La politique étrangère américaine et l’Union Européenne

Capture d’écran 2016-05-16 à 08.51.01.png

Ce billet est une traduction d’un article de Paul Craig Roberts mis en ligne sur son site le 5 mai 2016. Sans commentaire …

Le 19 septembre 2000, il y a 16 ans, Ambrose Evans-Pritchard du Telegraph (Londres) écrivit ceci :

« Des documents déclassifiés du gouvernement américain indiquent que les services secrets US organisèrent une campagne dans les années 50 et 60 pour mettre en place une union européenne. Ils financèrent et mirent en place le mouvement fédéraliste européen. Ces documents confirment les soupçons de l’époque au sujet d’une implication des USA pour encourager la Grande-Bretagne à faire partie de l’Union européenne * (voir note 1). Un mémorandum daté du 26 juillet 1950 émanant de ces services secrets donne des instructions précises pour promouvoir un parlement européen. Il fut signé par le Général William J. Donovan, directeur de l’office des services stratégiques en temps de guerre, la future CIA« .

Ce document indique clairement que l’Union Européenne fut une création de la CIA. Comme je l’ai déjà écrit Washington pense qu’il est plus facile de contrôler un gouvernement – celui de l’Union Européenne – que chacun des gouvernements des pays européens pris séparément. Comme Washington a depuis longtemps investi dans la construction de l’Union Européenne, Washington est également formellement opposé à toute sécession d’un pays européen. C’est la raison pour laquelle Obama est venu récemment à Londres pour signifier son désaccord à son laquais, le Premier Ministre britannique : il ne peut en aucun cas y avoir de Brexit.

Comme pour la plupart des autres pays européens, les Anglais n’ont jamais été directement consultés sur le fait de savoir s’ils devaient cesser d’exister et devenir des « Européens » comme ont été mis par le passé devant un tel état de fait les Romains ou les Babyloniens.

La nature oppressive des innombrables directives européennes et autres régulations et l’acceptation par l’Union Européenne d’une arrivée massive de réfugiés ont créé une demande populaire des Britanniques pour voter afin de savoir si oui ou non ils voulaient rester un pays souverain ou au contraire se dissoudre dans l’Union dirigée par Bruxelles avec ses décisions dictatoriales. Le vote est prévu pour le 23 juin prochain.

La position de Washington est claire : les Britanniques ne doivent pas quitter l’Europe, c’est contraire aux intérêts américains. La mission du Premier Ministre Cameron est donc tout aussi claire : il faut effrayer les électeurs. Un « petite Angleterre » ne peut pas survivre toute seule, elle sera submergée par les évènements et ne pourra qu’entrer dans un isolement qui la fermera à tout progrès. Au cas où le suffrage populaire décide d’un Brexit la question est de savoir jusqu’à quel point Washington permettra au gouvernement britannique d’entériner ce suffrage populaire. Une autre alternative sera de présenter au peuple anglais les efforts entrepris pour obtenir des concessions de la part de Bruxelles.

La position de Washington est claire : seuls les intérêts des USA sont importants. Si d’autres pays (européens) désirent défendre leur souveraineté, ce sont tout simplement des égoïstes, ils ne sont plus en conformité avec l’agenda de la Maison-Blanche et sont donc considérés comme une menace pour la sécurité des USA. Le peuple britannique ne peut donc pas prendre de décisions non conformes aux intérêts de Washington. Je peux prédire (PCRoberts) que les Britanniques seront trompés par leur gouvernement qui passera outre les résultats électoraux (en cas de majorité pour le Brexit).

Ce sont l’égocentrisme, l’orgueil et l’arrogance extraordinaires de Washington qui expliquent l’orchestration de la « menace russe ». Jamais la Russie n’a constitué une menace militaire pour l’Europe. Et pourtant Washington se confronte à la Russie en mettant en place une flotte conjointe USA/OTAN en Mer Noire (voir note 2 et les liens) une concentration de navires de guerre en Mer Baltique, de troupes en Pologne et des bases de missiles près de la frontière terrestre russe. Les USA envisagent également d’incorporer à l’OTAN les anciennes provinces russes d’Ukraine et de Géorgie.

