Bientôt des pancréas sur mesure ! Ce n’est (presque) plus de la science fiction

Une équipe de biologistes de l’Institut des Sciences Médicales de l’Université de Tokyo a réalisé une expérience prometteuse sur la régénération du pancréas, ou plutot sa « génération ». Je m’explique. En utilisant des porcs modifiés génétiquement de telle manière que les fœtus sont incapables de naître avec le propre pancréas fonctionnel. Il s’agit d’une modification génétique létale puisque le porcelet ne peut pas survivre sans pancréas. Cette équipe a injecté aux embryons génétiquement modifiés des cellules cellules souches normales et les fœtus ont donné des porcelets tout à fait normaux avec un pancréas fonctionnel. L’expérience peut paraître tarabiscotée mais le but des recherches est de procéder à la même implantation de cellules souches mais cette fois d’origine humaine afin d’obtenir des porcelets possédant un pancréas humains susceptible d’être transplanté à un malade. Souvenez-vous de Steve Jobs … en faisant un peu de fiction, cet homme aurait pu par cette technique audacieuse relevant presque de la science-fiction être sauvé en implantant ses propres cellules souche dans de tels embryons de porc génétiquement modifiés. Pour l’anecdote, les embryons modifiés génétiquement provenaient de cochons blancs (on ne dit pas roses en anglais) et les cellules souches de cochons noirs ! Ce type d’expérience avait déjà été réalisé en créant des pancréas de rat à l’intérieur de souriceaux génétiquement modifiés de la même manière.

Pour que ce type d’expérience puisse être appliquée à l’homme il faudra abattre de nombreuses barrières éthiques, on n’en est pas encore à la fabrication de pancréas humains dans des porcs car il faudra aussi lever le tabou de la manipulation de cellules souche humaines provenant du receveur …

nn20130220a2a-870x489
Source : Japan Times et Agence Jiji, crédit photo : Kyodo

Markit : indices PMI de la France, pas de quoi pavoiser !

Après avoir effectué 85 % de son enquête, Markit dégage les tendances suivantes (voir les graphiques sur le site référencé ci-dessous :

L’indice de production composite a chuté à 42,3 (42,7 en janvier) son quarante septième mois sous la barre des 50 qui signifient une tendance à l’équilibre (ni croissance ni décroissance).

L’indice d’activité des services chute aussi à 42,7 (43,6 en janvier), quarante huitième mois sous 50.

L’indice PMI de l’activité industrielle monte à 43,6 (42,9 en janvier) mais toujours sous la barre des 50 comme l’indice de la production manufacturière, mais toujours pas de quoi claironner.

Markit souligne donc une aggravation de la production du secteur privé français, en particulier dans le secteur des services qui s’est contracté le plus rapidement depuis 4 ans.

Il en est de même pour les créations d’entreprise, en chute libre. En bref, l’activité économique de la France stagne ou décroit depuis maintenant 4 ans. C’est certainement la faute de l’ancien président mais tout va bien Monsieur le Marquis de l’Elysée !

Et pendant ce temps là le Ministre du redressement improductif, appuyé par la CGT, gesticule et vante les mérites de la France en remontant jusqu’à Lafayette. Il doit être vraiment à court d’arguments pour rouvrir les livres d’histoire afin de justifier sa totale incompétence. Les chiffres du chômage vont probablement corroborer les indices PMI publiés ce matin et ça ne risque pas de s’améliorer dans les prochains mois. En effet, il y a les plans sociaux montés en épingle par les médias aux ordres pour assurer une propagande gratuite aux syndicats, mais les milliers de petites entreprises étranglées par les taxes et autres impôts dont elles vont devoir s’acquitter dans les prochains jours, mais pour la dernière fois parce qu’elle tireront le rideau ensuite, ça n’intéresse pas les syndicats marxisants, mais ce sera quelques dizaines de milliers de sans-emploi supplémentaires !

