurseur. Cet enzyme est activé par le 5HETE, RAGE = récepteur des produits finaux de la glycation des acides gras, NFkB = facteur d’activation des cellules immunitaires B impliquées dans les mécanismes inflammatoires, les réactions autoimmunes, joue probablement un rôle dans la plasticité synaptique. Le mécanisme d’apparition de la maladie d’Alzheimer est loin d’être simple mais il s’agit essentiellement d’une réaction inflammatoire à l’élimination défectueuse des déchets cellulaires.

2 réflexions au sujet de « Alzheimer (suite) : une intéressante découverte ! »

  1. Bonjour,
    Quelques liens d’études avec le THC et le cancer:
    Usage des cannabinoïdes en tant qu’agents anti-cancer. Cette étude disponible en ligne depuis Juin 2015, sera publiée dans la revue https://www.alchimiaweb.com/blogfr/wp-content/uploads/2015/09/1-s2.0-S0278584615001190-The-use-of-cannabinoids-as-anticancer-agents.pdf en Janvier 2016.
    Endocannabinoïdes et Cancer. Publié dans le https://www.alchimiaweb.com/blogfr/wp-content/uploads/2016/01/Endocannabinoids-and-cancer-Chapter-16_Online-PDF.pdf, en Septembre 2015.
    Effets anti-tumeurs du cannabis. Publication actualisée sur le site de http://www.cancer.gov/about-cancer/treatment/cam/hp/cannabis-pdq#section/all en Janvier 2016.
    L’activité anti-tumorale des cannabinoïdes non psychoactifs dérivés de la plante de cannabis. Étude publiée dans le Journal of Neuroimmune Pharmacology (https://www.alchimiaweb.com/blogfr/wp-content/uploads/2015/09/The-Antitumor-Activity-of-Plant-Derived-Non-Psychoactive-Cannabinoids.pdf) de Juin 2015.
    Le Cannabis dans le soin du Cancer. Étude publiée dans la revue Clinical Pharmacology & Therapeutics ( https://www.alchimiaweb.com/blogfr/wp-content/uploads/2015/09/Abrams_et_al-2015-Clinical_Pharmacology__Therapeutics-Cannabis-and-Cancer-Care.pdf) en Juin 2015.
    Nouveaux regards sur les effets anti métastatiques et anti-angiogènique des cannabinoïdes. Étude publié dans l’International Review of Cell and Molecular Biology (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1937644814000082) en Janvier 2015.
    Les cannabinoïdes en tant qu’agents thérapeutiques contre le cancer : statut actuel et implications futures. Étude publiée dans le journal médical Oncotarget
    ( https://www.alchimiaweb.com/blogfr/wp-content/uploads/2015/09/oncotarget-05-5852-Cannabinoids-as-therapeutic-agents-in-cancer-current-status-and-future-implications.pdf) en Juillet 2014.
    Préparation et caractérisation de microparticules biodégradables chargées en THC, et leur efficacité anti-tumorale sur des lignées de cellules cancéreuses. Étude publiée dans le Journal of Drug Targeting ( https://www.alchimiaweb.com/blogfr/wp-content/uploads/2015/09/Preparation-and-characterization-of-tetrahydrocannabinol-loaded-biodegradable-polymeric-microparticles-and-their-antitumoral-efficacy-on-cancer-cell-lines.pdf) en Juin 2013.
    Le système endocannabinoïde: une cible thérapeutique pour réguler la croissance du cancer. Étude publiée dans la revue Life Sciences ( https://www.alchimiaweb.com/blogfr/wp-content/uploads/2015/09/Receptor-dependent-and-receptor-independent-endocannabinoid-signaling.pdf) en Octobre 2012.
    Le Cannabidiol CBD, en tant que médicament anti-cancer potentiel. Étude publiée dans le British Journal of Pharmacology (https://www.alchimiaweb.com/blogfr/wp-content/uploads/2015/09/Massi_et_al-2013-British_Journal_of_Clinical_Pharmacology-Cannabidiol-as-potential-anticancer-drug.pdf) en Avril 2012.
    Les cannabinoïdes en tant que modulateurs contre le cancer. Étude publiée dans la revue Progress in Lipid Research (https://www.alchimiaweb.com/blogfr/wp-content/uploads/2015/09/Cannabinoids-and-Omega-3-6-Endocannabinoids-as-Cell-Death-and-Anticancer-Modulators.pdf) en Octobre 2012.

    Amicalement
    Gus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s