Une grande avancée dans la recherche sur la maladie d’Alzheimer

C2456-24

Il n’existe pas de modèle animal satisfaisant pour étudier la maladie d’Alzheimer et c’est l’une des principales raisons pour lesquelles les progrès thérapeutiques sont aussi lents. De plus les hypothèses, et elles sont nombreuses, relatives au mécanisme d’apparition de la maladie ne peuvent donc pas être vérifiées avec le modèle animal incomplet que constituent les souris génétiquement modifiées par incorporation d’un gène identifié chez l’homme et entrainant la forme précoce de la maladie – qui est transmissible génétiquement – pour aboutir à l’accumulation de la protéine beta amyloïde. En effet ces souris ne développent pas l’autre caractéristique de la maladie qui est une accumulation désordonnée de neurofibrilles conduisant à la mort des cellules nerveuses. Il est donc difficile de progresser dans la recherche de médicaments pouvant éventuellement réduire soit la formation de plaques amyloïdes soit la formation de ces amas de neurofibrilles. Le développement de modèles est dès lors une préoccupation cruciale pour tout progrès thérapeutique.

On sait cultiver in vitro des neurones mais y compris avec des neurones génétiquement modifiés il était impossible d’observer l’apparition simultanée ou séquencée des deux caractéristiques histologiques de la maladie d’Alzheimer, les plaque amyloïdes et les amas de microfibrilles, tout simplement parce les neurones sont cultivés sur la surface des boites de culture, c’est-à-dire en deux dimensions. De toute évidence les neurones ne peuvent s’organiser que dans un espace à trois dimensions comme le cerveau afin de pouvoir tisser des interconnexions entre eux.

Capture d’écran 2014-10-13 à 16.01.30

Partant de ce principe, une équipe du Massachusetts General Hospital (MGH) a développé une technique de culture cellulaire en trois dimensions en utilisant un gel spécial pour tenter de prouver si c’étaient les plaques amyloïdes ou les amas désordonnés de neurofibrilles qui étaient la cause initiale de la maladie. L’hypothèse amyloïde date du milieu des années 80 mais n’a jamais pu être prouvée. On sait que ce sont les amas de neurofibrilles qui tuent les neurones, or les travaux réalisés au MGH sur l’ « Alzheimer-en-boite » indiquent que c’est l’apparition de la protéine beta-amyloïde qui entraine la formation de ces amas létaux associés à la protéine tau et non l’inverse. Cette nouvelle technique de culture de cellules souches neuronales a d’ors et déjà permis de montrer que si on bloque l’addition de phosphate à la protéine tau, les amas de neurofibrilles n’apparaissent plus malgré la présence de plaques amyloïdes.

Ces travaux publiés dans le dernier numéro de Nature (DOI: 10.1038/nature13800 ) ouvrent donc la voie au screening haute-fréquence qui pourrait déboucher sur la découverte de nouveaux médicaments permettant de stopper la progression de la maladie sinon de la prévenir à un coût très inférieur à celui utilisant des souris génétiquement modifiées. Les espoirs sont donc permis.

Source : Eurekalert

Bravo l’Europe !!

Ukraine ? Climat ? les Américains ont gagné contre l’Europe.

Lors de ma revue de presse (en ligne) d’hier matin, pas un entrefilet, pas un article ni aucune dépêche d’agence à propos de l’Ukraine. Il faut musarder sur des sites plus ou moins politiquement incorrects pour glaner quelques informations sur ce qui se passe vraiment sur le terrain dans le Donbass sans pour autant y accorder quelque crédit, la prudence est en effet de mise car toute information semble bien sous contrôle. Pourtant dans quelques heures, après les élections « législatives et démocratiques » le pays ukrainien sera recouvert pour les cinq mois qui viennent de son manteau neigeux habituel et le gouvernement ne s’est toujours pas mis d’accord avec Moscou sur le prix du gaz ni comment il va rembourser ce qui est dû à Gasprom, élections ou pas. En effet, comme l’Ukraine a quitté la sphère d’influence russe, la Russie lui vendra désormais son gaz au prix du marché et non au prix avantageux consenti par Moscou avant les évènements de Maiden. On en est là et les courbettes et autres sourires en coin du sommet de Milan il y a quelques jours n’ont pas dénoué le problème qui reste entier.