Source : http://www.markiteconomics.com/MarkitFiles/Pages/ViewPressRelease.aspx?ID=10714

OMS: rapport sur les perturbateurs endocriniens, ça fait plutôt peur !

L’OMS vient juste de publier (19 février 2013) le dernier rapport décennal sur les perturbateurs endocriniens et il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir. Ces substances présentes autant dans la vie de tous les jours, que ce soit les emballages alimentaires, les jouets en plastique, les moquettes synthétiques, les peintures, les cosmétiques, les équipements électroniques et j’en passe, mais aussi dans l’alimentation, sous forme de résidus de pesticides ou d’additifs, et enfin dans certains médicaments (c’est le comble!) contribuent de manière prouvée à la baisse de fertilité des hommes, à des malformations urogénitales chez les nouveaux-nés, à l’apparition du diabète de type II et de l’obésité qui sont liés, à l’apparition de certains cancers (utérus, testicules, thyroïde, …) et pour terminer ce tour d’horizon particulièrement morbide, ces mêmes perturbateurs contribuent à l’accroissement des maladies cardiovasculaires chez les adultes et des retards mentaux chez les enfants. Il y a eu l’affaire du bis-phénol A, perturbateur endocrinien reconnu, mais l’environnement est maintenant et durablement pollué par ces molécules.

D’après ce rapport, les perturbateurs endocriniens que l’ont a reconnu comme tels ne représentent que le sommet de l’iceberg, et une recherche intense doit être décidée au niveau mondial pour identifier d’autres perturbateurs potentiels, leur origine et leurs mécanismes d’action ainsi que les synergies pouvant apparaître selon que plusieurs composés chimiques différents sont en présence. L’industrie chimique non seulement n’a procédé qu’à des études peu détaillées en ce sens mais a aussi le plus souvent tout simplement omis de réaliser de telles études qui sont coûteuses et longues. En effet, les perturbateurs endocriniens entrent dans l’environnement (rivières, étangs puis les océans) par les décharges industrielles et urbaines peu ou pas totalement contrôlées, mais aussi du lessivage des pesticides agricoles par les pluies et enfin l’incinération de déchêts. L’homme s’expose à ces produits avec la nourriture, l’eau et les poussières (microparticules) inhalées, et par contact direct avec la peau comme par exemple un savon liquide anodin ou un shampooing !

J’oubliais que ces substances artificielles variées contribuent aussi à l’apparition d’immuno-déficiences, d’asthmes et de diverses intolérances digestives ou cutanées. Vraiment un tableau peu réjouissant mais l’industrie chimique s’en moque tant qu’il y a des profits (colossaux) à réaliser et même si l’humanité toute entière s’abatardit inéluctablement. cet abâtardissement touche principalement les pays développés mais, selon le rapport, les pays en voie de développement suivent strictement le même chemin en ce qui concerne en particulier l’obésité, le diabète de type II et l’apparition de certains cancers. On estime que près de 40 % des hommes des pays dits « riches » ont un sperme appauvri et que la prévalence des fausses-couches et des malformations génito-urinaires dans ces mêmes pays riches est directement liée aux perturbateurs endocriniens omniprésents. Enfin, juste pour en rajouter une petite couche, on estime que plus d’un milliard et demi de personnes sont obèses dans le monde, principalement à cause de ces mêmes substances.

Juste ce petit tableau loin d’être exhaustif tiré de ce rapport.

Table 1.4. Examples of EDCs with low dose effects (in animals) (Vandenberg et al., 2012).

Insecticides/Fungicides Industrial/General
Chlordane Chlorothalonil Chlorpyrifos DDT Heptachlor Hexachlorobenzene Maneb

Parathion Methoxychlor Tributyltin oxide Vinclozolin

Arachlor 1221 Bisphenol A/Genistein/DES Dioxin 4-methylbenzylidene Methylparaben Nicotin Nonphenol Octyphenol Sodium Fluoride PBDEs/PCBs Perchlorate

 

Bonne douche, bon maquillage et bon appétit !

