A quand la déroute ?

Grande-Bretagne et Espagne, même combat ?

On pourrait le dire ainsi !

Grande-Bretagne :
Dette de l’Etat (officielle) : 1 Trillion de £ (64 % du PIB)
à laquelle il faut ajouter (last but not least) :

Bilans publics déficitaires : 250 Billions de £
Dette du secteur privé : 3 Trillions de £
Passif des fonds de pension : ?

Total revisité : 272 % du PIB

Espagne :
Dette officielle : 732 Billions d’€
Dette des régions : 183 Billions d’€
Dette des banques : 103 Billions d’€
Autres : 72 billions d’€

Total revisité : 1,1 trillion d’€ soit 113 % du PIB

Lequel de ces deux états va se déclarer en faillite le premier?
Probablement l’Espagne qui ne peut pas, contrairement à la Grande-Bretagne, créer de la monnaie papier puisqu’elle fait partie de la zone euro.
Mais à la vue de ces données (sources Financial Times, Guardian, Atlantico, NY Times et autres blogs) qu’en est-il de la France ?

France :
Peu de données chiffrées, en particulier sur la dette privée (80 % selon les dernières données, figure signifiant que les ménages français sont endettés à raison de 80 % de leurs revenus soit en première approximation 80 % du PIB), hors banques. Comme si, par pudeur, le gouvernement et les candidats à la Présidentielle quels qu’ils soient veulent dissimuler le désastre (la dette ou le déficit selon lequel des termes on choisit à propos du trou de la sécurité sociale qui doit normalement se surajouter à la dette de l’Etat et n’est pas pris en compte dans ce calcul, voir la loi Juppé dont j’ai déjà parlé), dissimuler le désastre malgré le fait que la dette privée est très inférieure en pourcentage aux deux pays analysés grossièrement ci-dessus.
On pourrait estimer que la dette de la France serait plutôt plus proche de 160 % du PIB, total revisité par l’analyse des données disponibles.

Si le Portugal est en situation virtuelle de cessation de paiement, qui de l’Espagne, de la Grande-Bretagne ou de la France va plonger dans les prochains mois ?
Les paris sont ouverts ! Mais si les Français commettent l’erreur d’élire Hollande aux manettes, je parie dix mille yens que la France plongera la première …

La planche à billets …

Les accords de Bâle III obligent les banques à avoir en réserve au moins 10 % de leur bilan (disons-le ainsi pour faire plus simple). La Banque Centrale Européenne a imprimé 1000 milliards d’euro ces trois dernier mois (490 en décembre et 530 en février) qu’elle a prêté à 1 % aux banques sans aucun droit de regard sur le devenir de ces capitaux, aux banques à en faire ce qu’elles veulent ! Du coup les cours des actions en bourse à cru de plus de 15 % en quelques semaines, ce qui pourrait être considéré comme une preuve que les banques réinvestissent en bourse pour spéculer et faire des profits. Or d’après ce que j’ai cru comprendre, mais je n’irai pas plus loin dans mon analyse puisque je ne suis pas économiste, ces LTRO (prêts à 1 % sur 3 ans, ou Long Term Refinancing Operation) de la Banque Centrale Européenne (BCE) étaient une incitation pour que ces mêmes banques achètent sur le marché secondaire des obligations d’Etat, ce qui semble au moins en partie le cas puisque les taux se sont détendus depuis ces deux LTRO.
J’ai trouvé après une longue recherche quelles banques avaient emprunté à la BCE et j’ai trouvé une source d’information qui vaut ce qu’elle vaut puisque les banques ne sont pas obligées de communiquer ce type d’information :

http://ftalphaville.ft.com/blog/2012/03/12/918801/ltro-names-n’-numbers-revisited/

Je reproduis ici les deux graphiques tirés du blog du Financial Times :

Pourcentage du portefeuille

et

Montants empruntés en Milliards d'euros

Ce qui est pour le moins inquiétant est que la plupart des banques portugaises et espagnoles sont présentes, un fait corroboré au moins pour BBVA par l’illustration ci-après :

publicité BBVA

BBVA propose à la vente sans apport personnel plus de 20000 logements, de quoi se faire du souci d’autant plus que les acheteurs ne se précipitent pas espérant que les prix vont continuer à s’effondrer ( – 35 % en moyenne depuis l’éclatement de la bulle immobilière espagnole).