La situation est donc extrêmement dangereuse pour l’Europe occidentale qui va aussi entrer dans la période hivernale avec d’éventuelles vagues de froid durables, réchauffement climatique ou non, et risque de se voir privée de gaz naturel en provenance de Russie car sans accord avec Gasprom, les vannes seront fermées. Acheter du gaz liquéfié trois fois plus cher, peut-être, mais à qui et avec quels effets sur l’économie ? L’Allemagne commence à ressentir très sérieusement les conséquences des sanctions à l’encontre de la Russie. Les Américains s’en moquent mais pas les Allemands ni les agriculteurs français, italiens ou espagnols et je ne mentionne que les agriculteurs mais il y a aussi des milliers d’entreprises petites ou moyennes dans ces pays qui faisaient des affaires avec la Russie et qui traversent aujourd’hui des difficultés insurmontables en raison des sanctions décidées par Washington.

Ces sanctions décrétées donc par les USA à l’encontre de la Russie et imposées par l’Europe qui suit la Maison-Blanche comme un toutou vont plonger l’Union Européenne dans un marasme durable accentué par la nécessité des gouvernements à faire face en urgence à la situation économique délabrée de l’Ukraine. Tous les contribuables de l’Union Européenne vont devoir payer pour le diktat américain !

Et c’était le but recherché par la Maison-Blanche : mettre l’économie européenne à genoux pour mieux la dominer économiquement et stratégiquement. Et cette histoire d’Ukraine entièrement manigancée par la CIA avec l’appui tacite des Européens totalement manipulés par les USA était une vraie aubaine pour Obama. Les conséquences de la restructuration énergétique sous prétexte que le climat change en raison des activités humaines émettrices de CO2 trainent en longueur, c’est un poison qui n’aura de plein effet que dans une décennie. Il fallait trouver un stratagème plus efficace pour précipiter la chute de l’Europe. Cette fois-ci c’est le bon. À n’en pas douter l’Allemagne finira l’année en sévère récession si on examine les dernières statistiques économiques de ce pays : la production industrielle allemande a chuté de 4 % en août et les exportations ont chuté de 5,8 % ce qui est énorme, malgré une timide reprise en septembre. Comme l’Allemagne était déjà en décélération au deuxième trimestre (- 0,2%) il ne faut pas s’attendre à une amélioration substantielle dans les prochains mois. Ne parlons même pas de la France dont on attend toujours les statistiques économiques, c’est à se demander comment le gouvernement va présenter la récession tout aussi brutale du pays aux électeurs et aux contribuables, encore que Markit s’en est chargé ce vendredi : tous les voyants économiques français sont dans le rouge. Inévitablement ces sanctions contre la Russie vont profondément pénaliser toutes les économies de l’Europe occidentale et en particulier celle de la France et tout le monde va devoir payer pour éviter que l’Ukraine fasse défaut, événement qui serait un séisme financier bien pire que celui de la Grèce. On en est là, les stratèges du Département d’Etat américain ont gagné la première manche …

Et quand on lit cette dépêche d’agence c’est consternant :

Climat: l’UE s’engage à réduire de 40% ses gaz à effet de serre d’ici 2030

Bruxelles – L’Union européenne a trouvé un accord historique vendredi sur son plan climat prévoyant une réduction d’au moins 40% de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

Accord du Conseil européen sur une politique énergétique et de climat la plus ambitieuse au monde, a écrit le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, sur son compte Twitter.

