Le sperme contribue au déclanchement de l’ovulation. (NGF, ovulation, U. Saskatchewan)

Même si cela pouvait paraître logique, le fait d’avoir des relations sexuelles n’était pas reconnu comme ayant directement un effet sur l’activité ovarienne, et pourtant c’est le cas chez la plupart des mammifères étudiés dont l’homme.
Mais que l’on ne se méprenne pas, l’activité sexuelle est, chez l’homme (et le bonobo) plus un passe-temps agréable qu’une obligation vitale. Cependant des chercheurs en biologie de l’Université du Saskatchewan, c’est au Canada et non en Chine comme on pourrait le croire, ont découvert qu’un composant protéique abondant du sperme, le Nerve Growth Factor (NGF), induisait une activité ovarienne conduisant à une ovulation propice à la fécondation. Cette situation a été étudiée en détail chez les llamas, ces mammifères cracheurs des Andes plus connus pour leur laine que pour leurs prouesses sexuelles.
Et ce même cas de figure a été retrouvé chez les koalas, les bovins et naturellement l’homme.
Donc quand on fait l’amour, le sperme incite les ovaires à relacher des ovules et le processus est plutôt bien organisé pour que la fécondation ait lieu même en s’y prenant à plusieurs reprises.
Jusque là le NGF était connu pour son activité sur des cellules nerveuses en culture, d’où son nom (facteur de croissance des nerfs) mais que la même protéine ait un effet aussi précis sur l’ovaire n’avait jamais été imaginé.
L’infertilité féminine serait-elle alors reliée à une carence en NGF dans le sperme ou à des relations sexuelles trop espacées dans le temps ? Un autre domaine d’investigation …

Source : http://www.usask.ca

Une réflexion au sujet de « Le sperme contribue au déclanchement de l’ovulation. (NGF, ovulation, U. Saskatchewan) »

  1. Bonjour
    Un phénomène amusant dans ce domaine
    Certaines chattes (souvent dans la race siamoise ) sont à ovulation provoquée ce qui fait que si l’accouplement n’a pas lieu le phénomène des chaleurs (assez insupportable pour l’heureux maitre de la charmante petite bête ) perdure
    Jusque là rien de plus que dans l’étude dont vous vous faites l’écho
    Ce qui est plus « rigolo » c’est que « masturber  » la chatte (dans les deux acceptions du terme ;-D )avec un coton tige suffit le plus souvent à stopper le comportement impudique en provoquant l’ovulation et ce en l’absence de sperme ou de tout autre composé chimique .
    Je précise que je ne suis ni un mauvais plaisant ni un détraqué sexuel , je suis vétérinaire (je sais ce n’est pas incompatible !) et que ce phénomène est bien connu dans la profession

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s