Source : http://www.who.int/ceh/publications/endocrine/en/index.html

Ligne à très haute tension de l’EPR: nouveau blocage

 

Ligne à très haute tension de l’EPR: nouveau blocage

CAEN – Des militants ont bloqué mardi pendant quelques heures un chantier de la ligne à très haute tension du futur réacteur nucléaire EPR, dans la Manche, retardant ainsi la reprise de travaux suspendus depuis septembre sur décision de justice.

On est arrivé à 7H00 et jusqu’à 11H30, on a bloqué les véhicules des entreprises de tirage de câble, à l’entrée d’un chemin avec un talus et des pneus, a indiqué à l’AFP un porte-parole des opposants aux lignes à très haute tension (THT), soupçonnées notamment de provoquer des leucémies infantiles.

Le blocage a eu lieu sur la commune du Chefresne, sur une parcelle appartenant à un couple d’agriculteurs, Yves Larsonneur et Sylvie Hubert. A leur demande RTE, la filiale d’EDF qui gère les lignes, avait été condamnée en septembre par le tribunal de Coutances à suspendre ces travaux.

Les travaux ont démarré en fin de matinée, sur intervention des forces de l’ordre.

Le militant a parlé d’une vingtaine d’opposants sur la parcelle pour une quarantaine de gendarmes.

La gendarmerie départementale a confirmé le blocage mais n’a relevé qu’une dizaine de militants et a qualifié de très exagéré le chiffrage du militant sur le nombre de gendarmes.

Les gendarmes affichent deux blessés par traumatisme sonore après l’envoi d’un pétard dans leur direction. Les militants déplorent que Mme Hubert qui participait au blocage ait été traînée au sol mais ne comptent aucun blessé.

Les opposants estiment que l’intervention de RTE est illégale en raison de la décision du 13 septembre du tribunal de Coutances condamnant RTE à cesser les travaux en l’absence notamment d’arrêté préfectoral d’occupation temporaire de la propriété (AOT).

C’est la seule fois où RTE a été condamné pour cette ligne qui fait l’objet de nombreuses procédures.

Dans un communiqué, RTE s’est estimé au contraire en droit de reprendre ces travaux car le préfet a pris l’AOT, le 7 novembre 2012.

Je demande la révocation du préfet qui piétine la décision du juge de Coutances en envoyant des gendarmes pour permettre à RTE de faire des travaux au lieu de les envoyer pour faire respecter la décision du juge, a dénoncé l’avocat des anti THT Me Gervais Marie-Doutressoulle.

Pour lui, RTE aurait dû retourner devant la justice ou attendre une décision de la cour d’appel de Caen avant de redémarrer les travaux.

La cour doit examiner le 4 juin la décision de Coutances.

Denis Baupin, vice-président EELV de lAssemblée nationale et Isabelle Attard, députée du Calvados ont indiqué dans un communiqué avoir demandé à la ministre de lécologie dans une question écrite dintervenir auprès de lopérateur du réseau et du préfet afin de faire cesser les travaux dans lattente dune décision de justice définitive.

Ils ont eux aussi dénoncé une ingérence de l’exécutif dans la sphère judiciaire.

La préfecture de la Manche a estimé dans un communiqué que la procédure adoptée par RTE pour reprendre les travaux était celle prescrite par le juge de Coutances en septembre.

La filiale d’EDF assure que le chantier est réalisé à 99%, 413 des 414 pylônes étant construits. RTE qui prévoyait une mise en service fin 2012, table désormais sur courant avril. La ligne à 400.000 volts doit aussi traverser sur 163 km le Calvados, la Mayenne et l’Ille-et-Vilaine.




