Un nouveau vaccin contre la dengue pour très bientôt …

Dengue.jpg

Depuis l’épidémie de Zika l’attention a redoublé en ce qui concerne la dengue, une fièvre hémorragique provoquée par un virus très proche de celui du Zika. Les méthodologies adoptées pour parvenir à la mise au point d’un vaccin ont été différentes selon les laboratoires impliqués dans ces travaux. Par exemple Sanofi a choisi d’utiliser le virus de la fièvre jaune génétiquement atténué et modifié pour qu’il exprime les 4 principaux antigènes du virus de la dengue, nous y reviendrons. Il existe en effet 4 sérotypes de ce virus à ARN et le côté vicieux de cet agent pathogène est que si on est réinfecté par un virus de l’un des autres types le système immunitaire se retrouve leurré et il y a alors aggravation de la maladie. Les anticorps apparus lors d’une primo-infection sont incapables de neutraliser le virus d’un autre type et comme ils sont reconnus par les monocytes et les macrophages comme étant authentiques, la situation se dégrade rapidement et l’organisme perd tout moyen de défense. Ce pouvoir diabolique du virus de la dengue fait qu’un vaccin doit obligatoirement être tétravalent, situation qui complique singulièrement le problème.

Sanofi a donc choisi la stratégie du virus vecteur atténué de la fièvre jaune exprimant les 4 antigènes de celui de la dengue. Les résultats maintenant en phase trois pour homologation n’ont pas été à 100 % satisfaisants. Le taux d’immunisation n’a atteint au maximum et globalement que 60,8 % après des dizaines de milliers de « vaccinations expérimentales » tant au Mexique qu’aux Philippines ou encore en Thaïlande. De plus les sujets « naïfs » c’est-à-dire n’ayant jamais été en contact avec un des 4 sérotypes du virus n’ont pas été immunisés de manière satisfaisante. La raison en est simple : l’immunité n’est pas parfaite dans le temps et les sujets ayant participé aux essais cliniques et ayant déjà connu un épisode de dengue voyaient leur immunité renforcée alors que ce n’était pas le cas avec les sujets « naïfs ». Enfin, l’un des aspects controversés de ces essais cliniques à grande échelle est l’absence de contrôle strict d’une nouvelle infection par l’un ou l’autre des types de virus puisqu’en réalité les individus ayant participé aux essais étaient livrés à la nature c’est-à-dire à une nouvelle infection après piqûre par un moustique. Le suivi sérologique ne pouvait qu’être aléatoire sinon impossible.

La stratégie choisie par l’école de médecine de la Johns Hopkins University en liaison avec le NIH a été toute autre. Dans un premier temps un virus de la dengue atténué a été mis au point. Cette forme atténuée appelée rDEN2Δ30 ne présente aucun des symptômes pathologiques de la fièvre mais il est néanmoins infectieux, c’est-à-dire qu’il peut se multiplier sans perturber la santé des individus ultérieurement choisis pour les essais cliniques et on peut le dénombrer dans le sang. Dans un deuxième temps un virus atténué de la dengue proche du rDEN2Δ30, modifié génétiquement afin d’exprimer les 4 antigènes correspondant aux 4 sérotypes viraux, a été mis au point dans le but d’immuniser expérimentalement ces volontaires. Quarante personnes toutes « naïves » ont été sélectionnées et la moitié d’entre elles a reçu un placebo alors que l’autre moitié recevait le virus atténué et génétiquement modifié appelé TV003. Six mois plus tard tous les sujets reçurent en injection hypodermique 1000 particules virales du virus expérimental rDEN2Δ30 issu d’une souche isolée à Tonga dans le Pacifique Sud.

Les résultats ont été on ne peut plus clairs : les 20 participants ayant reçu le placebo ont tous souffert de démangeaisons et de rougeurs bénignes, certes, mais manifestant la présence du virus atténué et sa multiplication mais sans autre complication. Aucun des 20 autres participants ayant reçu le vaccin expérimental ne manifestèrent de tels symptômes. Ces observations furent corroborées par la recherche de virus et des anticorps circulants dans le sang. La compétition s’annonce donc sévère entre grands groupes pharmaceutiques, le procédé de préparation du virus modifié ayant été breveté par le NIH (National Institutes of Allergy and Infectious Diseases) conjointement avec la Johns Hopkins. L’équipe universitaire, forte de ces résultats spectaculaires a immédiatement appliqué sa stratégie pour la mise au point d’un vaccin contre le virus Zika, également un flavivirus proche de celui de la dengue.

