Après les oliviers, c’est au tour des frênes

Eschentriebsterben_Kocherwald.jpg

On en parle peu car après tout les frênes, en dehors de la confection de manches de pioche pour la future révolution, n’ont pas vraiment d’intérêt économique contrairement aux oliviers. Les ormes ont subi un sort funeste dans les années 70 et ont disparu du paysage forestier. Les frênes vont-ils subir la même destinée ? C’est la question que les spécialistes de l’environnement se posent très sérieusement. En effet les frênes subissent l’attaque de deux ravageurs, un coléoptère et un champignon. Depuis le début des années 2000 des millions de frênes sont morts à cause de ce scarabée originaire d’Asie après que sa présence ait été détectée en Amérique du Nord. Sa présence a été signalée dans la région de Moscou en 2003 et sa progression a été spectaculaire dans l’Europe entière puisqu’il arrive maintenant dans le nord de l’Allemagne.

Capture d’écran 2016-03-23 à 17.09.27.png

La larve de cet insecte (Agrilus planipennis) ravage l’écorce des branches de l’arbre qui finit par mourir. Le scarabée en lui-même n’est pas trop dangereux pour l’arbre, quelques feuilles lui suffisent chaque jour mais les larves annihilent le transport de la sève et les branches meurent les unes après les autres. Ci-dessous l’aire de répartition des frênes en Europe.

Capture d’écran 2016-03-23 à 17.15.26.png

Une autre plaie s’abat sur les frênes et elle est tout aussi mortelle. Il s’agit d’un champignon ascomycète appelé Hymenoscyphus fraxineus. Il s’agit d’une sorte de mutant d’un autre champignon qui n’était pas considéré comme fatal pour la végétation et déjà décrit au milieu du XIXe siècle. Cette nouvelle sous-variété d’ascomycète comporte en effet deux cycles de vie, une forme végétative constituée d’un mycélium qui attaque l’écorce des branches et une forme sexuée qui produit des spores aisément transportés par le vent. C’est la raison pour laquelle la progression de la maladie des frênes a été spectaculaire. Il semble que cette forme mutée soit apparue en Pologne où elle fut décrite pour la première fois en 1992. Aujourd’hui les frênes de l’Europe entière, y compris ceux des Iles Britanniques, sont infectés (voir le lien sur ce blog) et l’arrivée prévue du scarabée dont la progression est impossible à enrayer terminera le travail des ascomycètes. Des forêts européennes entières pourraient être défigurées à court terme …

Source : The Guardian, illustrations The Guardian, Wikipedia et onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1365-2745.12566/full

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/11/02/quand-les-eoliennes-remplacent-les-arbres/

2 réflexions au sujet de « Après les oliviers, c’est au tour des frênes »

  1. Je confirme depuis une dizaine d’année …
    Le frêne est un colonisateur, un arbre costaud que rien n’arrête.
    Peu de gens savent qu’il est de la famille de l’olivier et que son enracinement est impressionnant: il y en a autant en dessous qu’au dessus !
    Le chalara fait de très gros dégâts. Dès deux ans, les plants sont touchés et après ça végète façon « balai de sorcière » !!!
    L’espoir, c’est qu’avec une telle pression de sélection, nul doute que des cultivars résistants émergeront …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s