Delanoë et l’énergie solaire : il y a de quoi rire aux éclats !

Delanoë inaugure la plus grande centrale solaire de Paris

Paris – Le maire de Paris Bertrand Delanoë (PS) a inauguré lundi la plus grande centrale solaire de Paris, installée sur le toit de la Halle Pajol (XVIIIe), un ancien entrepôt de la SNCF en cours de réhabilitation, a-t-on appris auprès de la mairie.

La centrale photovoltaïque couvre une surface de 3.500m2, ce qui la place au premier rang des centrales photovoltaïques urbaines de France, selon le dossier de presse de la mairie.

La Ville s’est fixée pour objectif dans son Plan Climat d’atteindre 25% d’énergie renouvelable et de récupération à Paris d’ici 2020.

L’installation, qui ne devait initialement pas peser sur les finances de la Ville, lui aura finalement coûté ainsi qu’à la Semaest (société d’économie mixte de la ville) 1,9 million d’euros TTC, en raison de la baisse du prix de rachat de l’électricité d’origine photovoltaïque sous le précédent gouvernement.

Pour pallier le désengagement de l’Etat, signifié à l’époque par la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, la Ville et la Semaest ont dû assumer un surcoût de presque trois millions d’euros pour permettre au premier bâtiment à énergie positive de Paris de voir le jour, dénonce lundi le maire de Paris sur son blog.

La somme de trois millions correspond à ce qui avait été inscrit dans la délibération initiale de la Ville, avant la conclusion du marché public avec la société ArmorGreen.

La conseillère de Paris UMP Roxane Decorte a contesté cette vision dans un communiqué, en soulignant que le projet porté par la Ville de Paris avait remporté un appel d’offre lancé par Nathalie Kosciusko-Morizet, et bénéficié dans ce cadre d’un financement public, sous forme d’un prix de rachat préférentiel de l’électricité. 

L’équipe municipale s’était fixée en 2008 l’installation de 200.000 panneaux solaires à Paris en cours de mandature.

Selon l’adjoint en charge de l’Environnement René Dutrey (EELV), on en est aujourd’hui à 25.000m2. L’ensemble des programmes en cours de réalisation devrait permettre d’atteindre 45.000 à 50.000m2 d’ici un an, a-t-il précisé.

La Halle Pajol réhabilitée, qui doit accueillir des commerces, une auberge de jeunesse, une salle de spectacle et une bibliothèque, sera livrée au second semestre 2013.




(©AFP / 15 avril 2013 19h53)

Je suppose que Monsieur Delanoë n’ignore pas que le SYCTOM traite dans trois usines réparties autour de l’agglomération parisienne l’ensemble des déchêts ménagers non recyclables de cette même agglomération, encore que la définition de non recyclable est sujette à caution car le civisme des Français laisserait plutôt à désirer si l’on se donne la peine d’observer leur attitude générale en ce qui concerne le recyclage. Bref, la ville de Paris est un des leaders mondiaux de la gestion des déchêts ménagers en produisant de l’électricité pour plus de 300 000 logements, de la vapeur pour un certain nombre d’édifices publics et de logements (chauffage) et en valorisant les scories pour les revêtements routiers entre autres destinations finales. Ce bilan rapide permet d’économiser l’émission de près d’un million de tonnes de CO2 qui aurait été produit par l’utilisation d’autres sources d’énergie, gaz ou pétrole.

Maintenant que le maire de Paris fasse des gorges chaudes pour 3500 m2 de panneaux solaires installés sur les toits d’un édifice public est une douce plaisanterie, en d’autres termes un coup de pub supplémentaire pour enfoncer NKM (Nathalie Kosciusko-Morizet), candidate à la mairie de Paris et une des rares politiciennes (peut-être la seule) que compte la France qui connaisse en profondeur ses dossiers en matière d’environnement (X-GREF) *. Je signale au maire de Paris qu’une société japonaise a financé et installé à Tenerife, île où j’habite depuis près de 5 ans, une ferme solaire de 75000 m2, couplée au réseau d’électricité local, soit plus de 20 fois ce dont il se réjouit  avec un facteur de charge plus que double de celui espéré à Paris. Pour que les réalisations de la ville de Paris en matière d’énergie solaire deviennent crédibles il faudrait peut-être aussi couvrir les toits de Notre-Dame de panneaux solaires ou encore le Grand-Palais, une version translucide de panneaux solaires existe.

Juste pour préciser à quel point cette annonce fracassante est une imposture, on ne peut espérer à Paris avec cette installation tant vantée et inaugurée en grande pompe par le Maire qu’une production de 900kWh par kW crête et par an, soit avec un facteur de charge de moins de 10 % une production globale annuelle attendue (ou espérée) d’un peu plus de 3,5 MW, et j’insiste, par an, vraiment pas de quoi se réjouir. Pour s’en persuader, il n’y a qu’à aller sur le site http://re.jrc.ec.europa.eu qui montre clairement que Paris n’est pas vraiment une région favorable pour l’énergie solaire. Encore un grand coup de pipeau avec des relents malsains d’électoralisme en cette période tout aussi malsaine de précampagne électorale pour les municipales.

Je n’épiloguerai pas sur les aspects financiers de cette affaire aux relents encore une fois fâcheusement politiciens puisque NKM est égratignée au passage (selon cette dépêche d’agence) mais ce qu’il faut retenir c’est que cette opération de propagande électoraliste sonne bien creux avec une utilisation des deniers rarissimes de l’Etat en dépit du bon sens.

Note : X-GREF = Polytechnique-Génie Rural Eaux et Forêts

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s