Source : DOI: 10.1126/scitranslmed.aaf1517 , illustration Wikipedia

Le syndrome de résignation : une nouvelle maladie mortelle

Capture d’écran 2016-03-19 à 15.59.07.png

Il y a plus de 45 millions de personnes déplacées dans le monde et les quelques millions de réfugiés qui ont afflué en Europe ne sont que la partie apparente de ce grave problème. La Suède a accueilli un grand nombre de ces personnes en provenance d’Europe de l’Est mais aussi d’Asie lointaine puisque parmi ces dernières ont compte un certain nombre d’Uighurs qui ont fui leur pays sous la menace de persécutions quotidiennement pratiquées par la Chine sans que qui que ce soit s’en émeuve publiquement. Le problème des réfugiés dont l’Europe s’est lâchement lavé les mains récemment en promettant à la Turquie du dictateur Erdogan quelques milliards d’euros pour rapatrier un certain nombre de ces réfugiés encombrants pour des pays comme l’Autriche, la Slovénie ou encore la France, ce problème, donc, ne trouvera pas de solution dans l’immédiat, du moins en Europe, en raison de la stagnation durable de l’économie.

Un corrolaire à cette situation alarmante est l’apparition du syndrome de résignation chez des enfants de réfugiés qui n’a été décrit pour le moment qu’uniquement en Suède. Des centaines d’enfants et d’adolescents âgés de 7 à 20 ans sont devenus mystérieusement catatoniques. Ils ne parlent plus, ne mangent plus, refusent de boire, sont incontinents et ne réagissent plus à des stimuli physiques pourtant douloureux comme une piqûre. Ils doivent être pris en charge en milieu hospitalier et être nourris par perfusion sous sédation afin d’éviter qu’ils ne meurent.

Ce type de comportement psychologique profondément dégradé a été pour la première fois décrit par le Docteur français Jean-Martin Charcot à la fin du XIXe siècle qui conclut de ses études de cas qu’il s’agissait d’un comportement mimétique consécutif à l’immersion dans un contexte culturel et familial défavorable. C’est ce qu’ont conclu également les autorités médicales suédoises puisque les enfants réfugiés orphelins ne souffrent pas de cette catatonie qui peut bien évidemment être mortelle. Seule la Suède a pour l’instant « ébruité » très discrètement cette situation particulièrement alarmante.

Un article paru dans le journal Frontiers in Behavioral Neuroscience ( http://dx.doi.org/10.3389/fnbeh.2016.00007 ) a fait état de cet étrange syndrome. Il ne faut en effet pas alerter le public car on peut craindre une réaction xénophobe basée sur des rumeurs infondées comme par exemple une nouvelle maladie contagieuse, suivez mon regard … Pour « sortir » ces enfant de leur état de torpeur profonde le traitement médical est parfois très long, plusieurs années, les premiers cas ayant été décrit en 2005 et 2006, essentiellement des Uighurs et des réfugiés provenant de l’ex Yougoslavie. En 2014, 22 cas ont été encore répertoriés dans la région de Stockholm.

La question à laquelle il n’a pu être apporté de réponse satisfaisante est pourquoi cette situation n’a été décrite qu’en Suède alors que bien d’autres pays ont accueilli des réfugiés en provenance des mêmes pays. Peut-être existe-t-il une sorte d’omerta dans ces autres pays ? Une étude a été réalisée au Kurdistan parmi les enfants dans le camp de réfugiés de Duhok qui a accueilli 100000 personnes en provenance de Syrie et 600000 déplacés en provenance d’Irak. Aucun cas de syndrome de résignation similaire à ceux répertoriés en Suède n’a été décrit. Finalement ce syndrome de résignation a été classé comme une forme de catatonie induite par la désespérance de la mère qui projète son propre mal-être sur son enfant. La plupart des mères de ces enfants ont en effet subi des agressions physiques ou sexuelles et elle reportent leur traumatisme sur leur enfant.

Illustration : Bioedge.org

Crise climatique : le Soleil refroidit ?

Capture d’écran 2016-03-18 à 11.15.29.png

La centrale solaire d’Ivanpah est l’image même de la démesure catastrophique des énergies vertes ou renouvelables. Elle a coûté au contribuable américain la coquette somme de 2,2 milliards de dollars. elle comprend trois tours de 140 mètres au sommet desquelles se trouvent les chaudières qui produisent de la vapeur à 550 degrés qui est envoyée vers les turbines. En sortie de turbine la vapeur est refroidie à l’aide d’échangeurs eau-air. L’installation comprend 170000 miroirs de 7 m2 répartis sur 15 hectares chacun pilotés par un ordinateur pour focaliser le rayonnement solaire vers les fours. Cette installation a été réalisée dans le désert de Mojave, à 50 kilomètres au sud de Las Vegas par la société d’ingénierie Bechtel. Les équipement spécifiquement utilisés pour la production d’électricité ont été construits et installés par Siemens.

Voilà pour la fiche technique de cette installation monstrueuse de 392 mégawatts de puissance nominale qui appartient à la société BrightSource Energy. L’électricité est revendue à la société Pacific Gas & Electric (PGE) dans le cadre d’un contrat sur le long terme. Le fonctionnement requiert de brûler du gaz naturel chaque matin pour minimiser le délai de montée en puissance de l’installation, ce n’est donc pas tout à fait écologique comme on peut le constater. D’autre part, les sociétés locales de conservation de la faune ont déploré la mort de 28000 oiseaux sédentaires ou migrateurs depuis que l’installation est opérationnelle, c’est-à-dire en seulement deux ans. Les oiseaux sont attirés par les insectes eux-mêmes attirés par la lumière émise par les fours et passant près du sommet des tours se font littéralement griller par le rayonnement lumineux concentré par les miroirs. Ça fait combien d’oiseaux par mégawatt produit morts sur l’autel de l’Eglise de Scientologie Climatique ?

