Nouvelles du Soleil (suite)

IMG_6077.JPG

À la fin du mois de mars de cette année 2016 les nouvelles du Soleil confirment ce que les astrophysiciens avaient prédit il y a quelques années, le présent cycle solaire (# 24) sera le plus faible en termes d’activité magnétique depuis le cycle # 5 (1789-1810) initiant la période dite « minimum de Dalton » qui vit entre 1790 et 1830 un refroidissement généralisé du climat. C’est ce qui attend la planète Terre et il y a de moins en moins de doutes à ce sujet quoiqu’en pensent les spécialistes de l’IPCC ainsi que les politiciens comme Al Gore ou encore James Hansen.

Capture d’écran 2016-04-27 à 11.11.08.png

La figure ci-dessus indique l’évolution du dernier cycle solaire (en rouge) en comparaison de la moyenne (en bleu) de tous les cycles depuis 1750 et en trait noir ce cycle # 5 en termes de nombres de taches (SSN, sun spot number) qui réflètent l’activité magnétique du Soleil. Une autre représentation du nombre de taches solaires depuis le cycle # 1 est encore plus parlante :

Capture d’écran 2016-04-27 à 11.11.32.png

Il s’agit de l’anomalie en plus ou en moins par rapport à la moyenne de tous les cycles solaires (en bleu dans la précédente illustration) pour chaque cycle solaire. On remarque très clairement le minimum de Dalton lors des cycles 5 à 7 inclus, puis ce qui est appelé le « petit âge glaciaire » durant les cycles 12 à 16 inclus c’est-à-dire entre 1850 et 1910 et enfin l’optimum moderne en deux phases avec les cycles 17 à 19 et 21 à 23. Le cycle # 20 qui provoqua un refroidissement passager du climat sert d’ailleurs de référence pour évoquer graphiquement le « réchauffement contemporain » qui vit le recul spectaculaire des glaciers alpins qui avaient tout aussi spectaculairement avancé au cours du « petit âge glaciaire ». On se trouve donc à l’aube d’un refroidissement généralisé qui, selon les prévisions mathématiques de l’activité magnétique du Soleil, devrait commencer à se ressentir sérieusement dès le début des années 2020 et durer jusqu’aux alentours de 2100.

Illustration : nuages d’altitude au dessus de la ville de Tokyo

Source : http://www.kaltesonne.de/die-sonne-im-marz-2016-ein-versiegender-elnino-und-die-beruchtigten-„tipping-points/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s