« Nature Climate Change », l’organe de presse de l’IPCC

 

Dans le registre de la probité scientifique il y a pire que les sombres exactions du sieur Séralini que vient de rappeler le site Contrepoints et en matière de publication sur le changement climatique il y a aussi cet article également publié par Contrepoints (voir les liens) mais dans le genre climatique l’hebdomadaire scientifique Nature a fait encore mieux en créant une sorte de filiale appelée Nature Climate Change, je n’invente rien, cette capture d’écran le prouve :

Capture d’écran 2014-09-02 à 17.35.02

Pour acheter l’article dont il est fait mention ici il faut débourser la modique somme de 30 euros. C’est proprement renversant. N’importe qui, scientifique ou non, peut être assuré de pouvoir se gonfler le jabot en proclamant « j’ai publié mes travaux dans Nature ». Il y a tout de même un problème déontologique de taille. Cette sous-revue scientifique doit avoir un éditeur en chef et ce dernier, quand il reçoit un manuscrit soumis pour publication, fait appel à des « reviewvers » pour se faire une idée de la valeur du dit manuscrit et décider ensuite de le publier ou le cas échéant de le refuser. Ça s’appelle du peer-to-peer review qu’on peut traduire en français « revue par des pairs », pairs signifiant des scientifiques aptes à juger objectivement la valeur d’un manuscrit. Dans le cas présent de Nature Climate Change n’importe quel torchon est publiable, et sera publié, pourvu qu’il abonde dans le sens des préceptes de l’Eglise de Scientologie Climatique et des rapports-fleuves de l’IPCC, le Concile de cette Eglise constitué de plus de 2500 savants reconnus pour la qualité de leurs travaux relatifs au changement climatique. On ne dit plus réchauffement mais changement car ces experts ne savent plus trop quoi inventer pour dissimuler leur malhonnêteté et ne savent même plus si ça va se réchauffer ou se refroidir.

Les reviewvers de Nature Climate Change, on peut le parier, sont tous des scientifiques triés sur le volet pour leur honnêteté et sont donc parfaitement aptes à juger les travaux de leurs « pairs » mais là où ça fait désordre, c’est qu’ils jugent en fonction de la ligne politique adoptée par le Concile de l’Eglise de Scientologie Climatique. Sinon, c’est une hérésie condamnable qui ne doit en aucun cas être publiée, un peu comme l’Eglise a brûlé Giordano Bruno et a failli faire de même avec Galilée car ils contredisaient les thèses de la papauté. Puisque Nature Climate Change m’en donne l’occasion je vais donc me faire un plaisir de critiquer cet article basé encore une fois sur des modélisations informatiques permettant d’apprécier avec une rare précision l’état des lieux de l’agriculture en … 2050. Les curieux pourront toujours aller lire les informations supplémentaires de l’article en question (disponibles sans payer, pour le moment du moins) dont voici le lien : http://www.nature.com/nclimate/journal/vaop/ncurrent/extref/nclimate2353-s1.pdf.

Je me contenterai de fournir cette illustration à mes lecteurs en précisant que GHG signifie « gaz à effet de serre » :

Capture d’écran 2014-09-02 à 18.00.21

Que remarque-t-on tout de suite ? La sempiternelle rengaine malthusienne de ces experts qu’on peut résumer ainsi : si on ne se sert pas la ceinture, en 2050 l’accroissement des besoin en nourriture dans le monde rendra incontrôlable la production de « gaz à effet de serre » et d’autant plus incontrôlable que la tendance à une augmentation de la consommation de viande qui se dessine sera catastrophique sur la déforestation pour créer de nouvelles pâtures ou de nouvelles récoltes pour nourrir les cheptels variés dont la demande ne fera qu’accroître avec l’urbanisation des populations. Les effets sur la production de méthane, un autre méchant gaz à effet de serre, seront gigantesques ainsi que la destruction d’écosystèmes entiers avec la disparition de plus de 10 % supplémentaires de forêts primaires, l’ensemble contribuant à aggraver le changement climatique sans oublier l’utilisation massive d’engrais et de pesticides qui contribueront aussi à cette catastrophe.

Comment faire pour échapper à ce désastre annoncé par des modèles informatiques. Keith Richards de l’Université de Cambridge préconise « une demande (en nourriture) de meilleure qualité, par exemple « en se focalisant sur l’éducation et la santé qui apporterait un double bénéfice – maintenir les populations en meilleure santé, et réduire la pression critique sur l’environnement ». Et Pete Smith de l’Université d’Aberdeen de renchérir «  à moins de faire de sérieux changements dans nos habitudes alimentaires, il faudra complètement décarboniser les secteurs de l’industrie et de l’énergie pour rester dans les limites acceptables d’émissions (de carbone) pour éviter tout changement climatique dangereux ». Bojana Bajzelj conclut ainsi « modérer la consommation de viande avec des régimes alimentaires plus équilibrés – sans excès de sucres et de graisses – seront les options « sans regret » essentielles ». L’étude préconise une consommation de viande ne dépassant pas 85 grammes par semaine et pas plus de 5 œufs hebdomadaires avec pédale douce sur les produits laitiers.

Que signifie ce pamphlet accepté pour publication pour sa grande valeur scientifique et démonstrative ? Tout simplement que les climatologues ou prétendus tels, non contents de baser leurs travaux sur des théories en contradiction avec les principes fondamentaux de la physique, veulent culpabiliser le monde entier en répandant la peur et une sorte de terreur et en s’appropriant qui plus est le droit d’éduquer les populations pour éviter une catastrophe climatique due à l’activité humaine qui n’arrivera très probablement jamais car c’est le Soleil et seulement le Soleil qui commande tout changement climatique terrestre. Allez demander à ces savants de pacotille de trouver une explication à l’optimum médiéval selon leurs modèles tous aussi faux les uns que les autres. Est-il nécessaire de rappeler que durant cette période qui vit des températures supérieures de 1,5 degrés à la moyenne des 100 dernières années, l’ensemble des populations étaient prospères car il y avait abondance de nourriture en raison d’un climat plus chaud … Or il est admis que c’est uniquement l’activité solaire qui occasionna cet optimum sans prétendus gaz à effet de serre ni activité humaine dommageable malgré la construction des cathédrales et l’expansion de l’Empire de Genghis Khan.

Capture d’écran 2014-09-02 à 18.43.49

http://www.contrepoints.org/2014/09/02/179375-ogm-labominable-vengeance-de-m-seralini

http://www.contrepoints.org/2014/09/01/179201-changement-climatique-en-esperant-que-michael-mann-ne-me-poursuive-pas-en-justice

2 réflexions au sujet de « « Nature Climate Change », l’organe de presse de l’IPCC »

  1. « consommation de viande ne dépassant pas 85 grammes par semaine »

    sans faire la nuance entre volaille, bovins, porcs…?

    Je rêve! Ces productions n’ont pas du tout le même « impact environnemental ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s