Savons au triclosan : oubliez, c’est totalement inefficace et de surcroit dangereux !

Capture d’écran 2015-09-16 à 21.48.28

En avril 2014 j’appuyais sur la sonnette d’alarme au sujet du triclosan (voir le lien) et une nouvelle étude vient non pas de confirmer les effets cancérigènes du triclosan qui ont été démontrés chez les souris et qu’il était un perturbateur endocrinien mais de montrer que le triclosan n’a aucun effet bénéfique sur l’hygiène. Un savon sans triclosan est tout aussi efficace qu’un savon en contenant. Pour que cet antiseptique agisse pleinement il faudrait laisser ses mains au moins neuf heures dans un lavabo avec du savon auquel a été ajouté ce triclosan pour être vraiment certain que les mains ont été parfaitement nettoyées. Encore une fois cette affaire c’est du gros business – 1,5 milliard de dollars par an – et ce qui est le plus inimaginable est que tout le monde y croit. Johnson & Johnson, Unilever ou encore Procter & Gamble se moquent complètement que ce produit perturbe les récepteurs des hormones stéroïdes alors qu’il est totalement inefficace en termes d’antiseptique. On se trouve donc encore une fois confronté à de la fausse science mais cette fois-çi elle n’est pas véhiculée par des magazines de caniveau mais par d’importantes multinationales de la chimie. Longue vie à ces compagnies mais aussi longue vie à la bêtise humaine qui n’a d’équivalent que l’immensité de l’univers.

Source : The Guardian

https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/04/26/il-faut-interdire-le-triclosan/

Répartition des réfugiés: l’Europe s’est couverte de honte

Capture d’écran 2015-09-15 à 13.30.17

Berlin – Le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, a estimé mardi que l’Europe s’était couverte de honte après l’échec la veille d’une réunion ministérielle à Bruxelles sur la répartition des réfugiés au sein de l’Union européenne. ( … ) (©AFP / 15 septembre 2015 11h45)

L’Europe dans son ensemble récolte les fruits de ce qu’elle a semé de par le monde en suivant aveuglément les Américains dans leurs entreprises guerrières. Depuis septembre 2001, les Américains ont attaqué et assassiné les citoyens de 9 pays : Irak, Afghanistan, Yémen, Syrie, Somalie, Ethiopie, Soudan, Libye et Pakistan en destituant des leaders politiques le plus souvent mis en place démocratiquement, en finançant des guerres civiles et bien d’autres coups tordus pour y installer la démocratie et la liberté selon le modèle américain …

Quelle est la situation aujourd’hui ?

Afghanistan : 2590000 personnes ont fui leur pays, Irak : 370000, Syrie : 3880000, Somalie : 1100000 et Yémen : 130000 pour l’instant (données datant de 2014). Le HCR estime que près d’un million de Libyens vivent précairement en Tunisie. Au total, et ce n’est qu’une estimation qui date d’un an, plus de neuf millions de réfugiés ont été générés par les interventions américaines dans ces pays. Le même HCR considère que près de 20 millions de personnes sont déplacées dans leur propre pays en quittant les zones de combat. Après avoir semé la terreur et tué aveuglément des civils avec des armements non conventionnels comme les drones qui n’ont jamais été reconnus par les conventions internationales ad hoc, en utilisant des bombes à fragmentation pourtant interdites ou pire des bombes incendiaires contre les civils sous prétexte que ces dernier hébergent des terroristes – selon la définition de la Maison-Blanche – c’est maintenant à l’Europe de s’occuper des réfugiés et c’est bien normal puisque l’Europe sous couvert de l’OTAN a « collaboré » avec le terrorisme américain.