Les nouveaux objectifs vont tous dans la même direction: nous permettre d’avoir une énergie plus verte, meilleure marché et dont l’approvisionnement a été sécurisé, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse. ( … )

(©AFP / 24 octobre 2014 03h06)

Un prix du kWh qui va doubler en France en quelques années pour soutenir les énergies vertes, que du bon pour l’économie. Les termes de cette dépêche, de l’AFP faut-il le souligner, une agence qui ne compte que des journalistes écolos et gauchistes, sont carrément surréalistes. Comment peut-on concevoir une énergie meilleur marché avec un approvisionnement sécurisé quand il s’agit de moulins à vent …

Bravo l’Europe !

La médecine chinoise traditionnelle, la médecine alternative et l’obscurantisme, de quoi avoir peur !

 

Selon la médecine traditionnelle chinoise un « sorcier » bien exercé peut les yeux fermés déterminer si une femme est enceinte par la simple prise de son pouls. Les « médecins » traditionnels chinois ont réussi à classer 29 sortes de pouls différents, c’est fou ! Et toute cette extravagance est déduite d’un savoir ancestral qui ignorait naturellement le fonctionnement du cœur tel que nous le connaissons aujourd’hui. La tradition, c’est la tradition et c’est donc en quelque sorte une vérité incontournable, à tel point que le Yin et le Yang du Chi ont fait leur chemin dans les pays occidentaux au mépris de toutes les avancées scientifiques de ces 100 dernières années. L’acupuncture, l’homéopathie, l’auriculothérapie, la phytothérapie et la naturopathie font partie de cette démarche rétrograde totalement déconnectée de la réalité scientifique.

Mais cette déviance provient également pour partie de la médecine galénique basée sur l’aspect des « humeurs » du corps, nommément le sang, la bile jaune, la bile noire, le flegme ou sécrétions nasales et l’urine et leurs relations avec la physiologie observée. Les théories de Galen (129-200 après JC) ont perduré jusqu’à l’apparition de la médecine raisonnée promue en particulier au XVIe siècle par Paracelse puis Vesalius mais l’influence de Galen se manifeste encore aujourd’hui dans l’aura incroyable des médecines alternatives qui sont supposées agir sur les humeurs corporelles. Par exemple, la faculté enseignait il y a encore peu le diagnostic basé sur la couleur, l’odeur et éventuellement le goût des urines, une pratique directement issue de la médecine galénique !

Capture d’écran 2014-10-22 à 13.55.44

Les médecines alternatives présentent un défaut majeur consistant à ne pas tenter de prouver les hypothèses avancées et constituant leur thesaurus en regard de la science médicale officielle en jouant sur l’effet de surprise : plus c’est invraisemblable plus c’est crédible ! En d’autres termes les praticiens adeptes des médecines alternatives s’arrangeront pour poser les bonnes questions à leurs patients et seulement celles qui confirment la nécessité de l’utilisation de telles pratiques comme la combinaison de l’homéopathie et de l’acupuncture, le summum de la supercherie ! Un diagnostic avec la simple prise du pouls d’un patient relève également de la plus pure contre-vérité scientifique et médicale. Jamais les variations infimes du pouls n’ont pu être corrélées avec des affections autres que des risques de fibrillation en cas d’arythmie prononcée. Une étude réalisée en 2007 infirme la validité de la prise du pouls permettant des diagnostics sophistiqués dans la médecine traditionnelle chinoise, pratique pourtant reprise par de nombreux praticiens adeptes de cette médecine. Les points de l’avant-bras dits Cun, Guan et Chi, supposés permettre de différencier certaines affections cliniques se sont révélés non significativement différents du point communément admis de prise du pouls avec l’index au niveau du poignet.

Enfin, et là on entre dans une zone dangereuse, les adeptes de ces pratiques médicales alternatives considèrent que la prise du pouls est suffisante pour détecter un problème de tension artérielle tout en corrélant la nature de ce pouls à des affections concernant divers organes. Stupéfiant !

