La puissance des mensonges … de la Super-Puissance !

Capture d’écran 2015-04-15 à 16.44.03

Ce billet n’est pas de mon cru, à l’occasion du 150e anniversaire de l’assassinat de Lincoln (15 avril 1865), mais une traduction d’un commentaire de Paul Craig Roberts sur son blog (voir le lien) au sujet de la genèse de la culture du mensonge dans la vie politique américaine telle qu’elle a été décrite par le Professeur Thomas DiLorenzo dans l’un de ses ouvrages. C’est assez édifiant ! Mes remarques personnelles pour la compréhension du texte de PCR figurent en italiques. Les astérisques renvoient à des notes de mon cru en fin de billet. Bonne lecture.

C’est une ironie de l’histoire que le Lincoln Memorial et le site à la mémoire du discours de Martin Luther King « I Have a Dream » soient des endroits sacrés pour le mouvement des droits civils (Civil Right Movement). Pour ceux de mes lecteurs peu familiers de Washington DC, le monument à la mémoire de Lincoln* se trouve au bout du Mall, près du Potomak, à l’opposé du Capitole, et le monument à la mémoire de Martin Luther King, assez horrible d’ailleurs, se trouve, de mémoire, à deux cent mètres de là au bord d’un diverticule lacustre du Potomak dont j’ai oublié le nom. Il est également intéressant de mentionner que le gigantesque obélisque situé au centre du Mall est un symbole évident de la franc-maçonnerie toute puissante aux USA.

Lincoln n’a jamais considéré que les Noirs étaient égaux aux Blancs. L’idée de Lincoln était de renvoyer les Noirs américains (esclaves ou descendants d’esclaves achetés et déportés par les Anglais pour cultiver la canne à sucre et le coton et faire fructifier les investissements des richissimes commerçants anglais) vers l’Afrique, et si Lincoln n’avait pas été assassiné ce projet aurait constitué sa politique d’après-guerre (de Sécession).

Comme un certain nombre d’historiens non inféodés au pouvoir, Thomas DiLorenzo (http://en.wikipedia.org/wiki/The_Real_Lincoln) l’a aussi démontré, Lincoln n’a pas envahi les Etats Confédérés pour libérer les esclaves. La Proclamation de l’Émancipation ne fut effective qu’après 1863 (la Guerre civile dite de Sécession débuta en 1861) quand l’opposition à la guerre commença à prendre de l’ampleur dans les Etats de l’Union en dépit des mesures policières prises par Lincoln pour réduire au silence les opposants et la presse écrite (ça rappelle les exactions de la NSA sous couvert du Patriot Act). La Proclamation d’Émancipation était une décision prise en temps de guerre sous la pression des intérêts en jeu dans cette guerre. Cette proclamation permit aux esclaves émancipés de s’enrôler dans l’armée de l’Union pour compenser ses pertes. Lincoln espéra aussi que cet acte favoriserait les révoltes des esclaves dans le Sud alors que les hommes de ce même Sud étaient au front et que la Confédération devrait alors renvoyer des soldats vers l’arrière pour protéger femmes et enfants contre ces révoltes des esclaves. L’intention de Lincoln était de précipiter la défaite des Sudistes avant que l’opposition (à la guerre) provenant du Nord ne croisse trop.

Le Lincoln Memorial ne fut pas érigé parce que Lincoln avait libéré les esclaves mais parce que ce même Lincoln sauva l’Empire Américain. Si Lincoln n’avait pas été assassiné, il aurait été proclamé empereur à vie après avoir sauvé cet Empire ! Comme le Professeur DiLorenzo l’écrit si bien : « Lincoln vécut la totalité de sa carrière politique en essayant d’utiliser les pouvoirs de l’Etat pour le plus grand bénéfice de l’élite financière (les 1 % d’alors et encore d’aujourd’hui), d’abord dans l’Illinois puis dans le Nord en général au travers de mesures protectionnistes, de privilèges accordés aux compagnies impliquées dans la constructions des routes, des canaux et des voies de chemin de fer, et enfin de la création d’une banque nationale contrôlée par les politiciens, comme lui-même, pour favoriser le système ».

Lincoln était un homme d’Empire. Dès que le Sud fut conquis, ravagé et pillé, son équipe de généraux criminels de guerre, comme Sherman et Sheridan, entreprirent d’exterminer les Indiens des Grandes Plaines dans l’un des génocides les plus atroces que l’humanité ait jamais connu, à tel point qu’encore aujourd’hui les Sionistes d’Israël revendiquent la légitimité de leur vol des terres palestiniennes comme étant dans la même veine de légitimité de l’extermination des Indiens des Grandes Plaines.

