L’agriculture « Ça a eu payé mais ça paie » … encore

Capture d’écran 2015-10-20 à 15.54.55

Comme le melon et la citrouille, la courgette est une cucurbitacée. J’ai vu des courgettes de forme cubiques faciles à conditionner sur un plateau pour le transport l’étal d’un marchand de légumes à Tokyo. Il s’agissait en fait d’une variété de courgette (ou de citrouille) appelée potimaron spécialité d’Hokkaïdo.

Pour arriver à donner une forme cubique à une cucurbitacée il suffit de la mettre dans un moule et le fruit, puisqu’il s’agit d’un fruit et non d’un légume, épouse au cours de sa croissance la forme du moule. C’est une propriété de cette famille de fruits qui a été mise à profit avec succès après plusieurs années de mise au point par Tony Dighera pour produire des citrouilles (pumpkins) spéciales Halloween ayant la forme du visage de l’inoubliable Boris Karloff. Elle se vendent 100 dollars pièce mais ne tentez pas d’en trouver sur votre marché les 80000 citrouilles spéciales Halloween produites cette année dans la ferme Cinagro en Californie ont toutes été vendues :

Capture d’écran 2015-10-20 à 15.54.34

Comme disait Fernand Raynaud « l’agriculture ça a eu payé » … mais ça paie encore !

https://www.youtube.com/watch?v=81TYKUOekdM

Source : Forbes.com , lien : http://www.moldedmelons.com

La gigantesque gabegie de l’écologie politique française

Capture d’écran 2015-10-21 à 16.12.10

En dehors de la Suède, si on considère que la Californie est un Etat au même titre par exemple que l’Espagne ou la France, cet « Etat », donc, est le deuxième meilleur élève au monde dans le classement des émissions de carbone après … la France ! Le classement se fait en considérant le nombre de dollars générés dans le produit intérieur par unité de carbone émis dans l’atmosphère. Les incitations de l’Etat de Californie à développer des technologies moins voraces en énergie ont porté leurs fruits puisqu’en 25 ans la quantité totale d’énergie consommée a diminué de 20 % alors que durant la même période l’économie s’est accrue de 40 %.

Dans cette optique la Californie s’est engagée à poursuivre sa politique d’efficacité énergétique et de développement de l’énergie photovoltaïque dans les zones désertiques ainsi que l’optimisation de la smart-grid électrique en d’autres termes la mise en place d’un réseau intelligent de distribution de l’électricité. La société Pacific Gas and Electric (PG&E) produit déjà 50 % de son électricité à partir de sources n’émettant pas de carbone : nucléaire et hydroélectrique. Un autre volet est l’incitation à l’achat de voitures électriques. Le parc de voitures électriques californien représente déjà plus de 30 % de tous les véhicules de ce type dans le monde.

Qu’en est-il en France ? La politique politicienne électoraliste de Hollande a conduit à décider de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et cette décision est sans appel comme vient EDF de se le voir signifier sèchement par Ségolène, fermeture devant être effective dès la mise en fonctionnement de l’EPR de Flamanville. Or EDF a constaté que la construction de cette usine a encore pris du retard et qu’il est inenvisageable qu’elle puisse être raccordée au réseau avant au mieux 2020, au mieux voulant dire s’il n’y a pas d’autres retards comme pour l’EPR de Finlande dont la construction accuse un retard de 10 ans ! Alors que la France compte 35 millions de véhicules automobiles et que la puissance moyenne de ces derniers est de 136 chevaux, soit 100 kW, (ou encore 50 fers à repasser !) les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim permettraient de recharger chaque jour 9 millions de voitures électriques dans l’hypothèse où ces dernières ne seraient utilisées que 2 heures par jour, c’est-à-dire comme le quart du parc de véhicules de tourisme français. Quand on sait que près de 40 % des émissions de carbone françaises proviennent des véhicules automobiles, on peut raisonnablement se demander de quelle manière les écologistes, dont l’emblématique Ségolène, raisonnent. Ça ne doit pas être très clair dans leur tête : seule l’idéologie est importante, les réalités économiques passent au second plan. L’histoire récente fourmille d’exemples catastrophiques de ce genre quand on mélange l’idéologie et l’économie.

