Des tomates transgéniques pour combattre l’athérosclérose !

Il m’arrive parfois d’hésiter à écrire encore un billet relatif aux progrès incessants et multidirectionnels de la biologie appliquée à la recherche médicale. Mon hésitation tient au fait qu’il faut, pour entrer dans le vif du sujet, faire parfois des rappels fastidieux de chimie ou de biochimie pour bien comprendre ce dont j’ai décidé de disserter. Mais comme beaucoup de mes lecteurs, à n’en pas douter, ont parfois peur d’aller consulter leur médecin qui va leur dire qu’ils ont trop de tension artérielle ou trop de cholestérol ou encore trop de poids ou les trois en même temps, c’est souvent le cas, chaque fois que des scientifiques curieux font émerger par leurs travaux un espoir de traitement, même ténu, de ces inconvénients de santé, je finis par me décider à écrire quelques feuilles pour en faire partager mes lecteurs assidus et leur donner aussi quelques espoirs.

Il faut donc que je fasse quelques rappels basiques de biochimie pour arriver à comprendre ce que viennent de découvrir des biologistes de la UCLA School of Medicine. N’importe quelle cuisinière sait qu’il faut ajouter un jaune d’oeuf à l’huile pour faire monter une mayonnaise. Le constituant du jaune d’oeuf qui permet d’atteindre ce résultat magique, en fait une émulsion de l’huile, tient au fait que le jaune d’oeuf contient de la lécithine, une molécule assez simple formée de deux acides gras liés à un résidu de glycérol. Ce dernier morceau, le glycérol est phosphaté et le phosphate, chargé négativement, est lié également à une molécule de choline, elle-même chargée positivement. Ces deux charges positives et négatives à l’extrémité de l’ensemble et opposées aux deux acides gras expliquent que la lécithine présente des propriétés tensioactives, un peu comme les constituants du savon. La lécithine qu’on trouve donc dans le jaune d’oeuf mais aussi dans le soja est un composant majeur des membranes cellulaires.

1-palmitoyl-2-oleoylphosphatidylcholine

Dans l’intestin grêle, il arrive que la lécithine subisse des dégradations indésirables, comme l’enlèvement d’un des acides gras puis de la choline, le petit bout à droite avec l’atome d’azote (N) chargé positivement. On obtient alors ce qu’on appelle de l’acide lysophosphatidique (LPA). Ne pas confondre avec la Ligue de Protection des Animaux, encore que la suite de mon histoire aboutira à une protection des animaux de laboratoire qui ont servi à faire cette découverte intéressante.

800px-Lysophosphatidic_acid

La LPA, détectée en quantités extrêmement faibles dans l’intestin pour qu’on puisse lui attribuer un rôle, a pourtant un puissant effet sur le développement de l’athérosclérose. On savait que la LPA était retrouvée dans certaines cellules cancéreuses et qu’elle semblait favoriser la multiplication des cellules en culture, mais on n’avait jamais songé à lui trouver un rôle autre que de créer parfois des dommages aux membranes cellulaires en se faufilant entre les autres lipides constituants de ces membranes. Les biologistes de UCLA ont nourri des souris avec des granulés vraiment gras contenant plus de 20 % de lipides, dont de la lécithine et du cholestérol. Et ils ont trouvé deux fois plus de LPA dans l’intestin grêle avec ce régime en comparaison d’un régime contenant peu de graisses (4%). Naturellement les souris nourries avec autant d’aliments franchement graisseux développaient très rapidement toutes sortes de symptômes comme une augmentation des LDL et une décroissance des HDL, en d’autres termes une augmentation du « mauvais » cholestérol dans le sang, mais aussi une augmentation des marqueurs d’inflammation comme la CRP (C-reactive protein), dont la présence dans le sang est, entre autres, un indicateur de dommages et d’inflammations artérielles. Quand ils ont ajouté à la nourriture normale, 4 % de graisses, une partie par million de LPA, c’est-à-dire pas beaucoup, on pourrait dire une dose homéopathique, la quantité retrouvée dans l’intestin grêle était sensiblement la même que si les souris avaient été nourries avec des granulés riches en graisses et elles présentaient rapidement les même analyse sanguines inquiétantes que les souris nourries avec beaucoup de matières grasses. La seule explication plausible est donc qu’il se passe quelque chose dans l’intestin et pas seulement dans le foie qui favorise l’apparition de l’athérosclérose et de bien d’autres désagréments.

Parallèlement à ce travail, cette équipe décidément pluridisciplinaire a mis au point une tomate génétiquement modifiée qui exprime une petite protéine appelée 6F qui mime l’action de la partie protéique de l’HDL. Inutile de préciser que HDL signifie High Density Lipoprotein, ce qui veut dire qu’il s’agit d’un complexe entre une protéine et principalement le cholestérol. La partie protéique du complexe est constituée d’une petite protéine appelée ApoA-1 et elle est très utile pour transporter le cholestérol du foie vers d’autres organes comme les glandes surrénales, mais elle enlève également le surplus de cholestérol qui tapisse physiologiquement les artères pour le renvoyer vers le foie. Bref, cette équipe de UCLA composée d’une vingtaine de personnes a donné de la poudre de tomates transgéniques lyophilisées aux souris dans les mêmes conditions que précédemment avec des régimes riches ou pauvres en graisses et addition de LPA ou non à raison de 2,2 % de poudre dans les granulés. Ils ont observé que non seulement l’augmentation de LPA dans l’intestin grêle était totalement annulée mais qu’en plus les LDL diminuaient et les HDL augmentaient et le taux de CRP restait normal. Naturellement ce petit peptide 6F ne se retrouve pas dans le sang puisqu’il est dégradé et seuls les acides aminés individuels passent dans le sang comme pour n’importe quelle autre protéine digérée dans l’intestin. Il se passe donc quelque chose de néfaste dans l’intestin grêle qui peut être l’une des causes de l’athérosclérose et qui pourrait peut-être bien être traité au moins préventivement en se gavant de tomates spécialement modifiées génétiquement à cet effet. L’illustration (Source UCLA Newsroom) montre en bas à gauche l’aorte de souris nourrie avec un régime graisseux auquel a été ajouté ou non la poudre de tomate. La coloration rouge montre les plaques d’athérome. Les souris utilisées sont noires !

tomatoes

Reste à savoir ce qu’en pensera le faucheur d’OGM devenu ministre français de l’environnement (et de l’énergie) lui qui est opposé à toute culture de plantes transgéniques sur le sol français …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s