Volkswagen a fraudé intentionnellement : pas si sûr !

Comme mes lecteurs le savent je me positionne souvent à contre-courant de l’opinion généralement admise et donc devenue de ce fait consensuelle. Cette histoire de « trucage » électronique des moteurs diesel TDI de Volkswagen m’amène à deux questions auxquelles je vais tenter de répondre même si je ne dispose pas des éléments techniques permettant d’appuyer mon argumentation.

Quel était le but initial du logiciel installé sur les véhicules diesel ?

On peut se poser cette question avec objectivité car ce logiciel s’active quand le véhicule ne roule pas et/ou que le volant est immobile. En d’autres termes il est activé pour réduire les émissions d’oxydes d’azote quand par exemple le véhicule est arrêté à un feu rouge ou dans un embouteillage. Si l’intention initiale de Volkswagen était de réduire cette émission de gaz polluants alors cette intention était louable et non frauduleuse, bien au contraire. La conséquence de l’activation de ce logiciel quand on effectue des contrôles de pollution alors que le volant de direction est immobile a été qualifiée peut-être à tort de fraude. Je dis « peut-être » en raison du silence embarrassé des ingénieurs de Volkswagen. Comme il faut les considérer a priori comme honnêtes – fort heureusement il n’y a pas que des ingénieurs et des scientifiques malhonnêtes dans ce monde, encore que – alors si le but de ce logiciel n’était pas initialement prévu pour réduire la pollution essentiellement en ville il était donc installé pour rendre les tests de pollution en accord avec les normes en vigueur. Il vient donc naturellement à l’esprit une deuxième question.

Le logiciel « frauduleux » est-il plutôt bénéfique pour la qualité de l’atmosphère des villes ?

Puisque en toute logique ce logiciel est activé à l’arrêt à un feu rouge ou dans un embouteillage afin de réduire les émissions d’oxydes d’azote il peut donc être considéré comme bénéfique pour la santé des passants et des habitants des zones urbaines en général puisqu’il réduit la pollution. Pourquoi le législateur ne s’oriente-t-il pas dans cette direction au lieu de faire un procès d’intention à la société Volkswagen en pesant le pour et le contre de ce logiciel … tout simplement parce que l’affaire est maintenant entre les mains des écologistes qui, tels des vierges effarouchées, crient au scandale et à la fraude. Si 10 millions de véhicules se trouvent être moins polluants quand ils sont à l’arrêt en ville en raison des aléas de la circulation, il y a donc un bénéfice non négligeable pour la qualité de l’air ! Les ingénieurs de Volkwagen ont reconnu la faille de ce logiciel lors des contrôles techniques car, probablement en toute bonne foi, ils n’y avaient pas songé dans l’hypothèse où ce logiciel permettait aux voitures équipées du moteur 4 cylindres TDI d’être moins polluantes dans des conditions normales d’utilisation du véhicule en ville. On peut donc rationnellement considérer qu’initialement il n’y a pas eu de fraude intentionnelle mais seulement une erreur d’appréciation de ce logiciel quand le véhicule était soumis aux contrôles de pollution.

Info de dernière minute : selon le journal allemand Bild de ce dimanche, un petit groupe d’ingénieurs de la filiale Audi de Volkswagen ont installé ce logiciel en 2005 sur le moteur EA 189 car il était impossible de le développer en respectant les normes de pollution …

Plusieurs ingénieurs de VW sont passés aux aveux (presse)

Plusieurs ingénieurs employés par le géant automobile allemand Volkswagen ont reconnu être responsables du trucage de moteurs diesel, rapporte dimanche le journal allemand Bild, sans en divulguer le nombre ni l’identité. Le scandale a été révélé, il y a deux semaines.

Les services chargés d’enquêter en interne sur l’affaire « ont déjà reçu de premiers aveux », selon le journal. Ce dernier ne cite pas ses sources. « Plusieurs ingénieurs ont témoigné avoir installé le logiciel truqueur en 2008 », poursuit Bild.

« Petit groupe de personnes »

Volkswagen a avoué il y a peu avoir équipé les moteurs de 11 millions de véhicules d’un logiciel capable de fausser les résultats des tests antipollution. La révélation de cette tricherie a coûté son poste au patron du groupe Martin Winterkorn. La firme a promis de faire toute la lumière sur l’affaire, au moyen d’une enquête confiée à un cabinet d’avocats américain.

Le groupe impute la responsabilité de la manipulation à « un petit groupe de personnes ». Il a suspendu certains salariés. La presse a évoqué le chiffre d’une douzaine, dont le chef des activités de recherche et développement de la filiale Audi.

Les aveux déjà recueillis n’ont pas apporté d’éclaircissement sur l’identité des commanditaires de l’installation du logiciel, explique Bild.

Selon les confessions faites par les ingénieurs concernés, il était techniquement impossible de fabriquer le moteur EA 189, développé par Volkswagen en 2005, en respectant à la fois les plafonds d’émission de gaz polluants et les impératifs de coûts. Il aurait donc été décidé d’avoir recours au logiciel truqueur.

L’entreprise doit rappeler, dans les semaines qui viennent, des millions de voitures et engins utilitaires pour les remettre aux normes. L’image de ce fleuron de l’industrie allemande a pris un sacré coup.

(ats / 04.10.2015 09h28)

Celà n’enlève rien à la portée de mes remarques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s