Elon Musk est un entrepreneur visionnaire et ce n’est pas un idéologue, CQFD.

Source : San Francisco Gate ( blog.sfgate.com/ ) et (re)voir aussi les billets de ce blog datés du 17 février 2012 et du 18 mars 2014, illustration Tesla modèle S

Le scandale opaque de l’oxycodone (aux USA).

1024px-Papaver_bracteatum_im_Botanischen_Garten_Erlangen

L’oxycodone est une molécule dérivée de la thébaïne, proche de la morphine et de la codéine. Elle est interdite en France car elle est classée comme stupéfiant. Aux USA, on pourrait dire qu’elle est presque en vente libre puisqu’entre 1993 et 2015 la production de cet analgésique normalement réservé au traitement des douleurs liées à des cancers en remplacement de la morphine a été multipliée par 39 ! Tout ça avec l’approbation de la FDA et de l’agence anti-drogues (DEA ou Drug Enforcement Agency). En 22 ans la production est passée de 3520 à 137500 kilos, à croire qu’au cours de ces 22 années 39 fois plus d’Américains souffrent de douleurs récurrentes. Mais ce n’est pas tout, comme on peut le constater sur l’illustration ci-dessous la FDA a aussi autorisé la production d’hydrocodone et de morphine. Le fentanyl n’est pas un dérivé de la thébaïne mais agit comme un opioïde avec un effet 50 fois plus puissant que la morphine et 100 fois plus puissant que l’héroïne avec des effets d’accoutumance prononcés. Il est aussi utilisé pour traiter les douleurs liées à des cancers. Quant à l’hydromorphone c’est aussi une dérivé de la thébaïne, le pendant de la morphine, comme l’hydrocodone est le pendant de la codéine.

Capture d’écran 2015-10-21 à 18.36.17

Bref, les choses se passent de la manière suivante. La DEA organise une réunion ultra-secrète avec les fabricants et distribue des quotas à chacun. Les informations ne sont pas rendues publiques, seule la quantité globale produite est connue. La production d’oxycodone augmentera encore légèrement en 2016, tout va très bien … On est donc en présence d’un lobbying caractérisé car les compagnies pharmaceutiques n’ont eu de cesse de clamer que ces dérivés de la thébaïne étaient des opioïdes sans danger. Des millénaires de pratique de l’opium directement dérivé du pavot – comme la thébaïne (voir infra) – contredisent clairement les affirmations de ces pharmaciens. Exemple : entre 1999 et 2015 il y a eu seulement aux USA 220000 morts par overdoses d’héroïne (illégale) ou d’opioïdes autorisés sur ordonnance. En 2013 seulement sur 37000 morts par overdose 16000 cas furent provoqués par l’oxycodone …

Les laboratoires pharmaceutiques et le corps médical exercent une sorte de chantage sur la DEA (et la FDA par voie de conséquence) car si les quotas d’oxycodone diminuent alors les prix augmenteront et les patients souffriront. Or l’oxycodone en particulier est utilisée comme substitut à l’héroïne. On assiste donc à une sorte de complicité entre les autorités de régulation, les laboratoires fabricant entre autres opioïdes l’oxycodone et les médecins qui prescrivent ce produit aux patients ne souffrant pas nécessairement de douleurs mais étant plutôt en état de manque d’héroïne.

Une autre question se pose en dehors du fait qu’il y a à l’évidence un usage dévié des opioïdes aux USA, d’où provient la thébaïne ? La DEA a fixé en 2014 les quotas de production de thébaïne à 145 tonnes à partir du pavot Papaver bracteatum qui ne contient pas de morphine mais essentiellement de la thébaïne. Il faut 1 kg de thébaïne pour produire environ 1 kilo d’oxycodone (137 tonnes) ? Il y a comme un lézard puisqu’un hectare de pavot produit au mieux entre 1,5 et 2 kilos de thébaïne … Il faut donc 90000 hectares de cultures de pavot pour la seule production de thébaïne outre la culture de celui utilisé pour la production de morphine et de codéine, elle-même dérivée de la morphine. Ces deux opioïdes sont en effet produits à partir d’une autre variété de pavot, le Papaver somniferum dont la culture est étroitement contrôlée, et ne fait pas l’objet de ce billet. L’administration américaine a donc, par une attitude laxiste scandaleuse déplacé le problème de l’héroïne sur son propre sol en permettant aux laboratoires pharmaceutiques de réaliser des profits au passage et en toute légalité. C’est pas beau la vie ?

