Réflexion sur la théorie de l’ « effet de serre » …

 

J’ai laissé sur mon blog plusieurs billets à propos de la théorie de l’effet de serre dont le gaz carbonique (CO2) serait responsable avec dans une moindre mesure le méthane (voir les liens en fin de billet) et l’un des derniers en date citait un document émanant d’un groupe d’ingénieurs et de physiciens allemands qui, preuves spectroscopiques à l’appui, démontraient que le gaz carbonique ne pouvait en aucun cas constituer un facteur de réchauffement de la planète mais au contraire participer à son refroidissement, c’est-à-dire contribuer à l’équilibre thermique qui a toujours existé entre le Soleil, la Terre et l’Espace.

Rappelons en quelques mots des faits qui sont incontestables. La Terre se comporte comme un corps noir (voir note en fin de billet) à la température de moins 18 degrés C (255 °K). La Terre est entourée d’un atmosphère ténu qui joue un rôle appréciable et bien documenté dans les échanges thermiques au mieux jusqu’à une altitude de 20 kilomètres entre la zone intertropicale et les pôles. Comme tout objet l’atmosphère est soumis au champ de gravitation de la Terre et de ce fait la densité de l’atmosphère diminue avec l’altitude. La compression adiabatique résultant de la gravité induit un gradient de températures qui va diminuant d’environ 1 degré pour chaque 100 mètres à partir du sol. Dans n’importe quel endroit de la planète il est facile d’appréhender ce phénomène de refroidissement en fonction de l’altitude où que l’on se trouve y compris au niveau de l’Equateur. Il s’agit d’un fait indiscutable.

Mais revenons sur la théorie de l’effet de serre telle qu’elle a été formulée par l’IPCC. En bref, selon cet organisme qui ne compte pas que des scientifiques, loin de là, les couches supérieures de l’atmosphère sont censées renvoyer des rayonnements infra-rouges vers la surface de la Terre car, qui dit « effet de serre » sous-entend en effet que le rayonnement provenant du Soleil soit d’une certaine manière piégé par l’atmosphère et que les hautes couches de cette dernière renvoient l’énergie électromagnétique d’origine solaire sous forme de rayonnement infra-rouge vers les plus basses couches de la même atmosphère. On peut adhérer les yeux fermés à cette théorie si on imagine que la Terre se trouve dans une bulle accumulant l’énergie provenant du Soleil et qu’il existe un écran empêchant à cette énergie de se dissiper vers l’Espace. Selon les experts de l’IPCC cette « bulle » constituant une sorte de serre serait principalement constituée de gaz carbonique et accessoirement de méthane.

Or cette affirmation est contraire aux principes fondamentaux de la thermodynamique : un corps froid ne peut pas réchauffer un corps plus chaud. Et c’est en confondant radiations et flux de chaleur que les pseudo-scientifiques de l’IPCC ont mystifié l’ensemble de la planète avec leurs déclarations tonitruantes et infondées sur le réchauffement climatique. Une simple illustration de cette supercherie, ou ce canular grossier comme vous voudrez, va le montrer.

Mettez vous en grande partie dévêtu devant un miroir, j’insiste, faites l’expérience il n’y a rien de choquant. Votre corps émet des rayonnements infra-rouges à une certaine longueur d’onde, donc avec une certaine énergie qu’on peut aisément mesurer avec un détecteur d’infra-rouges disponible dans le commerce moyennant une cinquantaine d’euros. Le miroir est supposé refléter ce rayonnement, ce qui est effectivement la réalité. Cependant le miroir se trouve à la température de la pièce, disons 20 degrés, alors que la température externe de votre corps est, disons, de 34 degrés. Vous me suivez ? Le miroir absorbe une partie de l’énergie des rayonnements infra-rouges émis par votre corps et va renvoyer vers ce dernier un rayonnement infra-rouge dont la longueur d’onde a été déplacée par cette simple réflexion vers des longueurs d’onde plus longues, donc moins énergétiques. Vous ne sentirez jamais votre nombril se réchauffer par les radiations infra-rouges émises par votre propre corps et réfléchies par le miroir ! En effet, les équations de Planck relatives aux propriétés du corps noir et des flux d’énergie interdisent l’occurence d’un tel phénomène. En d’autres termes, le miroir, plus froid que votre corps, ne peut pas réfléchir des rayonnements infra-rouges susceptibles de vous réchauffer puisqu’il est plus froid que votre corps et que ces rayonnements infra-rouges réémis sont moins énergétiques que ceux émis par votre propre corps.

