Un espoir de dépistage précoce du cancer du pancréas

Capture d’écran 2015-11-13 à 11.30.55

Une récente étude parue dans le journal Clinical Epigenetics vient de donner un espoir de dépistage précoce du cancer du pancréas. Quand on sait que ce type de cancer est mortel dans 95 % des cas et que les premiers symptômes, des troubles digestifs récurrents, apparaissent beaucoup trop tard pour que le clinicien puisse intervenir, un outil de dépistage fiable permet d’espérer, au moins pour les personnes à risque, une intervention rapide pour éventuellement sauver un patient. Le cancer du pancréas est le plus souvent un adénocarcinome et les cellules cancéreuses sont rapidement invasives mais elles présentent la propriété de relâcher dans la circulation sanguine des marqueurs que l’on peut quantifier comme l’antigène glycosylé CA 19-9 faisant partie de la famille des antigènes permettant de classer les groupes sanguins. Les cellules cancéreuses produisent des quantités anormales de cet antigène mais la recherche de ce dernier est fastidieuse et ne peut en aucun cas permettre des examens de routine. Sa présence anormale ne fait que confirmer la présence d’un adénocarcinome pancréatique.

En se basant sur le fait que les cellules cancéreuses apparaissent souvent après une mutation dite épigénétique, c’est-à-dire une méthylation d’une ou plusieurs bases de l’ADN, la piste étudiée et relatée dans cette étude a consisté à suivre la présence de petits fragments d’ADN d’environ 166 paires de bases présents dans le sang. Quand les cellules cancéreuses meurent car elles ne sont pas toutes éternelles, elle relâchent dans la circulation sanguine des paquets d’ADN encore liés aux protéines constituant les chromosomes. Ces paquets d’ADN (nucléosomes) sont liés les uns aux autres par ces fragments de 166 paires de bases et l’approche expérimentale s’est focalisée sur les modifications épigénétiques de ces fragments.

L’étude réalisée à l’Université de Lund en Suède a concerné 25 patients souffrant de cancers du pancréas à un stade encore opérable, dix patients présentant des affections pancréatiques bénignes et 24 sujets sains. La recherche des modifications épigénétiques a pu être parfaitement corrélée avec la présence de CA 19-9 avec une précision et une sensibilité accrues en utilisant la technique dite ELISA développée spécifiquement avec 8 anticorps monoclonaux par la firme belge Volition RX ( www.volitionrx.com ) spécialisée dans la mise au point de tests sanguins de diagnostic des modifications des nucléosomes induits par la présence de cellules cancéreuses.

Sources : DOI : 10.1186/s13148-015-0139-4 et VolitionRX, illustration : VolitionRX

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s