Chronique de Lanzarote (24 mars 2012) (Fuerteventura, environnement, égouts, pétrole, Repsol, ordures ménagères, up-wheeling,…)

Comme je le disais dans un précédent billet, la compagnie Repsol a trouvé du pétrole au large de Lanzarote et Fuerteventura. Les permis d’exploitation ont été délivrés mais la population locale est très largement opposée à l’exploitation des hydrocarbures.
Il faut rappeler que le détroit, si l’on peut utiliser ce terme, qui sépare le Maroc des îles Canaries est le lieu d’un puissant phénomène d’up-wheeling résultant de la poussée des alizés sur l’océan. Ce phénomène consiste en une remontée des eaux froides profondes vers la surface. Or en vertu de la loi de Henry, cette eau froide est très riche en oxygène et sa remontée favorise la pullulation des poissons. Ce détroit entre les Canaries et le Maroc est une des zones les plus poissonneuses du monde. Elle est aussi un lieu de passage des grands cétacés (ou de ce qu’il en reste), un lieu de reproduction des dauphins et un immense vivier pour toutes sortes d’espèces halieutiques et benthiques.
Bref, la découverte de pétrole dans cette zone a eu l’effet d’une bombe pour tous les Canariens et en particulier pour les habitants de Lanzarote et de Fuerteventura car ils sont jaloux de la préservation de leur environnement marin exceptionnel puisque les gisements se trouvent à quelques dizaines de kilomètres de leur île.
Aujourd’hui, pratiquement toute la population sédentaire de l’île de Lanzarote manifestait contre l’exploitation pétrolière au large des côtes îliennes.

Parmi les banderoles, on pouvait lire « Non à Repsol, oui aux renouvelables ». Certains groupes du carnaval avaient ressorti leurs costumes et leurs tambours pour faire, comme il se doit dans toute manifestation populaire, du bruit et maintenir une ambiance festive. Je ne doute pas un instant que ces milliers de personnes venues de tous les coins de l’île vont continuer à se réjouir tard dans la nuit dans les bars. Mais bon, tout le monde sait que les Espagnols aiment bien la vie nocturne et je ne leur en veux pas du tout. Autant prendre les choses avec humour plutôt que de casser des vitrines comme c’est la règle en de pareilles occasions dans d’autres pays européens que je ne nommerai pas.

Cependant, je vais faire plusieurs remarques à propos du pétrole.

L’île de Lanzarote, où il ne pleut presque jamais, encore cette année il n’y aura pas de vin, est totalement dépendante du pétrole, non seulement pour les automobiles ou l’air conditionné mais surtout pour dessaler l’eau de mer, un processus très énergivore. Je me demande ce que feront les îliens quand le pétrole coûtera 300 dollars le baril.

Sur cette île, il est de bon ton d’avoir un gros quatre-quatre même si la plupart des routes sont parfaitement asphaltées (au fait l’asphalte c’est fait avec quoi?), j’ai même vu un Hummer ! Et puis pour le moment au moins l’essence est presque totalement détaxée, l’archipel dispose de sa propre raffinerie située dans la proche banlieue de Santa Cruz de Tenerife, propriété de Repsol d’ailleurs. Plusieurs fois par semaine des petits tankers livrent les produits raffinés et le fuel lourd pour la centrale électrique qui pollue le ciel avec une trainée de fumée brunâtre inquiétante.

Plus surprenant encore, les ordures ménagères et les déchets variés sont enfouis au milieu de l’île avec tous les risques de pollution à terme que constitue cette pratique inadmissible. Je rappelle que dans les petites îles des Caraïbes où la pluviométrie est insuffisante, les ordures sont brûlées pour produire de l’eau douce et de l’électricité. Ici, où les habitants sont si jaloux de leur environnement, les ordures sont enfouies dans le flanc d’un cône volcanique promis à une disparition certaine.
Pour parfaire cette image, les égouts, malgré les nombreuses zones marines préservées, sont directement rejetés à la mer au mépris de toutes les régulations européennes. Les îliens et leurs politiciens corrompus ont préféré multiplier les rond-points routiers avec les subventions européennes plutôt que de construire des réseaux d’égouts, des stations de relevage, des collecteurs et des unités de traitement des eaux usées générées par les milliers de touristes qui viennent chaque jour séjourner sur l’île ainsi que par les habitants locaux, comme moi qui suis résident.