Le gros souci avec cette installation mirifique devant résoudre tous les problèmes environnementaux chers aux écologistes est qu’elle n’est jamais arrivée à remplir le contrat passé avec PGE. Si le rendement thermique des turbines est satisfaisant, le gros problème est que le Soleil ne brille pas la nuit comme chacun sait. Bien qu’étant située en plein milieu du désert, le taux de charge net n’a jamais dépassé 28 % de la puissance nominale. Selon le Wall Street Journal PGE a mis en demeure BrightSource Energy afin de satisfaire les termes du contrat en procédant aux améliorations nécessaires. Dans le cas où d’ici une année le contrat n’était toujours pas respecté, la centrale d’Ivanpah serait alors définitivement fermée ! Mais la question soulevée par certains analystes critiques dont les journalistes du Wall Street Journal, quotidien qui n’est pas particulièrement tendre avec les énergies dites « vertes », serait que le Soleil se refroidit et que la poussière déposée sur les miroirs réduirait également l’énergie atteignant les fours.

Capture d’écran 2016-03-18 à 12.09.06.png

On peut trouver un début de commencement d’explication en examinant le cycle solaire 24 qui se termine. Il n’était déjà pas très « brillant », sans jeu de mot, par rapport au précédent et comme la différence entre le maximum d’un cycle solaire et son minimum est d’environ 3 watts par m2 en terme d’irradiance au sol, il y a donc une « perte » de 3,6 mégawatts, en gros 1 % de la puissance nominale de l’installation d’Ivanpah, qui n’a pas été prise en compte ni par Bechtel ni par Siemens avant 2014, date de mise en fonctionnement de cette installation.

TSI_Composite.jpg

Mais c’est bien sûr ! L’activité solaire ne varie jamais puisque le Soleil n’a aucune influence sur le climat selon l’IPCC. Voilà une belle démonstration du fiasco retentissant des énergies renouvelables … Entre les moulins à vent et les miroirs solaires il ne restera bientôt plus beaucoup d’oiseaux sur Terre, mais heureusement le climat sera sauvé.

Source : Wall Street Journal, Market Watch et G. Kopp, spot.colorado.edu/-koppg/TSI/TSI_Composite.jpg

Un enzyme qui dégrade le PET (polyéthylène-téréphtalate)

Capture d’écran 2016-03-13 à 12.39.02.png

Les matières plastiques en tous genres ont inondé nos vies quotidiennes, depuis les touches des claviers d’ordinateurs jusqu’aux bouteilles d’eau minérale en passant par les jouets, le mobilier ou encore les chaussures et les vêtements. Rien que pour le polyéthylène-téréphtalate, plus connu sous l’abréviation de PET, une matière plastique transparente constituant les bouteilles de boissons variées, la production annuelle mondiale était de 56 millions de tonnes en 2013, dont 60 % utilisés pour les fibres textiles, par exemple le Dacron, et le reste pour les emballages. Les monomères du PET sont issus directement du pétrole. Il s’agit de l’acide téréphtalique et de l’éthylène-glycol. Le PET est inerte et jusqu’à récemment il n’était pas considéré comme biodégradable. Des petits curieux avaient bien noté quelques dégradations ici ou là, dans les creux humides des centre de retraitement des matières plastiques, mais jamais personne ne s’était sérieusement penché sur les populations bactériennes susceptibles de dégrader ces produits envahissants. C’est ce à quoi s’est intéressée une équipe de biologistes de l’Institut de Technologie de Kyoto et de la Keio University à Yokohama.

Il y a en effet un immense enjeu économique et environnemental s’il existe des activités enzymatiques capables de dégrader le PET pour le recycler car traiter des résidus de matières plastiques dans un fermenteur avec des bactéries ou éventuellement avec des enzymes produits par sur-expression avec des bactéries ou des levures comme il en existe pour les lessives, certaines synthèses chimiques ou encore dans l’industrie textile est beaucoup plus rentable industriellement que de traiter des matières plastiques chimiquement ou encore à l’aide de canons à électrons.

L’équipe dirigée par le Docteur Kenji Miyamoto a donc suivi le chemin d’investigation classique en allant dans un premier temps collecter quelques 250 échantillons dans un centre de traitement des matières plastiques situé près d’Osaka. Une mixture bactérienne s’est révélée capable de pousser sur des films de PET dans un milieu de culture contenant essentiellement des sels minéraux et quelques vitamines.

