Les câpres, c’est bon pour les troubles de la bandaison

Taperots1.JPG

Il y a plus de trente années j’étais, un mercredi soir jour de football à la télévision, affairé avec ma petite liste dans un hyper-marché pour remplir le réfrigérateur et le congélateur. Il était 21 heures et au détour d’une allée je tombais, comme on dit, sur l’épouse d’un ami joueur de tennis et sportif en tous genres. Nous échangeâmes quelques propos dénués d’importance puis elle se confia à moi en des termes presque désespérés. Son époux était tombé subitement sur le cours de tennis. Il avait soudainement perdu le contrôle d’une jambe, en d’autres termes elle avait été comme paralysée. Il était allé voir son médecin qui avait diagnostiqué un problème de lombaires et qu’il lui était nécessaire de confier sa carcasse à un kinésithérapeute. Bien que n’étant pas médecin et ayant moi-même souffert de crises de sciatique, après quelques secondes de réflexion, il me parut curieux que le médecin ait pu conclure à un tel diagnostic car le pincement d’un nerf sciatique n’est pas soudain, on commence à souffrir de douleurs lombaires. Bref, je lui posais une question directe et très intime à laquelle elle me répondit immédiatement : son époux avait depuis plusieurs mois des problèmes de bandaison. Quelques jours plus tard on lui posait une artère fémorale en rilsan …

Les troubles de l’érection perturbent plus du tiers des hommes âgés de 35 à 55 ans selon des statistiques britanniques récentes et on sait maintenant que ces troubles sont liés à des problèmes vasculaires. Quel peut être l’impact du style de vie sur ce type de troubles, c’est la question à laquelle une étude réalisée conjointement entre l’Université d’East-Anglia et l’Université d’Harvard a répondu en étudiant pendant près de douze ans 51529 hommes âgés de 40 à 75 ans, tous exerçant une profession médicale ou para-médicale et recrutés sur les campus des universités à qui on demanda tous les 4 ans quelles étaient leurs performances érectiles sans utiliser une quelconque médication genre Viagra.

Le traitement statistique rigoureux de tous les paramètres relatifs au style de vie, à l’usage d’alcool ou de cigarettes, au nombre de tasses de café quotidiennes, à l’activité physique, à l’état de santé général et enfin aux habitudes alimentaires fit ressortir que l’alimentation avait un effet direct sur l’aptitude à maintenir une érection satisfaisante. La consommation de fruits et légumes et de boissons riches en flavonoïdes retarde l’apparition de troubles de l’érection et d’un manière générale diminue de près de 15 % la sévérité de ces troubles. Les flavonoïdes sont des substances comportant des fonctions phénol que l’on trouve dans les fruits rouges, le vin rouge, le resveratrol fait partie de la famille des flavonoïdes, le café et le thé. Ces résultats ne sont pas surprenants puisque certaines flavanones et autres flavonols présents dans le café et par exemple le cassis ou le citron, sans entrer dans les détails, ont une action directe sur la production de NO ou monoxide d’azote. Le NO est un modulateur puissant de la vasodilatation et par voie de conséquence favorise le maintien d’une érection satisfaisante. Pour rappel, le NO induit la production d’un signal secondaire appelé cGMP (guanosine monophosphate cyclique) et le Viagra inhibe la dégradation de ce signal.

Par exemple la quercétine agit directement sur la production de NO et donc la vasodilatation des vaisseaux. Les câpres et le coriandre sont très riches en quercétine et leur consommation régulière peut contribuer à une amélioration des troubles de l’érection. L’apigénine, un autre composé de la classe des flavonoïdes agit directement sur les vaisseaux en activant également la production de NO. Le persil, le céleri et la camomille sont des sources bien connues de ce composé. Pourquoi ne pas user de ces divers condiments pour, sinon prévenir, du moins retarder l’apparition des troubles de l’érection … Mais il ne faut pas oublier que le style de vie en général est important. Une alimentation saine combinée à une activité physique régulière sont aussi des conditions essentielles pour ne pas se trouver confronté à ce problème d’érection plus fréquent qu’on ne le croit et dévastateur sur le plan psychologique.

800px-Landdiving7.jpg

Source : American Society for Nutrition, doi : 10.3945/ajcn.115.122010

Illustrations : Big Nambas de l’île de Malikolo (ou Malakula) au Vanuatu. En bislama namba signifie étui pénien. Fruits du câprier.

3 réflexions au sujet de « Les câpres, c’est bon pour les troubles de la bandaison »

  1. Ping : Les câpres, c’est bon pour les troubles de la bandaison

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s