Sous prétexte d’instaurer la pax americana et la démocratie dans ces pays, les USA restent pourtant les alliés indéfectibles d’un des Etats les plus archaïques au monde en termes de liberté individuelle et de droits de l’homme (et de la femme), l’Arabie Saoudite, dont l’obscurantisme législatif n’a même pas besoin d’être rappelé ici. Tout simplement parce qu’il y a beaucoup d’argent dans ce pays et qu’il est un excellent client du complexe militaro-industriel américain. Les Américains ont soutenu la rébellion en Syrie considérant qu’Assad était un tyran qu’il fallait éliminer avec une grosse tare qui entache sa réputation auprès des néo-conservateurs du Congrès et du Sénat, la Syrie est un allié de la Russie ! Aujourd’hui, en Afghanistan, en Irak et en Syrie comme en Libye c’est le chaos. Le terrorisme financé par la CIA et l’Arabie Saoudite s’est répandu dans toute la région et au-delà …

Les Américains ont détruit des pays entiers au nom de la démocratie avec la complicité de l’Europe. Pire encore les Américains se sont arrogé le droit de rançonner des banques tant américaines qu’européennes sous prétexte qu’elles avaient fait des « affaires » en dollars avec des pays inscrits sur la « liste noire » de la Maison-Blanche. L’Amérique s’est approprié le monde entier au nom de la démocratie alors que ce concept est hautement contestable aux USA même avec la violation des libertés individuelles (Patriot Act et NSA) et la violence policière omniprésente. L’Europe, abject vassal des USA, ne s’entend pas sur les quotas de réfugiés à attribuer à chaque pays alors que la Jordanie (sous perfusion américaine) en accueille 4,8 millions et le Liban près d’un million (données du HCR récentes). Et cerise sur ce gâteau sanglant, le Turc Erdogan en profite pour faire diversion et continuer à massacrer les Kurdes avec naturellement de l’armement américain.

C’est ça la démocratie à l’Américaine, d’abord du sang et des destructions systématiques et ensuite le chaos. Que les Européens se débrouillent avec les réfugiés fuyant les massacres fomentés par les Américains, ce n’est pas le problème de la Maison-Blanche. Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat Européens, assumez vos erreurs, le temps est venu pour l’Europe de se désolidariser de ces criminels au pouvoir à Washington !

Note : les données relatives aux réfugiés proviennent du HCR pour l’année 2014 (illustration), la situation a empiré significativement depuis ces dernières statistiques lugubres : http://unhcr.org/556725e69.html#_ga=1.120039752.1140273933.1441369136

Nouvelles du MRSA

Capture d’écran 2015-09-15 à 10.55.20

La lutte contre le staphylocoque multirésistant (MRSA) s’intensifie et on doit une nouvelle avancée qui n’en est pas une à un biologiste de la Brigham Young University de l’Église Mormon à Provo dans l’Utah. Le père de ce biologiste avait du être amputé d’une jambe à la suite d’une infection par des staphylocoques et le Docteur Jacob Hatch en voulait personnellement à cette bactérie. Il a donc recherché des bactériophages susceptibles d’attaquer cette sale bête et après un travail acharné a enfin isolé plusieurs souches et quelques-unes d’entre elles se sont révélées efficaces – pour le moment en laboratoire – pour mettre un terme à la prolifération du staphylocoque dans des boites de culture. Ce travail vient d’être publié dans PlosOne (en accès libre, voir le lien) et permettra peut-être de relancer le programme européen de phagothérapie dont on parle peu, du moins dans la presse scientifique.

Comme je l’avais exposé dans un billet de ce blog en mars dernier, il serait astucieux de collaborer avec les hospitalo-universitaires géorgiens qui utilisent la phagothérapie depuis de nombreuses années pour mettre au point un traitement efficace afin de contrôler les infections dues au staphylocoque car la situation est devenue justement hors de contrôle et plus de 25 % des malades victimes de MRSA en meurent. Les feuilles de châtaigner (voir le lien) constituent un espoir mais très certainement limité à des usages topiques – comme les bactériophages d’ailleurs – mais on peut toujours espérer car comme le disait Guillaume d’Orange « il n’est point nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ». Quand Jacob Hatch a initié ses travaux de recherches de bactériophages dirigés contre les staphylocoques il n’avait aucune idée de la réussite de son travail d’investigation …

Sources : http://news.byu.edu/archive15-sep-mrsaphages.aspx

http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0131714

Illustration : Brigham Young University News

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/30/les-feuilles-de-noisetier-une-nouvelle-arme-contre-le-staphylocoque/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/03/19/bacteriophages-et-geopolitique-un-bien-desolant-melange/

La recherche médicale : majoritairement frauduleuse, c’est rassurant !