C’est à se demander où tout cela va aboutir, à de l’inflation, à une nouvelle bulle financière, à une faillite du système financier ? Dans cette même veine, j’ai vu et c’est un comble, que même la banque centrale suisse imprime de la monnaie pour tenter de faire chuter le cours du franc suisse !
Les temps ont bien changé, si le franc suisse devient aussi une monnaie de singe, que restera-t-il …

Atlantico (pépites) pas de commentaire

Je n’arrive décidément pas à tenir les promesses que je me fais à moi-même et pour cause elles n’engagent que moi.
Je dois une explication à mes lecteurs sur ce revirement soudain, moi qui déclarait que je n’allais plus faire de commentaires sur la campagne électorale …
Et voilà que je tombe sur un article d’Atlantico.fr dont voici le lien :

http://www.atlantico.fr/pepites/melenchon-avoue-avoir-truque-avec-hollande-resultats-elections-internes-parti-socialiste-video-310414.html

Il est très instructif de lire cet article, même pour les sympathisants du PS ou du Front de Gauche, et je suppose que parmi les lecteurs de mon blog qui n’a de prétention particulière il y en a et c’est tout à fait normal puisque s’ils continuent à me lire, c’est qu’ils apprécient mes billets.

Je ne ferai donc pas de commentaires sur cet article d’Atlantico.

Tous les lecteurs de mon blog savent que je suis pour un développement raisonné de l’électronucléaire (filière thorium), que je suis pour un développement raisonné des OGM dans l’agriculture pour améliorer les propriétés nutritionnelles des plantes vivrières ou leur résistance à la sécheresse par exemple, en interdisant la main-mise de grands groupes industriels sur les semences, que je serai un partisan de la récupération des gaz de schiste par fracturation en France quand le retour d’expérience américain sur les dangers de pollution sera à même de permettre de prendre une décision …

Que mes prises de position, pour lesquelles je tente d’être le plus objectif possible quand il ne s’agit pas de la politique, ne découragent pas mes lecteurs pour qui j’ai beaucoup de respect, anonymes ou non.

Prédiction des Séismes, science exacte ?

Il y a quelques jours, j’ai laissé un billet sur une prédiction des tremblements de terre en Californie et au Japon. Comme je ne pense pas que la prédiction des séismes soit pour le moment une science exacte, je suis allé sur le site de l’USGS pour vérifier :

Japon et Asie :
http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/Maps/region/Asia.php

Californie :

http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/Maps/region/N_America.php

Et voilà ce que j’ai trouvé :
Il y a effectivement eu des tremblements de terre en Californie et au Japon, et même dans la région du Khanto comme prévu, mais pas aussi destructeurs que celui du 11 mars 2011.
Il y a 48 heures il y a eu 8 secousses au même point de creusement de la plaque américaine par la plaque pacifique au sud-est d’Hokkaido :

http://crdp.ac-amiens.fr/crdp/seismes/Images/m/plaques_Japon.jpg

Est-ce un signe avant-coureur d’un autre séisme dévastateur ? J’espère que ce ne sera pas le cas mais personne ne peut l’affirmer.

Paracétamol, Pénicilline et Iprodione

Puisque j’ai décidé d’un commun accord avec moi-même de ne plus commenter la campagne électorale française qui devient inintéressante puisque les candidats se refusent à aborder les vrais sujets qui fâchent, alors je me replie vers ce qui me paraît intéressant.