La Guerre dite de Sécession, une agression nordique contre le Sud, était en réalité une guerre tarifaire pour établir l’impérialisme du Nord. Le Nord était protectionniste et le Sud partisan du libre échange. Le Nord voulait financer son développement économique en forçant le Sud à payer plus cher les produits manufacturés et il fit passer le Morill Tariff Act ** qui eut pour résultat de plus que doubler les taxes à 32,6 % puis à 47 % des produits importés. Il en résulta un détournement des profits agricoles du Sud dans les coffres des industriels et des commerçants du Nord car cet Acte était en réalité conçu pour obliger les gens du Sud à acheter les produits du Nord plutôt que ceux d’Angleterre devenus dès lors plus coûteux (les sanctions économiques utilisées à des fins politiques et belliqueuses, les Américains maitrisent donc bien cette arme depuis longtemps, cf les amendes aux banques ayant commercé avec l’Iran, Cuba ou le Soudan, cf les sanctions contre la Russie, cf la mise à mal organisée par la CIA des économies du Brésil, de l’Argentine ou du Venezuela, des pays « hostiles » à l’idéologie américaine).

C’est la raison pour laquelle le Sud décida de quitter l’Union, un droit d’autodétermination inscrit dans la Constitution. Le but de la guerre que Lincoln organisa était de sauvegarder l’Empire, pas du tout d’abolir l’esclavage. Il fallait conserver le Sud dans l’Empire en dépit du Morill Tariff Act. À propos de l’esclavage, Lincoln déclara : « Je n’ai aucun projet d’interférence directe ou indirecte avec l’esclavage dans les Etats où il existe. Je pense que je n’ai aucun droit de le faire et je n’en ai pas l’intention ». Cette position était celle de la plate-forme électorale du parti républicain en 1860. Dans la même veine, Lincoln fut partisan de renforcer le « Fugitive Slave Act » en obligeant les Nordistes à chasser les esclaves fugitifs et les rendre à leurs propriétaires et il approuva également l’amendement Corwin *** à la Constitution prohibant toute interférence fédérale au sujet de l’esclavage. Pour Lincoln et ses alliés, l’Empire revêtait une bien plus grande importance que l’esclavage.

Expliquer aux Sudistes que l’Empire était plus important pour le Nord que l’esclavage, il n’en demeurait pas moins que les taxes sur les marchandises manufacturées et sur les profits agricoles avaient beaucoup plus d’importance aux yeux des Sudistes que les garanties au sujet de l’esclavage. Donc la Guerre de Sécession n’était pas une guerre civile. Dans une guerre civile les deux camps se battent pour le pouvoir mais pour la Guerre de Sécession le Sud était séparatiste et le Nord n’en voulait pas.

Pourquoi écrire tout ça ? Tout simplement pour montrer à quel point l’histoire a été falsifiée pour satisfaire les desseins des politiciens. J’ai toujours été en faveur des droits du citoyen (c’est Paul Craig Roberts qui parle) et j’ai même participé à des mouvement en faveur de ces droits alors que j’étais au collège. Ce qui rend inconfortable c’est l’entourloupette de Lincoln, un tyran à la solde du 1 % prêt à détruire tout au nom de l’Empire, qui s’est fait passer pour un héro des droits civiques du citoyen. Qui sera le suivant après lui ? Hitler ? Staline ? Mao ? George W. Bush ? Obama ? John Yoo**** ? Si Lincoln peut être un héro des droits civiques alors ceux qui pratiquent la torture peuvent l’être aussi. Ceux qui ont assassiné durant les guerres organisées par Washington des femmes et des enfants peuvent à leur tour être des défenseurs des droits des femmes et des protecteurs des enfants. Et ils le seront probablement ! Tel est le monde tordu et pervers dans lequel nous vivons. Vladimir Poutine, Président de la Russie, est confronté au renversement par Washington du gouvernement élu de l’Ukraine, un pays ami de la Russie et part entière de la Russie depuis des siècles et il est faussement accusé d’avoir envahi ce pays. La Chine est accusée de violer les droits civiques alors que Washington a tué en ce début de XXIe siècle plus de civils que tous les autres pays du monde réunis. Partout dans les pays occidentaux des mensonges monstrueux restent impunis. Ces mensonges sont officialisés dans les livres d’histoire, les curriculums universitaires, les rapports de police, les associations et enfin dans la mémoire historique.

Les Etats-Unis d’Amérique auront du mal à survivre à tous ces mensonges qu’ils alimentent et entretiennent …

* Abraham Lincoln, seizième président des USA organisa la Guerre de Sécession et fut assassiné le 14 avril 1865, cinq jours après la reddition du Général Sudiste Lee, il mourut le matin du 15 avril. Cet événement fut l’occasion de réécrire l’histoire et de glorifier Lincoln dont seule cette image est restée dans les livres et la mémoire. Une autre facette de ce personnage tristement ambivalent peut être retrouvée dans l’histoire de la genèse du Liberia, pays artificiellement fondé avec le support des USA pour accueillir les esclaves d’origine africaine et exclusivement noirs affranchis dès les années 1820. Le succès fut mitigé puisqu’en 1867 seulement un peu plus de dix mille noirs américains avaient rejoint ce pays. Lincoln aurait participé à l’élaboration de ce projet.

