Chronique tokyoïte (prison pour des sismologues italiens)

Vu du Japon, le fait que des scientifiques italiens qui avaient été incapables de prédire un tremblement de terre en 2009 dans la région des Abruzzes prend un caractère surréaliste. Des milliers de scientifiques japonais ont tenté depuis des dizaines d’années par tous les moyens imaginables de prédire les séismes y compris en étudiant le comportement des cloportes. Las ! Celui du 11 mars 2011 n’a pas non plus été prédit. Tout ce que peuvent dire les sismologues tant japonais que californiens, c’est qu’il y aura un jour un « Big One » destructeur à Los Angeles comme à Tokyo et qu’il y aura des centaines de milliers de morts, voire des millions. Point à la ligne.

Les Japonais envoient une alerte sur les téléphones mobiles quelques secondes (une dizaine au mieux) avant une secousse. Je peux en témoigner puisque je me trouvais à Tokyo peu après les secousses du 11 mars et il y en a eu bien d’autres lors de mon séjour et cette alerte qu’on entend aussi dans la rue fait très mauvaise impression.
Dans l’école maternelle de ma petite fille, on ouvre à toute vitesse une fenêtre pour s’assurer qu’il y aura une issue pour sortir, les portes (fermées) peuvent se retrouver coincées par la secousse, et les enfants, les adultes moins, savent qu’il faut vite aller se cacher sous une table, précaire protection au cas ou toute la maison s’éffondre.
Il y a aussi des lieux de rassemblement et des abris pour les personnes éloignées de leur domicile qui ne peuvent plus rentrer chez elles car les trains et les métros peuvent ne plus fonctionner. Après le tremblement du 11 mars 2011, les trains ont repris une activité partielle douze heures après la grosse secousse de degré 9 suivie de dizaines de répliques, c’est-à-dire vers deux heures du matin.
Quant aux constructions, petites et grandes, elles doivent respecter des normes anti-sismiques extrèmement strictes, ce qui ne fut pas à l’évidence le cas en Italie.

Condamner des scientifiques qui ne savent pas lire dans le marc de café ou dans une boule de cristal est vraiment risible. Ce sont les politiciens, encore une fois, qu’il faut condamner pour ne pas avoir imposé des normes de construction sérieuses et effectué les travaux nécessaires de consolidation des édifices anciens !

Je souligne pour mes lecteurs qu’on ne peut pas s’assurer contre les tremblements de terre ni contre les cyclones, les primes seraient dans les deux cas dissuasives. Au Vanuatu, si les vents lors d’un cyclone dépassent 210 Km/h les assurances sont inopérantes donc personne n’est assuré.
Existe-t-il une assurance contre la bêtise ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s