La deuxième étape a consisté à isoler la bactérie capable de pousser sur ces films de PET et de la caractériser en détail. Elle a été nommée Ideonella sakaiensis car elle fait partie de la famille des « Ideonelleae ». Les toutes premières investigations ont montré que cette bactérie semblait, à l’aide de petits filaments (indiqués par des flèches dans l’illustration), excréter quelque chose sur le film de PET, probablement des enzymes capables de dégrader ce substrat carboné, le seul présent dans le milieu de culture.

L’étape suivante a donc tout naturellement conduit à la caractérisation des gènes de la bactérie qui étaient exprimés en présence de PET puis de sur-exprimer le produit de ces gènes dans des bactéries adéquates afin d’en étudier les propriétés et reconstituer le schéma de dégradation du PET. Et ça se passe ainsi :

Capture d’écran 2016-03-13 à 12.38.27.png

PETase est un enzyme qui hydrolyse le PET en fragments dont le MHET (monohydroxy-ethyl téréphtalate) qui va à son tour être coupé en téréphtalate et éthylène-glycol. Comme tout se passe en dehors de la bactérie, celle-ci a mis au point un système lui permettant de « pomper » ces deux molécules chimiques qui vont lui servir d’aliment carboné comme le CO2 atmosphérique sert d’aliment aux plantes et au plancton. Finalement la bactérie dispose d’un équipement enzymatique interne qui va conduire à l’acide protocatechuique facilement assimilé pour le métabolisme basal.

L’étape finale de ce travail remarquable a consisté à ajouter directement l’enzyme PETase à des films de PET et le résultat – une dégradation de ces films – a permis de vérifier qu’on n’avait pas besoin de la bactérie pour procéder à la dégradation de cette matière plastique en ses constituants initiaux.

À n’en pas douter ces travaux vont conduire à des applications industrielles pour dégrader le PET dans des conditions infiniment moins coûteuses en énergie que les techniques chimiques et physiques actuellement utilisées à petite échelle en raison de leur prix. On peut imaginer des fermenteurs de plusieurs centaines de milliers de litres dans lesquels une solution enzymatique réduira le PET en ses constituants initiaux qu’on pourra récupérer et repolymériser avec les catalyseurs adéquats. Cependant il ne faut pas oublier que la majeure partie du PET (plus de 50 %) est recyclée sous forme de fibres de mauvaise qualité qui servent notamment à fabriquer des revêtements de sol ou des vêtements particuliers comme les « polaires ». Il faut souhaiter un grand avenir à ces travaux innovants qui conjuguent les techniques les plus modernes de la biologie pour aboutir à une application industrielle respectueuse de l’environnement …

Source : Science, DOI : 10.1126/science.aad6359 , article aimablement communiqué par le Docteur Kenji Miyamoto que je tiens à la disposition de mes lecteurs.

En France la paranoïa sécuritaire atteint des sommets

3456.jpg

Il est bien connu qu’il est interdit de fumer dans les cours de récréation des lycées français depuis … Je ne sais plus trop, peut-être depuis l’application de la loi Evin. Bref, on assiste à un retournement de tendance en raison des menaces terroristes et de l’état d’urgence décrété après les attentats de l’automne dernier. Les élèves des lycées sont donc à nouveau autorisés à fumer dans les cours de récré pour ne pas s’exposer inutilement sur les trottoirs lors des intercours à des fous de dieu arrivant lourdement armés dans une voiture et arrosant ces innocentes têtes blondes (et brunes) de rafales de Kalashnikov.

Le Guardian a rapporté cette situation avec un peu d’humour comme étant une conséquence inattendue des menaces terroristes. Les proviseurs des lycées sont allés jusqu’à installer des cendriers dans les cours de récré, les cohues dans les escaliers et les couloirs pour aller se précipiter dans la rue pour fumer sa clope ne seront plus qu’un lointain souvenir. Le Guardian souligne flegmatiquement que pourtant il est interdit aux adolescents de moins de 18 ans d’acheter des cigarettes … C’est à n’y rien comprendre. Quant à l’état d’urgence lui-même il est toujours en vigueur et ce au moins jusqu’au 26 mai prochain et la date de sa levée est toujours mystérieuse car rien, en l’état actuel de la situation au Proche-Orient et en Afrique ne justifie cette levée. Et puis il va y avoir le bac, l’Euro-foot et ensuite la campagne des élections présidentielles puis législatives et cet état d’urgence pourrait bien perdurer de longs mois.

Les proviseurs des lycées reviendront-ils sur cette tolérance ? Peut-être que cette décision sera laissée au choix des élèves, pourquoi pas. La France n’est-elle pas encore une démocratie, du moins sur le papier ?

