Ça se réchauffe ou pas ? Allez savoir !

?????????????????

Il y a quelques semaines les « spécialistes » de l’IPCC clamaient que finalement le réchauffement climatique qui n’avait pas eu lieu depuis près de 18 ans était tout simplement le résultat d’une plongée des eaux chaudes des océans dans les profondeurs de ces derniers. Il fallait tout de même faire très fort pour diffuser une telle information qui est encore une fois en violation directe avec des lois physiques tellement basiques qu’on finit par se demander qui sont réellement ces « spécialistes du climat » qui font la pluie et le beau temps (sans jeu de mot) auprès des gouvernements du monde entier, via des partis écologistes puissamment organisés et politisés, afin de les contraindre à réduire les émissions de CO2 à grands renforts de taxes et d’investissements à perte en dollars, euros, couronnes, yens, yuans ou pesos. La NASA qui vit comme des milliers de laboratoires dans le monde de la « manne climatique » a tout de même fini par admettre tout compte fait, honnêtement, enfin presque, et malgré toutes les tentatives pour garder bonne figure, que non, la profondeur des océans ne s’était pas réchauffée au moins ces dix dernières années. Ouf ! On est rassuré, tenter de violer une deuxième fois une loi fondamentale de la physique pour faire passer l’imposture monumentale du soi-disant changement climatique, ça commençait à faire carrément désordre. Prétendre que l’eau chaude est plus dense que l’eau froide, il fallait tout de même avoir eu l’audace d’y penser. Comme on a coutume de le dire, plus le mensonge est gros mieux il est avalé sans sourciller.

Les « scientifiques » de la NASA au JPL à Pasadena en Californie ont effectué des mesures satellitaires de la température des océans entre 2005 et 2013 corroborées par les données envoyées par 3000 bouées dispersées dans les océans un peu au hasard mais pas partout et les résultats ont montré qu’en dessous d’une profondeur de 1995 mètres (il faut admirer la précision) l’eau ne s’est pas significativement réchauffée. Ben voyons ! A cette profondeur la température de l’eau atteint au mieux une dizaine de degrés, tout y noir froid et noir, et si on va plus en profondeur on atteint 4 degrés au maximum de densité de l’eau de mer, point à la ligne.

Les « spécialistes » de la NASA ont fait une immense découverte pourtant décrite par les lois de la dilatation des corps en fonction de la température auxquelles l’eau n’échappe pas. Josh Willis, l’un des auteurs du papier (toilette) paru dans Nature Climate Change, l’organe politique et pseudo-scientifique de l’IPCC, déclare avec un courage évident que ces résultats n’infirment en rien le changement climatique lui-même ! « Le niveau de la mer continue à monter, on essaye simplement de comprendre les détails et d’aller au fond des choses ». Il y a tout de même un gros problème, les prétendus gaz à effet de serre continuent à s’accumuler dans l’atmosphère et le réchauffement ne suit pas. C’est à n’y rien comprendre. Les « spécialistes » de la NASA qui disposent d’une tribune libre pour publier leurs conneries, je veux parler de Nature Climate Change (30 euros pour accéder à l’article et abonnement d’une année 178 euros), dûment reviewés par leurs pairs qui ne les contrediront jamais, ne savent plus trop où ils en sont ni de quoi il parlent. On a l’impression qu’ils sont tout simplement désemparés et qu’ils commencent à se demander s’il ne va pas falloir, un jour ou l’autre, avouer publiquement leurs turpitudes, leurs falsifications systématiques des données de leurs instruments coûteux payés par les contribuables, je veux parler des satellites et des bouées Argo, leurs modélisations abracadabrantesques pour enfin avouer leurs mensonges répétés. Mais non, il manque de la chaleur produite par l’ « effet de serre » du CO2 dont la teneur augmente inexorablement et on ne sait pas où elle est passée. Les modèles de réchauffement seraient-ils erronés ? Puisque ces modèles prédisent un réchauffement directement corrélé à l’augmentation gigantesque de CO2, quelques dizaines de parties par million en 50 ans tout au plus, et que ça ne se réchauffe pas, c’est que les océans se sont plus réchauffé que prévu depuis 35 ans, entre 1970 et 2005 pour être plus précis, de 24 à 58 % de plus que prévu ! Cette fois c’est du précis, du costaud, du vrai, tellement vrai qu’il faut le croire sans sourciller. Et puis le niveau des océans, tous calculs faits, n’a pas autant augmenté que prévu par les modèles, Al Gore peut dormir tranquille dans sa somptueuse villa au bord de la baie de San Francisco avec vue imprenable sur le Golden Gate, elle ne sera pas inondée de son vivant ! Ouf …