Par exemple la découverte récente du mode d’action du paracétamol plus de cent ans après sa découverte et plus de cinquante ans après sa redécouverte par deux médecins américains Julius Axelrod, nobélisé pour ses travaux sur les catécholamines et d’autres neurotransmetteurs, et Bernard Brodie qui travailla avec le précédent sur, entre autres recherches, la sérotonine.
Je ne voudrais pas infliger à mes lecteurs un exposé sur les neurotransmetteurs mais il est intéressant de noter la démarche qui a été choisie par les découvreurs récents du mode d’action du paracétamol qui est en intime relation avec les neurotransmetteurs dont Axelrod et Brodie avaient subodoré l’interaction.
Une expérience intéressante et très simple avait mis les découvreurs sur la voie. Comme ils avaient observé que le paracétamol n’a aucun effet sur la douleur par injection locale, contrairement à la lidocaïne par exemple, ils en avaient conclu immédiatement que cette molécule très simple devait subir une modification au cours de son métabolisme et assez rapidement puisque les effets du paracétamol se font sentir une dizaine de minutes après ingestion. Et comme ce produit n’a pas d’effet local, un dérivé rapidement apparu dans le sang devait avoir un effet sur les centres de la douleur et donc être capable de traverser la barrière du système nerveux central. C’est en travaillant sur cette hypothèse qu’a été découvert le mode d’action du paracétamol qui une fois trans-estérifié avec de l’acide arachidonique pénètre dans le système nerveux et bloque des récepteurs modulant l’activité de canaux à sodium et potassium impliqués dans le signal de la douleur.

C’est cette démarche déductive qui est toujours utilisée quand on veut trouver le mode d’action d’une molécule chimique à usage médical ou phytosanitaire.

Quand je me suis intéressé au mode d’action de l’iprodione vingt ans après sa découverte, j’ai d’abord fait une revue détaillée de toute la bibliographie disponible sur ce produit phytosanitaire. Deux observations apparemment sans lien entre elles ont attiré mon attention : l’éclatement de la paroi des champignons attaquant la plante (nommément le Botrytis cinerea qui est l’agent pathogène de la pourriture du raison et d’autres fruits) et une autre observation indiquant que le taux d’acide ascorbique dans le champignon était gravement perturbé. Or, l’acide ascorbique comme la paroi cellulaire ne peuvent être synthétisés qu’à partir d’une forme phosphatée (on dit phosphorylée en langage scientifique) du glucose qui apparaît par l’unique action d’un enzyme clé permettant ces deux synthèses. Et effectivement il s’avéra que la cible de l’iprodione était bien cet enzyme particulier qui transfère le phosphate de la position 6 à la position 1 de la molécule de glucose, la phospho-gluco-mutase.

La découverte du mode d’action de la pénicilline relève du même parcours d’investigation quasi policière. On s’est aperçu par simple observation au microscope que les bactéries sensibles à cet antibiotique éclataient littéralement quand elles se multipliaient, et seulement quand elles se multipliaient, sous l’effet de cet antibiotique. La pénicilline devait donc avoir un effet sur la synthèse de la paroi bactérienne, qui comme pour les champignons microscopiques est constituée d’un genre de polymère de sucres et de petites protéines. La recherche fut immédiatement orientée dans cette direction et on découvrit assez rapidement que la pénicilline inhibait une activité enzymatique particulière qui liait les ensembles peptide-sucre entre eux pour former le réseau constituant l’architecture de la paroi cellulaire des bactéries.

A partir d’observations souvent très simples, on a pu donc formuler des hypothèses qui ont naturellement nécessité des mois et parfois des années de travail pour être confirmées. C’est une démarche générale de la recherche scientifique …

Petite revue électorale (critique)

Petite revue de la campagne électorale.