Inspiré d’un article paru dans le Guardian, illustration The Guardian

Nucléaire de 4e génération c’est chose faite en Chine

Capture d’écran 2016-03-16 à 18.24.25.png

Alors qu’EDF n’en finit pas de chercher une solution pour le financement du projet Hinkley Point C en Grande-Bretagne consistant en un EPR pour le moment et peut-être un deuxième EPR et que la même compagnie doit également trouver un autre financement, certes moindre mais tout de même également conséquent, pour racheter la division NP d’Areva, on se demande comment le fleuron énergétique français va pouvoir survivre à toutes ces ponctions. Faire appel aux investisseurs ? Pas question d’autant plus qu’EDF a été exclu du CAC40 en raison de la dépréciation du cours de l’action et que les investisseurs ne se précipiteront certainement pas pour investir dans une entreprise détenue à 80 % par l’Etat français qui ne brille pas par ses qualités de gestionnaire. Augmenter le prix du kW, pas question non plus puisque ce prix est décidé par les ronds de cuir qui sévissent autour des jupons de Ségolène. Parallèlement EDF doit acheter, selon la loi, des kW « renouvelables » hors de prix et les revendre à perte. Le cocktail est tellement défavorable que n’importe quel analyste spécialiste du secteur de l’énergie (dont je ne fais pas partie) peut émettre de sérieux doutes sur la viabilité financière de cette entreprise. Il reste naturellement les contribuables et les factures d’électricité … Au final de sont donc bien Monsieur et Madame Michu qui paieront la gestion étatique catastrophique tant d’EDF que d’Areva.

Force est de constater que la France est maintenant en retard d’une génération, on peut même dire de deux générations, dans le domaine de l’électronucléaire et ce sont les Chinois et les Russes qui ont pris une avance indéniable. La Russie, comme je me suis plu à le rappeler dans ce blog, est le seul pays au monde à développer les surrégénérateurs refroidis avec du sodium, type Super-Phénix, une technologie lamentablement abandonnée par le gouvernement Jospin, mais ce n’est pas tout. La Chine termine la construction de deux unités jumelles pilotes du vrai réacteur nucléaire de quatrième génération, le surrégénérateur à haute température (HTR) avec refroidissement par de l’hélium directement couplé à une turbine fonctionnant selon le type dit de Brayton (voir le lien). Ce type de réacteur pourra « brûler » aussi bien de l’uranium-238 que du thorium et ne s’embarrassera pas des actinides que ne peut pas gérer un réacteur à eau pressurisée comme un EPR car ils seront également fissionnés et serviront de combustible.

Ce type de réacteur présente deux particularités qui constituent des avantages considérables en regard de la complexité de fonctionnement des réacteurs à eau pressurisée. Il n’est pas nécessaire de l’arrêter tous les deux ans pour rechargement avec du combustible neuf. Les modélisations ont montré que ce type d’installation à neutrons rapides peut fonctionner au moins dix ans sans rechargement. De plus le rendement énergétique est considérablement amélioré par rapport à un réacteur de type EPR car le gaz de refroidissement sort du réacteur à la température de 850 degrés. En vertu du principe de Carnot également appelé deuxième principe de la thermodynamique le rendement de la machine tournante permettant de produire in fine de l’électricité est proportionnel à la différence de température entre le fluide entrant et le fluide sortant. Cependant dans une installation mettant en jeu une turbine en circuit fermé type Brayton, ce rendement énergétique est encore amélioré et atteint aisément celui des centrales électriques à gaz naturel, soit environ 60 %, ce qui n’a rien à voir avec le mirifique rendement promis pour un EPR d’environ 37 % si ma mémoire ne me fait pas trop défaut.

Le schéma ci-dessous (Wikipedia) illustre clairement comment fonctionnera une telle installation et il va sans dire que les deux unités de démonstration d’une puissance totale de 210 MW électriques actionnant une seule turbine à gaz en cours de construction sur le site de Shidaowan dans la province de Shandong vont rester dans l’histoire de l’évolution de l’électronucléaire car il s’agit d’une avancée technologique considérable.

800px-Gas-Cooled_Fast_Reactor_Schemata.svg.png

Comme on peut le constater dans la partie droite de l’illustration il s’agit d’un circuit fermé. Deux compresseurs couplés à la turbine renvoient le gaz sous pression et refroidi par deux échangeurs de chaleur vers le réacteur. Il ne s’agit plus d’une application directe du fameux principe de Carnot mais d’une amélioration de ce dernier à l’aide de compresseurs qui divertissent une partie de l’énergie fournie par la turbine pour compresser le fluide, ici de l’hélium qui sera chauffé par le réacteur. Contre-intuitivement ce type d’installation atteint des rendements idéaux tout en maintenant le fluide caloporteur en circuit fermé, ce que requiert un réacteur nucléaire pour éviter tout contamination externe. Le choix de l’hélium qui est un très mauvais capteur de neutrons (contrairement à l’eau) permet de mettre en place ce concept thermodynamique.