(©AFP / 19 février 2013 19h13)

Voilà encore une fois l’interventionnisme ubiquitaire des écologistes qui non contents de s’en prendre aux plantes génétiquement modifiées, aux mégots de cigarettes, aux tracés des TGV (qui, que je sache, ne polluent pas), au gaz de schiste, ou encore au démantèlement de la centrale de Brennillis, et encore, on peut en rajouter, et c’est maintenant la ligne THT qui va évacuer l’énergie produite dans un proche futur par l’EPR de Flamanville – j’oubliais, ils sont aussi opposés à l’EPR, aux cheminées des feux ouverts qui exalent des fumées nauséeuses chargées de micro-particules ou encore pour en finir opposés aux antennes relais 4G. Mais je m’égare, et pourtant les écologistes ont décidé de faire dans le procédurier, la paperasse, pour faire trainer les choses comme le font les députés et les sénateurs afin de noyer le poisson et décourager autant de monde possible pour que les journalistes aux ordres fassent leur travail « as usual » c’est-à-dire à répandre des informations erronées ou tronquées pour alimenter la cause de ces agitateurs patentés téléguidés par Greenpeace. Et toute cette agitation avec la bénédiction du gouvernement socialiste qui pourtant n’a aucunement besoin de leur soutien ni à la Chambre ni au Sénat. On se trouve donc spectateur d’une situation surréaliste où chacun perd ses repères. Du temps des hippys du campus de Berkeley on disait « make love, not war » et pour les descendants des hippys, je veux parler des écologistes mercantiles, à propos du Mali, silence radio ! Mais peut-être bien que les ordres viennent d’en haut …

Comment je me suis fait stériliser !

Je suis tombé, plutôt mes yeux sont tombés, en regardant l’écran de mon Mac Book, sur cet article :

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/comment-je-me-suis-fait-steriliser_1220728.html

Et ce qui m’a surpris est que la contraception doit être le fait des femmes et non des hommes, mais pourquoi cette position sexiste et sans fondements ? La contraception masculine définitive, la vasectomie, consiste en une intervention bénigne sous anésthésie locale et sédation légère. La contraception féminine définitive requiert une intervention plus lourde à moins d’opter pour la méthode Essure pourtant déconseillée par le corps médical alors que cette technique sans anesthésie ni coup de scalpel a fait ses preuves depuis plus de dix ans. Certes, c’est une avancée, mais alors que 2 % des femmes décident d’une contraception définitive, seules 0,05 % des hommes font le même choix, probablement convaincus que tout geste chirurgical altérant leur intégrité génitale pourrait aussi altérer leur intégrité fonctionnelle. Or c’est tout le contraire ! La vasectomie ne présente qu’un seul inconvénient, la barbe pousse légèrement plus vite ! Pour le reste, ce n’est que du bonheur, à commencer par ses partenaires. Et je vais expliciter en commentaire de cet article de l’Express en ligne ma propre expérience. Il y a 20 ans, j’élevais seul mes trois enfants après un divorce et une de mes amies, qui fréquentait ma chambre à coucher devenue vacante, se retrouva enceinte de mes œuvres. Je n’avais pas l’intention de repartir de la case départ, déjà très occupé par mes trois enfants et je décidais d’une sorte de transaction qui me parut tout à fait équilibrée : ma stérilisation contre un avortement. Ce qui fut fait, c’est-à-dire que je respectais mes engagements mais pour la partie adverse, si l’on peut dire, l’avortement fut nécessaire compte tenu de la présence d’un fibrome qui aurait pu, sans intervention chirurgicale, conduire à un désastre tant pour la future mère que naturellement pour le fœtus. Bref, je survécus plutôt bien à la vasectomie qui présente beaucoup de bons côtés pour un homme décidé dans une situation particulière à ne plus être en état de procréer. Outre le fait que la barbe pousse plus vite, je me suis d’ailleurs laissé aller à ne plus me raser qu’épisodiquement, la virilité est sensiblement exacerbée, ce qui fait le bonheur non dissimulé de ses partenaires et cela s’explique très aisément quand on considère que le plaisir masculin n’est qu’une affaire de plomberie, du genre baignoire qui se vide ou lavabo qui perd. Je m’explique : les testicules produisent en permanence un fluide qui doit être mélangé au cours de l’acte sexuel à une sécrétion provenant de la prostate. Le mélange se fait dans les vésicules séminales qui une fois pleines à rabord vont vouloir se vider, provoquant l’orgasme suivi immédiatement d’éjaculation. Pour un homme lambda, ce processus peut prendre quelques secondes ou quelques minutes, au mieux une dizaine de minutes, pour le plus expérimenté d’entre nous. Mais pour celui qui s’est lui-même contraint à une vasectomie, après une tentative de dissuasion du médecin, le même processus peut demander plusieurs dizaines de minutes d’une sorte de préparation, on pourrait dire de maturation, pour la plus grande satisfaction de sa partenaire. Je suppose que mes lecteurs se feront une idée de la situation que j’évoque par mes présents propos puisqu’une évocation plus détaillée de celle-ci est hors de mon propos.

