Mayonnaises sans graisses et sel « bio » : arnaques dangereuses !

800px-Piles_of_Salt_Salar_de_Uyuni_Bolivia_Luca_Galuzzi_2006_a.jpg

Il y a bien longtemps que je n’ai pas écrit de billet sur la malbouffe qui transforme de plus en plus de jolies jeunes filles en répugnants amas de graisse informe ne présentant plus aucun aspect de féminité mis à part le bout de leur nez. Dès que la spirale vicieuse de la prise de poids inconsidérée a débuté, la cause est perdue à moins de consentir à d’immenses efforts que seule une anorexique décide de s’imposer. Et pourtant ce serait tellement facile de préserver une ligne svelte, témoin visuel et agréable d’une bonne santé et d’une alimentation équilibrée.

Prenons comme exemple la sauce de salade prête à l’emploi supposée excellente pour la « ligne » puisqu’elle ne contient pratiquement pas de corps gras. Une pincée de lécithine de soja comme émulsifiant et le reste … ce ne sont que des sucres : amidon de maïs, saccharose et sirop de glucose avec un peu de sel pour donner un peu de goût. Une cuillère à soupe de cette mixture représente deux cuillères à café de sucre et pourtant elle est rangée dans les linéaires des super-marchés parmi les aliments à faibles calories car cette sauce ne contient que des traces d’acides gras !

Dans le même genre de malbouffe industrielle écoeurante figurent les portions pauvres en corps gras à réchauffer dans un four à micro-ondes. Encore une fois pour que ces mixtures indéfinissables puissent être consommables il faut leur ajouter des quantités massives de sucres et au final le consommateur ne peut éviter de prendre de l’embonpoint malgré ses efforts – surtout financiers – pour ne pas grossir. Le business de l’alimentation pauvre en corps gras est florissant et ne continue à progresser que grâce à une publicité mensongère qui prétend que les graisses font grossir. Certes, rapportées aux unités de poids, les graisses représentent plus de calories que les sucres mais le concept même de calories alimentaires a introduit un faux débat totalement déconnecté de la réalité du métabolisme de notre corps.

À moins d’avoir atteint volontairement un état pathologique de surpoids ayant conduit à une dégradation des fonctions hépatiques, l’organisme est parfaitement capable de prendre en charge les graisses. Celles-ci sont rarement stockées sauf, il faut le répéter, en cas de situation métabolique pathologique, mais transformées en énergie lors de leur dégradation et éventuellement en glucose au cas où l’organisme le juge nécessaire.

On pourrait paraphraser la fameuse équation d’Einstein E = mc2 : si on consomme plus d’énergie que l’organisme n’en a besoin on la transforme en masse ! Prenons l’exemple des produits lactés qui contiennent du calcium. Ce calcium a pour effet de réduire la capacité de l’intestin à assimiler les acides gras car les sels de calcium de ces acides sont très peu solubles et se retrouvent au final éliminés dans les selles, à condition naturellement de consommer des produits laitiers « normaux » c’est-à-dire du lait entier ou des yaourts préparés avec du lait entier. Utiliser du lait écrémé ou pire encore du lait artificiel à base de soja est un non-sens nutritionnel !

Venons-en au sel, le vulgaire chlorure de sodium. Le seul point négatif que l’on peut noter à propos du sel est la propension du sodium à augmenter la pression artérielle. Si vous entrez dans une boutique vendant des produits « bio » ou « nature » la dose d’arnaque et de mensonges devient consternante. On vous propose du « sel sans sodium » qui n’est autre que du chlorure de potassium, merci pour les reins et la balance sodium-potassium très délicate à maintenir. En quoi des sels roses en provenance de l’Himalaya, des sels gris de Guérande (par exemple) et autres fleurs de sel sont-ils bénéfiques pour la santé et la pression artérielle ? Les cardiologues sont eux-mêmes perplexes quant à l’effet du sel sur la pression sanguine car il varie d’un individu à l’autre pour des raisons inexpliquées. Si vous êtes prêt à payer dix fois le prix du sel marin industriel un sel grisé avec des cendres volcaniques d’Hawaii vous ne ferez qu’enrichir des escrocs. On peut même ajouter que jamais un restaurateur spécialisé dans la cuisine sans sel n’a réussi à être étoilé dans le guide Michelin. Les industriels de la malbouffe le savent très bien, sans sel leurs préparations toxiques seraient invendables.

Inspiré de diverses sources.

Une réflexion au sujet de « Mayonnaises sans graisses et sel « bio » : arnaques dangereuses ! »

  1. D’autre part, j’ai lu a plusieurs reprises que les cellules cancéreuses ne peuvent se nourrir que de sucres, la malbouffe industrielle serait donc une aubaine pour les cancers. Que pensez vous des diètes hydriques ou des régimes cétogènes, pas pour maigrir bien sur, vu que dans ce cas le problème est parfaitement résumé avec votre rapprochement à la formulation de Einstein, mais dans un cadre thérapeutique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s