Paracétamol et Ibuprofen contre la grippe : du pipeau !!!

Une étude pragmatique portant sur 889 patients d’âge moyen autour de la trentaine souffrant de grippe et réalisée l’hiver dernier en Grande-Bretagne, pays où l’Open Data permet ce genre d’approche alors que le ministère de la santé français ne semble pas disposé à faciliter l’accès des chercheurs aux données médicales, cette étude, donc, a analysé avec des méthodes statistiques strictes les effets bénéfiques de l’Ibuprofen et du Paracétamol ou une combinaison des deux dans le traitement de la grippe. Ces deux molécules sont couramment prescrites par les médecins généralistes pour le traitement de la grippe en association avec des antibiotiques. L’Ibuprofen (Advil ou Nurofen en France) est un anti-inflammatoire non stéroïdien plus ou moins bien supporté par les malades et le Paracétamol (Dafalgan ou Efferalgan pour les Français) un analgésique également fébrifuge. Cette étude a montré qu’aucun bénéfice tangible sur l’évolution de la maladie ne pouvait être observé avec l’une ou l’autre de ces molécules ni avec une combinaison des deux. Ce résultat constitue donc un très gros pavé jeté dans la mare du corps médical qui prescrit en dépit du bon sens des médicaments dont les effets supposés positifs sont basés sur des études ponctuelles plutôt que sur la collecte d’un grand nombre de données comme le permet l’Open Data. De plus l’usage (ou le non usage) d’antibiotiques n’apporte aucune différence notoire sur l’évolution de la grippe. Il faut rappeler ici que la grippe est une maladie virale et que la prescription d’antibiotiques constitue en elle-même une aberration du genre appliquer un cataplasme sur une jambe de bois ! Les médecins prescrivent des antibiotiques uniquement par précaution mais leur effet est plutôt négatif car ils contribuent à l’affaiblissement de l’état général du malade. Plus inquiétant encore est le fait que, comme l’a montré cette même étude, plus de 20 % des malades ont vu les symptômes de leur grippe s’aggraver au cours du traitement plutôt que de régresser. L’une des explications serait que l’anti-inflammatoire perturbe la réponse immunitaire de l’organisme. Ces molécules, en dehors des antibiotiques, peuvent donc être considérés comme des médicaments de confort sans grande utilité pour le traitement de la grippe mais atténuant seulement les symptômes comme la toux, la fièvre voire les maux de gorge et qui ne sont pas sans risques de complications digestives, hépatiques ou rénales.

 

Source : British Medical Journal

2 réflexions au sujet de « Paracétamol et Ibuprofen contre la grippe : du pipeau !!! »

  1. J’ai toujours pensé que le paracétamol n’avait aucun effet sur le cours de la maladie, mais permettait simplement d’améliorer le confort du patient en attendant la guérison.

    D’ailleurs, une recherche avec paracétamol et grippe dans google me conforte dans mon idée : la plupart des liens indiquent bien qu’il s’agit d’un traitement symptomatique.

    Pour ma part, je continuerai à prendre du paracétamol en cas grippe, même si c’est « du pipeau », car l’effet sur la douleur me semble bien réel et bienvenu. Je sais, je suis irrationnel.

  2. Le paracétamol fait baisser la fièvre, laquelle est une réaction de l’organisme destinée à lutter contre la multiplication des virus. Si on supprime une défense naturelle, on peut s’attendre à une prolongation de la maladie… Personnellement j’évite d’en prendre lorsque j’ai la crève, et celle-ci ne dure que de 1 à 3 jours.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s