J’ai entendu ce matin sur une radio que la candidature à la présidentielle d’Eva Joly n’avait plus lieu d’être et qu’il serait logique qu’elle se retire de la course pour mieux favoriser le candidat Hollande.
Mais en contre-partie les apparatchiks du parti écolo-trotskyste exigent trois ministères et un groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale. Ça s’appelle de la magouille politicienne et si l’écologisme (et non pas l’écologie) se réduit à ce type d’approche, c’est bien désolant pour ne pas dire écoeurant.
Il y a derrière ce petit monde d’arrivistes (Placé, Duflot et les autres) des ténors de la rhétorique comme Mamère qui chaque fois qu’il parle pour ne rien dire est consternant. Et si, en plus, le candidat Hollande est élu à la présidence, il lui faudra à coup sûr réserver quelques ministères aux communistes. Pourquoi pas Mélanchon à l’Intérieur, Duflot à l’Industrie et Placé aux Affaires Etrangères et enfin Sapin, ce démagogue professionnel d’une mauvaise foi tellement accablante qu’il nuit à Hollande, aux finances. Voilà ce qui risque de se passer au lendemain du 6 mai.
Il ne fait aucun doute que la note de la France passera à BB-, lever des capitaux sur les marchés sera devenu une mission impossible, le chômage et la dette (à des taux d’intérêts à la grecque) gonfleront de manière incontrôlée et il arrivera ce qui devra arriver pour sanctionner la légèreté d’analyse des électeurs français. Mais qui sera aussi à blâmer ? Les candidats de gauche (comme de droite) qui n’osent toujours pas entrer dans le vif du sujet, à savoir que la France ne peut plus se permettre de vivre au dessus de ses moyens. Ce ne seront pas des mesurettes, genre imposition des gros revenus ou des français résidant à l’étranger (comme moi) et rabotage des niches fiscales qui changeront quelque chose. Ce sont tous les acquis sociaux que ne pourront plus défendre les syndicats car les caisses seront vides, la pléthore de fonctionnaires à tous les niveaux des administrations, la gabegie budgétaire des régions, des départements et des communes, hors de contrôle, qu’il faudra revoir en profondeur. Enfin, pour enfoncer le clou, une refonte du système de couverture sociale qui fonctionne quand l’économie va de l’avant mais qui ne le peut plus quand la même économie est en récession.
Tant Hollande que Sarkozy qui font tous les deux diversions en prenant bien soin de ne pas parler des choses qui fâchent seront les auteurs du désastre.
Seul François Bayrou, crédité de plus de 60 % d’opinions favorables auprès des français, a osé mentionner qu’il faudrait être courageux et accepter une période d’austérité inévitable, car elle est inévitable avec cette menace de récession que tous les analystes économiques (surtout d’outre-Atlantique) ne cessent de prédire.
Madame Le Pen fait une campagne de caniveau, d’insultes et de mensonges, d’un populisme exacerbé et dérangeant à la limite de la nausée mais un cinquième des Français voteront tout de même pour elle pour bien se prouver à eux-mêmes qu’ils sont décérébrés et prendre conscience de leur bêtise, c’est misérable.
Votez Bayrou !!!