** Le Morill Tariff Act du nom de Justin S. Morrill, sénateur co-fondateur du Parti Républicain, fut passé le 2 mars 1861 (et signé par Lincoln en 1862) peu après que les représentants du Sud (Congrès et Sénat) eurent quitté Washington (janvier 1861) et proclamèrent la sécession des Etats Confédérés du Sud en signe de protestation contre l’asphyxie tarifaire imposée par l’Union sur les produits manufacturés en provenance de l’étranger. Le but de cette collecte d’impôts devait permettre d’améliorer le système éducatif américain. En réalité il fut détourné de son but premier et servit à financer la guerre contre les Sudistes. Le Morill Tariff Act remit en cause le Tariff Act de 1857 qui favorisait les exportations agricoles du Sud avec en contre-partie un abaissement des taxes sur les produits importés de l’étranger par ces même Etats du Sud. La genèse du Morill Tariff Act est donc antérieure à la sécession des Etats du Sud bien qu’il fut passé quelques semaines après la décision des représentants du Sud de quitter Washington. Comme le rappelle PCR, le Nord était fondamentalement protectionniste et le Sud adepte du libéralisme économique et du libre-échange.

Il est opportun de noter ici que les négociations commerciales toujours en cours aussi bien trans-atlantiques que trans-pacifiques relèvent d’une démarche similaire de la part de Washington, le point de vue des Républicains n’a pas changé depuis Lincoln. Ces négociations ont en effet été initiées par le prédécesseur d’Obama et à n’en pas douter aboutiront à un asservissement économique de tous les pays impliqués dans ces négociations par les vues hégémoniques et impérialistes des USA. Sous couvert de libéralisme tous ces pays, depuis le Japon, la Corée ou l’Australie et le Chili et l’Union Européenne deviendront de vulgaires satellites économiques de l’Empire Américain, en quelque sorte la doctrine de Lincoln réactualisée et qui a perduré jusqu’à aujourd’hui et depuis 150 ans dans ses plus sombres aspects …

*** L’amendement Corwin à la constitution américaine constitue un chef-d’oeuvre d’hypocrisie car il spécifie que l’esclavage est toléré mais qu’il est tout de même réprouvé par les principes humanitaires comme la polygamie, l’autre dernier relent de la barbarie originelle (sic). La constitution américaine prohibe toute interférence du pouvoir fédéral avec les décisions des Etats. Or cet amendement fut voté à l’arraché en mars 1861 après avoir été présenté en session parlementaire en décembre 1860 alors que 6 Etats du Sud allaient faire sécession en janvier. L’histoire ne dit pas que cet amendement était en réalité un acte de propagande très bienvenu en temps de guerre. On ne peut que constater que les techniques politiciennes de Washington n’ont pas vraiment changé : le mensonge, toujours le mensonge !

**** Professeur de droit à l’Université de Californie à Berkeley appointé par Georges W. Bush pour défendre la « Guerre contre la Terreur », les interrogatoires sous la torture pratiqués par la CIA et dénier auprès des instances de l’ONU à Genève que GW Bush ait pu être considéré comme un criminel de guerre. L’extrémisme particulièrement dangereux pour les droits fondamentaux de l’homme de John Yoo est révélateur de l’état d’esprit du monde politique américain : les Américains n’ont jamais agressé aucun pays, ils ont toujours riposté à une agression de pays tiers et ils ont toujours respecté les droits civiques et les conventions de Genève, ben voyons ! Pour info lire : http://en.wikipedia.org/wiki/Torture_Memos

Lien : http://www.paulcraigroberts.org/2015/04/13/power-lies/

Une réflexion au sujet de « La puissance des mensonges … de la Super-Puissance ! »

  1. Un de mes lecteurs assidus m’a reproché de ne pas citer la source de ma traduction et je l’en remercie. En réalité il m’a communiqué le lien d’un blog dont j’ignorais l’existence qui avait déjà mis en ligne une traduction en français du billet de PCR. J’ai traduit ce billet pour mon blog en y ajoutant des remarques et des commentaires personnels et ma traduction diffère de celle du blog dont voici le lien : https://resistance71.wordpress.com/2015/04/14/la-falsification-de-lhistoire-paul-craig-roberts-rejoint-le-cercle-howard-zinn-et-antony-sutton/
    Je remercie ce lecteur pour sa contribution

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s