Obésité : la « roue de secours » est la plus dangereuse

Capture d’écran 2015-11-16 à 17.47.25.png

Il y a toutes sortes d’approches pour caractériser le surpoids et l’obésité. La plus connue est la mesure de l’indice de masse corporelle qui est le quotient du poids exprimé en kg par le carré de la taille exprimée en mètres. Ça donne donc des kg/m2 et il y a fort heureusement de la marge. Une autre méthode pour connaître si on est dans la mauvaise pente est le rapport entre le tour de taille et le tour de hanches et c’est là que la situation se complique car on se trouve au devant d’une forme de surpoids pas nécessairement classé comme pathologique avec la mesure de l’indice de masse corporelle mais beaucoup plus dangereux pour la santé. C’est une étude réalisée sur 15000 adultes ( 52 % de femmes) âgés de 18 à 90 ans et suivis pendant 14 ans dans le cadre d’un programme mis en place par la Mayo Clinic à Rochester dans l’Etat du Minnesota qui a tiré l’alarme : la « roue de secours » est la forme la plus dangereuse de surpoids. La roue de secours est l’accumulation adipeuse autour de la taille et peut passer « inaperçue » quand on mesure l’indice de masse corporelle. L’étude a révélé que la morbidité induite par cette forme particulière de surpoids localisée était plus importante qu’un surpoids localisé sur l’ensemble du corps aussi bien chez les femmes que chez les hommes avec un triplement des risques de maladies cardiovasculaires ou de diabète.

L’hypothèse émise par l’équipe de médecins de la Mayo Clinic serait que l’accumulation de graisses au niveau du cœur, des poumons et de l’appareil digestif – foie, pancréas, intestins et estomac – provoque une multitude de pathologies triplant le risque de morbidité même si l’indice de masse corporelle n’est pas en lui-même dans la zone rouge.

Capture d’écran 2015-11-16 à 18.29.57.png

La normalité du rapport taille/hanche est de 0,7 pour les femmes et de 0,9 pour les hommes. Au delà il faut vite tirer la sonnette d’alarme. Mesdames et Messieurs prenez vite un mètre de couturière et faites votre test …

Source : DOI : 10.7326/M14-2525 (Annals of Internal Medicine) et mayoclinic.org

Une réflexion au sujet de « Obésité : la « roue de secours » est la plus dangereuse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s