Capture d’écran 2015-09-14 à 09.19.39

Quand le Dr Richard Horton, rédacteur en chef du prestigieux journal de science médicale The Lancet, se met à douter de la science, il ne faut pas prendre ses propos à la légère. Je cite le docteur Horton : « Cette affaire d’anti-science est simple : une grande partie de la littérature scientifique, peut-être la moitié, est tout simplement falsifiée. Pourrie par le caractère étriqué des échantillons étudiés, des effets observés pratiquement imperceptibles, des analyses exploratoires et des protocoles expérimentaux sans valeur sans oublier les conflits d’intérêt flagrants, en ajoutant l’obsession pour la poursuite dans des tendances douteuses à la mode du moment. La science a pris un virage vers les ténèbres ».

On ne peut pas mieux résumer l’état délabré de l’honnêteté scientifique et pour une fois je ne parlerai pas du climat mais de la recherche médicale encore que cette remarque peut s’appliquer pleinement à la recherche climatique si tant est qu’il s’agit bien de recherche. Premier point abordé par le Dr Horton la notion de peer-review est maintenant galvaudée pour le plus grand profit de groupes de pression et dans la recherche médicale il s’agit des grands laboratoires pharmaceutiques. Le Dr Horton le reconnaît, même cette institution vénérable qu’est The Lancet est pratiquement contrôlée par le lobby de la pharmacie. Les manuscrits soumis pour publication n’ont même plus l’apparence de travaux scientifiques. À la première lecture on comprend que les auteurs des articles se sont arrangé pour obtenir des résultats concordant avec une hypothèse pré dictée par les compagnies finançant ces travaux.

Le Docteur Marcia Angell, éditeur en chef du non moins prestigieux New England Medical Journal abonde dans le sens de Horton : « Il est devenu tout simplement impossible de croire en la validité des recherches cliniques publiées ou de se reposer sur le jugement d’autorités médicales reconnues. Après vingt années au poste d’éditeur en chef de ce journal je ne peux que faire ce constat écoeurant ».

Le nombre de fraudes scientifiques est devenu invraisemblable. La plupart des publications concernant par exemple certains vaccins et financées par les compagnies pharmaceutiques violent de manière flagrante la convention internationale d’Helsinki sur l’éthique médicale et les bonnes pratiques de laboratoire. Il en est de même pour un grand nombre de médicaments dont les effets adverses voire toxiques ont été sciemment dissimulés par ces mêmes compagnies pharmaceutiques. La grande majorité des recherches sur le cancer ne sont que frauduleuses. Le Docteur John Bailer, Directeur du Centre américain de recherche sur le cancer, ne prend pas de pincettes rhétoriques quand il déclare : « Mon sentiment général est que le programme national de recherche sur le cancer est un échec total ». Il ajoute que la grande majorité des traitements pharmacologiques contre le cancer ont été des fiascos complets. Il reconnaît que la majorité des fonds dédiés à la recherche sur le cancer ont été déviés vers la recherche sur les animaux qui est complètement inutile car les humains ne fonctionnent pas à l’évidence comme les animaux de laboratoire. Presque tous les traitement anti-cancéreux ont été découverts et mis au point en milieu hospitalier et non en laboratoire avec des animaux et pourtant l’essentiel des crédits de recherche alloués vont vers les laboratoires pharmaceutiques qui utilisent ces modèles animaux éloignés de la réalité et donc inutiles.