Source et illustration, The Daily Beast, photo Papaver bracteatum (Wikipedia)

Voir aussi les billets des 4 septembre 2014 et 15 août 2015 sur ce blog

Changement climatique, épisode 12. Les calottes glaciaires ne fondent plus, le niveau des océans baisse !

Capture d’écran 2015-10-05 à 18.25.02

Le titre de ce billet met encore une fois en évidence les mensonges réitérés de l’Eglise de Scientologie Climatique devenue maintenant une organisation planétaire et bientôt totalitaire. Il ne se passe pas un jour sans qu’apparaisse dans la presse un entrefilet alarmant au sujet du niveau des océans qui monte à la vitesse exponentielle de plusieurs millimètres par an, au sujet également de la température (moyenne) qui a atteint ces derniers mois des sommets absolus depuis, depuis quand ? On ne sait plus trop. Car il s’agit de maintenir la pression sur l’opinion publique et surtout politique car le COP21, le grand raout organisé par Ségolène, se rapproche dangereusement et il faut vite que tous les pays du monde adhèrent aux directives des 97,5 % de climatologues qui ont d’un commun accord décidé que ça se réchauffait dangereusement et qu’il fallait cette fois, et une bonne fois pour toutes, prendre des décisions vraiment décisives et irrévocables. Tant pis pour les oiseaux de nuit qui se font couper en deux par les éoliennes, tant pis pour les infra-sons que subissent les riverains des moulins à vent, c’est leur effort demandé pour sauver l’humanité, une infime contribution en définitive.

Parlons donc des glaciers ou plutôt des calottes glaciaires boréales. Il n’y en a pas beaucoup car il s’agit essentiellement du Groenland, du grand nord canadien, des glaciers de l’Alaska et des pays scandinaves et aussi de l’Islande. Les climatologues de l’IPCC, cet organisme politique mandaté par les Nations-Unies pour répandre la peur (et la terreur) sur la planète entière, répètent sans cesse que les glaces du Groenland fondent à une vitesse alarmante depuis, depuis ? Ils ne savent plus trop non plus … En effet les plus récentes études des scientifiques danois impliqués dans la surveillance de la calotte glaciaire groenlandaise contredisent les déclamations tonitruantes de ces scientifiques d’opérette pour qui le mensonge est devenu aussi impérieux que de respirer car s’ils reconnaissaient honnêtement leurs multiples mensonges, tout le montage du changement climatique s’effondrerait.

L’évolution jour après jour de la calotte glaciaire du Groenland est l’affaire de l’Institut météorologique danois au Niels Bohr Institute à Copenhague et elle est conduite presque en temps réel. Le 31 août dernier cet institut a déclaré que l’hiver avait débuté dans cette zone avec des températures largement en dessous de zéro à tel point qu’on peut observer l’expansion de la masse glaciaire presque heure par heure :

Capture d’écran 2015-09-18 à 19.42.52

Entre le 16 et le 17 septembre 2015, les surfaces fondant encore ont régressé de 50 % (en rouge sur les cartes) en l’espace de 24 heures. Mais ce n’est qu’un instantané qui illustre la précision des mesures, précision qui a permis à cet institut de démentir ce qu’on raconte dans la presse main-stream et divers plateaux télévisuels : le Groenland ne perd plus de glace depuis plusieurs années ! Comme on peut le constater ci-dessous seule une infime partie de la calotte glaciaire a « perdu » de la matière gelée (en rouge) et le bilan est évalué à un gain de glace de 200 kilomètres cube, soit 200 milliards de tonnes depuis le premier septembre 2013. Ce n’est pas une estimation à l’emporte pièce mais la réalité et cette accumulation de glace en quelques années correspond à une diminution du niveau des océans, ce n’est pas moi qui l’affirme mais les glaciologues de Copenhagen, de presque 2 millimètres :

Capture d’écran 2015-09-18 à 19.59.14

L’échelle de droite est exprimée en millimètres d’eau équivalents.

