Le TTIP-leak révèle une « otanasie » économique de l’Europe

Capture d’écran 2016-05-05 à 14.59.42.png

Les révélations de Greenpeace relatives au TTIP font froid dans le dos et pourtant, en faisant une rapide revue des titres de la presse française en ligne, il semble que le scoop de « Paix Verte » soit sous le coup d’une omerta organisée par les limiers de Washington. J’ai pris la peine de lire quelques-uns des chapitres de ce traité et à n’en point douter si ce dernier est accepté dans sa version actuelle par la Commission européenne puis ratifié bêtement par les parlements des divers pays européens, l’Europe, non contente d’être déjà asservie par l’OTAN, vendra sa liberté et son âme aux grandes corporations américaines. Il en sera terminé des particularismes nationaux et régionaux, nous serons tous passés à la moulinette des standards nord-américains et si nous osons nous rebiffer nous nous (je veux dire n’importe quelle entreprise européenne) retrouverons devant des tribunaux d’exception organisés par ces mêmes grandes corporations selon les termes de l’actuelle version du traité révélée par Greenpeace.

Il est facile d’établir un parallèle entre les agissements militaires américains en Europe et le TTIP. Par exemple, la France vient d’accepter l’installation sur son sol (décision du 6 avril dernier sans consultation du Parlement ni des citoyens) de plusieurs bases de l’OTAN : c’est l’arrêt de mort de l’indépendance stratégique française qui s’appuie sur quelques 200 bombes nucléaires opérationnelles, la fameuse force de dissuasion si chère à De Gaulle qui voulait justement s’affranchir de l’OTAN. Mais il va en être de même pour le fromage français, pour la viande de boeuf d’origine contrôlée et peut-être bien aussi des vins AOC. Quant aux services de santé, un des rares secteurs qui fonctionne encore relativement bien en France malgré son coût extravagant pour les contribuables, si une grande corporation américaine veut faire main-basse sur par exemple l’APHP, tout refus gouvernemental ou syndical ou au mieux émanant de la Ville de Paris sera considéré comme une attitude hostile aux termes du traité et sera passible d’une poursuite judiciaire devant un tribunal américain où les grandes corporations seront juges, plaignants et arbitres tout à la fois.

Si j’ai pris comme exemple l’Assistance Publique de Paris c’est tout simplement parce qu’il est caricatural et démontre bien la monstruosité de ce projet de traité. Il s’agit d’une manoeuvre américaine pour asseoir son impérialisme économique sur la plus grande économie mondiale qu’est l’Europe après avoir sévi dans la zone Pacifique entrainant le Viet-Nam, les Philippines, le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Chili et le Canada (je dois en oublier) dans une servitude d’un nouveau genre. Si De Gaulle était encore de ce monde il en aurait la nausée, lui qui refusa en 1966 toute présence de l’OTAN sur le sol français. Il aurait aussi la nausée en voyant par ce traité TTIP la France perdre tous ses particularismes et ne devenir de facto qu’une simple colonie américaine.

Les TTIP-leaks (merci à Greenpeace, pour une fois n’est pas coutume) tombent à point nommé pour que les politiciens européens prennent in extremis conscience qu’ils vont plonger leurs citoyens, leur propre pays, dans une servitude hors de contrôle des institutions tant européennes que nationales qui seront sous la coupe des tribunaux d’exception américains, selon ce traité.

Je l’ai déjà signalé dans ce blog, bien qu’étant favorable aux plantes génétiquement modifiées, si Monsanto ou Pioneer veulent poursuivre les Etats européens à propos des moratoires sur les OGMs – c’est le cas de la France – les gouvernements ne pourront tout simplement rien faire au risque d’être condamnés à de lourdes amendes se comptant en milliards de dollars. Des millions d’emplois seront perdus à cause de ces poursuites judiciaires et pas seulement au sujet des OGMs mais également pour tout ce qui ne conviendra pas aux corporations américaines. Par exemple pourquoi ne pas exploiter le gaz de schiste dont regorge la France ou encore l’Espagne ? Le moratoire concernant cette exploitation (que je trouve totalement inepte d’ailleurs) pourrait, selon les termes du traité TTIP, faire l’objet d’une poursuite judiciaire émanant d’Exxon ou de toute autre corporation américaine intéressée par l’exploitation des huiles et du gaz de schiste …

Pour reprendre le système de protection social français, si une grande corporation américaine le décide, la sécurité sociale française pourrait tout simplement être privatisée et devenir une succursale de AAA ou de la Blue Cross sous le prétexte qu’il s’agit d’un service qui n’a aucune raison d’être étatisé.

Il est tout à fait surprenant que le gouvernement français ait soudainement émis des doutes à propos de ce traité au moment où Greenpeace a rendu publiques les fuites, le TTIP-leak, et qu’en raison des échéances électorales à venir (comme en Grande-Bretagne avec le Brexit) il ne soit pas très opportun d’ameuter les électeurs sur ces négociations que l’on peut qualifier de frauduleuses. Le gouvernement français « hésite » mais il va être vertement rappelé à l’ordre par Washington, une belle joute verbale par ambassadeurs interposés est à prévoir. Cependant les Américains auront finalement le dessus et tous les citoyens européens doivent se préparer à un asservissement organisé dans les moindres détails par les corporations Américaines, une sorte d’OTAN économique et pour faire un jeu de mot cynique une « otanasie » économique et culturelle de l’Europe entière.

Sources : Réseau Voltaire, Paul Craig Roberts, The Independent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s