Vers un totalitarisme écologiste

Voici l’illustration évidente de la mise en place du totalitarisme (climatique) écologiste qui a pour but de laminer les libertés individuelles et de rançonner le quidam aussi bien que les grandes entreprises. Il s’agit d’une retranscription d’un article paru dans Le Temps du 9 mai 2016 relatant l’opinion du journaliste, écrivain et historien, Grégoire Gonin, résident helvète, qui n’y va pas par quatre chemins dans la démagogie environnementale. Cette retranscription ne modifie en rien les propos rapportés par le quotidien Le Temps mais les élargit à l’ensemble du monde occidental et non pas seulement à la Suisse. À vous de juger …

Capture d’écran 2016-05-09 à 12.31.52.png

En moins de cinquante ans, l’Occident a basculé de la quasi-pénurie au gaspillage ostentatoire éhonté. Face à ce désastre, des mesures radicales s’imposent: 200 gr de viande hebdomadaire, un voyage par année par personne en avion seulement… Catalogue

«Firmes géantes, Etats nains», prophétisait il y a près de vingt ans déjà l’éditorialiste Ignacio Ramonet, du Monde diplomatique. Les entreprises occupent désormais la place centrale des «démocraties» du Nord; en constituent-elles l’avatar ultime? Oui, si l’on considère le volume des exportations mondiales de produits manufacturés, multiplié par presque 100 depuis le second XXe siècle, ou encore les négociations en cours de type TAFTA ou TISA.

Evangélistes du marché contre écologistes

«Quand ils se pencheront sur les négociations internationales du dernier quart de siècle, les historiens du futur constateront deux processus déterminants», tonne Naomi Klein dans son dernier essai, Capitalisme et changement climatique: face au quasi-statisme en matière environnementale triomphent les poussées vertigineuses sur le front du libre-échange. Rien d’étonnant à cela : la réponse collective au dérèglement climatique surgit au moment où les «évangélistes du marché» (Keith Dixon), font désormais loi, sans grande foi sinon celle du «court-termisme» financier.

«Demain», un film pétri de bonnes intentions

Face à cette déferlante néolibérale (déréglementation, privatisations, défiscalisation), le film Demain, pétri de bonnes intentions, au succès populaire indubitable, ne convainc toutefois qu’à demi. Peut-il verser autre chose que quelques gouttes d’eau dans des océans bientôt habités par davantage de millions de tonnes de plastique que de poissons?

«Demain» exagère l’impact des atomes humains

Sa posture résolument centrée sur l’individu – et en cela les réalisateurs apparaissent eux-mêmes captifs de l’idéologie qu’ils condamnent –, le documentaire exagère, d’après nous, l’impact potentiel des atomes humains face aux centrales de pouvoir des niveaux méso (les entreprises) ou macro (les Etats). Eluder à ce point les rapports de force réellement existants, en occultant une mise en perspective globale des micro-résistances locales, relève de l’angélisme sociologique.

Ce qu’il faut faire pour sauver la planète

Seules des mesures décidées d’en haut, avec l’appui de la base citoyenne, sont susceptibles de renverser la tendance. L’instauration de tickets de rationnement écologique, déclinables en plusieurs volets, s’impose comme une évidence, au risque tout aussi manifeste de heurter la sacro-sainte liberté individuelle.

Limiter la consommation de viande

Parmi un faisceau de solutions simples et nécessaires, avançons celui d’une limitation de 200 g hebdomadaire de viande, et autant de poisson. Face au non-sens et au désastre absolu de cette double «shoah animalière», la modernité n’a plus nom steak, mais salade ou pomme (propos de l’ingénieur agronome Bruno Parmentier (qui porte bien son nom).

Limiter  à un voyage par an et par personne les déplacements aériens

Au royaume de l’automobile, n’autoriser son usage en ville qu’à cette même fréquence signifierait sans doute un crime de lèse-majesté. Restreindre à un déplacement annuel en avion per capita demanderait aux médias de ne plus fustiger un jour l’augmentation du C02, et le lendemain de prendre acte sans contrition de l’augmentation croissante de voyageurs de tel ou tel aéroport.

Augmenter la garantie légale à 10 ans

De même, qu’est-ce qui empêcherait les parlementaires de porter à dix ans la garantie légale, de manière à forcer les producteurs à lutter efficacement contre l’obsolescence programmée, qu’elle soit réelle ou supposée. Dans la même veine, la «consigne énergie grise» atteindrait parfaitement cette cible, en obligeant chaque consommateur à déposer sur un compte une somme forfaitaire lors de chaque achat d’un produit neuf, afin d’en privilégier la réparation. Vue de l’extérieur, la simili-prostitution des adeptes de Paléo après que sa direction a décidé de réintroduire une ancienne norme en vigueur dans le commerce (un dépôt pour les boissons) a de quoi faire sourire, ou frémir: pour une maigre obole, les Suisses soudainement pauvres refusent de laisser le sol jonché de leurs gobelets, lors même que, faisant fi de toute élémentaire urbanité, le littering de mégots de cigarettes (qui au volant, qui dans la rue, qui le long des quais) devient le nouveau sport national.

Abandonner les camps de ski

Agiraient-ils de même à leur propre domicile? Et l’homme de gauche, paradoxalement, de songer à une privatisation des services d’ordre de ce genre, force amendes rémunératrices à la clef, affectables à d’autres pans de la lutte en faveur du «renouveau pour la Terre», si, comme sur la plaine de l’Asse, elle représente l’ultima ratio contre pareil déni. Comment réagirait la population si, en termes cette fois d’éducation intergénérationnelle à rebours, les camps de ski (moralement grevés par les canons à neige aux coûts environnementaux injustifiables) étaient abandonnés au moins une fois au cours de la scolarité obligatoire en faveur d’une semaine de nettoyage des rivières, des lacs ou des bords de route, permettant à tout futur citoyen de visualiser concrètement l’impact et le concept de société de surconsommation?

Mettre fin au gaspillage ostentatoire

En moins de cinquante ans, l’Occident a basculé de la quasi-pénurie au gaspillage ostentatoire éhonté; ainsi l’écrivaine Janine Massard concluait-elle son magistral Terre noire d’usine, en 1990. L’urgence commence pourtant dès demain.

Note : mon blog étant entièrement gratuit, je n’ai pas pris la peine de demander à la rédaction du Temps l’autorisation de retranscrire cet article. La gratuité de mon blog préserve ma liberté d’expression et me permet d’alerter mes lecteurs sur des sujets de société parfois alarmants sinon terrifiants.

Illustration tirée de fdesouche.com

 

Une réflexion au sujet de « Vers un totalitarisme écologiste »

  1. « EIKE (Allemagne:EIKE – Europäisches Institut für Klima und Energie) sur le dernier rapport du SRU »
    http://www.eike-klima-energie.eu/news-cache/umweltgutachten-2016-des-sachverstaendigenrates-fuer-umweltfragen-sru-der-bundesregierung/

    Exemple de mesures préconisées:
    – « La consommation nette d’espace doit être réduite à zéro en 2030 »
    – « Le gouvernement doit annuler le « forfait transport * » pour supprimer les subventions à l’utilisation d’espace » ( *: forfait transport domicile – travail déductible du revenu imposable)

    Soit la fin des nouveaux habitats individuels, dispersés… en attendant les anciens sous la pression des contraintes réglementaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s