Les délires onusiens en terme de santé mondiale …

Capture d’écran 2015-12-24 à 21.40.45.png

L’OMS a mis à jour sa liste de maladies préoccupantes pour la santé de l’humanité éclipsant ainsi la terreur du changement climatique car il est incontestable que ce supposé changement climatique ne sera qu’anecdotique en comparaison des ravages potentiels des maladies émergentes d’origine virale contre lesquelles il n’existe encore aucune parade.

Il s’agit par ordre alphabétique des sept priorités pour lesquelles il est urgent de stimuler des recherches : la CCHF acronyme sympathique de « Crimean-Congo Haemorrhagic Fever », peut-être encore un coup subversif de Poutine, mais ce n’est qu’une remarque de mon cru. Il y a ensuite la fièvre Ebola, la fièvre de Lassa, le MERS, la fièvre Nipah, la fièvre de la Rift Valley et enfin le SARS. Il est vrai qu’on se perd dans ces abréviations et autres noms pour le moins exotiques. En résumé il s’agit de fièvres hémorragiques d’origine virale comme par exemple la dengue le plus souvent fatales.

La stratégie de lanceuse d’alerte de l’OMS ressemble étrangement à celle de l’IPCC en ce qui concernait la crise climatique. Je parle en utilisant le passé car il commence – pour le réchauffement climatique global – à émerger de toutes parts des contestations très réelles relatives aux manipulations des données par la NASA, la NOAA et d’autres institutions de par le monde soudoyées par les puissances financières occultes qui n’attendent qu’une chose, réaliser des profits monstrueux avec l’instauration de la taxe carbone, le but final de la COP21. Mais ce n’est pas là le propos de ce billet. L’OMS (WHO en anglais) œuvre pour que tous les pays financent des recherches pour tenter de trouver des parades aux « fièvres virales émergentes ». Vous noterez qu’on est toujours dans le registre des températures, mais bref passons. Le virus Ebola a mobilisé l’opinion mondiale pendant des mois et au final cette épidémie concernant quelques pays africains n’a pas fait, au total, plus de morts que deux semaines de malaria, il faut qu’on se le dise ! Quant à toutes les autres fièvre hémorragiques virales citées ci-dessus, elles restent encore anecdotiques en comparaison de la même malaria.

Le « comité d’experts du WHO » comprend comme l’IPCC, autre organisation onusienne inutile, des représentants de diverses disciplines allant de virologues, de microbiologistes, d’immunologistes, des politiciens (naturellement) représentant les compagnies d’assurance maladie ou les Etats, des médecins qui n’ont jamais exercé mais se sont propulsé experts, des mathématiciens (naturellement car il faut des spécialistes pour frauder les statistiques) et enfin, pour faire bonne figure quelques spécialistes des maladies respiratoires grassement rémunérés pour pondre des rapports creux qui n’aboutiront jamais.

Le présent rapport de l’OMS mentionne en seconde priorité le virus dit de chikungunya et la fièvre de Zika, deux autres virus qui ne sont responsables que de quelques dizaines de milliers de morts chaque année.

Par contre, le HIV – on en a fait le tour et des traitements efficaces existent – la tuberculose, la malaria, la grippe aviaire et la dengue sont reléguées au rang de fléaux moins préoccupants. On croit rêver ! Le WHO, dont dépend le Centre International de Recherche sur le Cancer (le « cirque », IARC en anglais, dont j’ai à plusieurs reprises relaté les prouesses scientifiques dans ce blog) n’est plus qu’un ramassis de fonctionnaires inutiles et outrageusement coûteux qu’il faut supprimer d’urgence. Il est tout à fait consternant et inquiétant de constater que le monde entier est devenu tributaire de ces organismes onusiens qui dictent leur loi envers et contre toute logique scientifique.

Source d’inspiration : www.who.int/

2 réflexions au sujet de « Les délires onusiens en terme de santé mondiale … »

    • Effectivement il y a eu surtout 2400 cas de microcéphalie chez des nouveaux-nés dont les mères étaient infectées par le virus durant la grossesse. Ce virus peut en outre provoquer la maladie de Guillain-Barré beaucoup plus débilitante que la fièvre elle-même. Ce virus est très proche de celui de la dengue dont j’ai souffert après un séjour aux Iles Marquises où des cas de Zika ont aussi été signalés ces dernières années.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s