Capture d’écran 2014-10-22 à 18.30.15

En conclusion, des fausses rumeurs, des endoctrinements par des charlatans en tous genres, de prétendus médecins, de prétendus climatologues, de prétendus prédicateurs créationistes, des journalistes totalement ignares osant écrire des articles truffés de contre-vérités et enfin des politiciens manipulés par des groupes de pression aux visées idéologiques à peine voilées font que l’humanité régresse et s’enfonce dans un obscurantisme très inquiétant alimenté par des médias complaisants ne recherchant que le scoop même si ce dernier s’avère n’être encore et toujours qu’une vaste escroquerie. Triste monde …

 

Que mes lecteurs anglophones lisent les deux articles cités en référence, c’est impressionnant :

http://www.hindawi.com/journals/ecam/2012/685094/

http://www.sacredlotus.com/diagnosis/pulse_images.cfm

Les crèmes à la caféine pour résorber la cellulite ? Un gros canular !

141016085652-large

Il existe pour maigrir des crèmes et autres onguents contenant de la caféine. Ces produits, vendus parfois une petite fortune en parapharmacie à des femmes crédules soucieuses de conserver une ligne svelte, sont tout simplement une pompe à fric organisée par les cosméticiens qui font d’ailleurs preuve d’une imagination étonnamment fertile dans le domaine de la beauté féminine leur permettant de réaliser des plus-values extravagantes. Surtout quand il s’agit de la caféine comme on va le voir. La caféine appliquée sur la peau aurait, je dis bien « aurait », un effet sur les tissus adipeux sous-jacents et favoriserait leur régression. Certes la caféine est une petite molécule qui peut parfaitement pénétrer dans le derme et ainsi se répandre éventuellement dans les tissus adipeux mais de là à affirmer qu’elle favorise la résorption des dits tissus est tout simplement un non-sens scientifique. Et je me permets ici de franchir un pas en clamant que les cosméticiens sont tous des escrocs sans exception.

En effet, un très récent travail réalisé à l’Université de Bonn en Allemagne vient infirmer cette hypothèse totalement farfelue de l’effet de la caféine sur les poignées d’amour et autres accumulations indésirables de corps gras. Pour bien comprendre la suite il faut faire un petit rappel sur le rôle physiologique de la caféine. C’est fondamentalement un antagoniste d’un modulateur métabolique très important pour l’organisme appelé adénosine :

1024px-Caffeine_and_adenosine.svg

L’adénosine est la forme non phosphatée de l’ATP, le fournisseur d’énergie produit par les mitochondries, ces petits organites subcellulaires essentiels à la vie cellulaire. L’adénosine n’est pas un produit de dégradation mais circule partout et présente des effets essentiels dans l’ensemble de l’organisme y compris au niveau du cerveau, du cœur et … des tissus adipeux. Et c’est sur ce dernier point qu’a travaillé l’équipe de biologistes dirigée par le Docteur Alexander Pfeifer. Sans entrer dans des détail fastidieux l’adénosine circulant se fixe sur un récepteur spécifique, le récepteur A2A, qui stimule très fortement la consommation de graisses dans les tissus adipeux aussi bien dans les adipocytes bruns que dans une bien moindre mesure dans leur contre-partie « blanche » moins riches en mitochondries. Or la caféine est un puissant antagoniste de l’adénosine et pas seulement au niveau du récepteur A2A comme on va le voir. Le rôle des tissus adipeux est de constituer une réserve considérable en énergie car les adipocytes brûlent carrément les graisses stockées pour produire un peu d’ATP à la demande mais surtout de la chaleur pour maintenir la température du corps. Tout est lié car l’adénosine stimule donc cette production d’énergie et de chaleur mais présente également des propriétés diverses sur le rythme cardiaque et la vasodilatation, donc un rôle important dans le maintien aux alentours de 37 degrés de la température corporelle optimale pour les fonctions physiologiques. La différence entre les tissus adipeux brun et blanc est la quasi absence de récepteur A2A dans ce dernier et l’effet de l’adénosine y est environ 1000 fois moins marqué. Le tissu adipeux blanc possède aussi un récepteur de l’adénosine (A1A) dont la caféine est également un antagoniste mais l’abondance de ce récepteur est très inférieure à sa contre-partie A2A du tissu adipeux brun et la population de mitochondries susceptibles de brûler les graisses y est également beaucoup moins élevée. Cependant les travaux dirigés par le Docteur Pfeifer ont montré sans ambiguité que l’adénosine avait tout de même un effet sur les adipocytes « blancs ».