Toute cette prose pour encourager les hommes plutot que les femmes à procéder à une stérilisation définitive qui ne présente pour eux que des avantages (et aussi des avantages par voie de conséquence pour leurs partenaires, comme je viens de le suggérer). En conclusion, pourquoi toujours les femmes ? Les hommes peuvent aussi s’assumer !!!

Batho veut un label sans farine animale pour les poissons

Batho veut un label sans farine animale pour les poissons

PARIS – La ministre de l’Ecologie Delphine Batho a déploré dimanche le feu vert de Bruxelles au retour des farines animales pour nourrir les poissons, et a souhaité la création d’un label sans farine animale pour informer les consommateurs.

Je n’avais pas vu cette décision (d’autorisation des farines animales, ndlr) qui datait du mois de janvier et qui a été rendue publique la semaine dernière par la Commission européenne, et j’en pense le plus grand mal, a déclaré Mme Batho lors de l’émission Le Grand Entretien de RCJ (Radio de la communauté juive).

La France, au travers de Guillaume Garot (ministre de l’Agroalimentaire, ndlr) et Stéphane Le Foll (ministre de l’Agriculture), s’est prononcée contre lors du processus de discussion interne à l’Union européenne, a ajouté Mme Batho. Ce n’est pas dans la logique de la chaîne alimentaire que de donner de la viande à manger à des poissons. C’est la même logique d’absurdité financière que pour la viande de cheval, a-t-elle estimé.

Pour Mme Batho, il est donc très important que la filière piscicole française s’organise pour qu’il y ait un label +sans farine animale+ qui puisse faire son apparition sur les étalages, pour dire aux consommateurs français: le poisson que vous achetez n’a pas été nourri avec de la viande.

La Commission européenne a annoncé jeudi que les poissons d’élevage pourraient à nouveau être nourris avec des farines de porc et de volailles à compter du 1er juin. Ce mode d’alimentation était prohibé dans l’UE depuis la crise de la vache folle.

Approuvée par les experts des Etats membres en juillet 2012, la mesure autorise le recours aux protéines animales transformées (PAT) dans l’alimentation des poissons d’élevage et des autres animaux de l’aquaculture.

(©AFP / 17 février 2013 15h28) 

Voilà une dépêche d’agence que je commenterai volontiers puisqu’il y a 48 heures je laissais un billet sur mon blog au sujet de la décision de la Commission européenne d’autoriser les granulés de farine animale modifiée pour l’alimentation des poissons d’élevage.