Tourisme, Schengen, vidéo-surveillance, Nice, Estrosi, Arte Journal …

J’ai regardé ce soir, presque comme à mon habitude, le journal d’Arte. Il y avait un reportage court mais éloquent sur la sécurité dans la ville de Nice. La police locale comme ici en Espagne patrouille et sillonne la ville pour bien faire comprendre que toute infraction est passible d’une punition. C’est normal, c’est le rôle de la police que de rappeler aux citoyens qu’ils doivent respecter la loi. La police locale de Nice utilise des caméras de vidéo-surveillance comme ici aux Canaries pour surveiller et le cas échéant faire intervenir des patrouilles aussi rapidement que possible pour intercepter les petits voyous qui détroussent les vieilles touristes anglaises.
Au cours de ce reportage, un élu socialiste a été questionné sur la politique de la ville de Nice en matière de sécurité et j’ai été proprement atterré par ses propos que je tente de retranscrire : « Il faut de la prévention de la délinquance, il faut les excuser…La police locale doit faire du chiffre ».
J’ai du me servir un petit verre de whisky pour reprendre mes esprits tant ce propos m’a révulsé.
Première remarque à l’attention de cet élu socialiste : que signifie pour lui, honnêtement et en toute franchise, la prévention de la délinquance ? Quel est le sens profond de cette rhétorique inutile ? Et puis il faut excuser qui, les policiers qui doivent comme dit cet élu socialiste faire du chiffre ou les délinquants ?
C’est n’importe quoi !!!
Il y a 2 ans, à Santa Cruz de Tenerife, un gang parfaitement organisé sévissait en détroussant les touristes fraichement débarqués des bateaux de croisière. Les pauvres touristes, délestés de tous leurs biens en numéraires voire en bijoux ne pouvaient strictement rien faire car leur bateau repartait le soir même pour une autre escale. Devant la recrudescence des plaintes qui n’aboutiraient jamais mais qui terniraient l’image sécurisée de cette ville, la police locale a décidé d’envoyer dans les rues des policiers et sémillantes policières déguisés en touristes. La pêche a été immédiatement fructueuse, des gangs parfaitement organisés de gitans (romani comme les nomment les Espagnols) provenant de Bulgarie et de Roumanie ont été dans la semaine qui a suivi démantelés et tout ce petit monde, femmes, jeunes enfants et hommes surveillant les opérations et récoltant le fruit des vols ont été tous emprisonnés, renvoyés à Madrid d’où ils ont rejoint leur pays d’origine manu militari.
Je repose la question à cet élu socialiste de Nice : que signifie la prévention de la délinquance ?
Et je défie les Français de répondre non à une adaptation des accords de Schengen comme l’a proposé le Président sortant devant de tels faits qui empoisonnent le quotidien de nombre d’Européens qui souffrent quotidiennement de ce genre d’agressions sur la personne, en particulier dans les zones touristiques.

Note à mes lecteurs : jusqu’à preuve du contraire, je suis libre de faire part de mes opinions personnelles comme je le sens sur mon blog et si mes lecteurs me désapprouvent ils ont tout aussi bien le droit de faire part de leur désaccord. Je suis ouvert au dialogue, la seule preuve d’intelligence que je puisse encore apporter.

Moyen-Orient : qui seront les futurs belligérants ? Réponse à Laurent Artur du Plessis (Atlantico.fr)

En réponse à un article paru dans Atlantico.fr et dont voici le lien :

http://www.atlantico.fr/decryptage/israel-iran-nucleaire-frappe-etape-3e-guerre-mondiale-307592.html?page=0,0

J’ai laissé le commentaire suivant :

En réalité on assiste au Moyen-Orient et en particulier en Syrie à un conflit frontal entre les Chiites et les Sunnites. Il s’agit d’un remake en presque aussi sanglant des guerres de religion qui ont secoué l’Europe en son temps. La situation syrienne n’est qu’une caricature de ce qui pourrait arriver au Moyen-Orient, un conflit généralisé entre sunnite et chiites. L’Arabie Saoudite sunnite hait l’Iran, les Alaouites haïssent les Sunnites pourtant majoritaires en Syrie. S’il doit y avoir un conflit activé par Israël pour sa propre survie, l’Arabie Saoudite, sur-armée par les USA, trouvera une belle occasion d’en découdre avec l’Iran une fois pour toutes et sera de facto l’alliée d’Israël, situation pour le moins inattendue. Reste deux inconnues de taille, quelles seront les positions adoptées par la Turquie et la Russie, ce dernier pays comptant une forte minorité musulmane majoritairement chiite au sud.
J’aimerais bien qu’un stratège ou un géo-politologue me donne un avis.