Il en est de même sur toute la hauteur de la colonne atmosphérique. Les hautes couches de l’atmosphère ne peuvent en aucun cas « réchauffer » les couches inférieures de ce même atmosphère car l’énergie du rayonnement infra-rouge réémis en direction du sol est toujours inférieure à celle émise par les plus basses couches de l’atmosphère et seul le rayonnement émis en direction de l’Espace peut éventuellement réchauffer les plus hautes couches de l’atmosphère plus froides jusqu’à se perdre finalement dans l’Espace. Ce phénomène, décrit précisément par les lois de Planck et de Stefan-Boltzmann, explique à lui seul que la Terre se trouve en équilibre thermique avec le Soleil et l’Espace depuis des milliards d’années et se comporte thermodynamiquement comme un corps noir à la température de – 18 °C.

Capture d’écran 2015-01-07 à 18.47.02

Considérons les courbes de Planck pour deux corps l’un à 22°C (T2), disons la température moyenne au niveau du sol en été à Aix-en-Provence, ce n’est qu’un exemple, et le corps noir que constitue la Terre à -18°C, T1. Si on soustrait la courbe T1 de la courbe T2, la différence de flux se trouve déplacée vers des longueurs d’onde plus courtes. C’est le résultat graphique de l’affirmation directement déduite des équations de Planck et de Stefan-Boltzmann qu’un corps froid ne peut transmettre de chaleur vers un corps plus chaud car dans le cas inverse, la courbe Q = T2 – T1 devrait avoir un maximum déplacé vers les longueurs d’onde plus grandes, or les climatologues « experts » de l’IPCC affirment sans aucun scrupule le contraire !

La théorie de l’effet de serre a biaisé les équations de Planck et c’est là que réside le canular du réchauffement climatique, le forcing rétro-radiatif provenant de l’atmosphère, qui est fondé sur une manipulation grossière des équations de Planck confondant flux d’énergie radiative et flux de chaleur. C’est à croire que ces climatologues n’ont jamais ouvert un livre de physique …

Ce qui est très grave dans cette histoire est que tout le monde y croit fermement et que des décisions politiques inconsidérées et coûteuses sont prises pour « combattre le réchauffement climatique » alors que ce dernier n’aura jamais lieu, en tous les cas certainement pas en raison de cette théorie insensée d’effet de serre ni avec l’intensité prévue par l’IPCC avec à l’appui de ses affirmations des modélisations qui ne reposent sur aucune base scientifique valable mais sont au contraire en violation évidente des lois les plus fondamentales de la physique … S’il devait y avoir un réchauffement sur Terre ce serait avant toute autre cause dû à une modification de l’activité solaire et inversement un ralentissement de cette activité solaire conduirait à une refroidissement.

C’est d’ailleurs ce dernier scénario qui est prédit très sérieusement par les spécialistes du Soleil ! Plutôt que de se préoccuper d’un réchauffement climatique hypothétique lié aux activités humaines émettant du CO2, il serait bien plus opportun de se soucier immédiatement du refroidissement global à venir, selon les études incontestables des spécialistes du Soleil, refroidissement qui sera infiniment plus préjudiciable à l’ensemble de l’humanité !