Alors qui faut-il croire ? Il faut tout de même garder en mémoire que depuis dix ans, c’est-à-dire depuis la fin de l’optimum solaire moderne, la perte de glace au Groenland était de l’ordre de 20 à 50 milliards de tonnes par an, un fait non contesté essentiellement dû à l’inertie thermique de l’Océan Atlantique, mais on ne peut que se rendre à l’évidence : le refroidissement climatique a bel et bien commencé puisque ce processus s’est brutalement inversé. Au cours de cet été 2015 aucune tentative de passage par le nord-ouest n’a pu être envisagée car la mer est restée en permanence prise par les glaces dans le grand-nord canadien. Comme l’indique la figure ci-dessous, publiée par la NOAA, l’anomalie des températures au sol observées entre le premier janvier et le 23 août 2015 rend compte du refroidissement qui se profile sérieusement.

Capture d’écran 2015-09-18 à 20.20.25

Mais on continue à parler de réchauffement pour la bonne cause, celle de l’enrichissement des plus riches au détriment des plus pauvres. Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire ce sont en effet les puissances financières qui seront les premières bénéficiaires (et le sont déjà) des investissements massifs (financés par les impôts) décidés par les politiciens pour juguler le réchauffement climatique à grands coups de moulins à vent, de panneaux solaires et de trafic à grande échelle de quotas de carbone dans la plus pure opacité. Ces puissances financières anonymes contrôlent également les grandes firmes automobiles ainsi que les compagnies pétrolières de par leur participation dans le capital de ces sociétés. C’est pour ces raisons qu’on évite de trop mentionner que l’essentiel de la pollution atmosphérique (plus de 35%) provient des véhicules automobiles et non pas des usines de production d’électricité car il y a un mélange évident d’intérêts tant pour les gouvernements au travers de taxes nombreuses et variées sur les automobiles et les carburants que pour les détenteurs anonymes des capitaux de ce secteur industriel pour la plupart domiciliés aux Bahamas et dans les Iles Vierges.

Avec la collaboration des politiciens qui n’ont naturellement rien à perdre mais tout à gagner le paquet est déjà ficelé : c’est le peuple qui va payer très cher, et pourtant ça va se refroidir et ce sera bien pire … Il a fallu 350 ans à l’Eglise de Rome pour réhabiliter Galilée, combien faudra-t-il de temps pour que l’ONU et les écologistes reconnaissent leurs mensonges ? Peut-être quelques années seulement si le refroidissement du climat annoncé par quelques scientifiques encore honnêtes s’installe rapidement et durablement … au moins jusqu’en 2060.

Aux dernières nouvelles il paraît que l’hiver est déjà arrivé en Europe depuis plus d’un mois (première illustration)  et que le mois de septembre a été le plus froid en Suisse et en Autriche depuis 50 ans, évidemment puisqu’on vous le dit : c’est parce que ça se réchauffe !!!

Prochain billet sur le climat : conclusion de cette série.

Source : http://www.dmi.dk/en/groenland/maalinger/greenland-ice-sheet-surface-mass-budget/

Et toujours sur ce blog :

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/07/29/science-et-religion-nont-jamais-fait-bon-menage-retour-sur-la-theorie-de-leffet-de-serre-et-le-rechauffement-climatique-episode-1/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/02/rechauffement-climatique-global-episode-2-riz-et-methane/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/10/climat-episode-3-une-canette-de-biere-un-modele-de-latmosphere-terrestre/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/17/perturbation-climatique-globale-episode-4-la-science-revue-et-corrigee-pour-la-bonne-cause/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/26/perturbation-climatique-globale-episode-5-lorigine-philosophique-de-la-supercherie-et-ses-retombees-politiques-planetaires/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/05/rechauffement-climatique-episode-6-fraude-scientifique-par-omission-leffet-du-soleil/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/13/changement-climatique-episode-7-quand-la-nasa-confirme-le-refroidissement-climatique-a-son-insu/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/19/changement-climatique-episode-8-quest-devenue-lintegrite-des-scientifiques-climatologues/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/21/changement-climatique-episode-9-les-fraudes-repetees-de-la-nasa-et-de-la-noaa/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/26/crise-climatique-episode-10-et-si-le-mouvement-ecolo-malthusien-avait-tout-faux/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/10/02/changement-climatique-episode-11-quand-les-banquiers-centraux-sinteressent-au-climat/

