La sterne arctique, oiseau de tous les records !

3504.jpg

Aristote pensait que l’anguille sortait de terre à l’âge adulte. Ce n’est que 2000 ans plus tard que l’on découvrit que les anguilles qui remontent puis descendent les rivières d’Europe du Sud se rassemblaient dans la Mer des Sargasses au nord-est des Bermudes. Il fallut encore attendre la miniaturisation des équipements électroniques – les géolocalisateurs – et les satellites pour qu’enfin il soit démontré que les anguilles descendent effectivement les rivières, traversent le détroit de Gibraltar et se retrouvent dans cette zone particulière de l’Atlantique nord après avoir parcouru plus de 3000 milles marins. Elles frayent à plus de 1000 mètres de profondeur puis meurent. La vie précoce des jeunes anguilles reste un mystère et elles s’en reviennent par dizaines de millions sous formes de larves vers l’Europe, subissent une sorte de métamorphose en arrivant au début de l’été à l’embouchure des rivières de prédilection de leurs ancêtres sans qu’on sache encore vraiment comment elles les ont retrouvées. Les jeunes anguilles remontent alors ces rivières et elles constituent en Islande et dans le nord des Iles britanniques un met de choix pour les sternes arctiques.

Et justement ces mêmes progrès dans les équipements électroniques ultra-miniaturisés de localisation ont également permis d’étudier la migration des sternes qui viennent nidifier dans ces régions éloignées de l’Atlantique Nord au milieu du printemps. La sterne est un petit oiseau marin pesant à peine 100 grammes et elle a très mauvais caractère surtout quand elle s’occupe de sa couvée ! Je me souviens avoir été attaqué avec mon fils par une nuée de sternes dans le nord-est de l’Islande car nous avions eu la malencontreuse idée de nous promener précisément là où elles nidifiaient en groupes serrés pour prendre quelques photos. Nous étions terrifiés et avions l’impression de revivre une de ces scènes mémorables du film d’Alfred Hitchcock.

Capture d’écran 2016-06-14 à 11.45.54.png

En capturant des sternes et en attachant à l’une de leurs pattes un petit appareil électronique pesant moins d’un gramme il a pu être enfin possible de suivre la spectaculaire migration de ces oiseaux qui font quasiment l’aller-retour entre les cercles polaires arctique et antarctique chaque année. Des biologistes de l’Université de Newcastle ont ainsi pu retracer l’incroyable périple de ces oiseaux fascinants qui volent presque d’une traite en parcourant l’incroyable distance de 25000 kilomètres en se nourrissant de poissons marins à l’occasion afin d’atteindre les confins du continent antarctique pour y séjourner durant l’été austral.

La sterne est l’oiseau migrateur de tous les records puisqu’elle parcourt durant sa vie (15 à 30 ans) environ 4 fois la distance Terre-Lune !

Inspiré d’un article paru dans le Guardian, illustration Université de Newcastle. Staging area : zone de transit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s