Il y a de nombreux mois, je prédisais l’émergence d’un conflit armé au Moyen-Orient dont la cause initiale serait par exemple la chute d’une roquette sur une école israélienne tuant une quarantaine d’enfants. Immédiatement Israël réagirait avec une violence extrême.
Je me suis trompé sur les dates, je prévoyais un tel évènement pour la fin de l’année 2011.
Si les fous de dieu du Hamas ou du Hezbollah tentent ce genre d’action inconsidérée dans les prochains jours compte tenu de l’aggravation soudaine de l’agressivité des djihadistes de la bande de Gaza, alors ce sera une opportunité inespérée pour Israël de nettoyer les zones dangereuses dans un premier temps (Gaza, sud du Liban) pour ensuite s’en prendre avec le soutien tacite mais peut-être aussi déclaré de l’Arabie Saoudite (sunnite) pour mettre un terme aux ambitions hégémoniques des chiites de l’Iran. Une opportunité car Israel profitera avantageusement de la guerre de religion qui perdure depuis plus d’un an en Syrie, l’allié artificiel de l’Iran puisqu’une minorité alaouite (chiite) maintient dans la terreur une population essentiellement sunnite.
Et le printemps arabe dont se réjouissaient les pays occidentaux a fait long feu avec l’arrivée au pouvoir des extrémistes conservateurs.
Décidément, l’islam a bien 600 ans de retard sur l’occident (chrétien mais de moins en moins) et des milliers d’années de retard sur le bouddhisme …

Anatole France, l’écologie et l’économie, Fukushima … tout un programme !

A propos du premier anniversaire du tremblement de terre dont a souffert le Japon avec 20 000 morts et disparus et des contrées côtières entièrement dévastées sur plus de 500 km sans oublier la catastrophe nucléaire de Fukushima, j’ai laissé sur le blog de mon fils qui réside à Tokyo et a vécu en direct ce cataclysme tellurique une maxime d’Anatole France que je reproduis ici :

« La paix universelle se réalisera un jour non parce que les hommes deviendront meilleurs mais parce qu’un nouvel ordre, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l’état pacifique »

Voilà une bien belle pensée prémonitoire en son temps qui pourrait être l’objet d’une tout aussi belle dissertation pour des élèves de terminale si ces derniers étaient nourris avec autre chose que des programmes de télévision débilitants et des séries lobotomisantes, sans parler des informations toutes aussi lénifiantes les unes que les autres.