Les drones et les crimes contre l’humanité

Capture d’écran 2015-10-19 à 12.17.45

J’ai séjourné quelques semaines à Palau, n’y allez pas, il fait très chaud et vous êtes condamné à manger des saloperies american-style servies par des Chinois ou des Philippins immigrés réduits à l’état de sous-hommes car les citoyens de cet état artificiel sont tous des fonctionnaires ou des employés de l’US Army. Je suis arrivé à Palau au milieu de la nuit et en suis reparti également au milieu de la nuit car il n’y a pas de liaisons aériennes assurées durant la journée en provenance de ou vers Manille ou Incheon, les deux destinations ou liens aériens vers ou de Palau avec Guam naturellement. La raison en est évidente et c’est un Philippin qui me l’indiqua, l’aérodrome de Palau est l’une des écoles de pilotage des drones de l’armée américaine. Ça laisse rêveur et effectivement j’ai vu de mes propres yeux ces engins silencieux, recouverts d’une sorte de peau indétectable par les radars, survoler la principale ville de Palau en plein jour sans que qui que ce soit s’en émeuve car la location de l’aérodrome par l’armée américaine est probablement la principale source de revenus de ce minuscule pays totalement surréaliste et artificiel.

Les drones sont des armes de destruction massive qui n’ont jamais été reconnues par les conventions internationales et les Américains les utilisent depuis des années en toute impunité. Barak Obama, prix Nobel de la Paix, faut-il le rappeler, est complice de l’assassinat de centaines de milliers de personnes, essentiellement des civils, organisé selon des sources fournies par la CIA, drones télécommandés à distance depuis des centres de commandement situés en Oklahoma, au Nevada ou dans le Missouri. Des centaines de civils sont assassinés presque chaque jour par ces drones en Afghanistan, au Yémen, en Somalie, en Syrie, dans les zones tribales du Pakistan, dans l’Hindu Kush, en Érythrée et bientôt peut-être à notre porte parce que nous manifesterons notre désapprobation au sujet de ces assassinats massifs ordonnés par un prix Nobel de la Paix …

Tout est organisé par la CIA qui a mis en place des agents grassement payés dans tous les pays considérés comme stratégiques pour les USA, que ce soit pour le pétrole, l’uranium, le molybdène ou plus prosaïquement l’opium en ce qui concerne l’Afghanistan. La CIA est en réalité un état dans l’état aux USA, son pouvoir de décision échappe à la Maison-Blanche et le Pentagone n’est qu’une marionnette dans cette stratégie destructrice criminelle. Si des « civils » périssent il s’agit de « bavures » regrettables. Le récent bombardement délibéré d’un hôpital de Médecins sans Frontières par un drone américain (ou un obus, on ne sait pas trop) en est une illustration étonnamment évidente. Qui plus est des chars américains sont venus ensuite sur le site pour « nettoyer » les preuves accablantes de leur méfait sur le terrain ! Que dire de plus sinon que le gouvernement américain devrait être poursuivi pour crimes contre l’humanité sans remonter aussi loin que la guerre du Vietnam et l’usage intensif d’agent orange. Les Américains et leurs gouvernement successifs se sont arrogé le droit de gouverner le monde dans le plus total irrespect des lois et conventions internationales. C’est scandaleux ! Et le soutien des gouvernements européens aux agissement criminels des Américains est tout aussi scandaleux …

Inspiré d’un billet de Paul Craig Roberts conduisant au site theintercept.com, illustration drone Predator (source : Wired.com)

Note : j’ai rédigé ce billet dimanche 18 octobre 2015 bien avant d’avoir lu l’édito de H16 sur Contrepoints du 19 octobre. J’en ai personnellement fait part à H16. Que personne ne m’accuse donc de plagiat, les informations fournies par theintercept sont disponibles sur la toile depuis le 15 octobre 2015.

