Pour l’asthme des enfants, il n’y a pas que les antibiotiques

Capture d’écran 2014-06-07 à 16.56.26

Il y a quelques jours j’écrivais un billet sur l’usage inconsidéré des antibiotiques chez les nourrissons et les enfants de moins d’un an, une étude ayant montré sans ambiguité qu’il existait une corrélation entre la fréquence des symptômes respiratoires liés à l’asthme et l’usage forcené d’antibiotiques avant l’âge de un an (voir le lien en fin de billet) et cette étude semble corroborée par une autre investigation réalisée à la Johns Hopkins University toujours sur les conditions d’apparition d’allergies et de troubles respiratoires liés à l’asthme et toujours chez l’enfant. Cette nouvelle étude s’est focalisée sur les conditions d’hygiène entourant les enfants au cours de leur première année de vie et nous allons voir qu’on va de surprises en surprises dans ce registre. On avait déjà constaté que des enfants vivant dans une ferme, au contact d’animaux, jouant dans la terre avec des morceaux de bois et des cailloux, étaient beaucoup moins sujets à des allergies et des troubles respiratoires surtout en établissant une comparaison avec des enfants du même âge vivant en milieu urbain ou péri-urbain plutôt aseptisé. Dans ce travail portant sur 467 enfant vivant dans un milieu urbain, Baltimore, Boston, New-York et St-Louis dont l’état de santé a été soigneusement noté durant les trois premières années de leur vie, il s’est avéré que la moindre exposition à des allergènes, des poussières ou des bactéries durant la première année de la vie avait pour conséquence de diminuer considérablement l’incidence des troubles respiratoires et des allergies. Cette observation n’est pas sans rappeler l’usage d’antibiotiques durant cette même période de la prime enfance. Les enquêteurs de la Johns Hopkins ont étudié les allergènes présents dans les maisons où vivaient ces enfants, ont réalisé des tests sous-cutanés et des analyses sanguines et ont prélevés des poussières dans 104 maisons différents sur les 467 que comportait l’étude afin d’identifier les bactéries auxquelles les enfants étaient en contact.

Il s’est avéré que s’il y avait dans les maisons un animal domestique, un chat, un chien ou un hamster dans une cage ou même la présence de cafards dans les cuisines, c’est vrai ( ! ), les enfants étaient systématiquement moins exposés à des problèmes d’asthme et ce d’autant plus que le nombre de sources d’allergènes était élevé, le tout avant le premier anniversaire des enfants. Seulement 17 % des enfants vivants dans des conditions sanitaires qui pourraient être qualifiées comme médiocres développaient des allergies et problèmes d’asthme alors que plus de la moitié des enfants n’ayant jamais été exposés à ces allergènes devenaient asthmatiques après la première année. Exactement la même observation a pu être faite en ce qui concerne la population bactérienne recueillie dans les poussières en contact avec ces enfants. Comme pour apporter un argument supplémentaire seulement 8 % des enfants qui à l’âge de trois ans présentaient des symptômes respiratoires associés à de l’asthme avaient été exposés à seulement l’un des allergènes cités plus haut. Cette étude montre clairement que l’enfant est plus apte à développer une défense immunitaire équilibrée avant l’âge d’un an en étant en contact avec des animaux domestiques, des poussières et des bactéries variées et que ce simple fait réduit les risques d’allergies et d’asthme tels qu’observés à l’âge de trois ans dans cette étude. L’ensemble de ces résultats est en parfaite concordance avec les effets néfastes de l’usage d’antibiotiques le plus souvent injustifiés avant l’âge d’une année. Trop d’hygiène nuit donc durablement à la santé des enfants, il faut laisser à l’organisme le libre soin de développer harmonieusement ses propres défenses immunitaires en évitant trop d’hygiène car il paraît maintenant avéré que tout se passe au cours de la première année de la vie.

Capture d’écran 2014-06-08 à 19.12.45

Source : Johns Hopkins Medicine News

https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/05/20/antibiotiques-et-asthme-chez-lenfant-encore-un-scandale/

Une réflexion au sujet de « Pour l’asthme des enfants, il n’y a pas que les antibiotiques »

  1. Ping : Allergies alimentaires : peut-être une piste sérieuse | Contrepoints

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s