Si un traitement de l’obésité avec des stimulants de ces récepteurs de l’adénosine peut être envisagé, il n’en demeure pas moins que de multiples effets secondaires pourraient apparaître en particulier au niveau cardiovasculaire. S’attaquer à la résorption thérapeutique des poignées d’amour n’est donc certainement pas pour demain ni après-demain. Quoiqu’il en soit, ces élégants travaux montrent sans ambiguité que l’adénosine joue un rôle central dans l’activité des adipocytes bruns et qu’il est dès lors tout à fait hors de question que la caféine puisse avoir un effet bénéfique sur l’embonpoint localisé dans certaines parties de l’anatomie féminine, que les cosméticiens en prennent bonne note.

Source : Nature, DOI: 10.1038/nature13816. Je tiens à la disposition de mes lecteurs curieux cet article aimablement communiqué par le Dr Pfeifer qui est ici chaleureusement remercié. Illustration : tissu adipeux brun (Dr Pfeifer).

La cyber-médecine c’est pour très bientôt

Capture d’écran 2014-10-21 à 22.48.40

Puisqu’il faut des mois pour obtenir un rendez-vous avec un ophtalmologue, en France comme ici en Espagne et ailleurs, la parade a été trouvée … Plus besoin d’attendre un rendez-vous qui ne viendra pas, il suffit d’adapter à un iPhone un appareil qui peut faire le cliché d’un fond d’oeil sans utiliser d’atropine et de l’envoyer par mail à son ophtalmologue qui répondra par mail, s’il a le temps naturellement, et pourra prescrire également par mail quelles dispositions prendre … Aussi simple que cela. Ce produit commercialisé par la société Welch Allyn comprend également un logiciel d’analyse qui peut diagnostiquer une pathologie sérieuse en quelques secondes, que ce soit une rétinopathie ou par exemple une hypertension due à un diabète insoupçonné.

Il y a beaucoup à parier que dans peu de mois on ira dans n’importe quelle pharmacie louer pour quelques euros l’accessoire en question et procéder soi-même à un examen rétinien en quelques secondes comme on paie un euro pour prendre sa tension ou deux euros pour évaluer son indice pondéral corporel. Mais ce genre de service se trouvera dans quelques années dans n’importe quel supermarché parce que les pharmacies auront disparu (voir infra) …

Capture d’écran 2014-10-21 à 22.49.38

Il s’agit du début de l’utilisation des smartphones dans le domaine de la santé et les applications sont multiples. Sous peu, on mettra dans la poche gauche de sa chemise une carte genre carte de crédit qui procédera à un électrocardiogramme détaillé envoyé par wi-fi à un smartphone lequel analysera le résultat et donnera la marche à suivre : aller d’urgence consulter un cardiologue, préparer son testament ou rester calme et continuer à vivre normalement.

Durant la décennie qui vient notre corps sera connecté au même titre que notre maison, notre voiture et toutes sortes d’instruments domestiques et professionnels. Il suffira d’avaler une gélule spéciale (récupérable) qui traversera la totalité de notre tube digestif pour fournir en temps réel notre état de santé. Une puce insérée sous l’épiderme permettra de réaliser des analyses complexes d’une centaine de paramètres également en temps réel et n’importe quel smartphone déclenchera une alarme au cas où il y ait un problème grave. Comme notre génome complet sera disponible pour quelques centaines d’euros sur un site « cloud », une application disponible sur n’importe quel smartphone aura accès à cette donnée personnalisée et après une brève analyse, payante naturellement, le verdict sera lisible sur l’écran préconisant la marche à suivre indépendamment de n’importe quel diagnostic réalisé par un praticien. Ce sera la cyber-médecine pour le prix d’une simple communication téléphonique avec quelques extras s’il faut procéder à des analyses complexes. On peut imaginer que le même smartphone se connectera à une borne de distribution des médicaments requis pour soigner une pathologie particulière. Il n’y aura même plus besoin de pharmacien, cette réminiscence des alchimistes du XVe siècle qui sera devenue totalement obsolète en quelques années. Le ciblage du médicament le mieux adapté sera effectué en quelques secondes avec un smartphone en tenant compte de plusieurs centaines de paramètres ainsi que du statut génétique de l’utilisateur. En chirurgie, seules les interventions complexes seront encore réalisées manuellement car toutes les opérations bénignes seront largement robotisées, de l’ablation de l’appendice à la cataracte, d’une hystérectomie à la pose d’une prothèse de hanche.

