Le Capitole de Palau …

Le Capitole de Palau

Je ne ferais pas l’affront de décrire à mes lecteurs l’archipel de quelques îles et îlots qui constituent la République de Palau puisqu’ils n’ont qu’à aller sur Google Earth ou Wikipedia, c’est tellement simple mais les informations recueillies seront loin de la triste réalité de ce que des organismes internationaux comme par exemple la Commission Européenne osent faire en dépit de l’état d’un pays et Palau est un exemple de l’incurie de ces politiciens totalement déconnectés de la réalité et par voie de conséquence irresponsables.
Je résume brièvement pour cadrer mon propos du jour. Palau se trouve dans un environnement particulièrement favorable sur le plan maritime avec un atoll et une barrière de corail (au risque de me répéter) qui préservent le biotope halieutique protégé de manière stricte par des interdictions multiples d’accès aux lieux figurant pourtant en première page des dépliants touristiques. C’est à peu près, avec la mangrove, le seul atout de Palau qui s’est donné pour mission de préserver son environnement. J’allais oublier la forêt impénétrable qui couvre la grande île.
Pourtant, malgré le fait que la Communauté Européenne était consciente des préoccupations environnementales de Palau, elle a financé la construction d’un immense complexe à usage strictement politique perdu au milieu de nulle part qui aurait en terme de coût pu couvrir la livraison de camions de ramassage sélectif des ordures avec des bennes de couleur jaune, verte, enfin, ce que toutes les communes de France connaissent, ainsi que des halls permettant le tri des dites ordures, et plutôt que de brûler du pétrole pour produire de l’électricité, une petite usine d’incinération pour les déchets brûlables. Mais non, l’Europe et ses contribuables ont financé un monstre ubuesque, au delà du supportable pour quiconque prend la peine d’en analyser la finalité. Car l’Europe se doit d’être généreuse, même pour des petites républiques d’opérette comme Palau, pour soigner son image, au beau milieu de nulle part, on hallucine.
Je laisse à mes lecteurs le soin d’apprécier mon billet.
Pourtant les égouts de mon hôtel (plutôt une pension pour routards qu’un hôtel) vont directement se perdre dans la nature, les ordures s’accumulent dans des fûts qu’on appelle des barils en d’autres lieux sans aucun tri sélectif, et des camions d’un autre âge collectent les ordures pour s’en débarrasser dans un lieu inconnu avec un personnel en majorité philippin. Ici, pour les Philippins, c’est l’eldorado …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s