On ne peut que constater que la Chine a maintenant une « génération » d’avance dans le domaine du nucléaire civil. Pour preuve un deuxième projet vient de passer avec succès les qualifications préliminaires. Il s’agit de deux installations de 600 MW comportant chacune trois unités de 200 MW et trois turbines Brayton dont la construction a été décidée sur le site de Ruijin dans la province du Jiangxi et programmée pour être couplée au réseau électrique dans le courant de l’année 2021. Ce développement de l’énergie nucléaire de quatrième génération en Chine est le fruit d’une étroite collaboration entre la China Nuclear Engineering Company et l’Université de Tsinghua qui concentre la fine fleur des ingénieurs spécialisés dans ce domaine. CNEC bénéficie d’une grande indépendance vis-à-vis du gouvernement central chinois qui lui a confié le soin de résoudre les problèmes énergétiques du pays en se focalisant sur ces énergies nouvelles qui n’ont rien à voir avec les moulins à vent ou les panneaux solaires.

On ne peut donc que constater avec amertume que la France, encore leader mondial dans le domaine du nucléaire il y a 20 ans, a détruit son tissu industriel en raison d’une gestion étatique déplorable et sans aucune espèce de vision prospective, la recherche et le développement dans ce domaine crucial pour les générations futures ayant tout simplement été oblitérés par des décisions irrationnelles de nature politicienne. C’est un désastre annoncé depuis longtemps et confirmé par l’avènement de ces énergies dites renouvelables imposées par les mouvements « verts » qui aggravent la situation financière d’EDF et la prive de toute latitude pour s’orienter vers l’avenir. À en pleurer !

Source : World Nuclear Association, illustration : cuve du réacteur de Shidaowan, 25 mètres de haut et 700 tonnes, source China Huaneng.

Et aussi : https://en.wikipedia.org/wiki/Closed-cycle_gas_turbine

Crise climatique : avec le riz la situation devient sérieuse !

Cambodian_farmers_planting_rice.jpg

La théorie de l’effet de serre des gaz nocifs émis par l’activité humaine, CO2, méthane, oxydes d’azote et autres dérivés chlorés a encore de beaux jours devant elle. Il ne se passe pas un jour sans que cette théorie qui n’a encore jamais été prouvée et qui ne le sera jamais puisqu’elle est en contradiction avec des lois fondamentales de la physique soit invoquée pour expliquer le « réchauffement du climat » qui tarde un peu trop à venir depuis maintenant 20 ans. Tous les climatologues, petits et grands, qui survivent grâce à la manne abondante qui leur est attribuée pour consolider la propagande onusienne du « réchauffement » n’en finissent pas de trouver des arguments, car il « faut » que ça se réchauffe.

Selon un article paru dans le journal Nature (voir le DOI), une revue scientifique dont j’ai dénoncé à plusieurs reprises l’orientation tendancieuse qui n’a plus rien à voir avec l’honnêteté scientifique, ce sont maintenant les rizières d’Asie qui sont à incriminer car leur contribution dans l’effet de serre global est immense et dommageable pour le climat de la planète. Selon cette étude l’absorption du CO2 atmosphérique par le riz lors du processus de photosynthèse n’est pas suffisante pour contrecarrer les émissions d’oxydes d’azote provoquées par les engrais chimiques et de méthane produit par les fermentations anaérobies dans les rizières. Il va sans dire que les Chinois, les Japonais, les Thaïlandais, les Indonésiens, les Malais et bien d’autres vont apprécier ces allégations encore une fois basées sur des modélisations hasardeuses. Le modèle utilisé en arrive à la conclusion que dans 100 ans la Terre ressemblera à une fournaise si tous les mangeurs de riz continuent à produire cette céréale hautement dangereuse pour l’humanité toute entière.

Je n’ai pas voulu payer 30 euros pour acheter cet article ni importuner mes anciens collègues pour m’en procurer un reprint électronique car cela n’en valait pas la peine. Mais on comprend dans quelle désespérance se trouvent maintenant ces pseudo-scientifiques piégés dans leurs propres mensonges. Ils ont osé publier un article torchon dans une des revues scientifiques les plus prestigieuses pour culpabiliser près de la moitié de la population de la planète ! C’est un véritable scandale que je tiens à dénoncer ici véhémentement …

Source : Nature DOI : 10.1038/nature16946 Illustration : repiquage du riz au Cambodge (Wikipedia)

Le tréhalose, une nouvelle thérapeutique universelle ? Peut-être !

 

800px-Shiitakegrowing.jpg

Si vous ne connaissez pas le shiitake, rassurez-vous vous allez en entendre parler. Ce champignon très populaire en Chine mais aussi et surtout au Japon dont les vertus médicinales sont connues depuis des temps immémoriaux fait l’objet de toutes les attentions scientifiques depuis quelques mois. On vient d’identifier quels en sont les bienfaits sur la santé. Outre le fait que le shiitake ( Lentinula edodes ) présente la propriété comme beaucoup d’autres champignons de produire de la vitamine D2 lorsqu’il est exposé au soleil il contient – et c’est là sa particularité – un sucre appelé tréhalose. Le tréhalose, pour remettre les esprits en place, est un disaccharide composé de deux molécules de glucose contrairement au saccharose, le vulgaire sucre de table, de canne ou de betterave, qui est composé d’une molécule de glucose et d’une molécule de fructose. Le tréhalose présente l’immense avantage de contrer l’accumulation dans le foie du fructose qui ne va servir ultérieurement et par un processus métabolique fatal qu’à produire des graisses. C’est la raison pour laquelle les sirops de sucre enrichis en fructose et préparés à partir du maïs sont une aberration alimentaire et ils devraient être interdits.