À n’en pas douter les smartphones vont révolutionner notre rapport avec la santé et le devenir du corps médical pour qui il serait urgent d’envisager une adaptation à toutes les nouvelles technologies qui ne vont que se multiplier exponentiellement. La santé représente en effet un fardeau insoutenable pour la société et tous les moyens seront rapidement acceptés et mis en place afin d’en réduire le poids économique et financier et le smartphone en est un outil promis à un immense avenir. En conclusion et pour ne citer qu’un exemple parmi beaucoup d’autres, on peut imaginer une analyseur d’haleine permettant de situer instantanément les états de santé aux niveaux digestif, hépatique, buccal et dentaire … que de surprises en perspective ! Restez connecté.

Billet de libre inspiration après connexion au site ci-après :

http://www.welchallyn.com/en/microsites/iexaminer.html

Obésité : estradiol, cerveau et acide palmitique, un curieux mélange …

 

Bien que l’obésité affecte aussi bien les hommes que les femmes parmi les quelques deux milliards de personnes en surpoids dont un demi-milliard d’obèses pathologiques sur la planète (alors que deux autres milliards de personnes ne mangent pas à leur faim tous les jours) on s’est rendu compte que les femmes obèses ou en surpoids supportaient mieux leur embonpoint que les hommes en termes d’effets secondaires comme la résistance à l’insuline (diabète de type 2) ou les maladies cardiovasculaires. Cette différence qui va à l’encontre de la théorie du genre s’estompe après la ménopause, ouf ! La théorie du genre est respectée in extremis : les femmes ménopausées sont tout aussi sensible que les hommes aux effets dévastateurs du surpoids sur la santé.

Cette observation a conduit un groupe de biologistes du Cedar-Sinai Institute de Los Angeles à se pencher sur les possibles causes de cette différence entre hommes et femmes en utilisant des souris. Les médecins déconseillent fortement aux hommes en surpoids souffrant de diabète et présentant des risques au niveau cardiovasculaire d’abuser de plats trop riches en sucres et en graisses alors qu’ils considèrent que les femmes également en surpoids peuvent s’offrir de temps en temps un hamburger bien dégoulinant de gras, bien salé et humecté de sirop de maïs. Énoncé autrement il y a là une évidente discrimination entre hommes et femmes en termes de conseils nutritionnels. Or comme cette violation évidente de la théorie du genre disparaît lorsque la femme est ménopausée, il y avait une direction de recherche toute trouvée : la modification du statut hormonal chez la femme au cours de la ménopause.

Durant cette période, les ovaires s’endorment progressivement car ils ne sont plus stimulés par l’hypophyse et non seulement il n’y a plus d’ovulation mais également la synthèse ovarienne d’estradiol chute progressivement pour atteindre un niveau basal correspondant à la faible production de cette hormone par les vaisseaux sanguins et quelques autres organes dont en particulier les tissus adipeux atteignant finalement la production d’estradiol de l’homme, pardon, du mâle. Mais tout se passe initialement dans le cerveau, en particulier au niveau de l’hypothalamus. Or on sait que la composition en acides gras du cerveau diffère légèrement entre hommes et femmes, disons désormais entre mâles et femelles puisque les travaux relatés ici ont été réalisés avec des souris.

