Le grand retour de la chtouille qui a de beaux jours devant elle !

 

Ca tombe à point nommé puisque l’éducation sexuelle dans les écoles revient sur la sellette et il ne s’agit pas de savoir si on doit revenir sur le droit à l’avortement, sur la pilule, la procréation assistée ou encore la grossesse pour autrui, un business qui est très en vogue en Espagne, non il faut aussi informer les petits collégiens des dangers des maladies sexuellement transmissibles et il y en beaucoup, des champignons aux virus en passant par des bactéries pas vraiment gentilles.

Des dizaines de milliards de dollars ont été investi pour comprendre puis tenter la mise au point de traitements contre le SIDA. On ne dispose cependant d’aucunes statistiques fiables sur le nombre réel de malades ou de porteurs du virus apparemment sains et susceptibles de le transmettre à leur partenaire, homme ou femme. Dans ce cadre, la théorie du genre trouve une application inattendue, le virus ne fait aucune distinction …

gonorrhea-bigger

Parmi les autres maladies sexuellement transmissibles il y a le virus du papillome qui se décline en toute une famille et pour lequel il existe maintenant un vaccin efficace, d’autres tréponèmes, chlamydia ou champignons mais aussi la blennorragie encore appelée « chaude-lance », « chaude-pisse », « chtouille », « clap » et que sais-je encore. Pour les spécialistes il s’agit de la gonorrhée, une maladie infectieuse des voies uro-génitales dont le responsable est la bactérie Neisseria gonorrhoeae. Inutile de faire une description de la maladie et de son évolution dangereuse si elle n’est pas traitée, mais c’est justement ce dernier point qui est préoccupant.

PenicillinPSAedit

Autant dire qu’il y a bien longtemps que cette bactérie est complètement résistante à la pénicilline (voir l’illustration tirée de Wikipedia) mais plus inquiétant, les super-Neisseria, comme les super-Klebsiella (voir un précédent billet), ont commencé à sévir d’abord à Hawaï puis en Californie mais en Thaïlande ça doit bien le faire aussi. Les données médicales du CDC concernent les USA et seulement quelques grandes villes comme Denver, Honolulu ou encore San Diego. La Neisseria est particulièrement douée pour déjouer le système immunitaire puisqu’on peut être réinfecté plusieurs fois au cours de la vie mais cette bactérie a aussi mis au point un système ingénieux pour se déplacer le long de l’urètre et remonter les canaux déférents pour s’installer au niveau des testicules. Il s’agit d’une sorte de tentacule qui est propulsé au loin, toutes proportions microscopiques gardées, s’accroche comme un genre de harpon sur les tissus et se rétracte pour que la bactérie puisse ainsi parcourir de longues distances. C’est ainsi que le gonocoque peut remonter jusqu’à la vessie et les reins, sans parler des formes de gonorrhée au niveau du pharynx mais c’est pour une toute autre raison.

Les deux dernières armes de la dernière chance sont devenues inefficaces. Il s’agit des cefixime et ceftriaxone, des céphalosporines qui permettaient de traiter la maladies en une seule injection intramusculaire. C’est devenu un doux rêve ! Quand on sait que les statistiques font état d’environ 800000 cas par an aux USA et que cette donnée est probablement largement sous-estimée, il y a vraiment beaucoup de souci à se faire d’autant plus que 80 % des femmes infectées ne présentent aucun symptôme, ce qui n’encourage justement pas leur partenaire à prendre une précaution élémentaire comme l’usage d’un préservatif. Pour terminer la peinture de ce sombre paysage, l’incidence des résistances est exactement identique à l’augmentation du nombre de cas déclarés par les médecins traitant auprès du CDC (Center for Disease Control, à ne pas confondre avec la Caisse des Dépôts et Consignation). Comme le Directeur de ce centre, Tom Frieden, le dit : « Si on ne fait pas attention, nous allons nous trouver bientôt dans une ère post-antibiotiques ». En d’autres termes le confort apporté par les antibiotiques souvent abusivement prescrits va devenir un amer souvenir.

Source : CDC

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s