Nouvelle chronique japonaise : Au Japon on est déjà dans le futur …

Capture d’écran 2015-04-16 à 22.48.46

Quand l’ingénieur en chef de la division piles à hydrogène de Toyota, Yoshikazu Tanaka, parle de voitures électriques à piles à hydrogène, il sait au moins ce qu’il en retourne puisque basiquement le principe des voitures de cette technologie sont des voitures électriques au sens littéral du terme. En effet la pile à hydrogène produit d’abord de l’électricité et dégage de la chaleur résiduelle qui sert en partie à gazéifier l’hydrogène prisonnier sous haute pression (700 bars) dans des mousses de je ne sais plus quel alliage à base de titane remplissant le réservoir. L’autonomie de la « Mirai » est pour l’instant sensiblement identique à celle d’une petite voiture électrique citadine à accumulateurs que l’on recharge tous les soirs et éventuellement durant les périodes de faible consommation électrique au milieu de la nuit.

Certes Tanaka vante son produit mais il ne dissimule pas son inquiétude quant à l’apparition des voitures à recharge rapide qui pourraient constituer un gigantesque problème sur les réseaux d’électricité. En effet, ce genre de véhicule électrique consomme durant la phase de recharge, entre 10 et 30 minutes, autant que 1000 logements ! Autant dire que les réseaux électriques déjà déstabilisés par les énergies renouvelables (vent et soleil) ne résisteront pas à une telle demande. Les véhicules électriques actuellement disponibles sur le marché nécessitent des temps de charge de l’ordre de huit heures et cette durée constitue un contre-argument de marketing pour les gens pressés qui n’effectuent que de courts trajets mais aussi pour ceux qui a fortiori envisagent des trajets quotidiens allant au bout de l’autonomie de leur véhicule. La voiture électrique devrait pouvoir être rechargée uniquement la nuit pour ne pas perturber les réseaux électriques, ce qui relève de l’illusion quant à la mise en place d’une telle contrainte.

Capture d’écran 2015-04-16 à 22.38.44

L’objectif à peine voilé de Toyota, le premier fabricant de voitures de tourisme hybrides, faut-il le rappeler, considère à juste titre que la voiture électrique à piles à hydrogène (je ne suis pas certain que ma traduction de « hydrogen fuel-cell » soit adéquate) a un grand avenir devant elle depuis le premier retour d’expérience réalisé à Fukuoka où la ville a mis en place une station d’approvisionnement en hydrogène produit à partir des eaux résiduaires des égouts de la ville qui peut « faire le plein » de 70 véhicules quotidiennement, soit environ un « plein » pour une Mirai toutes les dix minutes, largement le temps de boire un café, sans perturber qui plus est le réseau électrique. Au Japon, on est déjà écologiquement dans le futur, un futur raisonné et sans connotation politique ou idéologique : bien des pays devraient s’inspirer des expériences nippones, suivez mon regard …

Source : Thomson Reuters et http://www.toyota.fr/world-of-toyota/articles-news-events/2014/toyota-mirai.json

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s