Soja résistant à la sécheresse, Raquel Chan, Arabidopsis, COX5c, … et Greenpeace.

Le gène de résistance à la sécheresse du tournesol – qui comme son nom l’indique ne craint pas le soleil – mais ce n’est qu’un trait d’humour, a été isolé par une technique dite de screening génétique différentiel, je le suppose car je n’ai pas pu accéder directement aux publications scientifiques émanant du laboratoire de Madame Raquel Chan sinon les résumés (abstracts en anglais sur le site de NCBI – Pubmed).
La démarche est assez complexe et à plusieurs étapes. Il s’est en fait agi d’introduire dans la plante de laboratoire Arabidopsis, dont le génome est totalement connu, un facteur de transcription provenant du tournesol agissant sur l’expression de gènes normalement induits par divers stress dont la sécheresse.
Dans un second temps, si j’ai bien compris ce que j’ai lu, ce facteur de transcription a été fusionné avec l’intron codant pour la cytochrome oxydase sachant que ce gène est impliqué dans la résistance à de nombreux stress.
Bingo ! L’arabette est devenue significativement résistante à la sécheresse sans modification du phénotype alors que les premières tentatives de transformation avaient abouti à une croissance anormale de la plante.
Cette construction (appelée chimère en termes génétiques) a probablement été introduite dans le soja avec succès car aucune publication scientifique n’est disponible, protection industrielle oblige, encore qu’il s’agit d’un secret de polichinelle pour n’importe quel spécialiste.
Naturellement dès l’annonce de cette nouvelle, Greenpeace a immédiatement réagi, comme il se doit, en déplorant l’impact négatif d’une telle manipulation génétique sur le sort des forêts primaires du nord-ouest de l’Argentine qui risquent d’être transformées en immenses champs de soja.
Laissons Greenpeace aboyer dans le vide. Ce qui est intéressant est que cette même construction peut être introduite dans le riz ou le blé, voire pourquoi pas le maïs, culture grande consommatrice d’eau. Si ces transformations sont faites avec succès je me demande ce que les écologistes, qui crient au scandale quand on irrigue les champs de maïs, diront à propos de la transgenèse végétale pour une fois non orientée vers le profit d’une grande société multinationale (résistance à un herbicide ou Mon810 BT dans le cas de Monsanto) mais vers un respect de l’environnement et l’apparition de cultures vivrières dans des zones où l’irrigation est impossible ou aléatoire.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/9a8bf0ba-a442-11e1-8393-1fc615131f93/Les_plantes_sans_soif

http://www.lalsace.fr/actualite/2012/04/21/un-gene-resistant-a-la-secheresse-revolution-biotechnologique-en-argentine

2 réflexions au sujet de « Soja résistant à la sécheresse, Raquel Chan, Arabidopsis, COX5c, … et Greenpeace. »

  1. La reponse de Greenpeace va dépendre de ce que les groupes industriels américains qui les financent disent.
    Vu que visiblement ils cherchent surtout à mettre des batons dans les roues des groupes industriels européens ils ne devraient pas dire grand chose si ce n’est pour faire bonne figure.

    • Mais non ! Les actions de Greenpeace sont systématiques quels que soient les éléments d’information dont ils disposent. Cette attitude fait partie de leur stratégie qui consiste à semer la terreur en particulier auprès de la majorité de la population qui ne comprend strictement rien à la science ou aux enjeux futurs de la planète …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s