Billet d’humeur économique : récession généralisée, sauve-qui-peut !

Capture d’écran 2016-01-11 à 23.34.40.png

Finalement la grande mascarade de la COP21 était organisée pour jeter des louches de poudre dans les yeux des observateurs et des analystes économiques, une sorte de diversion organisée pour faire oublier un instant la réalité du monde économique. La chute vertigineuse des cours du pétrole (le cours du Brent est passé en dessous de celui du WTI le 11 janvier 2016, du jamais vu) rend de facto obsolètes et extrêmement coûteuses toutes les sources d’énergie alternative préservant l’environnement comme c’était pourtant le souhait de la COP21. Plus grave encore, les compagnies pétrolières n’investissent plus car elles perdent de l’argent et pour limiter l’hémorragie elles licencient et annulent des projets d’exploration qui paraissaient pourtant encore rentables il y a seulement une année. La « bulle » pétrolière nord-américaine – 5000 milliards de dollars – va très certainement éclater dans les prochains mois et les monarchies et autres émirats moyen-orientaux sont à court de pétro-dollars. Fait extraordinaire, le Koweit a décidé que l’essence serait désormais payante alors que les carburants ont toujours, de mémoire de Koweitien, été gratuits ! Il en est de même au Royaume saoudien, dur retour à la réalité, et ce revirement économique va à coup sûr provoquer de graves troubles sociaux dans ces pays sous perfusion pétrolière depuis des générations.

Ne parlons même pas du Vénézuela qui s’enfonce dans une dictature du plus pur style marxiste-léniniste, l’ancien chauffeur de camion au pouvoir n’entendant pas se faire virer par un Parlement pourtant élu par le peuple alors que le pays manque de tout et que les pétrodollars ne rentrent plus dans les caisses.

Un des thermomètres les plus fiables pour prédire la situation économique future est le Baltic Dry Index. Cet indice a chuté en quelques jours de 63 points à 429, le plus bas jamais connu depuis que cet indice existe : les affréteurs n’ont plus rien à transporter et pas seulement du pétrole mais aussi des voitures, du minerai de fer ou de la bauxite ou encore du charbon. Les bateaux servent maintenant à stocker ce dont plus personne ne se porte acquéreur. Quand les statistiques américaines mentionnent les stocks de pétrole brut, des données qui font nerveux les traders spécialisés dans cette matière première, celles-ci oublient de mentionner les centaines de gros tankers à l’ancre à quelques encablures des côtes du Texas ou de Louisiane, les affréteurs attendant une remontée hypothétique des cours du pétrole.

L’un des pays dont l’essentiel de l’économie pour ne pas dire de la richesse dépend de l’exportation de ressources naturelles en tous genres, l’Australie, comme le Vénézuela ou encore le Brésil, se trouve dans une situation financière catastrophique mais personne n’ose montrer au grand jour la situation particulièrement critique de ce pays. Tout simplement l’économie de l’Australie va voler en éclats avec l’éclatement d’une bulle immobilière monstrueuse alimentée par les exportations mais celles-ci se tarissent jour après jour.

Ce n’est pas seulement l’Australie qui va sombrer dans une crise profonde, non pas seulement parce que les bananeraies du Queensland dépérissent en raison d’un champignon microscopique qui les détruit, mais tout simplement parce que la plus importante économie du monde, la Chine, est entrée dans un état comateux. Oh ! Certes on accueille comme une immense nouvelle le fait que les exportations chinoises auraient repris de la vigueur au mois de décembre dernier, +2,5 % (sur un an), alors que ces mêmes exportations ont chuté de 7,5 % sur l’année 2015. Il faut admirer ici le tour de passe-passe statistique pour embellir ce petit saut de puce parce qu’avec ma calculette cette « augmentation » magistralement saluée par les places financières n’est que de 0,2 %, autant dire de l’ordre de l’incertitude statistique : deux containers de plus sur un bateau en transportant 1000 !

Quant à la plupart des pays occidentaux, dont en particulier la France, la croissance est artificiellement soutenue par la dette qui ne cesse de croître : sans accroissement de cette dette qui est magiquement incorporée au PIB la plupart des pays européens seraient dans la réalité en profonde récession. Que font les politiciens, tous aveugles comme des rats-taupes, ils hypothèquent gravement l’avenir. Ils ne se posent même plus de questions existentielles car quand viendront à échéance les titres de dette ils seront tous morts !

Les soubresauts en forme de yo-yo des bourses occidentales vont continuer à enrichir (entre guillemets) les traders audacieux mais cette situation ne durera pas. Le système financier qu’on peut à juste titre appeler un montage de Ponzi va s’écrouler brutalement …

Illustration : investmenttools.com/futures/bdi_baltic_dry_index.htm

Une réflexion au sujet de « Billet d’humeur économique : récession généralisée, sauve-qui-peut ! »

  1. Concernant le Baltic dry index, celui ci est difficile d’interprétation étant donné que les énormes quantité d’argent gratuit injecté dans l’économie chinoise ne s’est pas uniquement concentré vers la construction de villes fantômes (dont certaines viennent d’être rasées avant d’avoir vu un habitant, sic) mais aussi dans une pléthore de flotte qui a déstabilisé un marché… en baisse.

    A ce titre, le HARPEX, bien que plus récent, est plus proche de l’actualité économique chinoise: en berne.

    Ce qui est épatant de la part de nos « économistes », c’est qu’ils pointent du doigt la chine, bientôt responsable de tout nos maux. La chine n’a pas réussit la transition du transfert de son PIB vers la consommation intérieure, et dépend à 70 % de NOS consommateurs, la chine n’est donc que le thermomètre de l’occident, plus en phase de la réalité que de ces prétendu PIB gonflé au cric par de la dette que nos enfants ne pourront jamais rembourser.

    La situation est très dangereuse, nous savons tous sur quoi a toujours conduit les situations économiques comme celle que nous vivons, les jeunes et moins jeunes qui se radicalisent ne le font pas parce qu’ils voient l’avenir à peu près sereinement, mais parce qu’il n’ont rien à perdre, et nos gouvernants qui interdisent l’auto protection, derrière leur horde de gardes armés, vont bientôt nous parler de passer au brioches.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s