Réflexion sur le rôle de l’ASN

L’autorité de sureté nucléaire française (ASN) est quasiment considérée comme une monstruosité par le monde politique rongé de l’intérieur, comme une charpente peut le devenir par des termites, par les écologistes qui ne cessent de rabâcher à qui mieux mieux les conséquences néfastes de l’énergie nucléaire alors qu’il s’agit de la seule source d’énergie électrique carbone-compatible et de surcroit entièrement renouvelable avec la surrégénération à venir. Bref, inutile de s’appesantir une énième fois sur les délires des écologistes, mes lecteurs pourraient bien se lasser. Je le remarque d’ailleurs depuis quelques semaines, le nombre de visiteurs de mon blog a tendance à diminuer. Je continuerai néanmoins à afficher mon opinion anti-réchauffement anthropique autant de fois qu’il le faudra …

Je vais en rajouter tout de même une couche pour annoncer à mes lecteurs que l’ASN a passé en revue plus de la moitié des réacteurs nucléaires de la série des 1300 MW électriques français, il y en a 20 dans l’Hexagone, et tous ont passé les tests de « survie » au delà de 20 années d’exploitation. Ils sont donc d’ors et déjà bons pour le service pour les dix prochaines années sauf décisions contraires de la prochaine inspection décennale qui débutera en 2016. Selon une source que je ne citerai pas selon ses souhaits, il n’y a actuellement aucune raison pour que ces installations ne soient pas autorisées à fonctionner au delà de 50 à 60 ans soit en moyenne jusqu’en 2065. Jusqu’au jour d’aujourd’hui l’ASN n’a encore pas pu détecter un quelconque défaut tant au niveau de la cuve des réacteur que des canalisations reliant la cuve aux pompes primaires et aux générateurs de vapeur. Certains couvercles ont été changés, opérations qui étaient d’ailleurs prévues par l’exploitant avant même que l’ASN en notifie ce dernier, ainsi que des valves et d’autres équipements essentiels.

L’ASN recommande pourtant que chaque installation soit dûment protégée contre toute attaque terroriste (tsunami ? Greenpeace ?) et pour également assurer que les piscines de stockage du combustibles usagé ne puissent en aucun cas se retrouver sans eau de refroidissement (effet Fukushima ?) ce qui améliorerait « considérablement » le niveau de sécurité. On voit que l’ASN reste objective dans ses rapports d’inspection. C’est peut-être l’un des seuls organismes indépendants français capable de dresser un diagnostic strict en étant totalement affranchi de toute pression politique ou idéologique, un peu comme la Cour des Comptes mais dans ce dernier cas le pouvoir politique s’en contrefout pour le plus grand malheur à venir et programmé du pays.

Espérons que ce pouvoir politique saura préserver l’indépendance de cette institution ainsi que l’indépendance énergétique électrique de la France, quoiqu’il arrive, sinon ce sera un désastre assuré pour tous les habitants de l’Hexagone ainsi que pour l’ensemble de son tissu industriel et je pense en particulier à mes petits-enfants, comme beaucoup de concitoyens de ma génération qui n’auront pas l’heur de voir arriver ce désastre car nous serons tout simplement sous trois pieds six pouces de terre …

Source : World Nuclear News

Une réflexion au sujet de « Réflexion sur le rôle de l’ASN »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s