Quand le thorium refait parler de lui !

En 1994, les Américains et les Russes se sont mis d’accord pour réduire drastiquement leurs arsenaux nucléaires délirants à tel point que les Américains ont récupéré (moyennant finance naturellement) plus de 500 tonnes d’uranium 235 après le démantèlement de 20000 têtes nucléaires autant du côté russe qu’américain, ça laisse rêveur mais c’est la triste réalité ou plutôt, ça devrait réjouir Greenpeace, cet uranium 235 d’origine militaire a produit pendant 20 ans près de 10 % de l’électricité d’origine nucléaire aux Etats-Unis. A l’uranium 235 des bombes, il fallait aussi ajouter celui des réacteurs de propulsion des sous-marins dont certains ont aussi été démantelés, bref, tout le monde devrait être content de produire de l’électricité à partir des bombes nucléaires, pour faire court puisqu’une bombe n’a jamais produit d’électricité sinon diplomatique, il n’y a qu’à voir ce qui se passe chaque fois que les Nord-coréens font un essai souterrain en affamant leur peuple, mais c’est une autre histoire, je disais donc bref, pour dire que l’opération n’était pas vraiment économiquement rentable pour une raison très simple, le processus d’enrichissement de l’uranium 235 (0,7 % de l’uranium naturel) est très coûteux en énergie et le remélanger avec de l’uranium 238, c’est-à-dire appauvri, celui-là même que Tabarly avait utilisé pour sa quille de Pen Duick, est un non-sens économique comme d’ailleurs la production de bombes est aussi un non-sens économique et humanitaire. Ce remélange est nécessaire pour refaire du combustible à 5 % d’uranium 235.

C’est là qu’intervient l’ingéniosité d’une physicienne norvégienne dénommée Sunniva Rose, motivée par le fait que la Norvège possède des gisements importants de thorium et exploitables économiquement. Plutôt que de remélanger de l’uranium 235 avec du 238 appauvri, cette Novégienne, actuellement la seule femme étudiante à l’Institut de Physique Nucléaire d’Orsay dans la banlieue sud de Paris, a eu l’idée de mélanger l’uranium 235 des bombes (il y en a encore 20000 sur la planète, de quoi vitrifier l’ensemble de la terre, des bombes à uranium 235 et des bombes à plutonium qui peut aussi convenir pour ce processus) avec du thorium 232. Je dois faire un petit rappel de physique nucléaire pour très brièvement montrer que l’idée de Sunniva Rose est astucieuse mais pas encore réalisable. Le thorium 232 capte un neutron émis par la désintégration de l’uranium 235 (ou du plutonium) et se transforme en uranium 233 fissile qui se désintègre en émettant à son tour des neutrons et en produisant des déchêts inévitables du genre thallium 208, radioactif et plomb 208 stable ainsi que d’autres isotopes présents en faible quantité et provenant encore de l’uranium 235 dont la gestion est connue mais tout de même bien moins dangereux que le césium 137 ou l’iode 131, produits de fission de l’uranium 235, qui ont contaminé la préfecture de Fukushima au Japon. L’idée de Sunniva Rose paraît élégante car la durée de demi-vie du thallium 208 est d’environ 3 minutes et le plomb 208 est stable, c’est-à-dire non radioactif. Mais là où est le hic c’est qu’il faut justement attendre assez longtemps pour pouvoir faire quoi que ce soit du combustible usé puisque le thallium 208 est un très puissant émetteur beta et gamma, ce qui rend le retraitement assez hasardeux, qui devrait en tous les cas être effectué à bonne distance, du moins pour le moment …

1_energi_atomkraftverk_forsker300

Docteur Sunniva Rose

Source : Université d’Oslo

2 réflexions au sujet de « Quand le thorium refait parler de lui ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s