On peut imaginer sans peine le scénario catastrophique d’un refroidissement climatique. D’abord il y aura progressivement une raréfaction des denrées alimentaires sur lesquelles repose notre alimentation, en premier lieu les céréales, remettant profondément en cause l’ensemble de la production de nourriture à l’échelle mondiale. Inévitablement des conflits surgiront pour de la nourriture, pour la simple survie et non plus pour de vulgaires histoires de religion ou de pétrole, ces dernières causes de conflits seront devenues tout simplement triviales, et cette seule évocation d’une disette planétaire est terrifiante. Ce sera la première et la plus significative conséquence du refroidissement climatique prévu par l’affaiblissement spectaculaire de l’activité solaire au cours des prochaines dizaines d’années dont la prédiction ne peut pas être contestée …

Les liens ci-dessous comportent une multitude de références et d’illustrations.

https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/11/18/theorie-de-leffet-de-serre-atmospherique-suite-et-fin/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/11/01/retour-sur-la-theorie-de-leffet-de-serre-atmospherique/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/09/08/la-theorie-de-leffet-de-serre-ne-pourra-jamais-etre-verifiee-puisquelle-est-fausse/

Note. Corps noir: http://en.wikipedia.org/wiki/Black_body, http://en.wikipedia.org/wiki/Planck%27s_law, http://en.wikipedia.org/wiki/Stefan%E2%80%93Boltzmann_law

32 réflexions au sujet de « Réflexion sur la théorie de l’ « effet de serre » … »

  1. L’effet de serre ne réchauffe pas les couches basses de l’atmosphère, il ralentit leur refroidissement. En reprenant l’exemple du miroir : comme vous dites, il renvoie des infra-rouges, moins énergétiques, mais énergétiques quand même. Donc mon nombril se refroidira un peu plus lentement que sans miroir.

    • J’en déduis que vous « croyez » à la théorie de l’effet de serre et donc que vous niez les lois de Planck et de Stefan-Boltzmann. C’est exactement la stratégie adoptée par l’IPCC pour faire admettre leur imposture … J’ai insisté sur le fait que les lois de Planck ne pouvaient qu’aboutir à une dissipation de l’énergie vers l’Espace !

      • Il n’est pas question de croyance ! Je suis au contraire un indécrottable sceptique, et c’est pour cela que vous me permettrez d’être naturellement méfiant vis-à-vis des positions complotistes en général.

        J’essaie simplement de ne pas nier un phénomène physique, nullement en contradiction, d’ailleurs, avec le 2ème principe de la thermodynamique.

        Voici les faits que je relève :
        – les IR émis dans les couches hautes sont émis dans toutes les directions, et donc peuvent être renvoyés vers les couches basses de l’atmosphère.
        – ces IR ne réchauffent pas les couches basses, mais participent au flux thermique entre les couches, en ralentissant ce flux, flux qui naturellement va des couches basses vers les couches hautes (voir par ex http://fr.wikipedia.org/wiki/Flux_thermique).

        En quoi ces deux propositions sont-elles fausses ?

  2. C’est confondant de bêtise: l’isolant de votre maison est plus froid que l’intérieur de votre maison, ça n l’empêche pas de faire monter la température en empêchant la chaleur de se dissiper à l’extérieur. Aucune personne raisonnable ne considère l’isolation comme contraire à la thermodynamique !

      • Le flux radiatif EST un flux thermique (i.e. de chaleur). A moins que vous ne vouliez parler de conductivité thermique (différente en effet du flux radiatif) ?

      • Jacques Henry vous vous enfoncez à chaque post sur le climat un peu plus dans le ridicule et la bêtise la plus crasse.

        C ‘est vous qui devriez voir (enfin, et non revoir puisque vous n’avez manifestement jamais rien appris ou compris dans ce domaine) un (bon) cours de Physique.

        Pourquoi vous sentez-vous obligé d’étaler tant de connerie de façon répétée.
        Plus aucun climatosceptique sur terre n’est aussi lamentablement nul.

        Par quoi croyez vous que la chaleur est transportée dans la nature d’un endroit à un autre ?

        Réponse pour le cancre: convection, conduction et rayonnement avec des poids respectifs dépendants de la nature du milieu.

        Dans vide il n’y a que le rayonnement (vecteurs de transport = photons), dans un solide il y a la conduction en plus ( vecteurs de transport = électrons et/ ou phonons) et dans un liquide ou gaz il y a la convection (vecteur = déplacement macroscopique de la matière) en plus.