L’une des plus grandes fraudes de ces 30 dernières années est le fluor supposé améliorer la santé des dents et du squelette. Ce ne sont même plus des compagnies pharmaceutiques qui sont impliquées dans ce scandale mais des fabricants de lessives et les compagnies de distribution de l’eau qui ajoutent du fluor dans l’eau ! Le docteur Irwin Bross, ancien directeur du Sloan-Kettering Cancer Research Institute, n’y va pas par quatre chemins à propos du fluor des pâtes dentifrice et de l’eau du robinet : « Le fluor cause plus de cancers que toutes les autres substances chimiques. J’en suis arrivé à cette conclusion scientifiquement et biologiquement évidente après mes 50 années de recherche sur le cancer ». Les cancers causés par le fluor représentent deux fois plus de cas que les cancers du sein et, pire, deux fois plus de cas que les cancers du poumon des fumeurs. Le gros souci est qu’on retrouve ce fluor dans toutes les boissons industrielles, sodas, bières et autres jus de fruits. Sous prétexte d’améliorer la santé dentaire le fluor des pâtes dentifrices et de l’eau constitue aussi selon le Docteur Dean Burk un crime des autorités publiques en favorisant l’apparition de millions de cas de cancer. Enfin pour l’anecdote, aucun des soit-disant travaux scientifiques sur les effets du cannabis sur la douleur ou le cancer n’a fait l’objet d’études cliniques sérieuses reconnues pour leur probité. Il s’agit encore d’anti-science caractérisée.

Finalement le monde scientifique revient à grands pas vers l’époque des alchimistes et pire encore vers l’âge des cavernes. Quand la science régresse comme on peut s’en rendre compte, alors l’humanité toute entière régresse. Et paradoxalement les éditeurs des journaux scientifiques sont aussi complices de ce délabrement de la qualité scientifique car ils se soucient du facteur d’impact de leur journal. En quelque sorte « il faut faire du chiffre » quitte à ignorer les règles les plus élémentaires de l’honnêteté et de l’éthique. Bien évidemment cette situation n’est pas unique à la recherche bio-médicale …

Sources :

https://en.wikipedia.org/wiki/Declaration_of_Helsinki

https://www.youtube.com/watch?v=ClqK7XvfLg0

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2964337/

http://www.thelancet.com/pdfs/journals/lancet/PIIS0140-6736%2815%2960696-1.pdf

Changement climatique, épisode 7 : quand la NASA confirme le refroidissement climatique à son insu

Hurricane_Wilma_21_oct_2005_1625Z

Depuis l’ « atterrissage » de l’ouragan Wilma en 2005, il s’est passé neuf années sans qu’aucun phénomène de ce type ait eu lieu sur les côtes américaines. Les météorologues appellent ça une « sécheresse » d’ouragans … Il faut dire qu’ils puisent dans leur vocabulaire professionnel pour qualifier ce qu’ils observent et ils ont raison car ainsi ils savent à peu près de quoi ils parlent. Et ce phénomène de sécheresse particulièrement longue n’était pas arrivé depuis 177 ans ! Parallèlement la fréquence de phénomènes météorologiques violents comme les tornades a également diminué au cours des dix dernières années. Il n’en a pas fallu plus pour que des fonctionnaires de la NASA (Goddard Institute à New-York) fassent mouliner des ordinateurs pour expliquer cet étrange situation complètement inattendue puisque le réchauffement climatique global d’origine humaine prévoit au contraire une fréquence de plus en plus élevée de phénomènes météorologiques comme des ouragans de plus en plus violents.

Les simulations numériques minutieusement réalisées ont exclu tous les ouragans de catégorie inférieure à 3 (échelle de Saffir-Simpson) c’est-à-dire que les ouragans Ike (2008), Irene (2011) et Sandy (2012) n’ont pas été pris en considération. Le modèle développé (encore une fois les prédictions n’engagent que les ordinateurs) pour prédire l’arrivée sur le sol d’ouragans a abouti à ceci :

Capture d’écran 2015-09-10 à 18.21.22

Du bleu foncé au rouge : ouragans de catégorie de 1 à 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson. En pointillé la courbe correspondant à un événement de probabilité nulle. L’échelle est logarithmique (drought = sécheresse qu’on peut traduire par absence). Ce graphique se lit ainsi : la probabilité pour qu’il n’y ait pas d’ouragans de catégorie 3 (en vert) pendant une période de 10 années consécutives serait de 500 ans et d’ouragans de catégorie 4 pendant une même période de 10 années serait de 40 ans.

