Les îles anglo-normandes veulent l’indépendance, qu’on la leur donne !!!

Décidément le Guardian constitue un trésor d’informations, d’autant plus qu’on n’a pas besoin d’être abonné en ligne pour consulter les articles d’archives, contrairement à la plupart des autres quotidiens. Le Guardian est donc un journal en ligne de référence.
Comme chaque matin, je lis attentivement les titres de ce journal et je m’attarde sur certains articles.
Et que trouve-t-on aujourd’hui : deux articles sur l’île de Jersey (capitale Saint-Helier, on se croirait en France).
Dans le premier article, le journaliste relate une fronde des habitants des îles anglo-normande car le gouvernement central veut réduire les avantages fiscaux dont jouissent les habitants et les résidents qui échappent aux lois du Royaume-Uni. Le ministre de l’île de Jersey envisage même l’indépendance, il lui suffit de faire une demande auprès des Nations-Unies.
Pourtant le statut de paradis fiscal de ces îles, bien connu de nombreuses multinationales fait aussi partie du statut fiscal de la City, car il faut rappeller que la Grande-Bretagne est le deuxième paradis fiscal du monde en terme de volumes de transactions financières plus ou moins occultes après la Confédération Helvétique et avant le Luxembourg. Mais comme la situation des finances du Royaume est catastrophique, le premier ministre a décidé de réduire les avantages et autres passe-droit qui font la prospérité des îles Anglo-Normandes. D’où la fronde grandissante des îliens.
Mais très curieusement, dans le Guardian du même jour, dans rubrique Culture, on trouve un article sur Jersey où des amateurs de détection de métaux ont découvert des dizaines de milliers de pièces de monnaie en bronze et en argent datant du premier siècle avant notre ère. Il semblerait qu’il s’agisse d’un trésor ayant été enfoui dans un champ alors que les hordes sanglantes de Jules César mettaient à sac les campagnes paisibles de la Normandie voisine. Les Gaulois, puisqu’il doit s’agir de ces derniers, ont traversé l’isthme pourtant agité qui sépare Jersey du continent pour venir enfouir leurs biens en lieu sûr et éviter qu’ils tombent entre les mains de ces sauvages de Romains.
On peut donc en déduire que Jersey était déjà un paradis fiscal à l’époque de la conquête de la Gaule par Jules César …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s