Quand Washington, ses généraux et ses vassaux européens déclarent que la Russie constitue un risque pour l’Europe, ceci signifie en réalité que la Russie conduit une politique étrangère dans ses propres intérêts qui sont en désaccord avec ceux de Washington. La Russie est une menace pour les intérêts de Washington parce que la Russie a osé bloquer toute intervention militaire américaine tant en Syrie qu’en Iran. La Russie a ruiné l’un des objectifs du coup d’Etat de Maiden (organisé par la CIA) en réunissant démocratiquement et pacifiquement la Crimée, siège de la grande base navale russe, une province russe depuis de nombreux siècles. La base navale russe de Crimée a ainsi échappé au contrôle américain !

Peut-être vous êtes-vous demandé comment des petits pays comme l’Irak, la Libye, la Syrie, le Yémen et le Vénézuela pouvaient constituer une menace pour la super-puissance américaine. Cette affirmation de Washington est absurde. Comment les Officiels de Washington, le Président, le Pentagone, peuvent-ils affirmer que ces pays disposant de capacités militaires limitées constituent des menaces pour la sécurité des USA et des membres de l’OTAN ? Non ! Ce ne sont pas des pays menaçants. Ils ont été considérés comme tels parce qu’ils ont – ou ont avant leur destruction – choisi une politique et des schémas économiques qui sont en contradiction avec les objectifs géopolitiques de Washington. en d’autres termes ils ont rejeté l’hégémonie américaine et ont été attaqués militairement pour qu’à nouveau ils se plient aux ordres de Washington. Pour Washington tout pays ne se trouvant pas sous l’ombrelle protectrice de Washington est un ennemi …

Le Vénézuela, selon les propres termes du Président Obama, est devenu une menace « extraordinaire et inattendue » pour la sécurité nationale et la diplomatie des USA. Washington a donc mis en place un état d’urgence pour contenir le risque vénézuélien quand le gouvernement de Caracas a décidé que les intérêts du peuple vénézuélien primaient sur ceux des corporations américaines sévissant dans le pays (voir note 3).

Il est absolument certain que la Russie n’a jamais menacé les Etats Baltes, la Pologne, la Roumanie, l’Europe et moins encore les USA. Il est absolument certain que la Russie n’a jamais envahi l’est de l’Ukraine. Si tel avait été le cas l’Ukraine n’existerait plus aujourd’hui et serait redevenue une province russe comme elle l’a été jusqu’à il y a 20 ans, après avoir été partie intégrante de la Russie pendant des siècles, plus longtemps que l’existence même des Etats-Unis. L’Ukraine appartient à la Russie plus encore qu’Hawaii ou les Etats du sud et de l’ouest font partie des USA !

Tous ces mensonges orchestrés par les plus hautes autorités américaines, l’OTAN, les laquais anglais, les médias européens (« presstitutes ») contrôlés par la CIA, et l’Union Européenne toute dévoué à Washington, sont répétés à longueur de jours et de semaines comme si c’était une vérité révélée par je ne sais quel pouvoir divin.

La Syrie existe toujours car elle est sous la protection de la Russie et c’est l’une des raisons pour laquelle les USA veulent qu’elle retire son influence dans cette partie du Moyen-Orient. Le gouvernement iranien est-il conscient du danger qui le menace, l’Iran étant également un pays ami de la Russie. La Chine et la Russie ont-elles également pris conscience de ce danger hégémonique américain ? (voir note 4). La Russie n’a pris que des mesures timides pour contrôler les ONGs étrangères opérant sur son territoire et ne peut pas non plus contrôler les médias appartenant à des groupes de presse étrangers, sous-entendu sous contrôle de la CIA. La Chine est encore plus désinvolte. Il y a 7000 ONGs en opération en Chine. Ce n’est que le mois dernier que le gouvernement chinois a fait un petit pas en avant en déclarant vouloir contrôler le financement en provenance de l’étranger de ces organisations qui travaillent pour déstabiliser le régime politique et les finances du pays (voir note 5). Le problème est que l’argent coule à flot et qu’il est on ne peut plus facile d’acheter le silence de la police.