Préservation de l’environnement ? Pas vraiment, mais ce que craignent aussi les Canariens, c’est la main-mise de cette manne pétrolière potentielle par Madrid laissant les îles Canaries se débrouiller pour survivre avec le tourisme. Je me suis hasardé à proposer à un Canarien anglophone de demander l’indépendance, comme a l’intention de le faire l’Ecosse, et de constituer une équipe démocratiquement choisie pour exploiter ce pétrole pour le bénéfice total des Canariens et seulement pour eux. J’ai cru qu’on me considérait comme un extra-terrestre. J’ai alors argumenté mon propos en laissant supposer que le Maroc découvre aussi du pétrole dans ses eaux territoriales, y compris au large du Sahara occidental annexé par le Maroc, ce qui est dans l’ordre de possibilités, la réponse a manqué de clarté car comment demander aux Marocains de préserver l’environnement comme prétendent s’en soucier les îliens ?

Les manifestations populaires de ce soir sont une répétition de celles qui auront lieu quotidiennement quand le pétrole commencera à se raréfier, ce qui sera inexorable avec toutes les conséquences économiques et sociales attendues et aisément prévisibles dès aujourd’hui. Alors l’Espagne exploitera le pétrole du plateau continental qui sépare l’archipel des Canaries du Maroc et plus personne ne manifestera …

Note : je voulais insérer une photo de la manifestation mais à quoi bon, toutes les manifestations se ressemblent …

3 réflexions au sujet de « Chronique de Lanzarote (24 mars 2012) (Fuerteventura, environnement, égouts, pétrole, Repsol, ordures ménagères, up-wheeling,…) »

  1. Il ne me semble pas Monsieur que vous soyez un fin connaisseur de Lanzarote et de sa population.
    il ne me semble pas non plus d’ailleurs que vous connaissiez bien les tenants et aboutissants de cette situation.
    je n’entrerais pas dans une argumentation detaillée qui ne changerais probablement pas votre façon de penser (qui est respectable puisque c’est la votre).
    Cependant j’aimerais souligner que, comme vous l’avez dit, 90% des conejeros (habitants de Lanzarote) vivent du tourisme, que même sans maréé noire il a des fuites, qu’après des années de corruption subie par la population l’objéctif commun est le développement durable…. Et surtout que le petrole appartient au 20 eme siecle. le 21 ieme est aux énérgies renouvelables.
    Peut être aurait il fallut mentionner qu’il y a quelques années, le gouvernement central à refusé un projet d’eoliennes en mer pour cause d’impact environnemental… Mais c’est sûr que le p’etrole ne represente aucun danger.
    Enfin pour finir parce que je pourrait encore continuer longtemps comme ça, les groupe de carnaval lorsqu’ils chantent denoncent tout les faits d’actualité qui les ont marqu’ au cours de l’année. C’est une forme d’expression comme une autre. le fait que ce soit dit en chantant ne le transforme pas en fête.
    Cette manifestation a regroup’ plus de monde que n’importe quel autre acte sur l’île, et c’est avec une grande fierté et emotion que j’ai vu mes concitoyens s’impliquer ce cette façon dans leur futur sans parti politique, sans carotte pour les faire avancer… juste pour leur futur, pour leur terre.
    Si je vous ai offensé par mes propos, je vous demande pardon, mais ce genre de commentaires ne fait que ridiculiser notre cause quand nous avons besoin d’être écoutés au dela de nos frontiéres maritîmes. Nous sommes pets à commencer notre évolution vers un developpement durable pour le bien de cet endroit tellement privilegié, et je pense que l’ampleur de l’événement l’a plus aue demontré.
    Si vous desirez dz plus amples information sur le sujet, ce sera un plaisir de vous les fournir.

    bien à vous.

  2. Bonjour Julie,
    Je ne vois pas en quoi l’article de mon père montre une méconnaissance des habitants de Lanzarote, vous êtes fondamentalement d’accord sur le caractère exceptionnel de l’environnement de cette île, la question c’est plutôt le rapport des gens au pétrole, il nous fait vivre, nos en consommons directement ou indirectement du matin au soir par contre il est de bon ton d’être contre sans pour autant changer sa manière de vivre.
    Ne pas exploiter un gisement me semble une bonne chose même si ça ne suffira sûrement pas à enrayer la destruction de notre environnement.
    Où est le renouvelable à Lanzarote? Les 5 éoliennes qui défigurent en partie le paysage derriere Arrecife?
    Que proposez vous?

  3. je rentre de LANZAROTE , ayant un peu etudié ces problèmes , et je suis étonné de lire ces commentaires …….Cette petite ile possède tout pour l’énergie renouvelable et n’a pas fondamentalement besoin du pétrole elle a : LE VENT , LE SOLEIL ET LA GEOTHERMIE ……… le tout a profusion …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s