Si on considère les dates mentionnées dans cet article, 177 ans avant le début de cette présente période de « sécheresse » d’ouragans il se trouve que l’on se retrouve en 1829 (2015 – 9 – 177). Retranchons encore 9 années et on arrive à l’année 1820 c’est-à-dire très exactement à la fin du deuxième cycle solaire très déficitaire du petit âge glaciaire qui sévit au début du XIXe siècle et appellé le minimum de Dalton. Or le dernier cycle d’activité solaire (24e) qui se termine en ce moment (ne figure pas dans l’illustration ci-dessous) est à peu près comparable en nombre de taches et en intensité aux deux cycles qui induisirent ce petit âge glaciaire.

Sunspot_Numbers - copie

Je cite la conclusion de l’article paru dans Geophysical Resarch Letters : « A hurricane climate shift protecting the U.S. during active years, even while ravaging nearby Caribbean nations, would require creativity to formulate. We conclude instead that the admittedly unusual 9 year U.S. Cat3+ landfall drought is a matter of luck » et en français : il faudrait de la créativité pour expliquer que le changement climatique protège les côtes américaines des ouragans durant les saisons actives (comprenez pendant la saison des ouragans) alors qu’ils ravagent les nations des Caraïbes. Nous concluons plutôt que cette période inhabituelle de 9 années sans atterrissage d’ouragans de catégorie supérieure à 3 relève de la chance.

C’est écrit noir sur blanc, vérifiez par vous-même, l’article est en libre accès. Il est tout de même incroyable que les auteurs de cet article n’aient même pas eu l’idée d’établir une relation avec la faiblesse du cycle solaire 24 alors qu’ils sont fonctionnaires de la NASA et payés pour étudier l’activité solaire, le climat, la météorologie et accessoirement le taux de natalité des petits hommes verts. Il y a là matière à émettre de sérieux doutes quant à la valeur scientifique des nombreux travaux émanant des divers secteurs de la NASA car à l’évidence les auteurs manquent de sens critique et, comme ils l’avouent explicitement, de créativité … Cependant cet article apporte une magnifique preuve du refroidissement climatique en cours, mais chutt ! il ne faut surtout pas en parler.

Source : DOI: 10.1002/2015GL063652 . Illustration (NOAA) ouragan Wilma touchant la péninsule du Yucatan (catégorie 5). Il passera quelques jours plus tard sur la Floride.

Billet d’humour politique : Rouge à Gauche, Bleu à Droite

Dans le genre humour, un de mes très fidèles lecteurs m’a glissé une idée de son cru pour tenter d’inverser la courbe du chômage qui est l’une des obsessions du Président français. Il s’agit d’une simple observation de bon sens. Partout dans nos chaumières et même bien au-delà des frontières hexagonales les robinets d’eau respectent une convention dont l’origine semble provenir de l’Assemblée Nationale française, ce bâtiment gréco-romain supposé symboliser la démocratie et qu’on appelle caricaturalement le Palais Bourbon probablement en mémoire de la famille royale française, mais je m’égare … À la gauche de l’hémicycle il y a la Gauche, une émanation des Montagnards, mais oui les traditions dans cet endroit ne se perdent pas. À droite il y avait les Girondins mais c’est maintenant la Droite, par opposition à la Gauche quand naturellement on se trouve assis sur le perchoir du Président de l’Assemblée. La couleur de la Droite est plutôt bleue, tirant même vers le bleu marine voire le noir, alors que celle de la Gauche est plutôt rouge et même franchement rouge du genre drapeau de la Chine communiste ou des bannières de la CGT.