        Figurez-vous que même dans l’isolant non transparent d’une maison les photons infrarouges contribuent (un peu) à transporter la chaleur de proche en proche, mais l’essentiel c’est les phonons ou vibrations atomiques.

        Comment croyez-vous que la chaleur du réacteur nucléaire du soleil est allée devenir chaleur dans l’eau de la plage à coté de chez moi?

        Et cette chaleur de la mer ou terre se transporte ensuite à son tour vers les endroits plus froids que sont les couches plus élevées de l’atmosphère par convection et rayonnement IR (conduction négligeable) et finalement le vide intersidéral très froid, presque au zéro absolu, par rayonnement infrarouge seul de la partie supérieure de la troposphère et qui n’est plus intercepté par rien.

  3. Idem, vous faites encore la même confusion, le flux radiatif ne se transforme en chaleur que s’il y a intervention de matière, en l’occurence dans l’atmosphère les gaz qui la composent dont en particulier la vapeur d’eau. Les molécules de gaz (oxygène, azote, etc) réémettent des rayons infra-rouges de plus faible énergie car la dissipation de l’énergie radiative sous forme de chaleur réduit l’intensité de cette dernière. Ce n’est pas moi qui ai inventé cela car je n’ai pas le cerveau qu’avait Max Planck

    • Ce qui ne contredit nullement ce que j’écris ! Le molécules de CO2 réémettent en effet des IR (qui sont absorbés par les couches de gaz environnantes et notamment plus basses), ce qui participe au flux thermique général entre les différentes couches atmosphériques, et dont l’effet est une diminution du flux thermique couches basses -> couches hautes.

  4. Il ne suffit pas qu’un paquet d’onde soit dirigé vers une surface pour que celle-ci soit obligatoirement chauffée par cet « éclairage ».

    Regardons maintenant ce qui se passe pour la terre. Elle est éclairée par le soleil avec un rayonnement correspondant à l’émission d’un corps noir de température d’ environ 5500°C, donc rayonnant principalement dans l’UV et le visible centré sur une longueur d’onde de 0.5 μm. La terre absorbe les rayonnements à hautes fréquences (faibles longueurs d’ondes) sans émettre à son tour de rayonnement dans le même domaine. Il est évident qu’alors ce rayonnement haute fréquence est absorbé et dissipé en énergie calorifique incohérente. Plus précisément, en interagissant avec le sol ou l’océan, l’aspect particulaire de la lumière solaire prend le pas sur l’aspect ondulatoire. Ce sont alors les photons qui interagissent avec la matière de telle sorte que l’énergie électromagnétique est transformée en agitation particulaire : la conservation de la quantité de mouvement du système lors de la collision se traduit par l’augmentation de la vitesse de la particule réceptrice et au niveau macroscopique par une augmentation de la température. Il est donc clair que quand le rayonnement incident possède une fréquence et une température plus élevée que l’objet éclairé (Tincident > Tobjet) alors l’énergie électromagnétique est bien transformée en chaleur.

    Quand la température du rayonnement incident est égale à la température de l’objet éclairé (Tincident = Tobjet), l’absorption sous forme d’agitation particulaire, si elle existe encore, ne peut plus se traduire par une augmentation de température puisqu’il y a égalité des vitesses. C’est ce qu’on peut dériver de l’équation de Planck mais c’est aussi ce que prévoient les lois de transfert radiatif des modèles classiques d’effet de serre radiatif. (l’équation de Schwarzschild) et plus simplement les lois de conservation de la quantité de mouvement.

    Pour une température du rayonnement incident inférieure (Tincident < Tobjet), on devrait s’attendre à un refroidissement si on reste sur un mécanisme particulaire. L’agitation thermique des particules chaudes et rapides ne peuvent être transmise qu’aux particules froides et en aucun cas l’inverse.