Si on manipule génétiquement un mâle (de souris) pour qu’il atteigne une composition en acides gras cérébraux identique à celle de la femelle, quand on le gave d’aliments riches en graisses il ne présente plus les symptômes secondaires caractéristiques de l’obésité comme un diabète de type 2 ou des troubles cardiovasculaires alors qu’il devient tout aussi obèse. Cette différence en acides gras, en particulier en acide palmitique, favorise l’apparition de phénomènes inflammatoires qui vont perturber l’expression des récepteurs de l’estradiol dans le sens d’une diminution entrainant une propagation de l’inflammation non seulement à l’hypothalamus mais aussi à plusieurs régions du cerveau et également dans le tissu adipeux. Les mâles sont, en raison de cette composition en acides gras de leur cerveau, beaucoup plus sensibles aux effets délétères d’une nourriture riche en graisses. L’estradiol est connu pour ses propriétés anti-inflammatoires et sa relative protection aux problèmes cardiovasculaires, la relation était donc assez assez bien établie entre cet estradiol et une certaine protection dont bénéficient les femelles grâce aux doses massives de cette hormone d’origine ovarienne.

Capture d’écran 2014-10-18 à 08.45.50

Pour mieux comprendre le rôle de l’estradiol dans cette histoire il faut préciser que le récepteur de l’hormone (ER-alpha) commande une multitude de facteurs d’activation (PGC1-alpha) de transcription et au final l’amplification, si on peut dire les choses ainsi, d’une série de voies métaboliques. Il semble donc que l’estradiol protège la femelle des effets secondaires de l’obésité et du surpoids induits par une nourriture trop riche en graisses (HFD, high fat diet) en diminuant la propriété inflammatoire de l’acide palmitique au niveau de l’hypothalamus. Enfin, à la vue de ces résultats disponibles en ligne (voir le DOI) il n’y a aussi qu’un petit pas à franchir pour déclarer que l’acide palmitique est nocif pour l’organisme et accuser l’huile de palme de méfaits sur la santé serait un peu un raccourci car on trouve aussi le même acide gras dans le beurre, le fromage et le lait. Il est vrai que l’huile de palme contient 44 % d’acide palmitique mais ce billet n’avait pas pour objectif d’alimenter la controverse sur l’huile de palme …

Source : Cell Reports en accès libre DOI: 10.1016/j.celrep.2014.09.025

Les ongles incarnés ? C’est du ressort des mathématiques !

Que mes lecteurs soient pour une fois indulgents car il m’arrive souvent de les ennuyer avec des billets un peu difficiles à digérer surtout quand il s’agit de processus biologiques complexes qui le sont aussi pour moi.

Bref, je suis tombé par hasard sur une étude réalisée à la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Nottingham qui comme chacun sait se trouve au Royaume-Uni. C’est fou comme les scientifiques sont créatifs surtout quand ils se grattent le sommet du crâne pour trouver des sujets de recherche ou plutôt quand ils se tripotent les doigts de pied parce que l’inspiration n’est pas au rendez-vous. Jugez par vous même quand il s’agit d’expliquer pourquoi l’ongle du gros orteil a tendance à s’incarner.

Ce n’est pas du tout parce qu’on se coupe mal les ongles mais tout simplement à cause de « l’équation de l’ongle incarné » et je n’invente rien, la voici :

Capture d’écran 2014-10-20 à 09.25.27

Vous pouvez aller consulter l’article en question, il est disponible en ligne ( doi:10.1088/1478-3975/11/6/066004 ). Un ongle suit des lois physiques complexes dont voici un aperçu :

Capture d’écran 2014-10-20 à 09.24.10

Maintenant quand vous vous coupez les ongles des orteils, faites attention, il faut respecter ces équations mathématiques admirables. Au mieux faites en sorte de ne pas y penser et ignorez-les vous aurez moins de risques de vous couper un morceau de chair …

Comme quoi un mathématicien égaré chez un podologue peut aussi prendre son pied !