La politique française se caractérise par le fait qu’il y a un mélange des couleurs : la gauche rouge finit un jour par faire une politique de droite bleue et vice-versa. Tout se mélange et on n’a plus de repères.

Pour les robinets, c’est la même chose : chaud et rouge à gauche, bleu et froid à droite, le sang du peuple à gauche, le froid de la finance à droite, encore que la finance est présente des deux côtés puisque la politique c’est avant tout une affaire de gros sous. Quand on mélange ça donne de l’eau tiède, c’est-à-dire un truc insipide. De l’Assemblée il ne sort que des trucs insipides, des lois croquignolesques le plus souvent inappliquables, des commissions théodulesques, petites ou grosses, qui sont tout aussi inutiles les unes que les autres, qui pondent à grands frais, de transpiration, de grattage compulsif de crane et de petits fours des documents imbuvables et le plus souvent tièdes, bref, la Droite et la Gauche se mélangent pour garder le pouvoir quoi qu’il arrive. On en est à la cinquième république et c’est toujours le même recommencement : on mélange, on mélange pour ni trop refroidir ni trop réchauffer les citoyens qui ont mis au pouvoir ces gens-là et qui n’ont rien d’autre à faire, je parle des citoyens, que de subir en silence les décisions des Rouges et des Bleus, de courber le dos et d’ouvrir leurs poches pour satisfaire la voracité du percepteur.

Alors que faire ? Pour résorber le chômage il faut créer une véritable armée de plombiers qui intervertiront tous les robinets dans toutes les maisons de France pour briser ce cercle vicieux. Il y a des centaines de millions de robinets à modifier et cette opération apportera du travail à des dizaines de milliers de plombiers pendant plusieurs années. Naturellement il faudra aussi modifier les robinets de l’Assemblée Nationale et par conséquent modifier la répartition des sièges en mélangeant les Bleus et les Rouges et ainsi tout restera assurément tiède et lénifiant. Pour le Sénat, je suggère qu’on arrête définitivement toute arrivée d’eau pour que ces fossiles vivants inutiles disparaissent tous, terrassés de soif. Au final la politique sera devenue tellement mièvre et inutile qu’on supprimera tous ces politiciens rouges ou bleus qui finalement ne servent qu’à endormir la population dans la tiédeur de leurs légiférations inutiles.

Que l’on rétablisse vite une vie de contrastes, qu’on prenne des douches froides pour se clarifier l’esprit, qu’on se lave aussi dans le même but le visage avec de l’eau brûlante pour faire circuler le sang et enfin raviver nos neurones endormis par les discours politiques d’une tiédeur écoeurante et repoussante. Que les Italiens, les Espagnols, les Belges et bien d’autres prennent la même décision pour leur bien afin de rompre le cycle infernal de la tiédeur politique : qu’on change tous les robinets et pas question de faire appel à des plombiers polonais !

Etat des recherches sur la maladie d’Alzheimer

Alois_Alzheimer_003

Alois Alzheimer (Wikipedia)