141008122102-large

Aux dernières nouvelles, la banquise antarctique a atteint cet hiver austral qui se termine une surface record, plus de 20 millions de km2, du jamais vu depuis 1979. L’illustration (NASA) montre le dépassement de la ligne rouge en de nombreux endroits, ligne qui matérialise l’extension maximale de cette banquise entre 1979 et … 2014, les premières observations satellitaires datant de 1979 et on se demande pourquoi la moyenne englobe l’année 2014 : il doit y avoir un tour de passe-passe là dessous. Les explications à ce phénomène inattendu de l’extension de la banquise sont pour le moins confuses. On sent que la NASA ne sait plus trop comment expliquer ce qui est observé car remettre en cause le « réchauffement climatique » reviendrait à voir les crédits d’équipements et de recherches lourdement amputés par l’administration américaine. Et il en serait de même pour de nombreux organismes et associations non gouvernementales dans de nombreux pays.

Quant à El Nino, il joue l’Arlésienne ! Il était attendu pour le mois de juin de cette année, rien ne s’est passé. Le mois d’octobre est bien entamé, toujours rien, peut-être pour la Saint-Sylvestre ou la saint Glinglin. La zone intertropicale de l’Océan Pacifique ne se réchauffe pas comme prévu par la NASA. Il faut dire que si l’eau chaude s’enfonce dans les abysses, rien de plus évident …

Autant dire finalement que les « mensonges climatiques » ont encore de beaux jours devant eux …

Sources : NASA press release 14-272 du 6 octobre 2014 et press release du 7 octobre 2014 (Goddard).

7 réflexions au sujet de « Ça se réchauffe ou pas ? Allez savoir ! »

  1. Merci pour ces liens que je connaissais. Il se trouve que le deuxième principe de la thermodynamique est à l’évidence violé dans la construction de la théorie de l’effet de serre. En effet, il ne peut y avoir de transfert de chaleur d’un corps froid (les hautes couches de l’atmosphère) vers un corps plus chaud (les basses couches de l’atmosphère et le sol) sans intervention mécanique externe. C’est le principe original tel que décrit par Sadi Carnot. Il n’a jamais été infirmé, or un dénommé James Hansen (NASA) a fait par un coup de bluff ahurissant en une transposition de l’atmosphère de Vénus, dont il était un spécialiste, à celle de la Terre en prétendant que le CO2 constituait un des éléments prépondérants expliquant la nature de l’atmosphère de cette planète. Il faut remettre les choses à leur place. L’atmosphère de Vénus, riche en CO2, est 70 fois plus dense que celle de la Terre et les conditions gravitationnelles sont différentes. La pression au niveau du sol vénusien n’a rien à voir avec celle existant sur la Terre, tout de même 10 tonnes au M2. Au niveau du sol vénusien, la pression est de 700 tonnes au M2. Le gradient adiabatique résultant de la gravité, tant sur Vénus que sur la Terre, fait que tout naturellement l’atmosphère est plus chaud au niveau du sol qu’aux altitudes plus élevées. Le gradient adiabatique est de l’ordre de 1 degré centigrade pour 100 mètres. A la surface de Vénus, la température et de l’ordre de 450 degrés pour la même conséquence. Cette simple notion basique est ignorée par les « spécialistes » de l’IPCC qui considèrent qu’il y a un transfert de chaleur des hautes couches de l’atmosphère vers le sol, l’effet de serre, ce qui ne peut en aucun cas se produire. Toute cette inimaginable imposture du réchauffement climatique repose sur une violation des lois fondamentales de la physique et ce n’est pas parce que 2500 potes clament de concert que c’est la vérité, qu’il en est ainsi et qu’il faut les croire. Mademoiselle Royal va précipiter la France dans une grave récession qui appauvrira tout le peuple sauf ceux qui profiteront du système mis en place pour réaliser des profits substantiels en investissant dans les moulins à vent dont cette ignoble donzelle veut recouvrir tout le territoire de l’Hexagone. C’est tout simplement déplorable et confondant. Tout ça parce que des illusionnistes confortés par les médias et soutenus par des ONGs politisées ont infiltré tous les gouvernements des pays occidentaux dans le simple objectif malthusien de faire en sorte qu’il s’installe une régression et un paupérisation généralisées. Le climat n’a rien à voir finalement dans toute cette histoire …
    Je souhaite beaucoup de courage à mes petits-enfants, ils paieront très cher les lubies de ces groupuscules qui répandent « la terreur climatique ».

