Pénibilité : encore deux milliards ponctionnés aux entreprises !

La pénibilité du travail qui devrait donner droit à des trimestres supplémentaires de cotisation pour la retraite va être entièrement prise en charge par les entreprises. D’abord, c’est quoi la pénibilité, comment ça se mesure et sur quels critères, est-ce une notion objective ? Le nouveau secrétaire général du très gauchisant syndicat CGT considère que les entreprises sont « coupables » (sic) d’offrir des emplois pénibles et qu’elles doivent payer. On pourrait rêver mais par les temps qui courent ce sont plutôt des insomnies promises aux chefs d’entreprise. Un exemple de pénibilité parmi d’autres : les contrôleurs aériens qui font périodiquement parler d’eux en bloquant le ciel européen peuvent prendre leur retraite pleine à 52 ans s’ils ont effectué 17 ans de service, vous avez bien lu. Le contrôle aérien est l’un des métiers les plus pénibles puisque ceux qui se risquent à exercer ce métier travaillent au mieux 25 heures par semaine avec des salaires inversement proportionnels à leurs heures de travail. Certes ils ont des responsabilités mais encore faut-il définir la pénibilité de leur métier qui n’a plus rien à voir avec celui des années 70. Tout le trafic aérien est informatisé et quasiment automatisé. Les pilotes savent exactement quand il faut ouvrir les flap pour ralentir leur aéronef et combien de temps ils doivent tirer sur le manche si cette opération ne se fait pas automatiquement. Pour le contrôle des « taxi » même chose, des détecteurs au sol indiquent la position au millimètre près des avions. Gérer une approche ou un atterrissage est infiniment plus simple que de gérer une centrale nucléaire. Mais non, les contrôleurs aériens exercent apparemment le métier le plus pénible qui soit ! Et c’est la même chose pour les conducteurs de locomotives à vapeur et les mineurs de grand fond, il en existe encore beaucoup en France … La ministre du travail et du syndicalisme a trouvé une nouvelle piste pour encore ponctionner les entreprises. Mais au fait, avec le salaire d’un ministre, à la retraite après au mieux cinq ans d’activité, ô dieux que ce métier doit être pénible !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s