    Pour le cas ou (Tincident < Tobjet), on se trouve dans le domaine pour lequel l’aspect ondulatoire reprend totalement la préséance sur l’aspect particulaire. Il est donc probable que non seulement il n’y ait pas alors « réduction » de l’onde en corpuscule mais que de plus le rayonnement incident subisse simplement une diffusion Rayleigh, de Lorentz-Mie ou de Thomson dans laquelle la direction de propagation de l'onde électromagnétique associée au photon change sans diminution de l'énergie.

    On a alors une rétrodiffusion où tous les rayonnements absorbés sont (ré-)émis pour laquelle il est logique de ne pas observer de dissipation d’énergie. Avec ce schéma purement ondulatoire si le rayonnement incident a une température plus faible que l’objet sur lequel il tombe, il n’y aura donc jamais de chauffage de la matière. Et dans le cas où l’émission consécutive à l’interaction du RI venant de l’espace est renforcée par résonance, comme dans l’amplification résonante d’un instrument à corde, on pourra même envisager un refroidissement.

    Que l’on considère l’aspect ondulatoire ou corpusculaire, on ne peut donc jamais envisager de réchauffement si la température du rayonnement incident est plus basse que la température de l’objet éclairé (Tincident < Tobjet).

    Finalement description du phénomène et équations s’accordent et permettent d’affirmer qu’un corps noir est chauffé uniquement par les fréquences qu’il ne peut pas émettre et doit alors stocker l’énergie correspondante sous forme de chaleur. Autrement dit la chaleur radiative peut être transmise par des ondes électromagnétiques à partir d’un corps noir chaud vers un corps noir froid mais en aucun cas d’un froid vers un chaud.

    Il n’existe donc qu’une seule direction de l’énergie calorifique radiative bien que les ondes électromagnétiques se propagent dans les deux directions.

    Il s’en suit qu’une surface terrestre peut chauffer une couche atmosphérique froide mais une atmosphère froide ne peut pas chauffer la surface chaude de la terre ni ralentir son refroidissement.

    La rétrodiffusion des IR de la troposphère illustre à sa manière l’énoncé fait par Clausius du deuxième principe de la thermodynamique cité par Bruhat: « le passage de la chaleur d’un corps froid à un corps chaud n’a jamais lieu spontanément ou n’a jamais lieu sans compensation. »

    Extrait de:
    CO2 : Coupable ou non coupable ?
    Maurice Hadrien, novembre 2013

    • Qu’est-ce que c’est que ce charabia ??? Voilà que le rayonnement a une température ! Une onde électro-magnétique est caractérisée par sa fréquence, et E = hv.

      • Un rayonnement est caractérisé par sa fréquence ou ce qui revient au même par sa longueur d’onde et à travers la loi de Wien on relie facilement ces deux entités à une température. Un rayonnement haute fréquence ou de faible longueur d’onde sera plus énergétique et correspondra à une température (du rayonnement) plus élevé qu’un rayonnement basse fréquence ou de grande longueur d’onde.

  5. Relisez vos cours de physique ! Toute dissipation d’énergie électromagnétique se termine en entropie … I semblerait que vous faites partie des inféodés au gigantesque canular planétaire orchestré par Al Gore et repris par Greenpeace, le WWF et bien d’autres organisations qui n’ont de cesse de répandre la terreur, une sorte d’attitude monstrueuse intellectuellement qui ne se justifie en rien selon les lois de la physique fondamentale.

    • En quoi le fait de crier au complot renforce-t-il votre raisonnement (qui ne m’a pas convaincu) ? Pourquoi parler d’inféodé ? Vous vous écartez de la position rationnelle et scientifique que vous semblez garder sur vos autres posts intéressants notamment dans le domaine de la santé, pour tomber dans une position dogmatique à l’opposé de ce qu’un esprit scientifique devrait avoir.

      Je suis simplement plus convaincu par les explications démontrant l’effet de serre que les autres, et ça n’est pas une position de principe. Je ne crois pas que ces démonstrations soient toutes issues d’un complot ou d’une « organisation », car cela relève du délire.