Quand Coca-Cola finance des recherches académiques, c’est pour la bonne cause …

Capture d’écran 2015-10-19 à 09.51.04

L’épidémie d’obésité aux USA et dans beaucoup d’autres pays du monde est principalement provoquée par l’abus de sucres en tous genres ajoutés aux boissons gazeuses (ou non) et à de multiples préparations de nourritures industrielles que j’ai coûtume de qualifier dans ce blog de « malbouffe ». Les taxes et exemptions de taxes des sociétés sont accessibles au public, c’est une disposition dite de « transparence » introduite par Obama. Et quand on découvre que Coca-Cola déverse des dizaines de millions de dollars à des laboratoires universitaires impliqués dans la recherche sur l’obésité, le cancer, les maladies cardiovasculaires et la santé des enfants, on est en droit de se poser quelques questions car ces largesses extravagantes n’ont tout de même pas pour seul but de permettre à cette compagnie, leader mondial des boissons non alcoolisées, de payer moins d’impôts.

Quand on prend donc la peine d’éplucher les documents de l’IRS américain (Internal Revenue Service) l’équivalent du fisc français on découvre des faits tout à fait surprenants. Mais pour bien comprendre cette situation plutôt surréaliste il faut faire un petit rappel des désastres sanitaires que représentent l’obésité et le diabète qui y est lié aux USA. En 30 ans l’obésité a plus que doublé chez les enfants et quadruplé chez les adolescents. En 2012, dernières statistiques disponibles du CDC (Center for Disease Control, basé à Atlanta comme Coca-Cola), plus du tiers des enfants étaient obèses ou en surpoids. Les cas de diabète de type 2 ont triplé durant cette même période. Les buveurs compulsifs de Coca-Cola ignorent le plus souvent qu’une canette de 33 centilitres contient l’équivalent de 15 cuillères à café de sucre et quand on sait également que la consommation de sodas en tous genres a triplé durant ces 30 dernières années (toujours aux USA) il n’y a même pas de questions à se poser pour trouver des raisons à l’épidémie d’obésité.

Pour se donner bonne conscience, Coca-Cola a financé par exemple l’Académie Américaine de Pédiatrie (3 millions de dollars) pour qu’elle mette en place un site web ( healthychildren.org ) dédié à la santé des enfants, on croit rêver et pourtant c’est la stricte vérité : d’un côté Coca-Cola ne survit qu’en dépensant des milliards de dollars en publicité pour inciter les enfants et les adolescents à boire ses sodas et d’un autre côté cette compagnie subventionne des recherches pour se laver de tout soupçon. Par exemple Coca-Cola finance l’association américaine des médecins de famille à hauteur de 3,6 millions de dollars, le Collège Américain de Cardiologie ($ 3,2 M) l’American Cancer Society ($ 1,9 M) et y compris l’American Diabetic Association avec 1,1 million de dollars !

Plus fantastique encore, cette même société a financé à hauteur de 6,7 millions de dollars le Centre de recherches biomédicales de l’Université de l’Etat de Louisiane pour effectuer une étude réalisée dans 12 pays sur 6000 enfants. La conclusion de cette étude très attendue (c’est de l’humour) fut que l’obésité et le surpoids ne pouvaient être expliqués chez les enfants que par le manque d’exercices physiques, pas suffisamment de sommeil et trop de télévision sans jamais avoir mentionné le Coca-Cola comme boisson préférée de ces enfants et adolescents ! Cet institut d’où provient l’étude, le Pennington Research Center, s’est défendu en clamant que toutes les règles de l’éthique scientifique avaient été respectées. On comprend dès lors que de plus en plus de personnes mettent en doute les résultats de toutes ces « méta »-études qui sont biaisées dès le départ. L’Union of Concerned Scientists ( ucsusa.org ) clame qu’elle est totalement indépendante et qu’elle n’a jamais accepté le moindre dollar en provenance de corporations industrielles ou commerciales. Quand on voit quels sont les sponsors de cette association on ne peut qu’émettre de sérieux doutes sur sa probité. En effet, si cette association ne s’occupe pour ainsi dire que de changement climatique et de pollution, elle est financée par d’autres associations toutes orientées vers la promotion du danger du réchauffement climatique et dont le financement est pour ces dernières pour le moins opaque.