En lisant deux articles scientifiques parus dans la presse spécialisée, je me suis rendu à l’évidence que le shiitake était riche en tréhalose mais que les levures de bière avec lesquelles je me traite depuis plusieurs années étaient également très riches en ce disaccharide ignoré du grand public pour plus très longtemps. D’abord il y a eu cet article paru dans The Journal of Biological Chemistry en 2006 (voir le DOI) qui montrait clairement que le tréhalose a le pouvoir de détoxifier les cellules dans la mesure où il facilite le recyclage des sous-produits toxiques apparus lors de la mort de ces cellules. Cette propriété, certes observée avec des cellules en culture, constitue un espoir dans le traitement ou la prévention de maladie dégénératives comme les maladies d’Alzheimer ou de Parkinson mais également, comme l’a montré le deuxième article paru récemment dans Science Signaling (voir le DOI) dans la « détoxification » du foie.

Capture d’écran 2016-03-10 à 11.39.50.png

Avec l’alimentation « moderne » et industrielle à laquelle nous ne pouvons plus échapper, notre foie est soumis à rude épreuve. Le foie doit traiter rapidement tous les additifs alimentaires qui sont devenus une norme permettant aux grandes surfaces de pouvoir offrir des mets attrayants aux consommateurs sans que ces derniers soient indisposés et que de surcroit ces préparations présentent des qualités gustatives indéniables sinon personne ne les consommerait, suivez mon regard : il s’agit de préparations surchargées en fructose, en sel et en acides gras partiellement hydrogénés, un cocktail particulièrement toxique. Le foie finit par ne plus pouvoir gérer la situation et il devient « obèse » avant même que la personne ne s’en rende compte. C’est le symptôme du « foie gras » ou en termes médicaux une stéatose. Ce n’est pas une pathologie à prendre à la légère car elle conduit à de graves troubles, dont le diabète de type 2 et une perturbation profonde du métabolisme du cholestérol, pouvant être mortels.

Ce qui se passe avec le foie est presque exemplaire. Cet organe, soumis en permanence à toutes sortes de stress, a la faculté de se régénérer rapidement et c’est sa contribution essentielle à la survie d’un individu. Avec des souris modèles génétiquement modifiées pour développer une stéatose, l’ingestion d’assez fortes quantités de tréhalose a permis de détoxifier rapidement leur foie en réalisant en quelque sorte un retour à la normale en deux à trois semaines. Le tréhalose a freiné l’entrée du glucose et du fructose disponibles. Le glucose est normalement utilisé comme source d’énergie par les cellules hépatiques, mais pas seulement car le foie (comme les muscles) a aussi pour mission de stocker ce glucose sous forme d’un polymère qu’on appelle le glycogène, la grande découverte de Claude Bernard pour la petite histoire. Bref, le tréhalose ralentit l’entrée du glucose dans les cellules hépatiques et accélère par voie de conséquence la mort de celles de ces cellules qui sont déjà mal en point. Et pour les cellules encore en bonne santé, ces dernière sont obligées de puiser dans leurs réserves énergétiques pour continuer à vivre. Elles brûlent leur « carburant fossile », en d’autres termes les graisses qu’elles ont accumulé. Le résultat de ce processus est un nettoyage spectaculaire du foie et une restauration de toutes ses fonctions.

Se goinfrer de tréhalose n’est pas vraiment la solution car nous disposons dans notre intestin de bactéries qui coupent la molécule de tréhalose en deux glucoses. Comment alors pouvoir bénéficier de l’effet mirifique de ce disaccharide qui semble magique ? Les recherches futures déboucheront peut-être sur une molécule qui mime le tréhalose en bloquant en partie l’entrée du glucose dans les hépatocytes mais à l’évidence sans provoquer la mort de cet organe essentiel ni des autres cellules d’autres organes comme le cerveau. Pour l’instant mangez des shiitake sous toutes les formes ne nuira pas à votre santé, administrez-vous des levures fraiches tous les jours comme je le fais moi-même, un traitement qui revient à 10 centimes d’euros par jour, ce n’est pas mal non plus, et enfin abstenez vous de consommer des plats cuisinés industriels, y compris des confiseries, qui contiennent des huiles végétales hydrogénées et des quantités astronomiques de fructose, des ingrédients qui accélèrent la sénescence des cellules et non pas seulement celles du foie mais également de tout l’organisme, y compris les neurones …

JBC DOI : 10.1074/jbc.M609532200 , Science Signaling : 10.1126/scisignal.aac5472

Billet d’humeur politique

Merkel, Hollande et Erdogan : beau trio !