  6. Bon c’est quoi la conclusion alors Gilles et bernard ? Vit on dans un monde planifié comme Henry le pense ou subissons nous des changements climatiques dû à la prolifération de CO2 dans notre atmosphère ? ( je n’ai aucune connaissance dans vos domaines. )

    • « La vérité est si obscurcie en ces temps et le mensonge si établi, qu’à moins d’aimer la vérité, on ne saurait la reconnaître. »
      de Blaise Pascal

  7. Mr Henry, n’essayez pas d’expliquer la théorie du corps noir à des néophytes. Soit ils n’ comprendront rien, soit votre modèle sera trop simple et il pourra être démonté sans problème par un physicien amateur qui n’y connait rien simplement en lançant une phrase du style, un rayonnement a une fréquence mais de de température. Seule une simulation numérique d’un modèle valable pourrait prévoir l’évolution de la température. Les modèles utilisés par les officiels sont tous faux : ces modèles n’intègrent jamais le flux d’énergie thermique provenant du magma au centre de la terre , dont bizarrement tout le monde sait qu’il y fait très très chaud, mais qui n’est présent dans aucun modèle proposé officiellement. Comme vous voyez il est très facile de démonter la doxa.

    Ne discutez avec les croyants, c’est une perte de temps :
    Si demandez à un croyant comment les scientifiques peuvent prévoir le climat qu’il fera dans 20 ans alors qu’il ne peuvent pas prévoir le temps qu’il fera dans 1 mois, le croyant vous répondra qu’il faut faire confiance au grand prêtre Al Gore ou bien que ce n’est pas pareil !!!

    Pour faire réfléchir les gens un peu plus ouverts utilisez plutôt des arguments factuels très simples comme par exemple :

    1) Quels sont des gaz à effet de serre, quels sont leur coefficient d’absorption. Classez les dans l’ordre. (vapeur d’eau, méthane, CO2…). Oui la vapeur d’eau est un Gaz !
    2) Demandez au gens d’aller sur les sites officiels qui parlent des gaz a effet de serre.
    3) Demandez leur si sur ces sites on parle de la vapeur d’eau.
    4) demandez leur pourquoi sur la plupart des sites officiels sur le réchauffement on ne parle jamais de la vapeur d’eau comme gaz à effet de serre.

    Demandez leur alors qui complote, qui ment par omission en « oubliant » de parler de la vapeur d’eau qui est le principal gaz à effet de serre le plus puissant et le plus abondant dans l’atmosphère.
    CQFD.

    Les croyants vous diront sans doute que la vapeur d’eau c’est de l’eau et pas du gaz !

    Ne vous formalisez pas des Trolls payés pour venir vous pourrir votre blog. Payé directement pour faire ce boulot (assez rare, sauf blog à grande diffusion), ou payés indirectement par l’intermédiaire de l’organisation qui les emploie et qui fait partie de ce système.

    • Votre commentaire m’a bien fait rire ! « Des trolls payés… »

      Bien sûr que H20 est mentionné comme gaz à effet de serre dans la plupart des sites (y compris officiels), comme celui ayant le plus fort pouvoir absorbant des IR.

      Quant au magma, il contribue pour une part négligeable aux radiations thermiques émises par la Terre.

      Décidément la théorie du complot a bien des adeptes (des croyants ?).

      • Votre réponse est un modèle classique de désinformation qui utilise toutes les astuces :
        – Réponses sans référence, à coté des arguments avancés
        – Moqueries.
        – Et pour terminer, en point d’orgue : complotiste !

        Vous confirmez cependant que le magma n’est pris en compte dans aucun des modèles de réchauffement climatique. Merci.

        Pouvez vous nous dire par quel miracle le magma qui est a très haute température peut se refroidir pour donner l’écorce terrestre sur laquelle nous marchons sans nous bruler? Je rappelle pour les non scientifiques que la terre étant dans l’espace vide (comme pour une bouteille thermos), elle ne peut se refroidir par diffusion thermique mais elle se refroidit uniquement pas l’effet des flux électromagnétiques (infrarouges,…) radiatif émis dans l’espace. Je ne vous demande pas si cette effet est négligeable, je vous demande pourquoi ce flux n’apparait pas dans les modèles. Quand un effet existe mais qu’on pense qu’il est négligeable on en parle , puis on le mesure et enfin seulement on le met de coté si les calculs le montrent. Où sont les modèles, où sont les calculs qui montrent que cette source d’énergie est négligeable ?
        Pouvez vous me citer un seul ouvrage scientifique (pas sciences et vie hein) accessible dans une bibliothèque universitaire qui en parle et qui donne les calculs ?