Capture d’écran 2015-10-17 à 12.38.02

Le monde scientifique s’est prostitué aux grandes compagnies industrielles et aux organisations politisées « non gouvernementales » pour survivre au détriment de la santé et du bien-être des populations … Faust avait vendu son âme au diable, le monde scientifique a fait de même.

Source : Huffington Post, illustration IMDB

Les Hollandais se sont couverts de sauce ridicule !

Capture d’écran 2015-10-18 à 09.59.20

L’enquête sur le vol MH17 s’est révélée être un monument de mauvaise foi qui ridiculise et décrédibilise complètement la Hollande sur la scène internationale. Apparemment ils n’ont pas tenu compte des informations fournies par le fabricant russe de missiles BUK ni pris en considération les informations satellitaires fournies par Moscou. Le fabricant de missiles a indiqué que le BUK supposé avoir été utilisé pour abattre l’avion de la Malaysia Airline était un modèle ancien et que seule l’armée ukrainienne disposait encore de ce type d’armement. En deuxième lieu Moscou a réitéré par la voix de son ministre des Affaires étrangères Lavlov qu’il n’y avait aucun intérêt pour la Russie à abattre un avion civil.

Un point que l’enquête n’a pas abordé et ça paraît vraiment suspect : qui a donné l’ordre d’abattre l’avion, quelle fut la chaine de commandement, pourquoi dès le lendemain le Président ukrainien, de concert avec les USA, a immédiatement accusé la Russie, l’avion a-t-il été réellement abattu par un missile sol-air ? Si ces questions restent sans réponse, alors il y a lieu d’émettre de sérieux doutes sur la qualité de ce rapport. On peut raisonnablement penser, ce que les enquêteurs n’ont pas fait, que l’avion a été abattu « par erreur » et que cet événement regrettable a immédiatement été exploité par la propagande américaine comme « false flag », en français faux drapeau, un événement monté de toute pièce pour ensuite justifier les sanctions contre la Russie prises de concert par les USA et l’Union Européenne (sur ordre de Washington). Voilà l’exploitation qui a été faite de cet événement.

Si les séparatistes disposaient de moyens de défense anti-aérienne, ce que les enquêteurs n’ont même pas envisagé de contredire, le vol MH17 aurait pu alors être abattu par erreur, le missile étant destiné aux chasseurs de l’armée ukrainienne qui se trouvaient au moment du tir à proximité de l’avion civil. C’est cette hypothèse qui a été développée par les enquêteurs néerlandais, une erreur de tir de la part des séparatistes qui disposaient de cet armement, soulève une interrogation de taille : cet armement sophistiqué provenait-il de l’armée ukrainienne ou de la Russie ? Puisqu’il faut des personnels qualifiés pour utiliser cet armement, alors quoi de plus facile que d’accuser la Russie ! Comme ce raisonnement paraît invraisemblable alors le gouvernement ukrainien pourrait être poursuivi pour ne pas avoir fermé son espace aérien au dessus des zones de conflit. C’est ce qu’envisage de faire la Malaisie. Or, ironie de l’histoire, les USA ne reconnaissent pas la validité de la Cour de Justice internationale de la Haye qui se trouve être aux Pays-Bas !

Dans un monde où le mensonge est devenu un art de vivre et même un gagne-pain pour les médias occidentaux noyautés par la CIA et travaillant parfois pour cet organisme, celui (le mensonge) de la commission d’enquête sur le vol MH17 servi avec une bonne louche de sauce hollandaise fait un peu tache …

http://www.anderweltonline.com/fileadmin/user_upload/PDF/Cockpit-MH017.pdf