Anatole France a écrit cette courte pensée en 1905 et plus de cent ans après, un long chemin a été parcouru par l’humanité autant dans les bonnes directions que dans les mauvaises et j’oserai dire dans les très bonnes et les très mauvaises.
Les travaux d’Einstein par exemple ont permis indirectement le développement de l’informatique, du four à micro-ondes (que ma fille refuse toujours d’utiliser soi-disant parce que c’est dangereux pour la santé), de l’informatique, mais aussi de la bombe atomique pour le très mauvais ou de l’énergie électro-nucléaire pour le moins mauvais.
N’allez pas me faire dire ce que je n’ai pas dit, j’ai écrit le moins mauvais …
C’est en me remémorant cette citation d’Anatole France que j’ai fait le rapprochement avec l’assimilation par les Européens et les Français en particulier du tsunami destructeur du 11 mars 2011 au Japon avec exclusivement l’accident nucléaire de Fukushima-Daiichi. Parce que, manipulés par des groupuscules gauchistes, les Français, toujours à la recherche d’un maître à penser, ont fait cet amalgame insidieux qui échappe à tout sens critique.
Le 11 mars 2011 il y a eu une catastrophe nucléaire au Japon due à un tsunami de plus de 15 mètres de haut, point barre.
Et c’est alors que la citation d’Anatole France prend toute sa valeur. Cet illustrissime auteur part de l’idée simple et pessimiste que les hommes ne sont pas bons et ne deviendront meilleurs que dans un lointain avenir mais il ne formule même pas cette hypothèse. Pour lui, les hommes resteront toujours querelleurs, guerriers, génocidaires, extrémistes, envieux, menteurs, irrespectueux, et j’en passe, il faudrait pour expliciter mon pessimisme sur la race humaine une page entière d’adjectifs tous aussi sombres les uns que les autres.
Un mot m’a échappé, j’ai écrit « la race » humaine ! En réalité je l’ai écrit à dessein. Pour contrecarrer François Hollande qui a ouvert un débat, un faux débat – encore un – sur la notion de race, je suis, en tant qu’ancien biologiste opposé au concept de race pour l’espèce humaine (Homo sapiens sapiens). Non, trois fois non, il n’y a pas de races au sein de l’espèce humaine mais seulement d’infimes variantes épigénétiques qui font qu’un individu a les cheveux roux et raides et un autre les mêmes cheveux noirs et bouclés ou encore la peau foncée comme du basalte ou claire comme du lait. En quoi les Papous sont-ils différents des Lettons ou des Inuits ? Uniquement parce qu’un nombre infime de certains gènes sont plus ou moins exprimés dans leur organisme.
Mais autant les Papous que les Lettons ou les Inuits portent aussi dans leurs gènes cette agressivité latente ferment de conflits, de guerres et de génocides.
Mais je m’égare et je reviens à Anatole France qui écrit « une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques ». Cent sept ans après avoir écrit ces mots que trouverait Anatole France s’il était encore vivant ? Un monde toujours en pleine mutation, l’ère internet commençant à jouer un rôle universel, le développement ou la course folle au mieux vivre au risque d’épuiser l’ensemble de la planète de ses ressources, un accroissement inouï et presque malsain de la population car cet accroissement fait aussi partie des paramètres nécessaires à ce que les politiciens appellent la « croissance », le remède à tous les maux de la civilisation mais aussi la source de tous les maux de celle-çi, problème que l’on prend bien soin d’occulter. Personne n’ose dire haut et fort qu’il y a au moins trois milliards d’êtres humains de trop sur la Terre.
C’est alors que ce mot d’Anatole France prendra un jour prochain toute sa signification. Ce sera avant tout la nécessité d’un changement dans les modes de vie, disons pour faire court « à l’occidentale », l’abandon du consumérisme, du gâchis en tous genres, parce qu’un jour pas très éloigné il apparaîtra violemment et de manière imparable une déconnection entre cette population sans cesse grandissante et les ressources disponibles mises à notre disposition vorace par la planète. Ce point de déséquilibre, s’il n’est pas déjà atteint, engendrera de profonds changements dans ces modes de vie pour prévenir une simple disparition de l’humanité.
Les « nécessités économiques » ce sont d’ors et déjà la maîtrise des sources d’énergie, comme par exemple le développement de la filière nucléaire au fluorure de thorium fondu qui peut fournir de l’énergie de manière sécurisée à l’ensemble de l’humanité pendant des millénaires, une maîtrise de l’énergie éolienne, certes, mais qui restera toujours une source énergétique d’appoint, comme d’ailleurs l’énergie solaire. La maîtrise de l’eau, avec un développement incontournable du dessalage de l’eau de mer, mais cette technique requiert beaucoup d’énergie électrique, l’abandon progressif du moteur à explosion dans les véhicules automobiles et le passage à la voiture électrique, avec comme pour le dessalage de l’eau de mer une source primaire d’électricité qui épargne les réserves de pétrole, de charbon et le gaz, et enfin un changement dans les aspirations des êtres humains avec l’abandon de cette course folle vers le toujours plus.
Ces changements ne pourront pas se faire comme le préconisent les écologistes par des décisions politiques, mais seulement quand les impératifs économiques l’imposeront, les « nécessités économiques » dont parlait Anatole France pour que l’humanité évite sa disparition pure et simple.
Voila le programme, tout un programme ! Mais il ne se réalisera que quand les humains commenceront à vraiment souffrir car ce sera le temps des choix salutaires ou le suicide collectif …