        Vous dites que les sites officiels parlent de la vapeur d’eau comme d’un gaz effet de serre ?
        Allons donc voir le site le plus officiel possible, celui qui s’occupe du réchauffement climatique depuis le début, celui où tous les « experts » parlent du CO2 : le site mondial IPPC qui est la référence sur le réchauffement climatique :

        Voici un résumé de l’IPPC sur les gaz a effet de serre :

        http://www.ipcc.ch/publications_and_data/ar4/wg1/fr/tssts-2-1.html
        On y parle CO2, Méthane, Protoxyde d’Azote.

        MAIS OU EST LA VAPEUR D’EAU dans ce beau document officiel ?

      • Monsieur Amm,

        Le flux thermique d’origine interne est de l’ordre de 100mW/m2 (dépend du lieu), donc négligeable dans les calculs de flux thermiques au niveau de l’atmosphère. Mettez-vous cela en doute ? Ce flux n’est pris en compte dans aucun calcul (qu’il cherche à démontrer l’effet de serre ou son absence).

        Ensuite, tapez dans google « gaz à effet de serre eau », et vous verrez que ce gaz est loin d’être ignoré dans les articles traitant de ce sujet.

        Enfin, ne vous méprenez pas, je n’ai aucun intérêt à défendre l’IPCC (remarquez quand même que l’eau n’y est pas oubliée : http://www.ipcc.ch/publications_and_data/ar4/wg1/fr/tssts-2.html), ce que je cherche à savoir, c’est si il y a effet de serre ou pas, et l’IPCC n’est certainement pas le premier organisme dont je consulterai les calculs pour cela (vu qu’il peut être suspecté d’être juge et partie).

      • Mr Bernard
        Réponse au message de dessous

        Le flux de 100mW/m2 provenant de l’intérieur de la terre pendant la nuit sur terre et pendant 12 heures d’affilé est le SEUL flux d’énergie à prendre en compte dans le modèle.
        Pensez vous toujours que ce flux négligeable par rapport à RIEN pendant la nuit ?

        De plus
        Avez vous bien lu le document dont vous mettez le lien plus bas ?
        http://www.ipcc.ch/publications_and_data/ar4/wg1/fr/tssts-2.html

        Le seul et unique paragraphe ou l’on parle de vapeur d’eau est celui-la:
        ————–
        L’émission directe de vapeur d’eau par des activités humaines apporte une contribution négligeable au forçage radiatif. Cependant, en raison de l’augmentation de la température moyenne mondiale, la concentration troposphérique de vapeur d’eau augmente, ce qui représente des réactions clés, mais pas un facteur de forçage susceptible d’aboutir à un changement climatique. L’émission directe d’eau dans l’atmosphère par des activités anthropiques, principalement l’irrigation, est un facteur de forçage possible, mais correspond à moins de 1% des sources naturelles de vapeur d’eau dans l’atmosphère. L’injection directe de vapeur d’eau dans l’atmosphère due à la combustion de combustibles fossiles est significativement plus basse que celle imputable aux activités agricoles. {2.5}
        ——————
        Ce chapitre sous-entend que la vapeur d’eau dans l’atmosphère ne proviendrait que de l’activité humaine et que cette quantité est donc négligeable.

        Cela n’a aucun rapport avec la vapeur d’eau réellement dans l’atmosphère qui est générée par l’évaporation des océans et de lac et qui n’est évidemment pas d’origine humaine.

        Nul part dans ce document on parle de la vapeur d’eau en très grande quantité qui est générée par évaporation des Océans, et pour cause , les océans ne paient pas d’impôts !