Les élections régionales en Allemagne ce dimanche 13 mars ont sanctionné le parti de la Chancelière Angela Merkel avec la montée du parti d’extrême droite AfD car il ne faut pas se masquer le regard, il s’agit d’une résurgence du nazisme, certes sous une forme modérée, qui constitue une première depuis 1945. l’Allemagne va-t-elle renouer avec ses vieux démons ? La question peut se poser dans la mesure où maintenant les deux partis traditionnels, CDU et SPD, sont laminés par les Verts et ces nouveaux-venus sur la scène politique. On ne peut que constater que la politique outre-Rhin est devenue étrange pour ne pas dire source d’inquiétude. Il suffit de se remémorer cette sorte de pacte inattendu entre Merkel, Hollande et le dictateur Erdogan qui devrait être conclu en cours de semaine.

Il est déplorable que l’Europe soit totalement dénuée de toute direction claire dans ses décisions de politique étrangère et pour cause : l’Europe c’est l’OTAN, et l’OTAN c’est la Maison-Blanche et sa propagande incessante des néocons et du complexe militaro-industriel. De plus la Turquie fait partie de l’OTAN et c’est là que le bât blesse douloureusement car personne n’ose dire à ce monstre d’Erdogan, largement compromis avec tout son clan dans les affaires juteuses de Daesh, que ça suffit ! L’Europe est sans voix unie devant les évènements du Moyen-Orient et on comprend que les mouvements populistes de droite trouvent un terrain favorable auprès d’électeurs excédés par la navigation à vue de leur Chancelière. En 2017 ce sera le même cas de figure en France …

Enfin en Espagne, pays qui n’est pas gouverné depuis maintenant presque trois mois, c’est la montée de deux extrêmes qui a brouillé les cartes politiques, un parti d’extrême gauche populiste genre Siryza, tout le contraire de ce qui se passe en Allemagne avec l’AfD en apparence mais deux mouvements qui se rejoignent finalement, et des rêveurs (Ciudadanos) qui veulent tout tout de suite et qui n’ont pas compris que la relance économique espagnole n’est assurée qu’à coup d’emprunts sur les marchés.

Si les politiciens sont tous plus ou moins corrompus, il faut tout de même reconnaître qu’il existe encore quelques professionnels qui ont intégré les arcanes subtiles de ce métier particulier. On ne peut pourtant que déplorer l’attitude de Merkel et de Hollande en ce qui concerne l’immigration massive en provenance du Moyen-Orient, l’attitude d’Erdogan avec Daesh et la Syrie et enfin cette servitude consentie vis-à-vis de la Maison-Blanche, un mélange inévitablement explosif à terme pour l’Europe et son unité de façade.

Le colposcope pour smartphones : sauver des vies

Capture d’écran 2016-02-29 à 11.07.13.png

Environ 270000 femmes meurent d’un cancer du col de l’utérus chaque année dans le monde, surtout (85 %) dans les pays qui ne disposent pas d’infrastructures permettant un dépistage précoce de ce type de cancer dont la cause est le virus du papillome (HPV) pour lequel il existe maintenant un vaccin. Dans les pays en développement l’OMS considère qu’il s’agit d’un des cancers les plus meurtriers chez les femmes alors qu’il est très facilement décelé et éradiqué au stade précoce.

C’est pour faciliter le dépistage de ce cancer que la société israélienne MobileODT, basée à Tel-Aviv, a mis au point un accessoire pour téléphone mobile qui permet à n’importe quelle femme de faire un « selfie » du col de son utérus ! Il s’agit de l’exploitation de la puissance d’imagerie des téléphones qui a déjà été expérimentée avec succès dans des pays comme le Nicaragua, Haiti ou encore au Kenya. En Afghanistan, cet accessoire a d’ors et déjà remporté un vif succès auprès des médecins avec le soutien financier du Rotary Club. Dans ce pays et bien d’autres les femmes refusent de parler de leur santé intime et refusent également d’être examinées par un médecin, une tâche qui revient aux infirmières. La plupart des femmes qui se sont elles-mêmes examiné et qui ont vu une photo du col de leur utérus se sentent rassurées.

Capture d’écran 2016-02-29 à 11.07.54.png

Dans les dispensaires une coloscopie à l’oeil nu effectuée après un rinçage rapide du vagin avec de l’eau vinaigrée n’est pas un geste très apprécié par les femmes alors que le « Eva System » de MobileODT est beaucoup mieux toléré. Les photos peuvent être envoyées à un médecin qui décidera d’une intervention rapide le cas échéant. Ce même système peut également être utilisé pour obtenir des preuves d’une agression sexuelle. Finalement le smartphone, qui représente une des plus populaires avancées technologiques de ces dernières années, va pouvoir sauver des vies humaines. À n’en pas douter bien d’autres applications verront le jour dans un futur proche.

Source et illustrations :

http://www.mobileodt.com/cervical-cancer-screening-system.html

et aussi sur ce blog : https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/05/11/des-smartphones-pour-combattre-lonchocercose-et-le-loa/