Comme on ne peut pas procéder à des expérimentations directes sur les êtres humains, la mise au point d’une lignée de souris transgéniques développant tous les symptômes de la maladie d’Alzheimer (AD) a largement contribué à préciser le mécanisme ou plutôt maintenant « les » mécanismes d’apparition de cette maladie, car il y a une succession d’étapes dans le développement de cette maladie. On sait par exemple que le cerveau produit naturellement la protéine amyloïde beta et qu’il lui faut environ 4 heures pour l’éliminer. Si ce processus d’élimination vient à s’allonger alors un fragment de cette protéine peut s’accumuler et former des dépôts qui au final tuent les neurones. Le processus d’élimination des déchets du cerveau utilise la voie dite glymphatique qui filtre le liquide céphalo-rachidien et relargue les métabolites et les déchets indésirables dans le liquide interstitiel pour être ensuite pris en charge par la circulation sanguine. Ce système ressemble un peu au rôle du système lymphatique pour « nettoyer » d’autres organes. Avec les souris transgéniques triplement modifiées génétiquement pour reproduire les trois symptômes de la maladie d’Alzheimer (3xTg-AD), à savoir surproduire le précurseur de la protéine amyloïde beta, la preseniline et la protéine tau, quand on anesthésiait ces souris et selon la position dans laquelle on les laissait pour dormir, l’élimination du fragment 46 de la protéine amyloïde s’effectuait presque normalement si elles dormaient sur le côté contrairement aux positions sur le ventre ou sur le dos. Il ne s’agit pas du tout d’une découverte anecdotique : l’élimination des protéines déchets a été suivie par imagerie (IRM) du cerveau des souris. Ce résultat rejoint les études récentes relatives à la qualité du sommeil dans le développement des maladies neurodégénératives.

Ces mêmes souris ont permis d’y voir un peu plus clair au sujet de l’influence du métabolisme des acides gras dans le cerveau sur l’apparition de la maladie. Cette dernière étude tout à fait remarquable parue dans le dernier numéro de la revue Cell Stem Cell a montré que parallèlement aux autres symptômes développés par les souris transgéniques il y avait une accumulation anormale de triglycérides. En soi il ne s’agit pas d’un scoop scientifique puisqu’Alois Alzheimer lui-même avait décrit cet état de choses en 1907 en colorant des coupes de cerveau de patients morts de la maladie. Un ensemble d’études épidémiologiques a permis d’établir une relation de cause à effet entre l’apparition de la maladie d’Alzheimer (AD) et des conditions métaboliques périphériques dégradées comme la résistance à l’insuline, l’obésité et les troubles du métabolisme des lipides, ces trois désordres étant souvent associés. Avec ces souris transgéniques il a été possible de déterminer la nature des triglycérides s’accumulant sous forme de gouttelettes au niveau de l’épendyme, le tissu glial sous-jacent au cortex préfrontal, entre autres régions du cerveau, en contact avec la cavité ventriculaire baignée de liquide céphalo-rachidien, interface justement impliqué dans l’élimination des déchets cérébraux dont il était fait mention plus haut.

Gray667

Organisation du système glymphatique (Wikipedia)

L’astuce de l’approche expérimentale choisie dans cette étude a consisté à mettre en œuvre une technique de désorption au micron près à l’aide d’un laser directement sur les coupes de tissu cérébral couplée à un spectrographe de masse. Il n’existe en effet pas de techniques suffisamment spécifiques pour déterminer la nature au niveau cellulaire des lipides accumulés sous forme de micro-gouttelettes.

L’enrichissement pathologique en acide oléique des triglycérides ainsi déterminés a été attribué à une perturbation du métabolisme lipidique cérébral. La situation semble donc se clarifier un peu car ce dérèglement du métabolisme des triglycérides cérébraux semble être l’un des signaux les plus précoces de l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Cette accumulation de lipides à cet endroit précis du cerveau contribue à l’empoisonnement progressif du cerveau conduisant au développement de la maladie. La figure tirée de l’article paru dans Cell Stem Cell (voir le lien) représente des coupes de tissu cérébral humain au niveau de la zone sous-ventriculaire du lobe frontal. La lumière sur la gauche des clichés est le ventricule. Les points rouges sont les accumulations de gouttelettes de triglycérides anormalement enrichis en acide oléique (CTRL : contrôle, AD : Alzheimer).

Capture d’écran 2015-09-09 à 18.21.42

Source : Hamilton et al., Aberrant Lipid Metabolism in the Forebrain Niche Suppresses Adult Neural Stem Cell Proliferation in an Animal Model of Alzheimer’s Disease, Cell Stem Cell (2015), http://dx.doi.org/10.1016/j.stem.2015.08.001

Article aimablement communiqué par le Docteur Karl Fernandes de la Faculté de Médecine de l’Université de Montréal.