        Cette article de L’IPPC est malhonnête.

        Vous auriez du lire cet article avant de l’envoyer en référence !

      • M. Amm, le lien sur la page IPCC ne contient pas l’extrait que vous fournissez.

        Quant au reste, je préfère ne pas y répondre, c’est un tel mélange d’ignorance et d’incompétence, que j’en suis même gêné pour Jacques Henry !

      • @michel amm

        Dire que les climatologues ignorent la vapeur d’eau relève d’une méconnaissance totale. Il serait bon que vous commenciez à lire de la littérature:

        WG1AR5, 8.3
        Present-Day Anthropogenic Radiative Forcing

        8.3.1
        Updated Understanding of the Spectral Properties of
        Greenhouse Gases and Radiative Transfer Codes
        ……
        675
        8.3.2
        Well-mixed Greenhouse Gases
        ……………………………
        676
        8.3.3
        Ozone and Stratospheric Water Vapour
        …………………
        679
        8.3.4
        Aerosols and Cloud Effects
        …………………………………
        682

        Voilà pour les références. J’ai honte pour vous qui vous étalez tant d’ignorance.

      • De la vapeur d’eau et du GIEC:

        Fidèle à son mandat, le GIEC ne considère pas la vapeur d’eau comme un gaz participant au «forçage radiatif», mais plutôt comme une partie du système de la Terre en général.

        C’est en quelque sorte compréhensible d’autant plus que la vapeur d’eau n’est pas directement fabriqués par l’homme et que la quantité de vapeur d’eau présente dans l’atmosphère est à la fois très variable d’un jour à l’autre et par région, rendant les modèles peu fiables.

        En outre, considérer que la vapeur d’eau et les nuages jouent un rôle important dans le climat pourrait “obscurcir” le message que c’est le dioxyde de carbone d’origine humaine qui est la cause du réchauffement.

    • @Gilles

      « Fidèle à son mandat, le GIEC ne considère pas la vapeur d’eau comme un gaz participant au «forçage radiatif» »

      Que cesserez-vous de répéter des phrases toutes faites apprises chez les copains pour vous mettre à lire. C’est écrit noir sur blanc dans les pages ci-dessus !

      • Report 5 (AR5):

        « As the largest contributor to the natural greenhouse effect, water vapour plays an essential role in the Earth’s climate. However, the amount of water vapour in the atmosphere is controlled mostly by air temperature, rather than by emissions. For that reason, scientists consider it a feedback agent, rather than a forcing to climate change. Anthropogenic emissions of water vapour through irrigation or power plant cooling have a negligible impact on the global climate. « 

  8. Je suis ouvert, je doute énormément du réchauffement climatique d’origine anthropique et aussi quelque peu de la non existence d’un « effet de serre ».

    Je remercie dans tous les cas JacquesHenry, d’élever la réflexion 😉

    P.S: Petite question, pensez-vous que les phénomènes météorologiques que sont les farfadets (ou sprites) aient une influence sur notre climat ?
    Je ne crois pas que l’on ait encore la réponse étant donné qu’il y a peu de temps la question n’existait même pas du fait que l’on ne connaissait pas ces phénomènes …

    • je me suis intéressé aux sprites qui apparaissent entre 40 et 100 km d’altitude. Certes, la décharge électrique ionise les molécules de gaz, essentiellement O2, N2 et CO2 (en quantités négligeables) mais probablement à peine plus que les rayons cosmiques et le bombardement solaire. Les rayons cosmiques ont une influence indéniable sur la dynamique de l’atmosphère mais pas à ces altitudes. Il faut en effet ne pas oublier qu’au delà d’une vingtaine de kilomètres il n’y a plus d’eau dans l’atmosphère.

  9. @Gilles : vous avez bien fait d’insister sur ce point car il s’agit d’un cas flagrant de désinformation contraire aux principes fondamentaux de la bonne démarche scientifique ! Avec l’IPCC on n’en est plus à un mensonge près …

  10. Ping : Propagande climatique : petit délire suisse entre amis – Le Monde...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s