Le « politiquement correct » et l’ « hystériquement correct »

L’expression « politiquement correct » à été créée par … Lénine à propos de la glorification des innovations industrielles qui ne pouvaient émerger que dans une société dominée par la classe ouvrière. Quand la collectivisation des terres eut pour conséquence les terribles famines des années 30, Lysenko fut considéré par Staline comme le sauveur du peuple soviétique. Lysenko, au mépris des lois de la génétique (naturellement, elles avaient été découvertes par un moine nommé Mandel) défendues par des bourgeois fascistes, construisit une théorie totalement absurde de l’amélioration des plantes consistant à admettre qu’un caractère imposé à une plante se retrouverait dans la descendance. Juste un exemple pour illustrer la théorie de Lysenko, un arbre taillé en boule produira des graines qui une fois plantées donneront des arbustes puis des arbres qu’on n’aura plus besoin d’être taillés puisqu’ils pousseront naturellement en boules, le caractère « acquis » ayant été transmis par les graines. La théorie de Lysenko était « politiquement correcte » au sens léniniste du terme car elle découlait directement de l’affirmation selon laquelle un couple de bons socialistes ne pouvait que donner naissance à des enfants naturellement bons socialistes, le socialisme étant considéré comme un caractère génétique transmissible. Tout cela bien sûr au mépris total de toute évidence scientifique prouvant pourtant le contraire.

Il semble que depuis les errements idéologiques du totalitarisme soviétique, les choses n’aient pas vraiment évolué si on fait une analyse critique et objective des adeptes « politiquement corrects » du réchauffement climatique. C’est ce que démontre dans un article très documenté Peter Ferrara dans Forbes. Le climat terrestre oscille entre glaciations et réchauffements sous l’influence des cycles d’activité solaire de 11, 90 et 200 ans qui se superposent pour modifier profondément les oscillations décadales (tous les dix ans) de l’océan Pacifique et multidécadales de l’océan Atlantique. C’est à cette conclusion que sont parvenus tous les scientifiques qui ont analysé les carottes de glace du Groenland et de l’Antarctique ainsi que les boues marines, des estuaires ou encore l’analyse des stalagmites des grottes ou les cernes des arbres (dendrologie). Tous les résultats semblent concorder : nous entrons dans un nouvel age glaciaire. Point à la ligne. Fini l’ »hystériquement correct » à la James Hansen (NASA) de la cohorte des pseudo-climatologues qui à force de matraquage médiatique infondé scientifiquement, un peu comme Lysenko en son temps, ont imposé aux plus hautes instances politiques de la planète terre des diktats comme la taxe carbone, la mesure la plus contestable et la plus démagogique, mais aussi par voie de conséquence l’émergence de mouvements écologistes qui se sont emparés des conclusions erronées d’un organisme comme le GIEC, acronyme francisé pour IPCC, Intergovernmental Panel on Climate Change dont James Hansen était le plus hystérique des animateurs, heureusement il vient de démissionner de la NASA. Les conclusions du GIEC, reprises par les mouvements écologistes sont devenues avec les années solidement « politiquement correctes » malgré le fait qu’elles ont été rédigées sur la base de données tronquées voire truquées, un peu comme les laboratoires pharmaceutiques détournent à leur avantage les résultats de leurs essais cliniques, c’est-à-dire au mépris de la plus élémentaire honnêteté scientifique. Je veux bien entrer dans les détails pour illustrer la périodicité des oscillations climatiques, c’est vraiment intéressant.

Après une période chaude et humide à la fin du Moyen-Age en Europe qui dura en gros de 950 à 1250 produisant l’abondance et la richesse dont les cathédrales qui poussaient partout en Europe sont l’illustration la plus connue (la plupart des cathédrales gothiques datent de cette période) s’ensuivit un petit âge glaciaire entre 1280 et 1350 correspondant à un minimum d’activité solaire connu sous le nom de minimum de Wolf. Les glaciers se mirent à avancer, détruisant des forêts et des terres autrefois cultivées et la rigueur climatique fut à l’origine de grandes famines comme en 1315-1317. Puis les cycles solaires forgèrent le climat, de 1460 à 1550, le minimum de Sporer entraina un nouveau refroidissement climatique, les températures n’ayant jamais retrouvé leurs valeurs des années 1000. Entre 1645 et 1715, nouvel épisode franchement froid. On gelait dans les galeries du château de Versailles et on patinait sur les bassins et la Seine, le minimum dit de Maunder fut suivi entre 1790 et 1830 par le minimum de Dalton qui vit une spectaculaire avancée des glaciers alpins qui n’ont cessé de reculer depuis la fin du XIXe siècle comme en attestent de nombreuses peintures et dessins de naturalistes par exemple du glacier d’Argentières ou des Bossons dans la vallée de Chamonix. Depuis un siècle, le climat suit les oscillations océaniques et non pas l’augmentation du CO2 atmosphérique. La température moyenne a augmenté entre 1915 et 1945 et les oscillation océaniques ont ensuite jusqu’à la fin des années 1970 à nouveau « rafraichi » le climat. Je me souviens très bien des hivers de 1956 et 1962 ! Et les trente années qui ont suivi ont au contraire vu un réchauffement relatif qui a cessé il y a environ quinze ans. On entre à nouveau dans un cycle de refroidissement qui est totalement découplé de l’augmentation de la teneur en CO2 atmosphérique d’origine humaine dont l’effet de serre n’est en rien prouvé formellement et reste, s’il est réel, marginal en comparaison des causes naturelles des changements climatiques dont l’activité solaire et les oscillations océaniques. Selon les paléo-climatologues il se pourrait bien que la Terre entre maintenant dans un petit age glaciaire qui pourrait durer de 200 à 250 ans ! En effet, les oscillations océaniques du Pacifique et de l’Atlantique largement documentées par les analyses des boues marines ou ces cernes des arbres tendent à montrer qu’on s’achemine vers un refroidissement généralisé qui se fera sévèrement sentir dès 2015 … Mais que dire de cet hiver 2012-2013 qui n’en finit toujours pas ni en Amérique du Nord ni en Europe et en Asie jusqu’au Japon ? Pour ceux de mes lecteurs intéressés par les oscillations océaniques, j’ai reproduit ici celles de l’Atlantique (AMO pour Atlantic Multidecadal Oscillations) et du Pacifique (PDO pour Pacific Decadal Oscillations) qu’on peut aussi retrouver sur Wikipedia. 

Amo_timeseries_1856-present

330px-Pdoindex_1900_present

Sources : Forbes et Wikipedia

 

Une réflexion au sujet de « Le « politiquement correct » et l’ « hystériquement correct » »

  1. Ah, enfin ! Il semble que les 3 années suivantes seront des juges de paix pour beaucoup :
    – D’un coté, prédiction d’un âge glaciaire dés 2015
    – De l’autre, avertissement de 2 années particulièrement chaudes, et ce, dés 2013 du fait de el nino..

Répondre à amike Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s