Billet d’humeur politique. Espagne et France, quel avenir ?

 

J’avoue que je suis complètement déconnecté de la politique franco-française depuis maintenant plus de 15 ans et je n’ai même pas le droit de commenter les résultats du premier tour des élections régionales qui viennent d’avoir lieu en France puisqu’il y a bien longtemps que je n’ai plus de carte d’électeur. Ce qui est intéressant de constater est d’abord que les médias subventionnés donc mécaniquement asservis par le pouvoir font tout un foin de ces élections. Les Français se défoulent parce ce scrutin n’a pas d’importance car il n’y a aucune conséquence législative : ils votent pour des sortes de fonctionnaires faisant partie du monstrueux millefeuille politique qui vont signer des chèques sans provision pour satisfaire en apparence tout le monde. Ces élections, je le répète, font partie du jeu politique totalement malsain consistant à promouvoir des personnalités incompétentes au pouvoir, payées par les contribuables, qui en aucun cas amélioreront l’économie, l’emploi ou l’insécurité, ce n’est qu’un doux rêve. Est-ce que la petite Marion est compétente pour diriger la région PACA ? Il ne faut pas rêver !

Ces élections régionales françaises c’est un non-évènement, point barre.

Par contre ce qui va se passer en Espagne dans deux semaines, des législatives à l’échelle nationale, est autrement plus important. Le paysage politique espagnol auquel sont habitués les habitants de ce pays est depuis l’instauration de la démocratie après la mort de Franco un système à deux partis ressemblant étrangement aux systèmes britannique ou américain. Cette configuration pourrait se retrouver en ruine non pas par une poussée extrémiste de droite – encore faut-il définir aujourd’hui ce qu’est un extrémisme de droite comme avec le FN en France – mais par une poussée de nouveaux partis politiques qui se déclarent près du peuple comme Podemos et Ciudadanos. Près de 40 % des Espagnols déclarent vouloir voter pour l’un ou l’autre de ces groupes venus de nulle part. Ils ne se rendent pas compte, et c’est là ce qui différencie la tendance espagnole de celle de la France,  que ces « nouveaux » partis issus des mouvements de protestation anti-finance à la suite de la très grave crise qu’a traversé l’Espagne après la chute de Lehman-Brothers et qui n’en est toujours pas remise, les protestataires de la Puerta del Sol à Madrid, sont manipulés par un parti communiste qui ne veut pas dire son nom car il est depuis longtemps exsangue et quasiment inexistant dans ce pays. Il s’agit d’une situation caractéristique de récupération d’une idéologie bon-enfant par de vieux briscards de la politique ultra-gauchiste, piège dans lequel sont tombés les « Verts » tant en Espagne qu’en France.

Donc, rien à voir entre la France et l’Espagne. La gauche française va du parti socialiste à l’ancienne UMP et les élections régionales ont révélé, bien que ce soit sans grande signification future, un « montée » du Front National, mais cela révèle un glissement vers une nouvelle droite que n’incarne plus Nicolas Sarkozy qui a pratiqué une politique de gauche durant tout son quinquennat et un parti socialiste qui n’est plus qu’une baudruche dégonflée dont les Français ne veulent plus entendre parler. Les élections espagnoles sont autrement plus importantes que ces misérables et caricaturales élections régionales françaises car elles risquent de plonger ce pays, l’Espagne, dans une instabilité politique dangereuse qui pourrait bien ébranler la stabilité européenne extrêmement fragile. À suivre.

2 réflexions au sujet de « Billet d’humeur politique. Espagne et France, quel avenir ? »

  1. Bonjour
    Je ne sais pas si la petite Marion est compétente, mais si les doutes que vous éprouvez viennent de son age , permettez moi de vous rappeler que Napoléon Bonaparte prenait le pouvoir à seulement 4 ans de plus !
    Je tiens à préciser que , politiquement parlant Napoléon n’est pas ma « tasse de thé  » j’imagine qu’en cela les espagnols m’approuveront !
    Cordialement !

  2. La compétence, c’est relatif …
    Pour les fausses factures et autres magouilles politiques de sous-préfecture, la petite Marion est effectivement beaucoup moins compétente que les mafieux locaux de l’UMPS.
    C’est à cause de son âge, elle apprendra ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s