    • Laissons Vénus et Royal de côté. Surtout Royal, de grâce.
      Laissons également les discussions techniques de côté entre profanes comme nous.
      Que disent unaniment les spécialistes ? Ceci:
      http://nationalacademies.org/onpi/06072005.pdf
      Comment croire que 2500 spécialistes sont des « potes, » et qu’ils tous malhonnêtes ? Aucun complot ne peut exister à une telle echelle.
      Quel serait le motif du complot ? Vendre des éoliennes, c’est-à-dire que les fabricants d’éoliennes vont verser des kickbacks à chacun des 2500 scientifiques corrompus. Au détriment de qui ? Des pétroliers, qui sont des miséreux sans défense par rapport au business d’éoliennes. D’où la Vérité pourrait-elle enfin surgir ? D’un courageux blogueur qui invoque le 2nd principe, auquel personne n’avait pensé.
      Même à Hollywood, on ne voudrait pas d’un tel scénario.

    • Bah non, pour le second principe.

      Ce fameux « effet de serre » est bien un effet qui existe, bien qu’il soit mal nommé par comparaison erronée avec une serre de jardinier où l’effet physique n’est pas du tout le même.

      Il ne viole en rien le deuxième principe de la thermodynamique comme le savent bien TOUS les physiciens de profession et néanmoins, éventuellement comme moi-même, tout à fait « sceptiques » sur l’ampleur prétendue de et l’importance démesurée accordée à ce phénomène. Prétendre le contraire fait pouffer de rire, en particulier chez les « réchauffistes »

      La meilleure image que l’on peut donner aux béotiens est celle d’une couverture pour vous maintenir plus chaud la nuit. La « résistance thermique » de l’atmosphère est simplement augmentée par diffusion des photons IR sur les molécules additionnelles de CO2. Le problème est que contrairement à ce que les modélisateurs fous du GIEC prétendent on ne sait pas sérieusement évaluer quantitativement sa contribution aux phénomènes de transport de la chaleur à travers l’atmosphère en général.

      Les « modèles » qui en calculent soi-disant « les effets sur le climat » sont donc largement du pipeau et pour bien d’autres raisons encore.

      MAIS, cela ne signifie nullement que le CO2 des fossiles n’a aucun effet sur le climat entre autres, juste que c’est définitivement hors de portée du prétentieux homo sapiens sapiens de « calculer » ça.

  2. L’idée que de l’eau chaude peut spontanément sombrer sous des couches froides est effectivement très divertissante Avec ce principe , les frères Montgolfier auraient eu moins de succès 😉

  3. Ping : Réchauffement : la banquise antarctique a atteint cet hiver austral qui se termine une surface record, plus de 20 millions de km2… | Léon ROUMAGNAC

  4. Je ne suis pas un spécialiste du climat, je ne fais pas de spéculation sur les mécanismes du réchauffement et j’ai bien peu confiance en d’autres non-spécialistes qui se lancent dans ce genre de spéculation. En ce qui concerne la deuxième loi de la thermodynamique, j’ai en plus l’impression d’après mes vagues souvenirs d’école qu’elle n’a pas grand chose à voir avec la balance des échanges thermiques d’une planète, mais là je peux me tromper.

    Comme d’autres, j’écoute avec bien plus d’intérêt l’immense majorité des experts qui observent le réchauffement avec une instrumentation moderne et sont sûrs (à 95% seulement) que le réchauffement est dû aux gaz de serre. On en est à 0.8°C de réchauffement depuis l’ère préindustrielle avec dès maintenant des effets gigantesques sur le climat, l’agriculture, l’écologie. Qu’est-ce que ce sera dans une ou deux décennie ?

    L’article de Nature Climate Change qui explique le changement global de circulation océanique et de la force des alizés qui seraient la cause de l’accélération de l’absorption de la chaleur par les océans au dépends du réchauffement de la surface terrestre observée durant cette période de ce que vous appelez poétiquement « un réchauffement qui n’a pas eu lieu » est ici: http://www.nature.com/nclimate/journal/v4/n3/abs/nclimate2106.html
    D’après les auteurs cette accélération des alizés de l’hémisphère sud obéit à un cycle de 15 à 30 ans.

Répondre à John from Victoria Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s