Comment la Chine et la Russie peuvent-elles imaginer un instant que leur police est plus intègre que la police mexicaine ou même américaine ? En dépit d’années de « guerre contre la drogue » celle-ci arrive toujours à volonté depuis le Mexique vers le territoire américain. Les polices mexicaines et américaines ont tout intérêt à préserver ce gros marché qui les enrichit. Comme le clama il y a de nombreuses années un journaliste d’investigation du journal San Jose Mercury qui fut assassiné pour avoir trop parlé, la CIA est aussi étroitement impliquée dans le business de la drogue. Aux USA toute personne qui ose dire la vérité haut et fort est considéré comme un ennemi de la nation, un terroriste, un antisémite ou un extrémiste politique qu’il faut neutraliser. Le monde occidental dans son ensemble est une dystropie bien pire que le monde George Orwell décrit dans son fameux livre 1984 (voir note 6).

La Russie et la Chine autorisent tacitement Washington via les ONGs à opérer dans les universités, dans leurs systèmes financiers et à infiltrer tous les aspects de leur société, ce qui signifie que ces pays ne manifestent pas d’intérêt supérieur pour préserver leur survie en tant qu’Etats indépendants. Ils ont trop peur d’être taxés d’autoritarisme par la presse occidentale vendue aux intérêts de la CIA.

Ma prédiction est que la Chine et la Russie seront à court terme confrontées à une décision pas très souhaitable : accepter l’hégémonie américaine ou se préparer à la guerre …

Liens :

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/1356047/Euro-federalists-financed-by-US-spy-chiefs.html

http://www.strategic-culture.org/news/2016/05/04/nato-form-allied-fleet-black-sea-plans-fraught-with-great-risks.html

http://www.theguardian.com/politics/2016/feb/10/uk-to-contribute-five-extra-ships-to-baltic-as-nato-boosts-presence

http://www.globalresearch.ca/china-preserving-sovereignty-or-sliding-into-western-sponsored-color-revolutions/5523019

 

Note 1 : la Communauté Européenne du charbon et de l’acier fut mise en place en 1951 par le traité de Paris. Les pays signataires furent la RFA, la Belgique, la France, le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas. La CECA fut la première ébauche de la future Communauté Européenne.

Note 2 : La Convention de Montreux (1936) limite le mouillage ou la circulation de navires militaires dans les eaux de la Mer Noire à ceux des Etats riverains. Le mouillage des embarcations de pays non riverains est limité à 4 semaines.

Note 3 : On connait la suite. Sous la pression économique et financière américaine, un blocus total qui ne veut pas dire son nom, le Vénézuela se trouve aujourd’hui dans une situation totalement dégradée et au bord de l’implosion.

Note 4 : Depuis quelques semaines les ONGs étrangères sont étroitement contrôlées par les gouvernements russe et chinois. Un grand nombre de ces ONGs sont financées par le Département d’Etat américain et la CIA et dire que ce sont des organisations indépendantes d’un gouvernement est un doux euphémisme.

Note 5 : Des troubles à l’ordre public émaillent la vie quotidienne d’Hong-Kong. Les révoltes du début de l’année 2015 dans le district de Mongkok furent organisées par des ONGs politiques financées par la CIA. À l’occasion de la visite prochaine du Premier Minstre chinois Zhang Dejiang, les pavés de certaines rues d’Hong-Kong ont été recouverts de résine époxyde afin d’éviter les débordements « populaires ». Pour la petite histoire les pavés des rues des principales grandes villes françaises furent remplacés par du macadam après les évènements de mai 1968.

Note 6 : Dystropie : déformation du jugement par analogie à un défaut sensitif ou visuel.

4 réflexions au sujet de « La politique étrangère américaine et l’Union Européenne »

  1. Bonjour Monsieur,

    Vous devriez consulter les conférences de François Asselineau sur le site de l’UPR qui, depuis quelques années, travaille à montrer l’ingérence des USA sur la politique de l’UE et sur sa défense au travers de l’OTAN. Ce sont deux faces d’une même médaille selon lui.

    Je voulais également vous dire combien j’apprécie votre blog et sa remise en question des absurdes dogmes écologistes. Je partage également avec vous une grande passion pour ce merveilleux pays qu’est le Japon, où j’ai la chance de me rendre 1 ou 2 fois par an.

    Erik

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s