La bien-pensance écologiste risque de coûter très cher !

Distributed-Solar-300x199

Le vaillant nouveau ministre de l’énergie et de l’environnement, ancien faucheur d’OGM pour la plus grande satisfaction des laboratoires de recherche de l’INRA et de l’INSERM et donc des contribuables qui financent ces organismes de recherche avec leurs impôts, va-t-il réitérer sa fougueuse envie de rendre service au pays en continuant à favoriser fiscalement et par voie tarifaire l’installation de panneaux solaires et de moulins à vent partout où cela est possible en France et dans les DOM ? Puisqu’il faut repenser entièrement la transition énergétique (je ne sais toujours pas ce que cela signifie) en réduisant la part de l’électro-nucléaire à 50 % il faut donc d’autres sources fiables d’électricité. Pour ce faire, il faut de l’argent et compte tenu de l’état lamentable des finances de l’Etat dispendieux il a donc été décidé d’augmenter le prix de l’électricité de 5 % maintenant puis 5 % après et encore 5 % plus tard et même, si les objectifs de transition trainent trop, encore 5 % supplémentaires. Tout ça pour financer les moulins à vent et les panneaux solaires et accessoirement l’isolation des logements insalubres des banlieues peuplées de pauvres. Dans le XVIe arrondissement de Paris ces salauds de riches seront contraints par la loi de payer un maximum pour isoler leurs riches suites de quatre mètres cinquante de hauteur de plafond. Bref, tout ça pour satisfaire un genre de lubie qui veut que le soleil et le vent pourront à terme fournir 50 % de l’électricité dont le pays a besoin. Apparemment ce ministre a l’air d’ignorer que l’Espagne s’est lancée il y a quelques années dans le même genre de délire énergétique et les conséquences pour le pays font froid dans le dos. En avril de cette année, le gouvernement espagnol a clamé haut et fort que les énergies alternatives (moulins à vent et panneaux solaires) étaient arrivé à fournir 54 % de l’électricité nationale, un jour, à une heure donnée, qui ne s’est plus reproduit depuis pour toutes sortes de raisons qu’il vaut mieux ignorer ( http://inhabitat.com/spain-produced-54-percent-of-its-electricity-from-renewable-sources-in-april/ ) et puis il y a quelques semaines, le gouvernement espagnol, le même, il n’avait pas changé entre temps, a décidé de taxer les panneaux solaires, en d’autres termes, au lieu d’acheter les kW solaires aux particuliers qui les revendaient à un tarif préférentiel particulièrement attractif au réseau (REE) et décidé par la loi, d’un coup d’un seul c’est l’inverse, le kW sera acheté au prix du marché et les panneaux solaires non connectés seront lourdement taxés. Pourquoi une telle dégradation de la situation pourtant si belle comme un château en Espagne ? D’abord parce que les élucubrations photovoltaïques et éoliennes insensées ont déjà coûté 40 milliards d’euros aux contribuables espagnols et que ça suffit ! Le gouvernement espagnol a encore un soupçon de respect du citoyen. Le MW électrique photovoltaïque ou éolien est acheté dix fois plus cher que ce qu’il revient à produire par les centrales électriques à charbon ou à gaz. Les compagnies d’électricité (Endesa, Iberdrola ou Fenosa pour ne citer que les trois plus importantes) ont été contraintes de payer au prix fort le kW écolo mais comme elles sont dans une situation économique chroniquement délicate, un fond de compensation a été mis en place pour leur venir en aide. Ce fond a levé de l’argent sur les marchés qui croyaient fermement en la réussite de la transition énergétique de l’Espagne, c’est tellement beau un paysage sans vilaines centrales électriques qui polluent et augmentent la teneur atmosphérique en vilain CO2, et les déficits cumulés des compagnies d’électricité représentaient en 2012 10 milliards d’euros que les consommateurs ont financé en voyant leur facture d’électricité augmenter de 5,6 %. Mais ce n’est pas tout, puisque tout le système doit être obligatoirement équilibré par des centrales thermiques qui doivent fonctionner 24/24 heures, qu’il n’y a pas vraiment de soleil la nuit, les écolos n’y peuvent rien, et que malheureusement il arrive que le vent mollisse (c’est de la faute du changement climatique), l’appât du gain (kW chèrement payé aux particuliers reliés au réseau) a conduit des centaines de milliers d’Espagnols à emprunter auprès de leur banque pour installer des panneaux solaires sur leur toit faisant le calcul simple et stupide qu’ils seraient gagnants au final. Il ne vaut mieux pas parler des investisseurs anonymes ayant blanchi de l’argent sale dans ces projets, mais c’est une autre histoire. Pas de chance pour les banques espagnoles qui ont pris des risques inconsidérés, chaleureusement encouragées par le gouvernement, et se retrouvent aujourd’hui avec 20 milliards d’euros de prêts qui ne sont plus honorés par les 60000 malheureux particuliers débiteurs qui ne peuvent pas non plus rembourser leurs prêts immobiliers. Le total des engagements des banques dans la transition énergétique espagnole est de 38 milliards d’euros, une broutille. Au final, c’est encore le contribuable qui paiera, naturellement ! La question est de savoir si le gouvernement français va reproduire les erreurs des Espagnols pour le photovoltaïque et des Danois pour l’éolien. A n’en pas douter la bien-pensance idéologique des écolos mènera la France à la ruine. Comme le dit H16, ce pays est foutu !

Source : Forbes

Une réflexion au sujet de « La bien-pensance écologiste risque de coûter très cher ! »

  1. Oui, enfin ce pays est aussi le votre…mais, excusez du peu, à part démonter très savamment les « erreurs » des autres, vous proposez et faites quoi concrètement pour que ça change vous, à votre petite échelle ? Tiens, justement, pour élargir vos connaissances, penchez-vous donc sur la Transition énergétique 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s