Réflexions sur les risques de procréation … (eugénisme ?)

Ce soir, chez ma fille, j’ai entraperçu le père d’une amie de ma petite fille de sept ans que j’avais observé l’après-midi jouant dans le jardin. Je m’étais étonné de constater qu’elle mesurait près de 20 centimètres de moins que ma petite fille. Cette différence de taille pouvait être due à de multiples causes que je n’énumérerai pas ici car l’objet de mon billet est tout autre.
A la fin de la journée, le père de cette gamine est venu récupérer sa progéniture et je me suis par hasard trouvé en face d’un homme d’âge mûr, petit, trapu, probablement normal selon mes critères peu élitistes, et j’en ai déduit que la petite taille de sa fille pouvait s’expliquer par la taille du géniteur.
Quand ma fille m’a expliqué que le frère ainé de l’amie de ma petite fille était lourdement handicapé, je me suis remémoré le billet que j’avais laissé sur mon blog à propos de l’intégrité génétique des spermatozoïdes. Un exemple clair et concluant de la tendance à tout simplement prendre des risques quand on peut, selon les statistiques, engendrer un enfant mal doté par la nature quand on a tardé à remplir cette fonction de perpétuation de l’espèce.
L’enfant en question, selon le récit de ma fille, refusait de s’alimenter à la naissance, c’est-à-dire de téter, un comportement pourtant strictement instinctif de survie. La mère lui a donc donné des biberons (le lait coule plus facilement) puis s’est un peu désintéressée du processus consistant à nourrir son enfant puisqu’il refusait de prendre le sein.

Voilà un bel exemple de sélection que notre civilisation judéo-chrétienne interdit. Quand un animal, une femelle, détecte que son petit refuse de téter, je parle des mammifères dont nous faisons partie, la mère le tue ou le laisse mourir. Nos lois nous l’interdisent et nous laissons grandir des progénitures inaptes à la vie …
Cet enfant lourdement handicapé est aussi un handicap pour son frère et sa sœur et détourne l’attention des parents au détriment de ces derniers. Si la mère avait agi comme nos ancêtres pas si lointains que cela elle l’aurait laissé mourir car il avait de bonnes raisons naturelles de refuser de se nourrir.
Je suis assez angoissé à l’idée que mes lecteurs risquent de me taxer d’eugénisme, mais j’attend leurs commentaires car il s’agit d’un cas concret et j’en ai connu bien d’autres.
Je suis assez fier d’avoir pu transmettre un quart de mes gènes à mes dix petits enfants qui sont tous en bonne santé.
Vive la vie qui est trop courte pour boire du mauvais vin !!!

3 réflexions au sujet de « Réflexions sur les risques de procréation … (eugénisme ?) »

  1. Le sujet n’est vraiment pas facile et plutôt que vous répondre je vais poser une autre question .
    Des proches parents ont donné naissance à un enfant phényl cétonurique , je présume que je n’ai pas besoin de vous détailler les causes et les conséquences de cette maladie génétique , vous les connaissez surement
    Cet enfant correctement pris en charge par le corps médical et surtout ses parents n’aurait eu aucune chance de survie du temps de nos ancêtres pas si lointains
    A l’heure actuelle , c’est un beau jeune-homme bien bâti et intelligent (et ce qui ne gâte rien très gentil )
    Les questions posées sont : a t’on eu raison de lui permettre de vivre ? (réponse évidente OUI !! )
    Est il raisonnable qu’il ait des enfants et est il raisonnable que ses proches parents probablement (au sens mathématique) porteurs du gêne défectueux en aient également ?
    A cette partie de la deuxième question nous (la famille ) avons répondu , nous lui « avons fait » une sœur et deux cousins (cliniquement indemnes ) avons nous eu raison ?
    Vive la vie , mais ne la prenons pas au sérieux , nous n’en sortirons pas vivants !

    • Vos remarques sont effectivement justifiées pour ce cas de cétonurie mais il me semble que le sujet dont vous parlez souffrait d’une pseudo cétonurie traitable par administration de tétra Hydro bioptérine (?). Par contre cette maladie est due à une mutation et ne semble à ma connaissance (je n’ai pas cherché sur internet) liée à une transmission par les parents, ce qui n’est pas le cas pour beaucoup d’autres maladies orphelines. Bref, je n’ai pas d’éléments de jugement, mais le sens de mon billet était qu’un homme ayant atteint la cinquantaine expose sa descendance à plus de risques de malformations et autres mutations non létales.
      La nature est heureusement bien faite et un grand nombre de fausse-couches sont dues à des mutations létales conduisant à la mort du foetus.
      Donc, comme vous, je dirai « vive la vie » et pour paraphraser Desproges, on finit par en mourir !

      • Mon neveu est atteint de cette maladie elle est gérable exclusivement de façon diététique la quantité de phenyl alanine doit être (pendant la croissance du système nerveux , après un assouplissement est possible ) rigoureusement contrôlée sous peine d’arriération mentale grave interdisant l’apport de toutes protéines d’origine animale et obligeant à peser ses aliments végétaux à 5 gramme près ! Lui et ses parent ont été admirables de rigueur !
        Le « résultat  » est à la hauteur de leurs efforts !
        La forme dont il est atteint est transmise de façon mendélienne récessive classique bien que d’autre gênes interviennent sur la gravité de l’expression clinique
        J’avais bien compris le sens de votre billet et je partage en grande partie votre point de vue
        Aux problèmes des mutations et autres inconvénients physique de se reproduire tardivement , j’ajouterai que d’élever des enfants nécessite une santé et un dynamisme que tout le monde n’a plus passé un certain age J’attends donc avec une certaine impatience que mes enfants me transforment en grand père ! (Et j’arroserai cela !)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s