Voir : https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/02/15/farine-animale-pour-les-poissons-attention-danger/

Mais mon commentaire se positionnait en d’autres termes, à savoir le danger potentiel de la présence d’antibiotiques ou d’anabolisants dans ces farines animales qui pourraient éventuellement se concentrer dans la chair des poissons, sans aucune référence scientifique mais seulement une réaction immédiate et de bon sens de ma part. Madame Batho n’a donc pas du tout appréhendé le réel problème et le situe encore une fois dans une démarche totalement éloignée de la réalité et plutôt orientée idéologiquement. Par exemple quand elle considère que l’on ne doit pas donner de viande à des poissons (même carnivores) c’est un peu un aveu d’ignorance, surtout après avoir déclaré qu’elle n’avait « pas vu » cette décision de la Commission, vu où ? N’a-t-elle pas des sbires susceptibles de l’informer sous les lambris dorés de son ministère ? Alors, que fait la Ministre, elle va faire des courses rue Saint-Honoré ? Il suffit de lire quelques mots de cette dépêche d’agence pour se rendre compte que cette personne est totalement déconnectée de la réalité et qu’elle ne fait, à l’évidence, pas son travail ! Et puis, j’ai découvert qu’il y avait dans le gouvernement un ministre de l’agriculture et un ministre de l’agroalimentaire, ça subodore la magouille à la grecque, le règne des copains et de la corruption, des maroquins distribués pour la complaisance, surtout avec ce constat d’amateurisme évident :« le poisson que vous achetez n’a pas été nourri avec de la viande », et donc nourri avec quoi ? Les truites sont carnivores (traduction pour les illettrés : mangeuses de viande) comme les dorades et les rougets, les saumons et les merlus. Madame Batho devrait retourner à l’école primaire pour apprendre le B A-BA de la biologie la plus basale. On nage dans le plus extravagant surréalisme avec le présent gouvernement pléthorique.

Un seul point me paraît d’importance, l’absence (ou un niveau acceptable) de substances potentiellement toxiques dans les farines animales destinées à la nourriture pour les poissons d’élevage, et que Madame Batho continue ensuite à aller faire ses petites courses dans les boutiques de luxe … et que Madame Batho continue à déplorer pour faire bonne (et pâle) figure !

Le Sénateur Placé récidive dans la créativité (fiscale)…

Pour le sénateur Placé (huit mille et quelques euros par mois de salaire net) chaque minute compte pour faire une nouvelle trouvaille naturellement susceptible d’aider à remplir, un petit peu, les caisses désespérément vides de l’Etat puisque le seul remboursement des intérêts de la dette abyssale de l’Etat pompe plus que l’ensemble des impôts directs. On ne parle toujours pas de remboursement du capital puisque le déficit s’aggravera inexorablement au moins jusqu’aux prochaines élections présidentielles et je tiens le pari ! Bref, le sénateur Placé n’est jamais à court d’idées pour cette fois arnaquer les fabricants de cigarettes qui ont mis au point à grands frais des papiers spéciaux qui permettent aux cigarettes de s’éteindre quand on les pose trop longtemps sur un cendrier ou un coin de table de nuit. Le surcoût de ce papier exigé par les compagnies d’assurance (pour l’incendie) n’a pas été répercuté sur le prix des cigarettes. Une surtaxe sur les mégôts pourrait être prise en charge par les fabricants alors que ces derniers devraient normalement être pris en charge civiquement par les fumeurs qui pourraient se munir d’un petit cendrier portatif pour ne pas polluer les rues, les caniveaux et les trottoirs. A propos de trottoirs, je suggère au Sénateur Placé une taxe sur les chewing-gums qui constellent ces derniers et qui, quand la température atteint plus de 40 degrés, en été, ont tendance à coller aux semelles des chaussures, qui n’en a pas fait l’expérience au moins une fois ! Donc, pour qu’il ne se fatigue pas trop entre deux réunions de commission inutile, je suggère au Sénateur Placé de songer à instituer une taxe sur les chewing-gums afin de réduire cette pollution visuelle et durable que constituent les trottoirs décorés de ces taches claires où qu’on se trouve dans n’importe quelle ville ou village. Ma suggestion lui épargnera de sérieuses céphalées.