Les punaises de lit de retour, c’est confirmé.

Capture d’écran 2015-05-30 à 20.11.14

Quand Paul Hermann Müller de la firme Geigy inventa le DDT en 1939, le premier insecticide connu, l’une de ses premières applications fut de se débarrasser des punaises de lit (Cimex lectularius). Après la deuxième guerre mondiale, l’usage du DDT éradiqua cet animal puant suceur de sang, vicieux, insidieux, tapi dans l’ombre attendant patiemment qu’on s’endorme pour nous dévorer. Quand le DDT fut interdit pour des raisons pas très claires sinon qu’il existait de nouveaux insecticides beaucoup plus coûteux la punaise ne réapparut pas tout de suite. Cette histoire de DDT fut une entourloupe, une de plus, des grandes firmes de la chimie qui fit que ce produit fut interdit dans le monde entier sous prétexte que cette molécule s’accumulait dans toutes sortes de biotopes y compris notre graisse. Bref, revenir à ce pseudo-scandale qui favorisa aussi le décès de dizaines de millions de personnes en raison de la malaria, fit que progressivement la punaise de lit refit une apparition triomphante il y a quelques années et pas n’importe où, y compris dans les chambres à 1500 dollars la nuit des grands hôtels de luxe de New-York mais également dans les maisons plus modestes et même les cabines des avions long-courriers !

La punaise de lit, malgré son côté répugnant, a fasciné des auteurs comme Henry Miller, un écrivain qui fréquentait, avant la guerre, donc avant l’invention du DDT, des chambres d’hôtels borgnes, était un admirateur de cet insecte. Il écrivit à son propos dans Tropique du Capricorne (1939) l’émerveillement dans l’attitude que prend cette bestiole qui « demeure en attente infiniment derrière le papier peint », attitude qui rappelle « la transe du yogi, la catalepsie de l’individu pathologique ». Et il n’y a pas qu’Henry Miller pour s’extasier devant le comportement des punaises : Bessie Smith a créé une chanson presque à sa gloire, « Mean Old Bedbug Blues » en 1927 ( https://www.youtube.com/watch?v=maITxVmRI-A ).

Capture d’écran 2015-05-30 à 19.49.25

Si l’homme s’est « approprié » la punaise, cela remonte tout simplement à l’époque où il vivait dans des grottes infestées de chauve-souris elles-mêmes infestées de punaises et cet espèce de commensal l’a toujours suivi puisqu’on en a retrouvé dans des sarcophages égyptiens, l’Apôtre Jean leur parle et elles lui obéissent et enfin, le Talmud dans son traité de l’impureté des femmes menstruées précise que l’impureté de ces dernières est levée s’il est démontré que le sang maculant le lit provient de la piqûre de punaises ! Bref, entre le XIIIe siècle où apparaît la punaise en France venant d’on ne sait trop où (peut-être ramenée par des Croisés retardataires) elle a fini par envahir le monde entier puis être quasiment éradiquée au cours des années 60 par l’usage intensif du DDT. Toutes ces informations parfois amusantes proviennent d’un ouvrage écrit par Brooke Borel et intitulé « Infested » qui met l’accent sur le simple fait que ce qu’on tente d’éradiquer finit par revenir un jour quelquefois avec plus d’agressivité, en quelque sorte une vengeance, un retour à la normale. On a tenté de trouver un moyen de les piéger ( https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/12/31/les-punaises-de-lit-vont-avoir-la-vie-dure-on-a-trouve-comment-les-attirer-dans-un-piege/ ) mais aux dernières nouvelles la plus grande menace est que ces « nouvelles super-punaises » sont résistantes aux insecticides les plus communément utilisés dans une maison comme les pyréthroïdes et les nicotinoïdes et on se demande encore bien comment elles ont pu arriver à s’accommoder de ces produits. Par exemple elles possèdent un exosquelette plus épais que leurs cousines des « champs » et sont donc plus résistantes aux insecticides. Leur métabolisme est plus actif, ce qui leur permet de mieux éliminer les insecticides et enfin elles ont des pattes plus longues, ce qui leur permet de s’échapper plus rapidement si elles sont dérangées.

Selon une étude réalisée au département d’entomologie de l’Université du Kentucky (voir le lien en accès libre) la résistance aux insecticides de la punaise de lit fait intervenir 14 gènes différents dont celui d’épaissir son exosquelette et qui agissent en synergie rendant cet ennemie intime de l’homme particulièrement difficile à éradiquer. Fort heureusement la punaise de lit n’est pas connue pour transmettre des parasites, virus ou autres bactéries … on est rassuré !

http://www.nature.com/srep/2013/130314/srep01456/pdf/srep01456.pdf

Une réflexion au sujet de « Les punaises de lit de retour, c’est confirmé. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s