À la recherche de l’immortalité perdue

Capture d’écran 2015-02-20 à 11.11.20

Proust avait intitulé son œuvre magistrale « À la Recherche du Temps Perdu » qu’il commença a écrire au début du XXe siècle. S’il vivait aujourd’hui il constaterait avec un étonnement d’enfant à quel point les êtres humains sont devenus dépendants de l’information et de toutes les technologies qui tournent autour de ce thème, téléphone, télévision, internet, mais aussi qu’ils sont emportés par un maelström d’amas de tôle de toutes les couleurs qui encombrent les rues des villes sans vraiment en améliorer l’esthétique … mais il serait aussi fasciné par les découvertes récentes de la biologie qui sont aussi à la recherche non pas du temps perdu mais d’une prolongation de ce temps qui nous est compté. À l’époque de Proust l’espérance de vie, si on avait survécu à toutes les maladies infectieuses de l’enfance et de l’adolescence, pouvait atteindre au mieux 70 ans pour les couches aisées de la population. La moyenne mondiale, estimée, était de seulement 31 ans au début de ce XXe siècle, cinq ans de plus que durant le néolithique, également une estimation. Tout a changé avec l’avènement des antibiotiques et des vaccins, progrès technologiques dont les effets sur l’espérance de vie ont été amplifiés par l’hygiène, l’abondance de nourriture et le développement économique. Proust est mort à 51 ans d’une pneumonie, il pourrait aujourd’hui vivre au moins jusqu’à 80 ans, à peu près l’espérance de vie moyenne des hommes en France. Aurait-il trouvé pour autant le temps perdu ?

C’est ce que les biologistes de tous bords tentent d’aborder, non pas le temps passé et perdu mais celui qu’on pourrait perdre de ne l’avoir pas vécu en mourant « prématurément ». Le mécanisme d’élimination des cellules défectueuses chez la mouche du vinaigre avec l’activation du gène « Azot », contraction du nom de la divinité aztèque Ahuizotl, constitue une piste sérieuse dans la recherche de la longévité. Également, l’activation de l’expression du gène de la télomérase avec une drogue judicieusement imaginée par des chimistes experts en modélisation moléculaire faciliterait l’allongement de la vie. Enfin, il existe certains produits prometteurs mais plutôt difficiles à mettre en œuvre comme le resveratrol ou la rapamycine (voir les liens en fin de billet).

Les médias ne se sont pas trompé : chaque jour qui passe est une occasion de mentionner un jour que le café est bon pour la santé et la longévité, le lendemain c’est le vin rouge, puis c’est le tour du chocolat ou du fromage. Les « études » se succèdent et sont contredites par d’autres études. On se demande dès lors si la quête du temps n’est pas finalement une chimère. Pourtant la recherche de la pilule de longue vie est et restera d’actualité, c’est ce que pense Bill Gifford dans un livre qui vient de paraître (et que je n’ai pas lu ni ne lirai) intitulé « Spring Chicken : Stay Young Forever (Or Die Trying) », titre qu’on peut traduire ainsi : Oiseaux du printemps : restez jeune pour toujours (ou mourrez en essayant). Un titre alléchant mais empreint également d’un certain réalisme car pour cet auteur qui a fait une large compilation de tout ce qui se fait en matière d’allongement de l’espérance de vie il apparaît que ce serait plutôt le style de vie qui soit l’un des éléments déterminants de l’allongement de la vie. Si Jeanne Calment cessa de fumer ses deux cigarettes quotidiennes à 117 ans, c’est surtout son style de vie saine qui lui permit d’atteindre l’age de 122 ans et 164 jours. À cent ans elle faisait encore du vélo et continua à boire son verre de porto quotidien et déguster ses deux kilos de chocolat par semaine. Mais sa longue vie calme et sans stress aucun depuis son enfance furent incontestablement des éléments en faveur de sa longévité exceptionnelle puisqu’à l’age de 110 ans elle était encore autonome. Pour Bill Gifford il ne fait aucun doute que le style de vie est important : de l’exercice physique, pas d’excès, pas de stress, une nourriture saine … mais notre organisme est soumis à sa propre dégradation en raison tout simplement des minuscules imperfections biologiques qui s’accumulent et entrainent finalement notre vieillissement.

Le Washington Post insiste par exemple sur la vie moderne de l’employé de bureau qui reste assis devant l’écran de son ordinateur plus de 8 heures par jour. Il use son organisme prématurément (voir le lien) :

Capture d’écran 2015-02-20 à 15.41.11

Alors ? Manger du chocolat comme la vieille Jeanne, boire un petit coup, mais pas trop, baiser régulièrement ? Il paraît que c’est excellent pour se déstresser car le stress tue ! Il n’y a pas encore de recette contre le vieillissement, le botox ou le collagène (illustration) n’y suffiront pas. Un jour certain, mesdames, la peau de votre visage se plissera, s’effondrera sur elle-même, changera de couleur et vous n’y pourrez absolument rien car votre organisme vieillit inexorablement depuis la naissance. Tout ce discours me rappelle Desproges qui dans un de ses fameux réquisitoires racontait l’histoire de Toto qui va voir son médecin. Après lui avoir décrit ses souffrances, le médecin finit par conclure qu’il souffrait de la vie, une maladie qu’on attrape à la naissance et dont on finit par mourir …

Capture d’écran 2015-02-20 à 19.10.53

 

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/02/15/du-nouveau-a-propos-du-resveratrol/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2012/07/01/la-rapamycine-revient-sur-le-devant-de-la-scene-immunosuppresseur-alzheimer-serotonine-et-dopamine/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/01/31/une-autre-approche-vers-limmortalite-pas-pour-tout-de-suite/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/01/22/limmortalite-peut-etre-pour-bientot/

Sources : http://www.amazon.com/Spring-Chicken-Young-Forever-Trying/dp/1455527440/ et http://apps.washingtonpost.com/g/page/national/the-health-hazards-of-sitting/750/?tid=sm_tw

Voir aussi : http://www.bloomberg.com/news/features/2015-02-12/does-a-real-anti-aging-pill-already-exist-

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s