Hydrocarbures contre carbohydrates

Capture d’écran 2015-11-09 à 15.08.24

Au milieu des années 80 l’Arabie Saoudite s’est lancée dans un vaste programme agricole au nord-ouest de la péninsule en utilisant à outrance la nappe aquifère fossile datant de la fin de la grande glaciation du Würm. La production de blé avait rapidement atteint de tels sommets que le pays était devenu un exportateur important de cette céréale satisfaisant les besoins des pays alentour, Koweit, Emirats Unis, Qatar, Bahrain, Oman et Yémen. Aujourd’hui les derniers champs circulaires (800 mètres de diamètre) ont presque tous disparu car il est devenu urgentissime de préserver l’aquifère sous-jacent. Ce ne sont pas les quelques gouttes d’eau ou flocons de neige (réchauffement climatique oblige) qui tombent sur les montagnes frontalières de la Jordanie et de l’Irak qui pourront ré-alimenter cette nappe profonde. En 2016 l’Arabie Saoudite devra importer 100 % du blé dont elle a besoin (4,5 millions de tonnes), la production domestique de blé déclinant depuis près de dix ans.

Fort heureusement pour le Royaume il y a encore du pétrole et quand on sait que la moitié du pétrole pompé est brûlée sur place pour produire de l’électricité qui alimente notamment les conditionneurs d’air et des usines de dessalage d’eau de mer, pourquoi alors arrêter la culture céréalière brutalement. Tout simplement parce qu’il n’existe aucun aqueduc pour transporter l’eau dans la vallée perdue au milieu des dunes de sable entre Al Jawf et Al Qurayyat presque aussi étendue que le Liban. Il n’y a en effet que des dunes de sable et des collines rocheuses escarpées tout autour de cette vallée.

De plus les Saoudiens commencent à injecter de l’eau de mer dans les nappes de pétrole pour forcer la production (il ne faut pas trop le dire car les réserves d’hydrocarbures du Royaume sont top-secrêtes, la CIA est très vigilante sur ce point). Ce pays s’est acheminé vers une situation totalement ubuesque. Seuls travaillent quasiment comme des esclaves les immigrés sans aucun statut social. Les réserves fossiles d’eau du nord-ouest ont été pillées pour satisfaire une espèce de fierté nationale ridicule, les champs pétrolifères seraient-ils aussi en voie d’épuisement, du moins certains d’entre eux ? Triste avenir pour l’un des pays du monde les plus « riches » mais aussi le plus pollueur par habitant !

Source : Bloomberg, illustration capture d’écran Google Earth

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s